Welcome to the New Age


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rosée du Matin
Habitué-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 21
Date d'inscription : 26/04/2017


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Lun 15 Jan - 16:07

Personnage Incarné :
~ Rosée du Matin ~



Je sortais tout juste de ma litière, le soleil s'étant levé bien avant moi.. J'avais trop dormi. Je m'empressais de parcourir le camp en me faisant une toilette rapide. Je m'étirais dans la foulée avant de croiser le représentant des guerriers. Il me saluait, me nommant chef de patrouille dans la foulée. Il cherchait de la populace pour faire une patrouille frontalière. Les patrouilles de chasse et les entraînements des apprentis étant déjà faite, il s'était retranché sur les retardataires. Il me chargeait de trouver le reste de ma patrouille avant de me laisser seule en plein milieu de la clairière.

Parcourant la clairière du regard, je cherchais un ou deux partenaires.. J'en avais déjà un en tête. Nuage de Minuit, mon apprenti. Etant de corvée de patrouille, il allait devoir me suivre. C'était sa première patrouille frontalière, avec moi du moins.. Il manquait plus qu'un autre félin. Pendant que je réfléchissais à un matou pouvant faire l'affaire, je vérifiais qu'il y avait bien Nuage de Minuit dans sa litière. J'entrais dans la tanière des novices, hélant mon apprenti en voyant sa pelisse. Je n'attendais pas de réponse de sa part pour sortir. Je tombais truffe à truffe avec un guerrier aux yeux verts. Je reculais d'un pas, reconnaissant Coeur de Genêt. Je souriais doucement avant d'annoncer :

"-Salut Coeur de Genêt.. Tu voudrais me rejoindre dans ma patrouille frontalière ? Il me manque une personne."

_________________

Âge & Crédits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie des Étoiles
Modo Mélimélo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 802
Age : 15
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Mar 16 Jan - 9:16

 
Patrouillons partenairesHope went away as a smile turns to tears

Une brève lueur lui parvient à travers ses paupières closes. Il s'éveille doucement, encore perdu dans les troubles d'un sommeil abyssal. Les yeux encore fermés, il laisse son ouï et son odorat revenir à la vie, il tend l'oreille, tente de saisir les rumeurs du camp. Il devine que le jour est déjà bien avancé, se demande pourquoi personne n'est venu le tirer de son sommeil. Il est presque seul dans la tanière des apprentis, tous les autres sont sûrement déjà en entraînement. Une pointe de jalousie le saisit à l'idée des autres apprentis qui se sont sûrement mutuellement réveillés les uns les autres et qui sont tous sortis ensemble, en parlant joyeusement. Mais il s'efforce de repousser cette idée loin de lui. Ce n'est pas de leur faute si il n'est pas sociable, si il a apprit à être seul.

Il ouvre finalement les yeux une demi-seconde avant que la voix retentisse. Il ne dit rien, ne montre pas de signes, attend que Rosée du Matin sorte. Il préfère ne pas la regarder pour le moment, il ne sait même pas pourquoi. Elle a seulement appelé son nom, il se demande ce qu'elle veut. Il espère que ce n'est pas une quelconque corvée de type ramassage de mousse dans la litière des anciens. Il n'a rien contre ces tâches, mais aujourd'hui, la lumière matinale lui donne bien envie de sortir, se dégourdir les pattes. Peut-être qu'il va en entraînement avec Rosée? Le mentor et l'apprenti n'ont eu que très peu de sorties à deux, toujours bousculés par les priorités du clan, la chasse et les patrouilles. L'emploi du temps de Rose est des plus remplis, et  Nuage de Minuit a conscience qu'elle a d'autres choses à faire que s'occuper sans cesse de lui. Mais aujourd'hui, il aimerait bien. Avoir du temps avec elle, tenter de lui parler. Apprendre. Oui, aujourd'hui, il a envie de cet apprentissage qu'il avait toujours auparavant inconsciemment refusé. Alors, cette idée lui donnant des ailes, il se décide finalement à se lever et à étirer ses membres endoloris.

Il sort de l'antre des apprentis sans plus de cérémonies, sa fourrure et ses yeux encore empreints de sommeil. Il n'a pas prit le soin de lisser son pelage, quel intérêt? Le vent glacial qui souffle au dehors aura tôt fait de le remmêler. Rosée du Matin est devant lui, en train de s'adresser à un autre guerrier. Il bondit à ses côtés, impatient de sortir du camp. Elle doit discuter en l'attendant, puis ils pourront enfin y aller, et elle lui expliquera tout ce qu'il doit savoir pour enfin pouvoir attraper convenablement les lapins... Ou alors, peut-être qu'elle voudrait plutôt revoir des méthodes de combat? Nuage de Minuit tente de se remémorer tout ce qu'il a apprit depuis le début de son apprentissage. Son esprit déjà tourné vers des horizons rêveurs, il n'est qu'à demi conscient de ses griffes s'enfonçant dans la terre avec impatience et de sa queue qui voltige dans l'air froid du matin. Puis les paroles de sa mentor parviennent à ses oreilles.

C'était donc une patrouille. Il n'était pas question d'entraînement, ni de conversation seul à seule avec sa mentor. Bah, ça peut-être bien aussi, non? Revoir les frontières, tout ça... Il tente de se convaincre qu'il est capable d'apprécier aussi cette sortie, mais il s'en veut un peu d'avoir espéré autre chose, alors que de toute façon tout ce qu'il faisait servirait le clan. Peut-être devrait-il garder cette idée en tête, dorénavant. Le clan. Oui, si il songeait seulement au clan, il pourrait sûrement lui être un jour utile... Alors le reste n'a pas d'importance. Il s'efforce de se répéter cela, mais il ne peut s'empêcher de trouver ces principes trop envahissants. Il ne comprend pas totalement cette idée de "clan". Il n'a pas l'impression de faire partie d'un tout. Est ce qu'il ne peut pas juste être Nuage de Minuit? Plutôt que d'être "Nuage de Minuit, apprenti du Vent". Il secoue la tête, tente de reprendre ses repaires. Il se trouve dans le camp, à côté de Rosée du Matin. Et devant... Un guerrier, Cœur de Genêt? Minuit aimerait soudainement se faire tout petit, prenant conscience qu'il a manifesté une impatience impolie alors que les guerriers discutaient. Il baisse les yeux, s'assoit, attend que la conversation cesse, et qu'enfin ils puissent y aller.

_________________

*Mélodie des Étoiles

Spoiler:
 


Lumy sourit en #cc6600. ~ Minuit songe en #009900. ~ Loup hurle en #006699. ~ Ardeur se moque en #cc0066. ~ Vestale danse en #9999cc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cœur de Genêt
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 25
Date d'inscription : 10/01/2018


MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Mer 17 Jan - 18:05



Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie
Coeur de Genêt, Rosée du Matin & Nuage de Minuit





La bise glaciale de cet hiver qui semblait ne jamais vouloir finir parvint à s'engouffrer momentanément dans la tanière des guerriers, faisant frissonner certains des félins endormis, étroitement serrés les uns contre les autres afin de se protéger au mieux du froid. Deux yeux brillaient dans la pénombre de l'antre, contemplant le vide. Le propriétaire de ce regard, aussi immobile que la glace, se trouvait à un des endroits les plus éloignés de l'entrée et qui, par conséquent, était également l'un des plus abrités. Ces emplacements privilégiés étaient réservés aux guerriers vétérans qui avaient de nombreuses lunes au service du Clan à leur compte. Hors le petit chat, seul être éveillé, était tout sauf un guerrier aguerri : il venait tout juste de recevoir son patronyme de chasseur. Son nom était Cœur de Genêt.

Le faible éclat de la lune voilée par les nuages filtrait à travers les branches dénudées du taillis d'ajoncs qui constituait la tanière des guerriers. La lueur blafarde laissait deviner l'aspect chétif du guerrier, perdu dans une contemplation douloureuse. Son pelage gris tigré de noir, mal entretenu, était si peu épais qu'il ne suffisait pas à garder la chaleur de son corps, qui s'en échappait avec indifférence. On pouvait aisément discerner l'angle des os de ses hanches saillantes et ses côtes se devinaient sans peine sous sa fourrure quelque peu miteuse. Seul l'éclat de ces yeux, terni par le chagrin mais néanmoins présent, attestait de son statut d'être vivant. 

Une nouvelle bourrasque d'air glacé s'insinua jusqu'au cœur de la tanière. Les moustaches de Cœur de Genêt frémirent alors qu'il réprimait un frisson. Un guerrier marmonna quelques paroles incohérentes, puis le silence, tout relatif qu'il était, retomba dans l'antre. Étouffant un soupir résigné, le jeune chat se leva, vacillant brièvement sur ses pattes maigrelettes. Il n'arriverait plus à dormir et l'aube était proche. Attentif à ne marcher sur aucune queue, aucun museau, aucune moustache, il se fraya un chemin à travers la masse de corps endormis vers la sortie. Arrivé à son but, il hésita l'espace d'un battement de cœur, ébouriffant sa fourrure peu fournie pour affronter le froid, déjà bien plus vif ici qu'au centre. Puis il sortit.

Il émergea dans le camp qui était figé par le givre, comme prisonnier de cette fine chape de glace. Le sol était dur comme le roc sous les coussinets de Cœur de Genêt. Le petit guerrier s'avança à pas feutrés vers la pile de gibier. Son cœur se serra devant le piteux monceau de proies à ses pattes : une grive partiellement déplumée et deux mulots maigrichons. Cœur de Genêt jeta son dévolu sur l'un des deux rongeurs, qui était également pris dans une gangue de givre. Après s'être installé dans un coin abrité du camp, le matou s'attaqua à son repas avec acharnement. La chair du mulot, filandreuse et presque cryogénisée, n'était pas des plus simples à mastiquer, et le guerrier dut mener un véritable combat pour l'arracher des os du rongeur.

Le temps que Cœur de Genêt finisse son met, le ciel avait pâli, passant d'un noir profond à une teinte gris sombre. Les premiers félins sortaient de leur tanière respective, et déjà la patrouille de l'aube se rassemblait au centre du camp. Cœur de Genêt leur lança un coup d’œil envieux, appréciant leurs épaisses fourrures lustrées ainsi que la puissante musculature qui saillait sous leurs pelages. Même l'apprenti qui faisait partie de la patrouille était plus large d'épaule que le petit matou. En son cœur cette constatation l'apparition d'une pointe acérée de jalousie provoqua. Jamais comme eux il ne serait. Jamais. Toujours souffreteux, maigrelet, sujet aux maladies il serait. Une vague de frustration sur lui sans crier gare déferla. (Yodaaa's powaaa 8))

Il se leva et s'éloigna lentement vers la tanière de Plume de Lune, la guérisseuse du Clan, la queue traînant sur le sol gelé. Il aurait aimé prendre part à la patrouille qui s'engageait désormais dans le tunnel menant à la vaste lande qui constituait le territoire du Clan du Vent. Mais il n'était que très rarement assigné aux patrouilles frontalières. Il n'aurait su dire si Souffle sans Fin agissait de la sorte afin de le soustraire aux regards des autres Clans, désireux d'éviter les railleries vis à vis du Clan du Vent au sujet de leur « maillon faible » (Vous êtes le maillon faible ! -okjesors-), ou s'il se préoccupait réellement du petit guerrier, cherchant à le préserver et à l'économiser du mieux possible. Aucune de ces deux alternatives ne plaisaient à Cœur de Genêt.

L'antre de la guérisseuse était plongée dans la pénombre, et l'odeur de mille plantes vint agresser l'odorat du matou, qui fronça le nez. Il pouvait entendre la respiration lente et profonde de Plume de Lune, encore perdue dans les affres du sommeil. Cœur de Genêt se dirigea à pas feutrés vers l'endroit où elle stockait le tussilage, attentif à être le plus discret possible afin de ne pas réveiller la guérisseuse. Sa ration était déjà prête, comme tout les matins. Il engloutit rapidement les tiges de l'herbe médicinale, qui l'avait tant fait grimacé au début. Mais plus maintenant. Il s'était habitué au goût âcre de son traitement qui le laissait désormais totalement indifférent. Il ressortit aussi silencieusement qu'il était entré.

Cœur de Genêt retourna s'installer dans le coin abrité du camp où il avait mangé, contemplant d'un regard vide et morne le Clan qui revenait à la vie après cette nuit glaciale. Il ne bougea pas de la matinée, se transformant peu à peu en statue de glace. Il regarda les apprentis et leurs mentors quitter le camp pour une session d'entraînement, se remémorant brièvement son propre apprentissage. Douloureux. Humiliant. Décevant. Et terriblement frustrant. Il vit les reines sortir de la pouponnière en compagnie de leurs chatons, afin que ceux-ci puissent jouer et se défouler, tandis que leurs mères effectuaient la cérémonie du partage. Ce spectacle le renvoya à sa propre enfance. Il n'avait jamais aimé jouer avec les autres chatons, préférant de loin sa mère comme compagne de jeu et contre qui il finissait toujours par s'endormir, son doux parfum, sa douce fourrure et son doux ronronnement le berçant. Une époque bénie qui avait brusquement prit fin. Il avait été jeté sans pitié dans l'arène angoissante qu'était la vie, sa mère lui ayant été arrachée bien trop tôt, bien avant qu'il fut prêt. Mais est-il un être qui soit jamais prêt à perdre sa mère ?

Cœur de Genêt demeurant un être vivant avec des besoins naturels, il se leva au bout de ce qui semblait être une éternité pour s'éclipser et vidanger sa vessie. La matinée était bien avancée et, le soleil eut-il été visible, il aurait atteint son zénith. Alors que le petit guerrier revenait dans le camp perdu dans ses pensées, afin de retourner à sa pseudo-méditation, il faillit entrer en collision avec l'un de ses homologues. Il parvint à éviter le désastre (non j'exagère pas :o) de peu, et étrécit les pupilles en reconnaissant Rosée du Matin, une guerrière au pelage crème.

« Salut Cœur de Genêt, miaula-t-elle sur un ton amical. Tu voudrais me rejoindre dans ma patrouille frontalière ? Il me manque une personne. »

Une patrouille frontalière ? Première nouvelle... Si Souffle sans Fin avait désigné les membres de la patrouille, Cœur de Genêt était absolument convaincu que jamais il n'en aurait fait partie. Il n'allait pas laisser passer sa chance, et ravala sa rancune habituelle. Avant qu'il ait le temps de répondre, l'apprenti de Rosée du Matin, un jeune chat au pelage couleur des ténèbres, les rejoint en sautillant avec enthousiasme. Cœur de Genêt lui lança un regard froid. Il avait partagé la tanière des apprentis avec Nuage de Minuit pendant plusieurs lunes avant d'être nommé guerrier, et n'avait pas trouvé l'expérience transcendante. Il n'avait aucune affection pour son camarade, et le savoir dans la patrouille à laquelle il était invité ne l'enchantait guère. Il hésita à refuser la proposition, mais se secouant intérieurement il songea que son devoir était de servir son Clan avant toute chose.

« Je te suis dans ce cas, répondit-il sans entrain. ».



_________________
Coeur de Genêt s'exprime en#666666

Merci Des' *-*


Et merci à toi Feufo' :p

Une signa' de plus et je vais devoir tout mettre sous spoiler, vous gérez, j'adore :p Merci Lumy' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosée du Matin
Habitué-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 21
Date d'inscription : 26/04/2017


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Mer 24 Jan - 20:08

Personnage Incarné :
~ Rosée du Matin ~



J'essayais de paraître le plus guilleret et amicale possible, bien qu'au premier abord certaines personnes du clan me voyait comme quelqu'un de froide et distance. Ce qui, quand on me connaissait, n'était pas vraiment le cas. Je voulais changer cette réputation peu flatteuse.. C'était d'ailleurs une aubaine de croiser un jeune guerrier qui n'avait pas encore d'à priori sur ma personne.

Avant que le guerrier puisse me répondre, mon apprenti arrivait à mes côtés. Impatient, je le voyais gigoter dans mon champ de vision. Je me concentrais de nouveau sur Coeur de Genêt, voyant ses lèvres bougeaient :

"-Je te suis dans ce cas."

J'hochais la tête, entraînant mes deux partenaires en silence jusqu'à la sortie du camp. Je saluais brièvement le garde avant de passer l'entrée suivit par les deux autres membres de la patrouille. J'expliquais ensuite les formalités, rien d'affolant, histoire qu'il sache vers quoi nous allions :

"-On fera le tour des frontières comme d'habitude, nous chasserons sur le trajet. Je ferais une petite leçon d'apprentissage à Nuage de Minuit sur le chemin."

Je lançais ensuite le vrai départ de notre convoi. Passant devant, je laissais les deux autres derrières moi. Enfin bon, il avait la possibilité de me rattraper et de rester à mes côtés. C'était comme bon leur sembler. Je n'étais pas un chef de patrouille qui était strict sur l'ordre des places.

_________________

Âge & Crédits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie des Étoiles
Modo Mélimélo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 802
Age : 15
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Dim 4 Fév - 18:20

 
Patrouillons partenairesHope went away as a smile turns to tears

Enfin, la petite troupe sort. Le vent qui glisse sur le pelage de Minuit le fait frémir, mais il l'apprécie. Le souffle puissant l'apaise, et il a l'impression de toucher la liberté du bout des pattes. Rosée du Matin file déjà comme une flèche, laissant les deux mâles derrière elle. L'apprenti sombre ose à peine regarder Cœur de Genêt. Il a bien remarqué que le regard du guerrier plus tôt n'avait rien d'avenant, et même si il n'ignore pas vraiment que l'autre ne le porte pas dans son cœur, il ne peut s'empêcher de se sentir blessé. Pas vraiment, peut-être plutôt déçu? Oui, c'est sûrement ça. Car en levant la tête vers le guerrier, il voit tout ce qu'il aimerait être. Fort, et sûr de lui. Il aimerait pouvoir poser sur les autres un regard froid sans en trembler. Ses yeux se posent sur les muscles du guerriers, sur ses pattes qui martèlent le sol en rythme. Il se souvient des quelques lunes pendant lesquelles il a côtoyé Genêt, dans la tanière des apprentis. Il ne sait pourtant rien sur lui, hormis qu'il est malade. Comment pourrait-il espérer lui adresser un jour la parole d'égal à égal dans ces conditions? Il reporte son regard sur le sol, accélère pour avaler les quelques longueurs de queues qui le sépare de sa mentor.

« Tu as dis qu'on allait faire une leçon d'apprentissage? Sur quoi? »

Même à ses oreilles, ses paroles semblent brutes. Il est toujours énervé, il aurait voulu une matinée seul avec elle, juste pour lui. Il est égoïste et le sait, mais il aimerait pouvoir l'être le temps d'une journée. Il aimerait passer avant le clan aujourd'hui. Cette pensée le fait rire, tant elle est absurde. Il n'a néanmoins pas le temps d'en rire beaucoup, un aboiement retentit dans le lointain. Et si le cabot n'est pas encore visible, il est évident qu'il se rapproche des félins. Nuage de Minuit se fige, localise l'animal, se tourne vers sa mentor. Puis vers Cœur de Genêt. Tous les sens aux aguets, il n'entend plus le vent, ne sent plus les senteurs de la végétation. La peur écarquille ses prunelles, il ne peut la cacher, mais plus que cela, il ne sait que faire, ou aller. Puis le chien apparaît, les babines écumantes, le regard fou. Et Minuit laisse son instinct de survie prendre le dessus. Il court. Il n'a pas attendu les instructions des guerriers, mais que faire face à un animal de cette taille, plus grand même que le plus grand des chats?

Hors rp:
 

_________________

*Mélodie des Étoiles

Spoiler:
 


Lumy sourit en #cc6600. ~ Minuit songe en #009900. ~ Loup hurle en #006699. ~ Ardeur se moque en #cc0066. ~ Vestale danse en #9999cc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cœur de Genêt
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 25
Date d'inscription : 10/01/2018


MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Mar 6 Fév - 19:54



Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie
Coeur de Genêt, Rosée du Matin & Nuage de Minuit





Rosée du Matin donna le signal du départ sans plus attendre, prenant la tête de la petite patrouille. Cœur de Genêt laissa Nuage de Minuit passer devant lui, fermant ainsi la marche. La bise glaciale les cueillit dès qu'ils eurent émergé du camp, bien plus intense et pénétrante qu'à l'abri des fortifications végétales. Le jeune guerrier sentit son pelage se hérisser avec agacement. Encore une patrouille qui s'annonçait des plus pénibles. Le ciel était couvert, comme à son habitude, mais malgré l'aspect menaçant de l'épais voile nuageux aucune odeur ne laissait présager une averse imminente. Au moins resterait-il sec.

Alors qu'ils allaient à bonne allure à travers la bruyère, Cœur de Genêt surprit l'apprenti lui lançant des regards fuyants. Le petit guerrier ravala une remarque cinglante. Qu'est-ce qu'il me veut le morveux ? Il pouvait sentir un quelque chose semblable à de la confusion mêlée à du mécontentement émaner de son cadet. Cependant il n'eut pas le loisir d'analyser plus longtemps la situation : Nuage de Minuit accéléra le rythme jusqu'à se retrouver à hauteur de son mentor. Le vent qui sifflait dans ses oreilles l'empêcha de comprendre la question que l'apprenti posa à Rosée du Matin, mais Cœur de Genêt distingua tout de même l'intonation crispée employée par Nuage de Minuit.

Reniflant avec dédain, le petit matou reporta son attention sur son environnement. Ils approchaient des gorges au fond desquelles bouillonnait la rivière du domaine de Cerfblanc, et qui marquaient la frontière entre le territoire du Vent et celui de la Rivière. Il pouvait entendre le grondement lointain du torrent furieux. Il inspira profondément, étonné de ne pas ressentir la brûlure que le froid générait habituellement dans ses bronches, à croire que le tussilage qu'il avait pris ce matin-là faisait davantage effet qu'à l'accoutumée. Le parfum minéral, froid et humide du cours d'eau mêlé aux douces senteurs de la bruyère vint lui caresser agréablement les narines, éveillant par la même occasion un soupçon de bonne humeur dans son âme ombrageuse, tel un pâle rayon de soleil perçant à travers les nuages.

Mais cette éclaircie fut de courte durée. Une odeur nauséabonde vint brusquement agresser son odorat délicat. Cœur de Genêt s'immobilisa un battement de cœur avant ses compagnons, les yeux exorbités et la fourrure ayant doublé de volume sous l'effet de la terreur. L'instant d'après un aboiement résonna dans l'air froid, lui glaçant les sangs. Il put distinguer une silhouette au loin qui se rapprochait d'eux au grand galop. Avant qu'il ait pu réagir, Nuage de Minuit avait fait volte face, s'enfuyant comme un vulgaire lapin. Lâche ! Ne restait que Cœur de Genêt et Rosée du Matin. Le guerrier pouvait désormais voir la langue pendante et les yeux brillant d'excitation de son ennemi mortel.

« Cours !» siffla-t-il à l'intention de Rosée du Matin.

Puis il suivit l'exemple de Nuage de Minuit, faisant demi-tour pour prendre ses pattes à son cou. Le vacarme assourdissant que faisait le chien dans sa course folle parvint aux oreilles de Cœur de Genêt. Un sursaut d'énergie dont la source n'était autre que sa propre peur traversa son corps faible, et le petit matou accéléra l'allure, suivant ses pattes au hasard. Alors que cette pensée venait de prendre forme dans son esprit, il réalisa avec horreur qu'il se dirigeait droit vers le camp. Quel idiot je fais ! Il bifurqua sur la gauche tout en dérapant, empruntant un sentier sinueux qui serpentait à travers la bruyère vers les Hauts Plateaux.

C'est alors que ce qu'il redoutait depuis le début de sa fuite se produisit : ses bronches et ses poumons s'embrasèrent soudainement. Sa poitrine se trouva bientôt comprimée. Il avait besoin d'air, et s'il continuait de courir de la sorte il ne tarderait pas à s'effondrer. Il savait ce qu'il lui restait à faire, bien que cette solution ne l'enchanta guère. Malgré son affolement et l'allure folle à laquelle il progressait, son regard trouva l'objet qu'il recherchait : un trou noir juste assez large pour le laisser passer qui s'ouvrait sous un buisson d'ajoncs. Sans tergiverser davantage, il se rua vers l'entrée du terrier de lapin, qui serait trop étroit pour laisser passer son poursuivant.

Il plongea dans le noir et s'enfonça dans le tunnel suffisamment loin pour que le prédateur ne parvienne pas à l'atteindre, mais pas assez pour que toute lumière extérieure ne disparaisse. Il s'effondra sur la terre froide et humide, le souffle court, alors que les terribles souvenirs de sa dernière excursion sous terre vinrent tournoyer dans son esprit. L'effroi s'empara sans merci de son âme, alors que son corps était secoué de violents tremblements.



_________________
Coeur de Genêt s'exprime en#666666

Merci Des' *-*


Et merci à toi Feufo' :p

Une signa' de plus et je vais devoir tout mettre sous spoiler, vous gérez, j'adore :p Merci Lumy' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosée du Matin
Habitué-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 21
Date d'inscription : 26/04/2017


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Jeu 8 Fév - 11:58

Personnage Incarné :
~ Rosée du Matin ~



Pendant ce moment de solitude, en tête de patrouille, je réfléchissais à l'entraînement que j'allais fournir à Nuage de Minuit. Je ne savais pas encore ce que je pouvais faire aujourd'hui. Peut être une leçon théorique sur les frontières ? Non.. Ce n'était pas vraiment le plus intéressant surtout que je pouvais le faire à un autre moment. Je devais trouver autre chose. Je soupirais longuement, ne trouvant pas de solution. Je me redressais, reprenant une allure plus respectable en voyant arriver Nuage de Minuit à mes côtés. Aussitôt arrivé, il me demandait :

"-Tu as dis qu'on allait faire une leçon d'apprentissage? Sur quoi?"

Je réfléchissais toujours sur la question et voilà que mon novice mettait le point là dessus. Je lui offrais un léger sourire m’apprêtant à broder une réponse. Mais avant de pouvoir montrer mon talent en improvisation, un aboiement se faisait entendre jusqu'aux confins de la forêt. Nuage de Minuit sentait la peur à pleine truffe. Ce qui n'était pas le meilleur moyen de cacher sa présence face au flair de notre opposant.

A peine une minute plus tard, le martèlement du cabot m'avait mis en alerte. Je voyais sa silhouette au loin mais avant d'avoir le temps de prévenir mes deux compagnons, Nuage de Minuit c'était enfui. Je voulais le prévenir, qu'il revienne.. Il ne devait pas partir seul. Je fixais l'endroit où il était partit, quand Coeur de Genêt me faisait revenir à moi en me hurlant de courir. Coeur de Genêt faisait à son tour demi-tour, suivant les traces de Nuage de Minuit. Je me retrouvais seule face au mastodonte. Je me mettais à courir à mon tour.

Nous devions faire changer de direction le cabot.. Nous partions directement vers le camp. Ce qui allait être un carnage sans nom. Je tentais d'interpeller Coeur de Genêt à quelques longueurs de queue de moi mais je n'arrivais pas à faire autre chose que respirer. Je jetais un regard à mon poursuivant avant de dériver vers la gauche, suivant l'odeur de Coeur de Genêt. Le molosse me suivait à la trace. Ma peur commençait à se faire ressentir. Il pouvait me suivre à l'odeur sans aucun problème. Je passais devant un terrier de lapin. Je sautais par dessus, suivit par mon poursuivant. Courant aussi vite que mes pattes le pouvaient. J'étais l'une des plus rapides du clan, mais je ne pouvais pas semer un chien qui faisait deux fois ma taille. J'arrivais à peine à maintenir une distance entre ses crocs et ma croupe charnue.

Voulant regarder derrière moi, je trébuchais. Je dégringolais sur une pente, suivit par le molosse. Tout comme moi, il en menait pas large, faisant un rouler boulet. Je me relevais malgré ma vision qui semblait se croire sur l'eau. Le chien prenait un peu plus de temps pour se relever ce qui me permettait de trouver un coin pour me réfugier. Une sorte d'arbre.. Le chien restait en bas, tournant autour de mon abri.
HRP:
 

_________________

Âge & Crédits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cœur de Genêt
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 105
Age : 25
Date d'inscription : 10/01/2018


MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Mar 13 Fév - 1:15



Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie
Coeur de Genêt, Rosée du Matin & Nuage de Minuit





Il dut lutter de toutes ses forces pour ne pas ressortir aussi sec de son abri provisoire. A travers le brouillard de son angoisse, il parvint tout de même à s'interroger sur le sort de ses compagnons. Où étaient Nuage de Minuit et Rosée du Matin ? Étaient-ils sains et saufs ? Alors que cette pensée prenait forme dans son esprit, un bruit de cavalcade résonna jusque dans le terrier où il se terrait. Cœur de Genêt se recroquevilla sur lui-même, tremblant comme une feuille. Le chien était sur ses traces. Paralysé par la peur, il ne put qu'attendre le moment où le museau aux babines dégoulinantes de bave ferait son apparition à l'entrée du tunnel.

Cependant, le bruit de la course effrénée du stupide canidé s'approcha avant de s'éloigner pour disparaître complètement. Le silence retomba, laissant un Cœur de Genêt interloqué. Par quel miracle le chien avait-il poursuivi sa route ? Le jeune guerrier était pourtant absolument persuadé que le molosse l'avait choisi comme proie. Convaincu que le danger était passé, Cœur de Genêt s'extirpa de l'Antre du Lapin. L'air empestait encore le chien, mais l'odeur perdait rapidement en intensité. Il entrouvrit la gueule afin de déceler au mieux les parfums environnants. Le poil le long de son échine se hérissa lentement. Parmi tous les effluves, mêlé à celui du chien, Cœur de Genêt détecta celui, familier, de Rosée du Matin, bien qu'altéré par l'odeur âcre de la peur. Voilà pourquoi le prédateur n'avait pas cherché à le déterrer. Il avait pourchassé la guerrière crème. Qu'était-elle devenue ? Avait-elle réussi à en réchapper ? Il devait vérifier.

Sa respiration étant revenue à la normale, il était apte à reprendre la route, et partir à la recherche de sa camarade. Inspirant profondément pour chasser son appréhension, il se remit en marche, optant pour un petit trot. Il suivait à la trace le chien et sa proie, l'angoisse se frayant doucement mais sûrement un chemin jusqu'à son cœur, s'intensifiant à chaque pas qui le rapprochait de sa camarade et de son attaquant. Il tentait tant bien que mal de repousser les pensées effroyables qui, malgré tous ses efforts, parvenaient à s'imposer à son esprit. Il voyait le corps disloqué de Rosée du Matin, la bave du molosse dégouttant sur son pelage ensanglanté. L'instant d'après il l'imaginait aux prises avec leur ennemi mortel, son cri strident soudain interrompu par un craquement écœurant, son corps sans vie pendant de la gueule du chien. Puis il voyait le regard suppliant qu'elle lui lançait avant que le canidé ne déchire de ses longs crocs sa gorge fragile. Il pouvait presque entendre l'horrible gargouillis que faisait le sang en s'échappant de la plaie béante. Et soudain, le corps inerte qui gisait au sol n'était plus celui de Rosée du Matin mais celui de Cœur de Pavot.

Cœur de Genêt se secoua intérieurement. Tu délires complet mon vieux. Il espérait être en mesure d'éviter qu'un tel drame ne se reproduise. Il s'arrêta au sommet d'une butte, la fourrure hérissée. En contrebas se trouvait le chien, qui faisait les cent pas autour d'un arbre rabougri. Cœur de Genêt étrécit les pupilles. Il distingua la silhouette crème de Rosée du Matin au sommet de la plus haute des branches, l’œil hagard, le pelage ébouriffé. Je dois la sortir de là. Mais comment ? Peut-être le chien finirait-il par se lasser, abandonner et partir. Mais Cœur de Genêt ne pouvait se résoudre à ne rien faire. Il devait sortir sa camarade de cette situation. C'est ce que faisait les membres d'un même Clan. Sans tergiverser davantage, Cœur de Genêt s'engagea d'un pas sûr dans la pente, s'avançant avec détermination vers l'arbre qui servait de refuge à Rosée du Matin. Arrivé à mi-chemin, il s'arrêta et bomba le torse fièrement.

« Eh Gueule Béante ! cria-t-il à s'en rompre les cordes vocales. Cap' ou pas cap' de m'attraper ? »

Au son de sa voix, le chien s'immobilisa, tournant brusquement la tête vers lui. Le museau en l'air, son regard se posa sur le frêle guerrier. Oh-ho. Un jappement excité échappa de la gueule du canidé. A toi de jouer mon vieux.

« Sauve-toi ! » hurla-t-il à l'intention de Rosée du Matin.

Cœur de Genêt dévala ce qui restait de la pente à toute allure. Le molosse venait à sa rencontre en bondissant d'excitation. Le petit guerrier vira sur la gauche, esquivant de peu le canidé, qui dérapa sur l'herbe, un air hébété sur la face. Le temps qu'il se relance à la poursuite de Cœur de Genêt, ce dernier avait eu le temps de creuser l'écart. Il avait au préalable repéré un arbre qui se trouvait un peu plus loin. Il espérait juste y parvenir à temps, avant que ses poumons ne refassent des leurs. Sa manœuvre devait laisser amplement le temps à Rosée du Matin de s'échapper. Peut être irait-elle chercher des renforts, ou peut être pas. Qu'importait, il l'avait secourue, et c'était la seule chose qui comptait, dût-il en payer le prix fort.

Il sentit l'haleine chaude et putride du chien sur le bout de sa queue. Il entendit à plusieurs reprises les mâchoires claquer dans le vide. La terreur pulsait avec violence dans ses veines, lui fournissant l'énergie et la force nécessaire. Parvenu à une longueur de queue de l'arbre, il prit appui sur ses pattes arrière, et l'espace d'un battement de cœur, alors que ses griffes s'enfonçaient dans l'écorce rugueuse, il se crut hors de danger. Jusqu'à ce qu'une douleur intense transperce sa queue. Il se sentit tiré avec violence vers le bas, mais s'agrippa de toutes ses forces au tronc de l'arbre. L'intégralité de sa colonne vertébrale souffrait le martyre. Il donna un coup à l'aveuglette d'une de ses pattes arrière, les griffes sorties. Un couinement de douleur lui apprit qu'il avait atteint sa cible, et le chien lâcha sa queue. Cœur de Genêt fila vers le sommet de l'arbre sans demander son reste.

Il assura sa prise sur une solide branche, regardant en contrebas. La bave au lèvre, quelques gouttes de sang coulant le long de son museau, le canidé écumait de rage au pied de l'arbre. Il se tenait debout, les pattes avant appuyées sur le tronc, un grondement de colère vibrant au fond de sa gorge. Ses yeux étaient emplies de promesses meurtrières. Cœur de Genêt feula puis s'éleva un peu plus parmi le branchage. Sa queue, passablement amochée, le lançait douloureusement. Il passa quelques coups de langue frénétiques sur sa blessure, afin de stopper l'épanchement de sang. Puis il s'installa le plus confortablement possible, son arrière-train collé au tronc, les pattes antérieures enlaçant la branche sur laquelle il se trouvait, les griffes solidement plantées dans l'écorce. Les deux animaux se toisaient mutuellement, ne lâchant pas l'autre du regard. L'attente commença.




HRP:
 

_________________
Coeur de Genêt s'exprime en#666666

Merci Des' *-*


Et merci à toi Feufo' :p

Une signa' de plus et je vais devoir tout mettre sous spoiler, vous gérez, j'adore :p Merci Lumy' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosée du Matin
Habitué-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 21
Date d'inscription : 26/04/2017


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Jeu 15 Fév - 7:10

Personnage Incarné :
~ Rosée du Matin ~



Ma vision toujours un peu flou, j'avais planté mes griffes dans l'écorce. Laissant mes pattes en faire le tour, je fermais les yeux espérant ne pas chuter et tomber en plein dans sa gueule. Je pensais ma fin proche, qu'il allait rester là jusqu'à ma mort.. Jusqu'à ce que je tombe de fatigue, pour lui, c'était simple.. Il n'avait qu'à s'allonger et attendre que je fasse un mauvais pas. Mais voilà qu'un perturbateur faisait son entrée.. J'entendais la voix de Coeur de Genêt qui interpellait le molosse en hurlant :

"-Eh Gueule Béante ! Cap' ou pas cap' de m'attraper ?"

J'ouvrais grand les yeux pour voir le félin à une bonne distance. Le chien en faisait de même, arrêtant sa ronde pour fixer le guerrier. Le chien laissait un jappement de satisfaction sortir de sa gueule. Coeur de Genêt en profitait pour me hurler de me sauver. J'hochais la tête avant de me laisser glisser sur mon arbre avec un peu plus de facilité qu'à la monter. Je sautais d'un bond une fois arrivée sur la branche la plus basse, voulant quitter au plus vite ce lieu. Manquant de me fouler une patte, je m'écroulais au sol avant de courir. Le molosse poursuivait maintenant le guerrier. Je m'arrêtais un instant, prenant une bonne respiration avant de suivre leurs traces pour lui venir en aide. Seul, c'était impossible de s'en débarrasser et je savais bien de quoi je parlais.

Je courais toujours, entendant un cri, je redoublais d'effort. J'avais du dévier de la trajectoire des deux prédécesseurs.. Je ne savais plus vraiment ou se trouvait la trace du chien. Avec la précipitation couplé à la peur.. Je m'étais un peu perdu, mais ce son m'aider à retrouver le combattant. Avant de pouvoir avoir un angle dégagé, je tombais sur une boule de poil. Je tombais au sol, me relevant bien vite en me tenant la tête. A ma grande surprise, j'étais tombée sur Nuage de Minuit. Je lui lançais alors, me disant qu'il pourrait m'aider :

"-Nuage de Minuit.. Vas vite chercher de l'aide au camp, cours le plus vite possible ! Je vais porter secours à Coeur de Genêt. Vite !"

Sans laisser le temps au novice de réagir, je repartais à la poursuite du chien et du guerrier. Je retrouvais enfin les deux protagonistes. Le guerrier avait une plaie sur la queue et le molosse du sang coulant de ses babines en plus de la bave. Je restais à l'écart, ne voulant pas être repérer.. Pour l'instant, tout aller bien.. Enfin sauf pour la queue du guerrier mais le plus important était qu'il était en vie. Je restais là, attendant les renforts tout en essayant d'attirer l'attention de Coeur de Genêt pour l'informer de la situation à l'aide de geste. Ce qui n'était pas une mince à faire.
HRP:
 

_________________

Âge & Crédits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie des Étoiles
Modo Mélimélo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 802
Age : 15
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Sam 17 Mar - 17:09

 
Patrouillons partenairesRight left WRONG

« Ah! Rosée du M- »

Il l'a enfin retrouvée! Mais il n'a pas le temps de prononcer son nom en entier, qu'elle fonce sur lui sans paraître le voir. Le félin ne résiste pas à la gravité et tombe au sol, emmêlé aux côtés de la guerrière qui se relève plus vite que lui. Il est si content d'avoir enfin pu retrouver l'un de ses camarades de patrouille... Après sa fuite, il avait mit quelques temps à recouvrir la raison, et la lâcheté de son acte l'avait bien vite rattrapé pour le tourmenter. Avec horreur, il avait pu visualiser Rosée du Matin et Cœur de Genêt déchiquetés dans la gueule du monstre. C'était de sa faute, tout était de sa faute. Il avait fait demi-tour sans s'en rendre compte, allant d'un terrier de lapin puant la peur et le chien jusqu'à un arbre tordu où les mêmes odeurs régnaient. La terreur enflait dans son cœur et rien ne semblait pouvoir l'arrêter. Mais à présent que Rosée du Matin est là, c'est que tout va bien non? N'est ce pas? Il essaye de lire la réponse à sa question dans les yeux de la guerrière, n'y trouvant que des peurs et de l'agitation.

"-Nuage de Minuit.. Vas vite chercher de l'aide au camp, cours le plus vite possible ! Je vais porter secours à Coeur de Genêt. Vite !"

L'urgence dans la voix de sa mentor le fait détaler sans se retourner. Porter secours? Pourquoi? Où est-il? Par le clan des étoiles, quel imbécile je fais, si seulement je ne m'étais pas enfuit tout à l'heure... Et s'il mourrait? Ce n'est pas possible... Pourquoi est ce que mes pattes ne vont-elles pas plus vite? Son cerveau s'emballe bien trop vite, et il est tellement pressé d'atteindre enfin ce foutu camp qu'il trébuche et s'emmêle à tout instants. Enfin, entre deux des pires scénarios de la mort de Cœur de Genêt que Nuage de Minuit a pu imaginer, il aperçoit les buissons de ronces et de bruyères qui protègent les abords de l'habitat des venteux. Lorsqu'il arrive, les félins ont déjà les yeux fixés sur lui, alertés par l'odeur nauséabonde de la peur qu'il apporte. Certains sont même déjà levés, en position de combat, prêts à s'apposer à tout danger potentiel. L'apprenti noir ne prend quand à lui pas le temps de tous les regarder, trop exténués. Il ne peut que souffler son message entre deux respirations erratiques, avant de repartir en contre-sens sans même vérifier que quelqu'un le suive.

« S'il vous plait... Besoins d'aide... Cœur de Genêt et Rosée du Matin sont coincés... Avec un chien! »

Et s'il arrivait trop tard? Peut-être aurait-il mieux fait de rester auprès de Rosée. Peut-être qu'il aurait pu faire quelque chose d'autre, peut-être... Deux ombres frôlent sa fourrure, l'encadrant. Il n'est plus seul. Mistral Gagnant et Souffle du Vent sont à ses côtés, et il semble au matou qu'avec deux guerriers aussi expérimentés qu'eux, il ne craint plus rien. Pour Rosée & Genêt, c'est une tout autre affaire... Sans poser de questions, les guerriers suivent l'apprenti et celui ci se sent tout d'un coup ému de la confiance qui lui ait accordée. Il se sent grand, adulte. Et pour la première fois, il prend conscience qu'il n'est plus un enfant. Du bout de ses 10 lunes, il se rend compte qu'il fait à présent la même taille que ces chats qu'il a toujours observé avec admiration, et il se maintient à leur vitesse sans efforts.

Enfin, les trois venteux arrivent à l'endroit où Rosée et Minuit se sont séparés. Mistral Gagnant prit de suite la tête du commando, s'exclamant qu'il avait repéré l'odeur. En effet, peu après, ils arrivèrent aux côtés de Rosée du Matin qui venait apparemment de se faire remarquer par le molosse. En effet celui ci accourait vers sa direction (et donc accessoirement vers les trois arrivants), délaissant une proie inatteignable pour une autre plus à portée. Tandis qu'il fonçait sur sa mentor, Minuit eut tout le temps de mieux regarder le chien qu'il avait seulement entraperçu de loin auparavant. Il se perdit dans ses yeux fous et dans sa gueule béante aux crocs jaunâtres dégoulinants de bave, frissonna devant ses muscles de brutes. Mais il ne fuira pas cette fois ci.

_________________

*Mélodie des Étoiles

Spoiler:
 


Lumy sourit en #cc6600. ~ Minuit songe en #009900. ~ Loup hurle en #006699. ~ Ardeur se moque en #cc0066. ~ Vestale danse en #9999cc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosée du Matin
Habitué-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 624
Age : 21
Date d'inscription : 26/04/2017


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   Dim 18 Mar - 4:04

Personnage Incarné :
~ Rosée du Matin ~



Je jetais plusieurs regards d'où je venais en espérant voir rapidement Nuage de Minuit accompagné d'une patrouille.. Je n'avais pas envie d'intervenir seule contre le molosse.. Mais si jamais Coeur de Genêt se faisait attraper, je n'aurais d'autres choix que de me lancer dans la bataille.. Le molosse s'agitait de plus en plus par ailleurs.. Il se jetait contre l'arbre espérant faire tomber Coeur de Genêt, il parvenait à le déstabiliser sans pour autant le faire tomber. Croisant les griffes quant à l'arrivée des secours, j'attirais l'attention du chien en hurlant aussi fort que possible. Il se tournait vers moi, courant à tout allure dans ma direction. Heureusement pour moi, la patrouille de sauvetage arrivait également à ce moment là.. Je ne savais pas si j'aurais réussi à tenir une deuxième course poursuite..

Je regardais Mistral Gagnant puis Souffle sans Fin avant de regarder mon apprenti à présent droit à nos côtés. Je laissais Mistral Gagnant prendre le flanc gauche et Souffle sans Fin prendre le droit avant de me lancer au centre, indiquant à Nuage de Minuit de me suivre. Nous devions le repousser de nos terres et des terres de toute la forêt. Je ne voulais pas voir un apprenti d'un autre clan se faire égorger par ce molosse.

_________________

Âge & Crédits:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Patrouillons, partenaires, sur les frontières de notre patrie [Pv Coeur de Genêt & Nuage de Minuit]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Président d'Honneur de notre forum
» OGM, du port de Sète à notre assiette
» La frontière Rouyn-Noranda
» 1790 - Cimetière St-Roch, Cimetière Protestants, Ossements Notre-Dame ...
» Sainte-Adresse - Notre-Dame-des-Flots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome to the New Age :: BOUCLE TEMPORELLE. :: Légendes Guerrières :: Vent-
Sauter vers: