Welcome to the New Age


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wanderers (Mélodie Lumineuse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mac
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1873
Age : 22
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Wanderers (Mélodie Lumineuse)   Sam 6 Jan - 0:55

Wanderers.
feat. Freux du Nord & Mélodie Lumineuse
les mots m'échappaient

 

Un corbeau croasse dans la brume du matinale. Freux du Nord s'étire doucement, pour ne pas réveiller les autres. Il détesterait se faire harponner du regard par un dormeur au sommeil léger. Il détesterait qu'on lui parle avant une certaine heure. Car le matin est l'amant du silence, du moins chez lui. Il fait froid dehors. La respiration de ses camarades fait comme de la fumée, des dragons assoupis. Quand il sort de la tanière le givre l'accueille, goguenard. Il recouvre le monde d'un petit voile blanc, tout est en sourdine, apaisé. Freux ne déteste pas l'hiver, son pelage d'ours le rend même indifférent, il frisonne à peine. Ce qu'il n'apprécie pas en revanche c'est bien l'ambiance de ces derniers temps. Il aimerait changer d'air, voir le soleil et une nouvelle époque. Changer d'ère.


Il aime se lever tôt. Alors il attend, une heure ou deux, que le soleil se lève pour de bon, le soleil aime prendre son temps lui aussi. Une longue toilette, minutieuse, il détache les morceaux de mousse restées emprisonnées dans le donjon de son pelage. Il lisse sa queue autant que possible, se fait beau comme pour aller à un rendez-vous et pourtant on en est loin! La reine est pourtant jolie, même si elle est minuscule. Et lui immense. Oui vraiment, quel ridicule ça serait, elle avec lui, lui avec elle. Il soupire, bien-sûr que cela lui plairait. Ils ne se connaissent pas assez mais il l'apprécie de loin. C'est lui l'imbécile, le ridicule, jamais elle ne s'intéresserait à lui. Jamais.
Enfin il fait demi-tour, va chercher Mélodie Lumineuse comme un bon petit soldat. Il ose à peine parler, un peu rouillé ce matin, les nerfs à vifs. Les étoiles semblent mortes et il ne comprend pas. Mais il ne dit rien, rien que la phrase habituelle :


« On doit patrouiller, aux chutes ».


Le grand chat sauvage, un peu trop sauvage peut-être, prend de l'avance, il se dit qu'il va la laisser profiter de son réveil comme elle l'entend. Lui n'avale jamais rien avant que le soleil soit haut dans le ciel. Les règles n'existent plus par les temps qui courent, lui semble-t-il, et il en oublierait la politesse. Il part seul, en éclaireur, après tout, ce n'est qu'un marquage de routine. Ses pattes forment de petites traces sur la terre, comme blanchie à la chaux. Et puis le silence se brise contre le fracas de l'eau en bas de chutes. Les flots grondent, insensibles à la beauté de l'image figée dans l'hiver. Il approche du bord qui s'effrite un peu sous ses grosses pattes. Il fixe le fond, les milliers d'épines qui sont projetées en l'air à cause de l'impact, là en bas. Il se demande à quoi ressemblerait une cascade de fleurs, de feu, de neige. Dans l'air gris et maussade il rêve, croit comprendre l'eau, qui ne dort jamais.


Un arbre frissonne, le vent est réveillé lui aussi. Il l'extirpe à ses contemplations stériles.
Il essaie de nouveau de se concentrer. Difficile quand la nature vous charme ainsi et qu'on ne sait pas quoi dire de toute façon.
Le marquage est ancien, on le sent à peine. Pendant une seconde il se demande si Mélodie Lumineuse est incommodée par sa présence, peut-être ne veut-elle pas de lui comme partenaire de patrouille. Voilà Freux qui tergiverse, débat contre lui-même, se mure dans un silence bruyant. Il grommelle, imagine, souffle, doit paraître idiot. Il fait semblant de guetter une proie, le museau en l'air, ne sent rien évidemment avec tout ce froid et tous ces animaux absents, il observe la guerrière du coin de l’œil, anxieux soudain à l'idée qu'elle lui reproche de ne pas l'avoir attendu. Alors il lance, comme un éclair qui frapperait un arbre, ce qui lui passe par la tête.


« Hé, Mélo, enfin Mélodie Lumineuse, et le chasseur s'empourprerait s'il le pouvait, son poil se hérisse quelque peu, gêné qu'il est de son ardeur maladroite, Mélodie Lumineuse oui, tu... enfin tu vas devenir lieutenante, non ? »


Parler politique, maintenant, durant le pire matin du monde. Quelle bonne idée il a eu là mais il n'en a pas fini non ! Pourquoi s'arrêter en si bon chemin quand on s'engage dans la pente de la détresse on la dévale prestement et sans se poser de questions !


« Valse des Etoiles met le temps mais je crois que ça sera toi... ! Non ? »


Et ponctuer toutes ses questions par un non ? Parfaitement ridicule, meilleure idée encore.
Point final de son numéro de pantomime, il marque un arbre plus ou moins discrètement. Le grand pataud finit par s'asseoir une seconde, ne sachant plus que faire, ne sachant pas où mettre cette grosse touffe de poils qui lui sert de queue.


_________________

La perfection Naru.

Spoiler:
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie des Étoiles
Modo Mélimélo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 980
Age : 16
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Wanderers (Mélodie Lumineuse)   Dim 7 Jan - 16:15

 
WanderersListen up, listen up
There's a devil in the church


Torpeur. Elle est coincée dans d'étranges songes, à moitié réveillée, à moitié inconsciente. Elle n'entend pas les sons autour d'elle, ne voit pas les autres corps étendus dans la lueur matinale. Elle est seule, seule contre cette chaleur fiévreuse qui s'insinue en elle. Elle nage, tente de le faire. Sombre. Elle évolue dans des profondeurs  inexplorée. A l'intérieur d'elle même. Elle se demande quand elle arrivera à réatteindre la surface, prend conscience de l'irréalité du songe. Ne peut pourtant pas le fuir. Elle est coincée, et se débattre n'y change rien. Elle aimerait pouvoir appeler. Qu'une patte se tende. Oui, elle voudrait la réalité, les odeurs et les couleurs familières. Les rêves l'effraient. Surtout ceux là, ceux dans lesquels elle vogue sans fin dans cet océan rouge et brûlant. Ceux seulement composé d'images floues et de sons vagues, qui passent sans ordre ni sens. Puis enfin, elle est réveillée, tirée vers la surface.

Devant elle, Freux du Nord. Elle est encore endormie, une phrase résonne. Il est sûrement celui qui l'a prononcée. Patrouille. Elle le suit sans poser de question, s'efforce de clarifier son esprit. Déjà, le songe s'enfuit, ne reste que l'angoisse et la transpiration qui lui colle à la peau. Mélodie Lumineuse aimerait s'arrêter un instant, faire une toilette rapide. Se débarrasser de ces derniers instants de sommeil. Mais ce n'est pas le moment, alors elle accélère le pas. Freux du Nord est devant, elle s'est laissée distancer, et de beaucoup. Elle tente de se reprendre, l'heure est aux responsabilités. Marquer et vérifier les frontières, même si Qui serait entré par notre territoire près des chutes?

Elle retrouve le guerrier au bord du ravin, observe un instant son corps tendu vers le vide. Elle se demande à quoi il pense, perché ainsi sur la roche, sur la frontière d'entre deux monde. Le désir de s'approcher aussi pour saisir la vision sauvage de la chute d'eau la surprend. Mais elle ne le fait pas, peut-être par peur d'incommoder Freux du Nord. Elle sait qu'il n'est pas très causant. Parfois insaisissable, difficile à comprendre. Elle se dit que si il est partit devant, c'est qu'il doit préférer être tranquille, avoir son espace, être seul. Elle songe un instant à un sujet de conversation, de quoi emplir ce silence qui prend tellement de place ce matin. De quoi faire taire le vent qui vient s'ajouter au tableau, faisant frissonner la femelle. Mais le matou se remet en mouvement, et elle rattrape de justesse les mots qui allaient s'échapper. Se remet au travail. Comme elle s'y attendait, la seule odeur décelable est celle du clan de la rivière, ou odeur ténue, car cette frontière est de très loin celle qui est la moins marquée. Il suffit de regarder les chutes pour comprendre pourquoi. Et le silence s'étire, et s'étire encore tandis que les guerriers marquent les arbres et buissons environnant. Puis il vole en éclat.

Lieutenante? Oui. Non. C'est une des discussions qui anime le clan en ce moment, mais Mélodie n'aime pas tellement y participer à ses discussions là. Peut-être parce que son nom est souvent employé dedans. Il semble que tout le monde sait qui sera la nouvelle lieutenante, sauf elle, qui n'en a jamais parlé avec Valse des Etoiles. Elle pense à cette famille qu'elle aimerait tant fonder, puis à ce clan, ces guerriers qui seront rassurés lorsqu'un nom sera prononcé pour seconder leur cheffe. Elle s'imagine, elle, à cette place convoitée, aux côtés de Valse. Se sent soudainement si petite. Trop petite. Elle ne relève pas les yeux vers celui qui a posé la question, il est tellement grand qu'elle se sentirait simplement ridicule à côté. Puis elle se rend compte qu'elle est figée en plein mouvement, et se sent bien obligée de se tourner vers lui, pour ne pas rester figée dans ce semblant de mouvement, dans cette scène ridicule.

« Peut-être. C'est ce que beaucoup semblent dire en tous cas, mais je ne sais pas. Je n'en ai jamais parlé avec Valse des Etoiles. Je n'y avais pas vraiment réfléchis, avant... »

Avant quoi? Elle ne sait même pas comment terminer les phrase, laisse les mots en suspend. Marque un arbre pour donner l'illusion qu'elle fait quelque chose, pour se laisser le temps de trouver quoi dire. Au final, elle n'entend plus le vent, et elle en est quand même contente. L'angoisse de sa courte nuit s'efface sensiblement, elle pense à autre chose.

« Et toi? Tu aimerais? Être lieutenant, je veux dire. »

Elle ne pense pas que cette question en se pose peut-être pas. Est-ce que c'est encore mal vu d'être ambitieux? Par les temps qui courent, elle n'en est pas sûre. Avoir des guerriers qui s'efforcent de faire de leur mieux dans l'espoir d'être promu, c'est possiblement un atout. Et puis, Mélodie n'analyse pas vraiment ses paroles,
elle est encore un peu ailleurs. D'un côté, Freux du Nord, le vent froid, cette question de promotion. De l'autre, elle est encore un peu perdue. Les chatons tant désirés,
les lambeaux d'un rêve oublié qui s'accrochent.

_________________

*Mélodie des Étoiles

Spoiler:
 


Lumy sourit en #cc6600. ~ Minuit songe en #009900. ~ Loup hurle en #006699. ~ Ardeur se moque en #cc0066. ~ Vestale danse en #9999cc. ~ Royaume chantonne en #99cc00

Un grand merci à Cataries & Naru ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mac
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1873
Age : 22
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Wanderers (Mélodie Lumineuse)   Sam 27 Jan - 11:39

Wanderers.
feat. Freux du Nord & Mélodie Lumineuse
les mots m'échappaient

 

Le tableau est magnifique, l'accapare comme il l'indiffère. L'eau, le blanc et le bleu, les arbres, le vert et le bois, le chant d'un oiseau qui vient briser le silence gêné plein de questions non prononcées, restées sans réponses, ça vaut peut-être mieux. Freux du Nord se dit que toutes les questions ne sont pas bonnes à poser, surtout les siennes, et que toutes les réponses ne sont pas bonnes à entendre, mais que la vérité est à la fois belle et affreuse, terrible. Nécessaire, comme la vie et la mort.

Il doute un peu. Le froid danse dans son pelage hirsute. Il doute parce que Mélodie Lumineuse semble pensive, perdue dans un monde intérieur auquel il n'aura jamais accès. Il aimerait entrer dans les mondes invisibles des autres, pouvoir parcourir avec eux les landes de leur vie intérieure, mais ces landes sont dissimulées, cachées comme un trésor qu'on le briserait au toucher. Il se demande si l'amour fait fondre cette barrière de la méfiance et s'il ouvre le portail du jardin secret. Allez savoir.

Lui lieutenant ? La question le perturbe et il sourit bêtement s'imaginant, lui le grand guerrier timide, à la tête de son clan pendant la bataille, la fourrure au vent, le regard déterminé. Ou lui, le matin, mal peigné, qui demande à une petite troupe de s'absenter pour une patrouille, leur souhaitant succès et chance pour la chasse à venir. Il glousse comme un enfant à cette pensée. Voilà qui serait bien étrange non ? Et pourtant les clans ne manquent-ils pas de douceur ? Ne faudrait-il pas quelqu'un qui sache avoir de l'empathie à l'extrême comme lui ? Non, non, ce n'est pas de cela qu'ils ont besoin ils ont besoin de force et de témérité. De violence et de différences entre eux, assez pour les maintenir ennemis. Ce n'est pas lui, ça ne le sera jamais. Il se relève, finalement presque vexé après cette introspection dégradante. C'est ça faute à elle, enfin à lui, il a commencé. Mais il lui en veut, la réponse lui semble tellement évidente qu'il a l'impression qu'elle se moque de lui.

« Non, je ne vois pas qui serait assez bête pour me nommer lieutenant, il vaut mieux pas rêver quand on est comme moi ».

Freux ne précise pas sa pensée mais il sait qu'elle devinera, un idiot, comme lui ne pourra jamais espérer mieux qu'un ventre plein à la nuit tombée. Le futur ne l'appelle pas, rien ne l'attend, rien que la simple existence d'un chat sauvage, pas de chansons, pas d'épopées, pas de drames. C'est peut-être mieux comme ça se dit-il en essayant de se convaincre.

Soudain il se redresse, sa tête, comme celle d'une tortue, s'élève bien haut au dessus de ses épaules.

« Tu as déjà vu un bipède ? » demande-t-il comme si c'était la suite logique de la conversation.

Et il s'élance, file comme une flèche dans le sous-bois impressionniste. Couleurs, parées de jolies robes de bal, virevoltent autour de lui comme des danseuses, tenant le bras musclé d'Odeurs qui elles chatouillent le nez et préviennent du danger. Il fonce sans se soucier de savoir si Mélodie Lumineuse le suit ou non , après tout elle n'est pas encore lieutenante et la camaraderie n'est pas le fort de Freux. Il suit une pente qui longe les chutes et arrive quasiment en contrebas lorsqu'il s'arrête. Là il s'engouffre dans un petit buisson et darde ses yeux verts en contrebas.

Un bipède est là, qui observe la rivière, il porte une drôle de peau verte qui lui couvre entièrement le corps. Il y a des choses métalliques près de lui. Freux ne le sait pas mais il s'agit de cannes à pêche. Il y a aussi de petits bipèdes qui hurlent et courent partout. Ils ne savent pas élever leurs petits, il l'a toujours su. Et soudain une des grandes cannes sort de l'eau, au bout d'un fil invisible se balance un poisson. Leur poisson.

« Tu vois, les bipèdes volent tout, un jour ils voleront la forêt. Attention à ne pas se faire repérer par les bébés. » il dit cela sans même savoir si la reine est derrière lui. Encore une fois.

Il réfléchit aux bipèdes, à leur manière étrange de chasser avec des objets, loin de leurs pattes nues. Il a déjà vu un chat nu, très laid, le guérisseur de l'Ombre à l'époque. Quelle horreur. Il préfère son poil bien dense, bien touffu, pas question de voir sa peau. Il se dit que les bipèdes doivent attraper bien plus de poisson qu'eux, à quoi cela peut-il leur servir d'en tuer autant en si peu de temps ?



_________________

La perfection Naru.

Spoiler:
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel Sauvage
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 29
Age : 18
Date d'inscription : 18/10/2017


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Wanderers (Mélodie Lumineuse)   Mer 31 Jan - 14:16

Mac m'a dit que j'pouvais venir alors me voilààà

Wanderers
Douce matinée. Ciel Sauvage s'étire lentement. Les autres dorment bien, eux. Mais elle préfère chasser à l'aube, quand il n'y a personne près de la rivière. Ce n'est pas que la guerrière est "asociale" mais juste seule. Mais pourquoi s'effacer ? Il n'y a qu'elle qui sait. Ciel Sauvage sortit du camp en traînant un peu, elle aurait préféré dormir plus. Pas parce qu'elle se levait tôt, mais elle faisait beaucoup d'insomnies en ce moment. Une patrouille avait dû passer par ici, ça sentait le chat. La guerrière continua son chemin jusqu'au chutes d'eau. Le bruit infernale de l'eau qui s'écrasait dans la rivière était insupportable pour les oreilles à peine levée de Ciel Sauvage. Elle espérait pêcher quelque chose, mais il y avait des bipèdes. Les bipèdes étaient des humains bizarres. Le grand bipède tenait un objet long. Elle sursauta quand il releva son objet long de la rivière. L'objet tenait un poisson. Son poisson. Le poisson du clan de la rivière. La guerrière feula de rage. Ce bipède osait prendre son poisson. Il y avait d'autres petits bipèdes qui criaient et couraient partout. Ciel Sauvage ne les aimait pas non plus ceux la. Les petits bipèdes troublaient la chasse des guerriers et des apprentis en faisant tout ce boucan. La guerrière voulut en faire son affaire, mais deux autres chats étaient la. Elle reconnut Mélodie Lumineuse avec un guerrier dont elle ignorait le nom.  La chatte s'approcha d'eux lentement, en espérant que les bipèdes ne la voit pas. Elle adressa la paroles aux autres riverains en feulant.

"Fichu Bipèdes."

S'exclama elle. La guerrière dû hausser le ton, craignant qu'avec les chutes, les riverains ne l'entendraient pas.
Feat Mélo & Mac

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wanderers (Mélodie Lumineuse)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wanderers (Mélodie Lumineuse)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ? JEY&BETH « Toute âme est une mélodie qu'il s'agit de renouer. »
» Ma belle, ma mélodie, ma source de joie
» l'ile lumineuse
» De la même eau que pour les Spahis!!!
» enlumineur visage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome to the New Age :: ARCHIVES :: Cerfblanc :: Clan de la Rivière :: Territoires :: Chutes d'eau-
Sauter vers: