« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une âme perdue dans l'orage [ft Lumy (Nuage de Minuit)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Âme de Givre
P'tit nouveau.
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 35
Age : 19
Date d'inscription : 08/09/2017


MessageSujet: Une âme perdue dans l'orage [ft Lumy (Nuage de Minuit)]   Dim 17 Sep - 21:38

Une âme perdue dans l'orage




Âme de Givre chassait, comme habituellement dès qu'elle le pouvait. La chasse lui permettait de se libérer l'esprit. Lorsqu'elle guettait sa proie, ses souvenirs, ces démons qui ne la laissaient jamais en paix, se retrouvaient basculés dans un coin de sa tête, oubliés pour un temps.
Malheureusement pour elle, aucune proie ne semblait de sortie aujourd'hui. Malgré ses efforts, c'est les pattes vides que se retrouvait donc la Rôdeuse, après plusieurs heures de chasse.
Avec un soupir, Givre prit la direction du camp de l'Astre. Au vue de la distance à laquelle elle se trouvait, il lui faudrait un long moment pour y retourner.
La femelle se figea soudain en entendant un son, un son qui hantait ses cauchemars.
Un grondement de tonnerre.
Pensant - espérant plutôt - qu'elle l'avait imaginé, Âme leva la tête vers le ciel. Ses pupilles s’agrandirent de peur croissante lorsqu'elle remarqua que le ciel s’obscurcissait à vue d’œil, envahit par d'épais nuages noirs.
Un éclair zébra soudain le ciel, accompagné d'un grondement puissant, et la fourrure de la Rôdeuse se dressa sur son corps, preuve de sa peur.
D'ordinaire, la femelle se débrouillait toujours pour ne pas être dehors par temps d'orage. A chaque fois, elle était au camp, recroquevillée dans un coin en tentant de se boucher les oreilles pour ne pas entendre le tonnerre, et en luttant contre ses souvenirs.
Mais là, ce n'était pas le cas.
Elle était dehors, comme ce jour-là.
Lorsqu'un un nouvel éclair zébra le ciel et que la pluie se mit à tomber, la Rôdeuse indifférente n'était plus. Ses souvenirs reprirent le dessus.
Il ne restait qu'une chatonne terrifiée. Cette part en elle, que la Rôdeuse s'efforçait toujours de masquer au monde extérieur.
Cette part qui la poussa à détaler comme un lapin, sans prêter attention à la direction qu'elle prenait.
La pluie tombait à verse, la trempant jusqu'aux os et l'aveuglant partiellement, tant et si bien qu'elle ne remarqua pas qu'elle venait d'arriver sur les terres du Clan du Vent.
Elle était dans un état second, un état de peur, de terreur pure, qu'elle n'avait pas vécu depuis la destruction de la Meute. Depuis la mort de sa famille.
Sans réfléchir à ce qu'elle faisait, elle sauta dans le premier terrier - heureusement déserté - de renard qu'elle trouva.
Elle se recroquevilla sur elle-même, au fond du trou. Trempée, terrifiée, la femelle plaqua ses pattes sur ses oreilles, dans l'espoir d'atténuer les grondements du tonnerre lui parvenant, et ne chercha pas à retenir ses plaintes à chaque coup de tonnerre.

_________________
Présentation d'Âme de Givre

Couleur des paroles d'Âme : #407CA4


Merci beaucoup à Laë pour ce magnifique kit ! hug :
 



Crédits : Les images utilisées pour mes messages rp's ne m'appartiennent en aucun cas, et reviennent à leurs propriétaires respectifs, de même que le code que j'utilise pour les dits rp's. Je n'ai fait que les personnaliser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie Lumineuse
Intéressé-e.
Intéressé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 519
Age : 15
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Une âme perdue dans l'orage [ft Lumy (Nuage de Minuit)]   Ven 22 Sep - 19:35

 
Une âme perdueSo shut your eyes Kiss me goodbye

Il est seul, seul avec au dessus de lui le ciel qui s'apprête à se déchaîner. Il est solitaire, comme toujours. Oh, il appartient à un clan, à un tout. Mais il n'est qu'une âme esseulée parmi les autres, il n'a pas la sensation de faire vraiment partie d'une unité. Au dessus de sa tête, les nuages, gris la minute d'avant, maintenant noirs. Nuage de Minuit se fond dans l'obscurité, et dans son cœur monte l'euphorie. Un premier coup de tonnerre, suivit d'un éclair. Dans ses veines, l'excitation et la peur qui se mélangent. Son âme qui frémit, tressaute un peu plus au gré du sifflement du vent.

Sous l'orage, il a oublié les recommandations qu'on a pu, un jour, lui faire. "Ne reste pas seul dans la lande un jour d'orage!". Non, il ne s'en soucie pas. Il laisse juste le tonnerre faire vibrer son cœur, le tonnerre éblouir ses yeux, le vent emmener ses peines au loin. Pour la première fois depuis longtemps, il se sent vivant. Incroyablement vivant. C'est une drôle de vision, ce matou maigre, d'habitude apeuré et ramassé sur lui même, qui fait face aux éléments de toute sa hauteur, sans détourner les yeux. Sa fourrure est hérissée, car il ressent la peur, mais elle est perdue dans ses autres émotions, n'est qu'un ingrédient qui alimente l'adrénaline qui le parcourt tout entier. Son apparence est calme.

Combien de temps reste t-il ainsi, fasciné par ce ciel coléreux, fasciné par la puissance des sentiments qui parcourt son cœur à lui? Il aurait pu rester ainsi jusqu'au milieu de la nuit, si il n'y avait pas eu le bruit. Une plainte aigue, un cri de terreur pourtant si faible, noyé dans la tempête. Il aurait pu ne pas l'entendre, l'entendit. Pensa qu'il l'avait rêvé, jusqu'à ce que le son reprenne. Il y avait bien quelqu'un non loin, quelqu'un qui ne paraissait pas au mieux de sa forme, et qui avait sûrement besoins d'aide. Et Nuage de Minuit prend soudainement peur, il absorbe les émotions transmises dans le cri, les fait involontairement siennes. Une vague de détresse, d'angoisse, le submerge. Il faut qu'il fasse quelque chose, avant de céder encore plus à la panique. D'où venait ce bruit bon sang? Il se dirige à l'aveugle, le tonnerre s'est changé en ennemi, un ennemi assourdissant, aveuglant. Dans la lande, tout paraît plat, le paysages éclairé par intermittence est vide. Le seul personnage que Minuit pourrait s'attendre à venir ici et maintenant seraient des fantômes venus se venger de leur vies passées. C'est ainsi qu'il progresse, titubant et criant à travers le vent pour signifier qu'il arrive, qu'il essaye, même si il ne sait pas ou aller. Il est trempé, depuis combien de temps? Il ne se rappelle pas avoir sentit la pluie coller son pelage à son corps, mais maintenant qu'il en prend conscience, le voilà frissonnant.

Et enfin, il le sent. La sent. A l'entrée d'un terrier, l'odeur de la peur, déjà à moitié effacée par la pluie. L'odeur de la peur, surmontée par une touche sauvage, par l'odeur des pierres froides. Une femelle, Nuage de Minuit en est sûr. Il ne brille pas dans beaucoup de domaines, mais son odorat ne l'a pas souvent trahit. Il y a un chat là dedans, et c'est sans plus hésité que l'apprenti aux larges épaules s'engage en frémissant dans la noirceur de la cachette. Cette sensation d'être sous terre...tandis qu'il rampe presque dans l'obscurité, Nuage de Minuit doit se concentrer pour ne pas suffoquer. Il n'aime pas du tout ça. Enfin, il arrive dans une sorte de mini tanière, ou il peut se redresser un peu et reprendre son souffle. Le noir est complet, parfois rompu de la lumière d'un éclair apparaissant vaguement depuis l'entrée du terrier. Et au fond, blottie contre la paroi, une masse informe, gémissant continuellement de détresse.

Nuage de Minuit reste immobile un instant, tétanisé. Comment annoncer sa présence dans un moment comme celui là? Comment réconforter quelqu'un dans un tel état? Il ne le sait pas, mais personne d'autre que lui n'est là. Personne n'agira à sa place aujourd'hui, personne ne lui dira quoi faire.
Alors Nuage de Minuit s'approche, et, lui qui évite d'habitude tout contact, vient s'asseoir près de la femelle.

« Hey... Eh, ça ne va pas? »

Question débile, la réponse est évidente. Il soupire, reste silencieux. Le temps de chercher des mots, de les goûter du bout de la langue, de s'assurer qu'ils sont bien choisis.

« Tu sais, j'ai peur de pleins de choses moi. J'ai peur des gens, de leurs regards. J'ai peur de moi, de ce que les gens voient en me regardant. Et aujourd'hui, j'ai découvert que j'avais peur en étant sous terre. Entrer dans un terrier de renard abandonné, c'est une première pour moi aussi. » 

Il a peur des mots aussi, de leurs effets dévastateurs. Mais ce soir, il va bien être obligé de les utiliser. Ou d'essayer du moins.

« En général, j'ai moins peur quand il y a des gens que je connais près de moi. Des gens en qui je peux faire confiance. Pas toi? »

Il essaye d'obtenir une réaction, autre chose que ces pleurs.

« Dis moi, ou sont-ils les gens en qui tu as confiance? Tu veux que je t'accompagnes jusqu'à eux? »

_________________



Merci à tous les gentils et merveilleux créateurs:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Âme de Givre
P'tit nouveau.
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 35
Age : 19
Date d'inscription : 08/09/2017


MessageSujet: Re: Une âme perdue dans l'orage [ft Lumy (Nuage de Minuit)]   Sam 23 Sep - 1:22


Une âme perdue


Âme entendait le tonnerre. Ce grondement qui, pour elle, ne semblait jamais avoir de répit. Les souvenirs se succédaient, tournant en boucle dans sa tête. La foudre, les miaulements de terreur, l'arbre. La foudre, les miaulements... Encore et toujours, les mêmes souvenirs. La femelle était plongée dans une boucle infernale. Une boucle dans laquelle chaque coup de tonnerre la plongeait davantage.
Pourtant, une voix s'éleva, transperçant l'écho incessant des miaulements. Elle comprit cependant à peine ce que la voix demanda. 
Ce fut si bref cependant, que Givre craignit d'avoir rêvé. Les miaulements reprirent de la vigueur, résonnant de nouveau dans son crâne, et la femelle émit une nouvelle plainte. Non, elle ne voulait pas avoir rêvé cette voix. La guerrière solitaire qu'elle incarnait d'ordinaire n'était plus, détrônée par la chatonne terrifiée dès que le premier coup de tonnerre avait retentit. Non, plus que jamais, Givre ne voulait pas être seule. Elle ne pouvait pas être seule. 
Cependant, lorsque la voix retentit de nouveau, atténuant davantage les cris de terreur résonnant dans l'esprit d'Âme, celle-ci se concentra davantage sur les mots prononcés, avec un certain espoir, et un soulagement non feint. Elle n'était pas seule.
Elle compris que le félin parlait de la peur. Oui, il disait qu'il avait peur, lui aussi. Les mots se firent plus nets, à mesure qu'Âme se concentrait dessus.

-...J'ai peur des gens, de leurs regards. J'ai peur de moi, de ce que les gens voient en me regardant. Et aujourd'hui, j'ai découvert que j'avais peur en étant sous terre. Entrer dans un terrier de renard abandonné, c'est une première pour moi aussi. Il y eu un court instant de silence, puis. En général, j'ai moins peur quand il y a des gens que je connais près de moi. Des gens en qui je peux faire confiance. Pas toi ? 

Ces mots résonnèrent en Âme de Givre. Elle ne connaissait personne. Elle s'était toujours interdit de créer de quelconques liens avec autrui. Les miaulements terrifiés étaient désormais bien plus faibles, permettant à Givre d'entendre clairement les mots qui s'élevèrent ensuite :

-Dis-moi, où sont-ils les gens en qui tu as confiance ? Tu veux que je t'accompagne jusqu'à eux ?

Ces mots ne firent qu'imposer une vérité que Givre n'aurait pourtant pas dû ignorer.
Elle n'avait personne. Kyrielles d'Âmes était la seule en qui Âme avait une totale confiance, et maintenant qu'elle avait sa propre famille, Givre ne pouvait pas lui demander d'être toujours présente à ses côtés. La Guide en avait déjà bien assez fait pour elle, et la Rôdeuse lui en serait éternellement reconnaissante, mais elle ne pouvait pas continuer à s'appuyer sur elle ainsi.
Sauf que, à cause de son attitude distante et froide envers les autres, Âme de Givre était vraiment seule. Et là, confrontée à ses pires démons, elle le regrettait. Elle regrettait cette solitude, qu'elle s'était imposée.
Givre releva lentement le regard vers le félin se trouvant à ses côtés, mais dans la pénombre, et à cause de ses yeux embués de larmes, la femelle était bien incapable de le voir avec précision. Cependant, son odorat lui apprit qu'il s'agissait d'un mâle, appartenant au Clan du Vent.
Un nouveau coup de tonnerre retentit, et un éclair zébra le ciel. Avec une nouvelle plainte effrayée, Givre se recroquevilla sur elle-même en tremblant. Quelques instants après que le grondement se fut éteint, elle répondit enfin à la question de son voisin en soufflant, d'un air perdu et d'une voix tremblante :

-Personne... Je n'ai personne...


©Didi Farl pour Never-Utopia



_________________
Présentation d'Âme de Givre

Couleur des paroles d'Âme : #407CA4


Merci beaucoup à Laë pour ce magnifique kit ! hug :
 



Crédits : Les images utilisées pour mes messages rp's ne m'appartiennent en aucun cas, et reviennent à leurs propriétaires respectifs, de même que le code que j'utilise pour les dits rp's. Je n'ai fait que les personnaliser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie Lumineuse
Intéressé-e.
Intéressé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 519
Age : 15
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Une âme perdue dans l'orage [ft Lumy (Nuage de Minuit)]   Jeu 19 Oct - 16:07

 
Une âme perdueDown your voice,
I heard you've been bleeding


Il se tenait près d'elle, la fixant d'un air interrogateur, tentant de savoir, tentant de comprendre. Au dehors, les coups de tonnerre continuaient à mugir, le vent à siffler. L'apprenti n'en tient plus compte, son cœur leur est fermé. Il a compris que la plus grande tempête n'est pas celle des éléments déchaînés au dehors, mais qu'elle se trouve sous ses yeux, dans le cœur de cette grande femelle blanche. Mais il ne sait pas comment la calmer, il peut seulement attendre prostré, attendre une amélioration, un changement. Il parla, essayant de couvrir le vent au dehors, baissant la voix seulement en constatant que les miaulements terrifiés étaient plus faibles, plus espacés. Il voudrait s'approcher plus,  peut-être réconforter la femelle en lui offrant de la chaleur, mais il en est incapable. Même dans cette situation, sa peur de l'autre prend le dessus, l'empêche de bouger. Mais il peut parler.

Maintenant que l'odeur de la peur est plus voilée, Nuage de Minuit peut sentir une odeur inconnue émaner du félin. Elle est plus musquée, sauvage, et minérale. Il se rappelle l'avoir déjà sentit, mais où? Il est sûr qu'elle ne provient d'aucun des quatre clans. Il n'est jamais beaucoup sortit de chez lui mais il saurait tout de même connaitre un clanique. Il se fait ces réflexions tout e parlant, laisse les mots glisser de sa gorge comme une rivière, n'y réfléchit plus. La guerrière, il est sûr que c'en est une, ne paraît même pas écouter, elle reste blottie contre la paroi sombre, toute de gémissements faibles et de larmes. Un long moment passe, et il désespère. Désespère d'arriver à l'aider, d'arriver à la sortir de là, d'arriver à sortir de là, lui aussi. Il a peur.

Il faillit renoncer. Il en est sur le point lorsque la femelle blanche semble enfin recouvrir ses esprits, lorsqu'enfin elle le regarde. Deux grands yeux embués de larmes, qui brillent dans toute cette obscurité étouffante. Deux point de lumières, perdus dans le noir. Nuage de Minuit a enfin l'attention qu'il cherchait. Il accroche ce regard, tend vers lui. Ne le lâche plus de ses iris verts. Il les tiens. Son regard est peut-être trop insistant, trop inopportun. Mais ici et maintenant, il n'a que faire de cela. Si il peut faire quelque chose, c'est maintenant, alors il ne lâchera pas cette chance.

« Personne...Je n'ai personne...»

Un chuchotement, tremblant et ridicule. Et celle qui l'a déposé là semble le découvrir, comme une révélation évidente qui arriverait trop tard. En est-ce une? Nuage de Minuit ne sait pas. Il ne sait pas quoi faire de ces mots qu'il a pourtant tant attendu, qu'il a espéré pouvoir obtenir pendant de longues minutes. Ils flottent devant lui maintenant, mais il ne sait pas quoi en faire, comment les accueillir et comment y répondre.
« D'où viens-tu? »
Sa voix est claire, compatissante. Les efforts qu'il a fait pour qu'elle ne soit pas tremblante ont payés, mais ces paroles sont inutiles: Nuage de Minuit se souvient de la réponse au moment ou il pose la question. Nuage de Ronces. Elle portait la même odeur à quelque nuances près le jour où elle est revenue de l'Astre. Cette odeur de pierre et de soleil, il s'en souvient maintenant. Mais il se tait tout de même, se disant qu'il y a peut-être plus de choses à dire, ou plus de choses à taire. Ce n'est plus à lui de parler, maintenant que l'inconnue semble revenue dans le monde des vivants.

_________________



Merci à tous les gentils et merveilleux créateurs:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une âme perdue dans l'orage [ft Lumy (Nuage de Minuit)]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une âme perdue dans l'orage [ft Lumy (Nuage de Minuit)]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis perdue dans les couches lavables !
» Pierre perdue dans un parc... et retrouvée !
» SOS KIANI, croisée beauceronne perdue dans le massif du Garlaban (13)
» Perdue dans les pigments et autres...
» Perdue dans les SENE-SENEY-LESENEY-SENAY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan du Vent :: Territoires-
Sauter vers: