Welcome to the New Age


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chasing Pavements |ft. Loup|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Épopée des Lucioles
Patate Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2066
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Chasing Pavements |ft. Loup|   Lun 2 Avr - 20:30


Épopée des Lucioles




Chasing Pavements
feat. Appel du Loup

Une énième patrouille s’achève et je délaisse mes compagnons qui rentreront probablement au campement dans l’objectif d’attraper une proie ou deux. L’après-midi touche à sa fin et le soleil décline lentement dans un horizon limpide. Je quitte le couvert dans la forêt, me réfugiant dans les derniers rayons de l’astre du jour, me délectant de sa chaleur. Un soupir m’échappe devant la réalisation de ma solitude; je n’ai guère l’habitude d’être seule depuis ma nomination en tant que guerrière. Cette sensation me pèse déjà tandis que je me pose contre l’un des rochers entourant le lac, écoutant d’une oreille distraite le chant de la cascade qui s’y jette. La solitude emmène son lot de doutes et d’anxiétés que je préfère éviter. Or, la vue de ce paysage pittoresque suffit aujourd’hui à éloigner mes craintes quotidiennes. Je me perds dans la contemplation de la chute tout en offrant une prière silencieuse aux Étoiles qui ont guidé nos pas jusqu’aux terres de Valeemar. Jamais je n’aurais espéré trouver un tel asile, un lieu pour panser mes plaies et pour m’épanouir. Un sourire candide flotte contre mes lèvres alors que je revis ma découverte de ce lieu, le soulagement et les larmes partagées avec ma tribu. C’est avec ce souvenir en tête que je trouve sommeil momentanément, bercée d’une douce fatigue. D’un soupir, je m’apaise, me laissant aller à mes rares instants de paix.

Sauf que toute paix n’est que temporaire et transitoire. Quelque part autour du lac, j’entends les pas d’un autre chat. Je me redresse aussitôt, les sens encore émoussés de cette courte sieste qui a laissé mon esprit dans la brume. Une silhouette floutée m’apparaît à l’autre extrémité du lac. Pendant un instant, je retiens ma respiration, me croyant en présence d’un guerrier d’autrefois, d’un guide spirituel. Ma vision se précise néanmoins sur un visage connu, qui m’emplit d’un certain malaise. Appel du Loup, fils de Mélopée des Poètes et d’Envol du Corbeau, vient de paraître dans le coin, probablement dans l’objectif d’une chasse solitaire. Je ressens un certain malaise à son approche. Il fut un temps où tout me semblait plus aisé, particulièrement avec lui. Chatons, je me remémore encore de nos jeux candides, de nos courses effrénées, des mystères et aventures que nous vivions au sein de notre campement, à Cerblanc. Ce temps me paraît bien lointain à présent. Depuis notre nomination sous les noms d’Épopée des Lucioles et d’Appel du Loup, je ne reconnais plus l’ami avec qui j’ai partagé rires et compétitions amicales. Ou peut-être était-ce avant? Il n’y avait plus beaucoup de place au rêve lors du grand voyage. Peut-être n’ai-je pas été assez chaleureuse. Puis… il a changé.

J’ai bien vu que ma nomination en tant que lieutenante l’indispose. Peut-être désirait-il cette place pour lui-même? Je ne saurais l’expliquer. Dans tous les cas, nos conversations se font de plus en plus rares et impersonnelles, je me creuse la tête à expliquer cette disparité. Appel du Loup est différent des autres guerriers. Il est immature et souvent paresseux mais cela ne signifie pas qu’il doit se prendre mon mépris. Peut-être que s’il me considérait autrement que la personne lui ayant soutiré le titre convoité, que nous pourrions revivre cette amitié de notre enfance? J’en doute fortement. À présent, Loup est surtout très difficile à côtoyer et il parvient à me frustrer plus que n’importe qui. De le voir au loin provoque chez moi une sorte de frustration que je ne saurais expliquer, mais je tais celle-ci en me redressant et en miaulant en sa direction. Je bats de la queue afin de l’inviter à me rejoindre, descendant précautionneusement de mon rocher afin d’en faire de même. Je tiens à entretenir de forts liens avec tout le Clan. Malheureusement, Loup en fait partie, il va falloir passer par-dessus mes réserves. Peut-être découvrirai-je quelque chose de bien? Oui non, il vaut mieux ne pas trop espérer non plus. Affichant mon plus beau sourire, de ces sourires qui font danser mes prunelles bleutées d’un éclat enfantin, je m’adresse à lui :

«Bonjour, Appel du Loup! Je me croyais seule. Qu’est-ce que tu fais? Tu chassais? Je pourrais me joindre à toi?»


C’était bel et bien mon intention avant d’arriver au lac. Malheureusement, la chaleur a eu raison de moi mais je n’en ressens aucune culpabilité. Nous avons tous besoin d’une pause une fois de temps en temps, y compris moi. Je m’étire de tout mon long, souriant cette fois sincèrement à la perspective d’un chasse, une de mes activités favorites. Puis si j’ai en plus la chance de prouver à Loup qu’on a eu raison de me nommer lieutenante… Voilà une perspective des plus alléchantes.
(c)Golden

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 

Gardien des Flammes:
 


Dernière édition par Épopée des Lucioles le Mer 4 Avr - 15:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie des Étoiles
Habitué-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 657
Age : 15
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Chasing Pavements |ft. Loup|   Mar 3 Avr - 10:01

Chasing Pavements
Épopée des Lucioles & Appel du Loup

C'est la rumeur du début de soirée qui le tire du sommeil bienfaiteur dans lequel le guerrier était plongé. Au vu de la lumière déclinante qui règne dans la tanière des guerriers, il ne lui faut que peu de temps pour comprendre que la journée touche à sa fin. Il va être l'heure pour lui de se lever, de laisser derrière lui son nid si douillet et tentant. Oui, il se replongerait volontiers dans le sommeil, mais il dort depuis le début d'après-midi déjà, moment auquel il est rentré d'une patrouille frontalière. Alors il s'étire en baillant et quitte avec regret son petit paradis.

Au dehors, les guerriers épuisés par leur longue journée partagent avec joie quelques proie. Appel du Loup s'arrange pour éviter les attroupements, il sait qu'il n'a pas sa place dans cette cérémonie prônant le partage. Il s'enfonce dans la forêt, ne sachant trop où aller, levant de temps en temps le nez pour guetter le fumet d'une quelconque proie. Ses pas finissent finalement par le mener près de la rivière, et l'odeur rafraichissante de l’eau lui donne soudainement soif. Il s'approche, sans penser qu'il dérange possiblement quelqu'un, et finit évidemment par voir la silhouette d'Épopée des Lucioles. Celle-ci semble déjà l'avoir entendu et est campée sur ses pattes, les yeux braqués sur lui. En croisant son regard, le guerrier ne peut que baisser les siens. Il est assurément trop tard pour faire demi-tour, et pourtant il aimerait. Il ne peut regarder Lucioles sans voir en elle tout ce qu'il aimerait être et tout ce qu'il ne sera jamais. Il y a certainement trop de non-dits entre eux pour qu'il puisse la regarder sans ressentir cette gêne cuisante qui le prend jusque dans ses entrailles. Et pourtant, maintenant qu'elle le fixe ainsi, il est bien forcé de l'approcher comme s’il savait parfaitement ce qu'il était en train de faire. Il n'en a en réalité aucune idée, son corps agissant en totale contradiction avec ses envies.

Et la voilà qui descend de son perchoir, qui s'approche avec son éternel sourire plaqué sur le visage. Le même sourire qu'elle adresse à chacun, sans jamais faillir. Appel du Loup tente de le lui rendre, mais il sait que son visage n'est parvenu à reproduire qu'une pâle réplique de celui de la femelle, une pauvre grimace effacée se voulant avenante. Loup n'a jamais su jouer la comédie, et aujourd'hui ne change pas de d'habitude. Lorsque la lieutenante lui propose de l'accompagner dans sa prétendue chasse, il ne peut que hocher la tête, contraint d’accepter. Sa gorge sèche se fait à nouveau ressentir. Mais il se voit mal passer devant elle pour aller laper quelques gorgées d'eau limpide à présent, alors il fera avec.

Elle déjà s’étire, semble soudainement se délecter de cette perspective de chasse en duo. A côté d’elle et de sa démarche si souple, il ne peut que se sentir gauche. Il se met à sa hauteur, et il lui semble que sa façon de marcher ressemble actuellement à celle d’un canard. Puis enfin il se dit qu’il faudrait peut-être qu’il dise quelque chose, agisse. N’importe quoi afin de ne pas rester planté ainsi comme un nigaud. Oui, en vérité, face à Épopée des Lucioles, il se sent un peu comme le fou du roi, tout sauf à sa place, venu pour amuser la galerie. Alors il passe devant elle, lui indique du bout de la queue qu’elle le suive tout en disant quelques mots, « Oui, bien sûr je chassais, viens par ici il me semble y avoir senti des souris tout à l’heure. » N’importe quoi vraiment, il n’a rien sentit du tout, c’est à peine s’il pensait à la chasse. Mais s’il ne trouve pas très vite une proie sa crédibilité va tomber très bas, alors cette fois ci il cherche vraiment. Et il espère qu’elle ne trouvera pas avant lui, histoire qu’il puisse quand même garder un minimum de contenance. Son regard passe partout sauf sur elle, il se fixe sur les reflets mouvants de l’eau en lui parlant, puis regarde ses pattes en se renfonçant dans la végétation. Ce n’est qu’une fois enfoncé dans les taillis qu’il se retourne et la regarde, et lance sans vraiment réfléchir, « Que le meilleur gagne ! » Elle prendra peut-être ça pour une blague, un moyen de détendre l’atmosphère, mais lui se rend compte en prononçant ces mots qu’il les pense vraiment. Oui, que le meilleur gagne, on verra bien.

Ce n’est finalement pas son odorat mais son ouïe qui le fait s’immobiliser, tendre l’oreille et la truffe. Oui, perché sur ce buisson, un oiseau lance fièrement ses trilles sans aucune conscience du danger qui approche. Tant mieux, Appel du Loup sourit, il pourra enfin revenir fièrement vers Lucioles en la regardant dans les yeux, en lui disant peut-être, eh, moi aussi je vaux quelque chose, on est pareil, alors arrêtes avec tes petits airs. Bon bien sûr il ne lui dira pas ça, mais il peut l’imaginer au moins. Ça lui apporte un minimum de satisfaction personnelle. En attendant, l’oiseau s’est tu, il fait pivoter sa tête dans tous les sens, cherche un potentiel danger autour de lui. Il ne soupçonne pas encore Loup, qui lui se tient prêt, chaque muscle bandé dans l’attente de la milliseconde parfaite, celle où il s’élancera et enfoncera ses griffes dans les plumes du volatile, l’achevant le plus rapidement possible. Sauf que voilà, quand enfin il bondit, l’oiseau s’envole, et le chat retombe, bredouille.

_________________

   

Effet de transition en LS sur neverutopia
Appel du Loup & Ardeur des Nuages:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Épopée des Lucioles
Patate Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2066
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Chasing Pavements |ft. Loup|   Mer 4 Avr - 21:31


Épopée des Lucioles




Chasing Pavements
feat. Appel du Loup

Il y a quelque chose qui rend difficile de décrire le lien qui m’unit à Appel du Loup. Non pas que notre relation ne nécessite quelque approfondissement que ce soit au niveau de sa définition fondamentale, nous n’avons, pour ainsi dire, à peu près rien en commun. J’avancerais plutôt le mot «malaise» pour dépeindre nos échanges aussi irréguliers qu’impersonnels. Je n’ai plus souvenir de notre dernière conversation. Lors du voyage, j’ai plutôt trouvé l’amitié de Rose Délicate et de Cavalier Fantôme pour ne nommer qu’eux, des chats plus âgés que moi et au tempérament plus près du mien. Nos jeux d’enfance se sont donc taris avec Loup pour ne laisser qu’un vague souvenir. À présent, je me désespère surtout de son attitude retirée du Clan, de sa nonchalance et de ses grands airs malheureux. Il me frustre à constamment désirer s’isoler, je me dis que maintenant serait peut-être l’occasion de lui en parler. Après tout, le Clan du Tonnerre est une famille soudée et sincère, qui ne voudrait pas s’inscrire dans ce tableau? Il doit être trop timide, peut-être. Qui sait, je parviendrais peut-être à régler son problème si je lui explique calmement mon point de vue. Au moins il ne semble pas repousser ma présence ce qui fait changement tout de même. Peut-être qu’ainsi j’aurai l’occasion de l’impliquer un peu plus dans la tribu et de rétablir sa confiance en moi. Peut-être.

Le pari ne semble pas gagné puisque le mâle emprunte la direction des buissons en me proposant un défi. Un sourire amusé pousse sur mes lèvres : voilà qui devrait me détendre de mes responsabilités de lieutenante. Scarabée me dit souvent que j’ai besoin de relaxer car je pourrais bien me coincer tous les nerfs à force de me faire du sang d’encre pour mon Clan. Il n’a probablement pas tort. Ce jeu innocent pourrait bien parvenir à m’alléger, je pense, du moins jusqu’à ce que je croise le regard de mon interlocuteur. Je n’ai pas l’impression qu’il s’agit d’un simple jeu ou d’une rivalité amicale de son côté J’ai l’impression qu’il a encore quelque chose à prouver, mais surtout auprès de moi. Je fronce les sourcils avant de m’aventurer de mon côté, à la recherche des fameuses souris que Loup aurait pisté. Je ne sens rien pour l’instant, tâchant de me concentrer. Je m’immobilise, mettant à profit les cours particuliers offerts par ma mère. Celle-ci a elle-même bénéficié du mentorat d’Étoile Sombre qui avait bonne réputation pour sa manière de comprendre, de respirer la forêt. Cela faisait de lui un excellent chasseur et semble-t-il que j’ai hérité de ses gênes.

Il me faut assez peu de temps pour repérer non pas une souris mais un rat d’eau. Je m’aplatis aussitôt au sol en l’entendant se nourrir quelque part non loin. Ici, il me repérera rapidement, mais il est totalement exposé loin du lac. Je n’ai qu’à le piéger, un véritable jeu d’enfant. Effectivement, je parviens à m’approcher assez pour lui bondir dessus une fois qu’il m’a vue. J’atterris directement sur son dos plutôt que la gorge et la créature émet un cri strident à travers la forêt. Je l’achève d’un coup de crocs, mécontente tout de même. Ce stupide rat a sûrement dû alerter toutes les proies des environs avec ce couinement. Je l’attrape dans ma gueule et entreprends de retrouver Appel du Loup. Ce rat d’eau est plutôt lourd et je peine à le traîner de ma force souvent insuffisante. Je retrouve le guerrier un peu plus loin, bredouille.

«Oh, tu es là! J’espère que je n’ai pas effrayé ta proie, ce rongeur a cru bon de hurler avant de connaître sa mort. Au moins il fera un bon repas.»

Je pose une patte sur l’animal, réalisant à quel point j’ai faim. Je n’ai rien avalé depuis mon départ du campement, le matin à l’aube. Je me retourne pour voir la progression du soleil dans le ciel. Celui-ci amorce sa descente, couvrant le ciel d’orangers qui me laissent un instant rêveuse. Puis, réalisant que l’autre est toujours là, je me reprends.

«Hum, ça veut donc dire que je suis la meilleure je suppose?»

Je lui offre un petit sourire moqueur et suffisant. S’il veut espérer remporter une partie de chasse contre moi, il ferait mieux de dégourdir ce gros derrière paresseux qu’est le sien!
(c)Golden

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 

Gardien des Flammes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie des Étoiles
Habitué-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 657
Age : 15
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Chasing Pavements |ft. Loup|   Jeu 19 Avr - 15:23

Chasing Pavements
Épopée des Lucioles & Appel du Loup
Do you wanna cross the line?
We're running out of time.


Il retombe lourdement au sol, regardant sa proie s'élever haut dans le ciel, échapper à son regard. Une défaite, un regret de plus. Il reste ainsi, le cou tendu vers les cieux, se demandant où était son erreur, ce qu'il n'a pas su faire. Il est devenu immobile, son esprit ayant quitté le monde réel, s'acharnant sur lui même. Il se blesse de l'intérieur, en veut à ce stupide oiseau, mais surtout à lui même. Pour encore une fois, avoir prouvé qu'il était un incapable. Et c'est ainsi qu'Épopée des Lucioles doit le trouver, c'est à cet exact instant qu'elle revient. Elle sort des buissons en conquérante, traînant un rat d'eau derrière elle. Certains, beaucoup la trouverait belle ainsi, dans les lumières orangées du soir, chasseresse infatigable. Toujours aussi souriante. Les rôles ne se sont pas inversés, elle reste celle qui réussit tout, elle l'écrase du haut de son piédestal.

Alors, l'esprit envahit par la colère et la jalousie, Loup ne voit rien. Il reste aveugles aux sourires et à la beauté, ne voit que de la suffisance là où il n'y a qu'une volonté d'aider. Il se convainc que c'est de sa faute si l'oiseau s'est envolé, elle l'a dit elle même, elle n'a pas pu tuer sa proie avant qu'elle n'ameute le reste de la forêt. Ronchon, Appel du Loup ne prend pas la peine de répondre, prostré dans son attitude d'enfant capricieux. Il se contente de la regarder fixement alors qu'elle semble déjà oublier sa présence, perdue dans d'autres pensées auxquelles il n'aura jamais accès. Peu importe, elles ne l'intéressent pas. Et Épopée des Lucioles elle même ne l'intéresse pas. N'est ce pas? Il existe pourtant un passé lointain ou tout était différent. Mais Loup décide que non, ce temps est révolu. Que plus rien n'est possible, même si il sait qu'il a lui même actionné cette coupure profonde avec son ancienne amie. Mais non, aujourd'hui, alors qu'il la regarde resplendir sous les rayons d'un soleil de feu, il sait qu'il n'y a plus rien. Ou en tout cas, il s'en convainc.

Puis la phrase de trop arrive. Le sourire méprisant suit. Il avait raison, elle est bien celle qu'il voyait en elle. Elle est au dessus de lui et le sait. Elle le lui dit, et c'est bien plus blessant que tout le reste. Il peut le penser, mais elle n'en a pas le droit. Et le dire, ainsi, tout haut, en le regardant dans les yeux... C'est pire que tout, pire encore que de la voir perchée sur le promontoire aux côtés d'Étoile des Ouragans. Il pouvait alors la regarder d'en bas, se dire qu'elle était trop loin, trop inatteignable. Et à présent, elle se tient si près, et pourtant toujours si loin... Il pourrait pourtant la toucher si il le voulait. La blesser. Et encore une fois, le félin réalise ce qu'il fait trop tard. Comme d'habitude.

Il se tenait face à elle un instant auparavant, cherchant plus que tout au monde à échapper à son regard, à fuir. Et à présent, voilà qu'il l'a poussée de toute ses forces au sol, griffes sortie, comme si elle était un ennemi à repousser. Voilà que c'est à son tour de la regarder dans les yeux, pendant un centième de seconde, avec cette lueur de défi, de colère, de jalousie, et de tant d'autres choses qu'il ignore luisant dans ses prunelles. Il ne sait plus comment il en est arrivé là, et les mots s'échappent seuls, un grondement sourd.

« Arrêtes! Arrêtes... De toujours être ainsi, devant moi, toujours... Pourquoi est ce que je suis toujours celui qui est moqué, celui qui doit perdre? Moi aussi j’essaye, j'aimerais, juste une fois... »

Il ne s'adresse plus autant à elle qu'à lui, ne sait plus où les mots le mène, abandonne. La colère et la jalousie se sont tues, son regard est juste perdu. Il est perdu.


Hors rp:
 

_________________

   

Effet de transition en LS sur neverutopia
Appel du Loup & Ardeur des Nuages:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Épopée des Lucioles
Patate Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2066
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Chasing Pavements |ft. Loup|   Dim 29 Avr - 21:36


Épopée des Lucioles




Chasing Pavements
feat. Appel du Loup

J’ai mené le jeu en croyant en connaître toutes les règles. De maîtriser chaque aspect, de me diriger tout droit vers la victoire. Pendant quelques instants, je l’ai même goûtée, sauf que les règles depuis notre enfance ont grandement changé. J’use encore des mêmes vieux réflexes, de ces piques et ces esquives dignes de l’enfance. Peut-être n’ai-je pas encore réalisé que notre monde a changé. Que nous avons changé. Et que certaines choses ne seront plus jamais comme avant. Que les besoins, les peurs, les espoirs se transforment et évoluent. J’ai fait la fière, espérant peut-être provoquer nos chamailleries d’avant, ou tout au moins le motiver à aller de l’avant, à faire mieux. Exigeante, je le serai toujours envers tous et moi-même. Je persiste à croire qu’il n’y a pas de place à l’immobilité dans une vie et j’espère moi-même remplir mes responsabilités de lieutenante avec de plus en plus de talent dans les lunes à venir. J’apprends, mais parfois, j’ai l’impression d’avancer avec des œillères, de ne rien voir. Pendant longtemps le Loup s’est tu, il faut dire. Ce soir, il s’est décidé à gronder. Je tombe, je tombe de si haut dans tous les sens du terme. Lorsque le coup provient d’un membre de sa propre famille, il est difficile d’ensuite se relever. De toute manière, devant son regard, je n’en ai pas envie. Il m’a poussée et sa violence me cloue au sol dans un repli confus et blessé.

Je n’ai guère l’habitude d’autant d’animosité et la sienne me laisse profondément perplexe et mal. Je peine à croire avoir pu causer autant de haine chez lui, depuis trop longtemps accumulée. Je panique à l’idée de lui avoir causé du tort, même de manière inconsciente. Son regard rivé vers moi, il brûle de jalousie, d’animosité. J’y vois le désir, celui du chasseur devant sa proie. Je suis l’ennemie, le rival, je suis vaincue aussi sauf que j’ignore si cela lui tira satisfaction. Ses mots confirment mes doutes et malaises. Mes oreilles s’abattent contre ma tête, trahissant ma sincère peine. Il n’en méritait pas autant. Et par-delà la haine qu’il me réserve, la mienne s’élève. Vague destructrice emportant le fragile équilibre depuis lequel il a dû croire que je le narguais. S’il savait, si seulement il savait. Que sous ce masque se cache un sol effrité, prêt à se désintégrer sous mes pas à chaque instant. Sa perdition alimente la mienne et je ne sais que dire, que faire pour le rassurer. Je n’ai plus ces mots tendres qui me viennent habituellement, plus ces réflexes, cette patience d’ange, pour faire face à l’hostilité. Je reste longuement étendue, à récupérer mon être fragile. Lui-même s’est brisé, j’aspire maintenant à recoller les morceaux.

Sauf que la puissance de ses mots alourdit toujours la forêt. Les proies se sont tues, la forêt ne m’a jamais semblé silencieuse. Parmi ce silence, je parviens à croire qu’il entendra les soubresauts violents de mon cœur confus tandis que je me redresse, le surveillant avec prudence. Cet excès soudain devra demeurer seul. Je me défendrai s’il attaque de nouveau, une possibilité que je tente d’éliminer. Les mots restent néanmoins pris dans la gorge tandis que je mesure le poids de ses insécurités, de ce que je représente pour lui depuis toutes ces lunes. Soudain, de nombreux éléments de notre vie commune font sens, y compris cet éloignement. Je me demande de toute manière ce que je parviens à regretter aujourd’hui. J’ai probablement simplement envie qu’il ne soit comme les autres, qu’il m’apprécie. La perspective de sa haine me terrorise.

«Appel du Loup…» j’aimerais que ma voix cesse de trembler tandis que je le nomme. «T-tu n’as rien perdu, tu m’as toujours moi. Tu sais c’est pour ça que je suis si dure avec toi.»

Je tente un sourire mais il m’apparaît faux. Alors je me contente de l’observer, tâchant de dissimuler la blessure qui ternit mon regard.

«Tu n’as besoin d’impressionner personne. Et certainement pas de te comparer. Surtout pas avec moi. Si tu savais, Loup, je ne suis pas la meilleure du tout. J-je suis désolée pour ta proie. Je vais rentrer au camp et te laisser tranquille si tu le désires.»

Je baisse les yeux sur ma proie. La faim s’est envolée. Pourtant je me sens lourde.
(c)Golden

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 

Gardien des Flammes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie des Étoiles
Habitué-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 657
Age : 15
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Chasing Pavements |ft. Loup|   Mer 16 Mai - 21:01

Chasing Pavements
Épopée des Lucioles & Appel du Loup
It's the moment of truth and the moment to lie
And the moment to live and the moment to die
It's the moment to fight


La tempête se déchaîne dans son esprit, la guerre éclate dans son cœur. Il ne peut que rester là, tremblant et perdu, sans réussir à calmer les émotions grondantes en lui. Il ne peut que rester à la regarder se relever, et il se demande un instant ce qu'elle faisait à terre. Mais il le sait, c'est lui, c'est de sa faute. Tout est de sa faute, depuis le début. Seulement, il se plaît à croire encore qu'elle est responsable. Elle est celle qui doit payer pour que lui puisse se sauver et vivre. Et soudain il le voit, il voit combien il n'est plus le seul à se briser. Il entrevoit la blessure sincère. Et pendant un instant, il se sent triste pour elle, triste que cette sincérité n'apparaisse que dans les tourments, sous les coups et le désappointement.

Son nom résonne, et il prend conscience à cet instant du silence qui les entoure, un silence lourd qui vibre de leurs deux âmes perdues. Et d'autres mots suivent, mais le guerrier ne peut que les entendre, sans les comprendre. Il n'a jamais su manier les mots, et encore moins les laisser l'atteindre. Les mots sont des traîtres qui l'ont toujours poignardé dans le dos. Les utiliser est un stress quotidien qui lui demande sans cesse énormément de concentration. Pourquoi cela semble t-il si simple pour les autres? Lui ne comprends pas les sens cachés, les métaphores, les euphémismes ou les hyperboles. Il prend tout au sens propre, même le sens de l'humour se dérobe parfois à son esprit. Et aujourd'hui, il est encore plus perplexe devant les phrases d'Épopée des Lucioles. Non, il ne sait rien. Il a l'impression de n'avoir jamais rien su, de n'être qu'un nouveau né. Une poussière insignifiante à la face du monde.

Il reste devant elle après ses paroles. Il a besoin de temps pour comprendre, pour tenter d'anticiper la suite. Quoi maintenant? Est ce qu'elle va s'éloigner, est ce qu'ils vont rester chacun plus seul que jamais, après avoir brisé le seul pont qui se tendait encore difficilement entre eux? Reste t-il de quoi reconstruire? Et que reconstruire? Le guerrier frémit devant le poids des questionnements et de l'indécision qui l'assaillent. Il sait que s'il reste cloitré dans son silence, elle partira, et qu'il sera plus brisé que jamais. Il sait aussi que quelque chose a changé, et que s'il parle à présent, plus aucun filtre ne pourra lui éviter la moindre erreur. Mais il ne veut pas qu'elle parte. Pas encore. Il préfère sa présence à la solitude qui l'accablera lorsqu'elle ne sera plus là. Et c'est avec peur, avec colère, avec désespoir qu'il murmure des mots, des mots qu'il craint plus que tout.

« Tu mens. »

Une accusation froide qu'il lance sans trembler, il n'en a plus la force. Il ne sait pas s'il parle des paroles prononcées par Épopée des Lucioles, ou du masque de mensonges qu'elle porte. Des deux sûrement. Il a vu ce soir le masque se fissurer, et veut inconsciemment en profiter pour s'infiltrer dans la brèche.

« Impressionner, plaire, se comparer, être en compétition avec les autres... C'est le principe même de notre apprentissage de guerrier. Nous devons impressionner nos parents, plaire à nos mentors. Nous comparer aux autres apprentis, leur donner des encouragements faux avant chaque évaluation, tout en espérant être meilleur qu'eux. Et nous répétons cela toute notre vie, comme des petits soldats programmés pour ces tâches... On m'a apprit à me comparer aux autres, Lucioles. Ma propre valeur ne dépend que de celle des autres. »

Il ose raccourcir son nom, pour la première fois depuis tellement de temps. Cette marque de familiarité l'effraie plus qu'il ne veut le laisser paraître. Il parle en disant ces mots de son expérience, sans savoir que les autres en vivent de différentes. Mais autre chose l'interpelle, il veut demander autre chose ce soir.

« "Si tu savais, Loup"? Explique moi, si il y a quelque chose que je dois savoir. Parle moi, sans t'encombrer de sourires qui ne veulent rien dire. »

Lui n'a pas envie de parler de lui, du moins pas pour le moment. Elle a peut-être des choses à dire. Le terrain est glissant et il ignore qui se ramassera au sol à la fin. Mais il prend conscience qu'il est près à tomber, si c'est le prix à payer pour qu'elle reste.

_________________

   

Effet de transition en LS sur neverutopia
Appel du Loup & Ardeur des Nuages:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chasing Pavements |ft. Loup|   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chasing Pavements |ft. Loup|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» chasing pavements (nate)
» le loup
» Patte de loup
» Entre chien et loup ( PV Tchézaré Nyx)
» Chantier naval Vankerkoven de Pont de Loup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome to the New Age :: VALEEMAR. :: Clan du Tonnerre :: Territoires :: Rivière Delta-
Sauter vers: