« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance,

la fin de ma chute. » Valse des Étoiles
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retours & Arrivées |ft. Clan de la Lune, prio Odyssée|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1829
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Retours & Arrivées |ft. Clan de la Lune, prio Odyssée|   Sam 27 Mai - 21:48

Retours &
Arrivées

Des questions, tant de question me hantent. J’ai cherché, parmi l’obscurité, les réponses. Mon esprit pour s’étirer à l’infini, l’élastique prêt à se briser à tout moment. Certaines choses refusent de s’expliquer. Certaines choses m’échapperont toujours, ces réalités impossibles, ces non-dits, ces éléments invisibles qui reviennent nécessairement me hanter. Comment mesurer l’amour qu’une mère porte à ses petits, par exemple? J’ai souvenir de longues périodes couché à l’entrée de la pouponnière, à scruter les reines s’afférer auprès de leur progéniture. Je me souviens de leur acharnement, des soins, des ronronnements parmi l’obscurité, de la tiédeur, de l’odeur entêtante du lait. Et d’avoir pensé… comment? Quelle pulsion porte une mère à s’enchaîner de ses petits? À mettre sa propre vie en danger? Au sein d’un Clan, les reines se trouvent protégés de guerriers et guerrières, on leur offre soins et nourriture. Mais à l’extérieur de ce territoire, quel espoir subsiste pour ces femelles et leurs enfants? Comment expliquer alors cet amour, cet «instinct maternel» tel qu’on me l’a décrit? J’étais jeune à l’époque. Il me fallait tout savoir. Aujourd’hui, malgré l’ampleur des questionnements, je préfère ignorer les réponses. Pourquoi les Étoiles ne m’ont-elles pas poursuivi dans mon pèlerinage? Où sont leurs murmures désormais? J’ai beau retourner ces interrogations parmi mon esprit, l’exercice m’épuise et encore une fois, je soupire parmi mes silences, continuant ma route. Chaque pas plus difficile que le dernier.

Je devrais ouvrir ma gueule, apprendre à connaître la chatte qui chemine à mes côtés, préférant peut-être respecter mon mutisme plutôt que de me troubler davantage. Je parviens encore avec peine à accuser le choc. Fleur n’est nulle autre que ma propre sœur, perdue bien avant ma naissance, avalée par les flots de la rivière et jetée au loin. Privée de souvenirs, elle prend finalement le chemin du Clan, avec moi pour guide. Néanmoins, j’ai promis, pour assurer la sécurité des miens, de ne jamais remettre les pieds parmi le royaume des ombres. J’ai quitté précipitamment ma tribu et ma famille après de trop nombreux épisodes d’assouvissement, de perversion par les Étoiles Noires. Je suis coupable de trop de crimes, représente encore un danger pour les mains entre les mains de mes geôliers invisibles. Eux aussi, j’ai tâché de les comprendre, mais surtout de les dissuader. La peur aura dominé ma raison, je m’en rends compte désormais. Ce recul me permet de réfléchir, un peu moins confusément, aux événements ayant précipité mon départ. Mon cœur m’élance tandis que je reconnais parmi la brise l’odeur familière de mon territoire. Il me semble deviner les odeurs caractéristiques de membres précis de mon Clan. Qui est donc passé par ici? Poussière de Lune, peut-être, ses herbes à la gueule. Ou encore Masque de Rosée, la queue haute et fière, à patrouiller la frontière. Ou peut-être ma mère, à guetter mon retour. J’espère vivement l’éviter. Tandis que les limites du territoire de la Lune se dessinent face à nous, je m’arrête. Je n’aurais jamais dû revenir ici.

Tout me paraît familier, beaucoup trop familier. Les arbres dansent sous un ciel gris. Je reconnais chaque son, chaque pullulement, chaque senteur dissimulée parmi le vent. Pire encore que la familiarité, le manque me cloue sur place, tendu et amer, le regard rivé vers un horizon inaccessible. Je n’ai jamais même considéré l’idée, le retour. Même maintenant, je me détourne vers ma sœur, celle-là même dont je ne connaîtrai que le nom et des extraits de son histoire. Il est plus aisé de se quitter en tant qu’inconnus, me dis-je. Elle racontera peut-être m’avoir vu. Que dira Eclipse? Elle se lancera à ma poursuite, poursuivra mes traces. Je devrai marcher dans la rivière. La surclasser, brouiller mes pistes. Elle doit s’occuper de ses petits, de notre famille. Ma jumelle, tout comme les autres, je devrai les éviter afin de les protéger. La forêt, pour le moment, s’avère silencieuse. Je la considère non plus avec peur, mais avec une sorte de détachement. Je me sens béni par le pouvoir des Étoiles, et non plus chassé par mes terreurs. Pour la première fois depuis des lunes et des lunes, je puis me tenir ici sans ressentir leur emprise sur moi.

«Nous y sommes. Tu devras faire le reste du chemin par toi-même, Fleur. Je doute qu’on traite bien un traître les ayant quittés.»

Combien de temps maintenant? Presque deux lunes maintenant. J’ai compté chaque lever du soleil. Jour après jour. Je consulte ce territoire avec culpabilité. Toujours, ce sentiment qui me ronge, pire que tous, celui qui me tient éveillé. Je suis si faible. Je n’avais qu’un désir, celui de voir, de goûter, ne serait-ce qu’une fois de plus, à ce passé que je chéris malgré moi.

«Je dois y aller. Tu trouveras probablement une patrouille sur ton chemin, ils te mèneront au campement. Tu n’auras qu’à leur dire qui tu es. Ils ne douteront pas de toi. Tu leur ressemble trop.»

Je regarde ailleurs, incapable d’affronter ses prunelles plus longtemps. Si familières.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belle de Nuit
Admin Nighty.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1916
Age : 23
Date d'inscription : 23/06/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Retours & Arrivées |ft. Clan de la Lune, prio Odyssée|   Mar 4 Juil - 17:43


Fleur


Fébrile. Voilà le mot qui serait probablement le plus adapté pour décrire Fleur à cet instant, bien qu'elle se garde le plus possible de le montrer, restant aussi mesurée que faire se peut. Pourtant cette fébrilité qui la gagne un peu plus à chaque instant, à chaque pas la rapprochant de son passé, de sa vie & de son avenir, est tout simplement indéniable. Plus un mot n'a été échangé avec Torrent de Foudre depuis un bon moment, & elle ne cherche pas à le brusquer ; elle ne voudrait pas le faire fuir. Peut-être se retrouver sur leurs terres le fera-t-il hésiter, même changer d'avis, peut-être croiseront-ils quelqu'un qui saura le convaincre de ne pas rebrousser chemin tout de suite, ou même le pourra-t-elle elle-même pour le prier de ne pas l'abandonner à la frontière, qu'elle ne saurait pas retrouver le camp après n'avoir parcouru qu'une unique fois il y a si longtemps le chemin le séparant de la rivière. Peut-être. Qui sait. Elle espère, que peut-elle d'autre à ce sujet? Après tout elle ne pourra pas le contenir de force, & elle craint fort de ne pas le connaître assez pour trouver les mots qui le feront rester plutôt que disparaître à nouveau.

Finalement la voix rauque de tant de silence de son guide retentit, annonçant que leur destination se trouve face à eux ; & la femelle bicolore lève aussitôt la truffe, inspirant profondément pour sentir rapidement sa gorge se serrer d'une émotion intense. Oui, aucun doute. Ces fragrances, elle ne les a plus senties depuis bien longtemps, mais elles sont restées ancrées au plus profond d'elle-même. L'odeur a légèrement évolué certes, mais elle la reconnaîtrait entre mille. Le parfum de la Lune, de ses terres & des siens. Portant son regard sur la rivière, il lui semble même reconnaître la pierre plate & glissante, couverte de mousse, depuis laquelle elle a chuté pour être entraînée loin de sa vie quelques saisons plus tôt. Un léger gémissement s'échappe de sa gorge malgré elle, suivi d'un frêle ronronnement. Ca y est, elle y est. Chez elle. Une vague de joie s'empare d'elle, faisant briller ses yeux, faisant trembler tous ses membres. Balayée brutalement par l'annonce abrupte que lui assène son frère, avant même qu'elle n'ait pleinement eut le temps d'assimiler l'émotion d'avoir retrouvé ce qu'elle cherchait depuis si longtemps ; la terre de son enfance, de ses souvenirs enfin retrouvés. D'un sursaut elle se retourne vers lui, désemparée par cet adieu si brutal, cherchant les mots qui subitement lui échappent, ces quelques ébauches de phrases qu'elle avaient préparées pour tenter de le convaincre de la guider un peu plus loin. Avec un certain désespoir venant saper violemment son enthousiasme précédent, elle le fixe ; incertaine. Un peu effrayée peut-être.

- Torrent de Foudre?

Un nouveau sursaut, bien plus discret cette fois-ci, lui échappe à l'entente de cette nouvelle voix, douce & un peu hésitante. Tournant le regard vers sa propriétaire, elle découvre une jeune féline immaculée, une apprentie sans nul doute, au regard d'émeraude. Devant elle, quelques herbes médicinales ; une soigneuse peut-être? Rapidement, l'étincelle de trouble disparait de ces yeux verts qui se font plus durs, son expression plus provocatrice et son ton presque insolent alors qu'elle enchaîne rapidement, coupant au matou toute possibilité d'esquiver ses paroles.

- Reine des Fées est en train de mettre bas, ce sont tes petits Torrent de Foudre. Vas-tu fuir cette responsabilité-là aussi, l'abandonner à nouveau? Ces chatons auront besoin d'un père.

fiche by Nighty Jaegan.

_________________


Journy :
 
Odyssée :
 
Hope :
 
Eclipse :
 
Colombe :
 
Vipère :
 
Hymne :
 
Myriade :
 
Olivine :
 
Plumy :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1829
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Retours & Arrivées |ft. Clan de la Lune, prio Odyssée|   Jeu 6 Juil - 2:00

Retours &
Arrivées

Nous avons tous pris des décisions. Ils jugeront, derrière leur vertu, leur foi, leur crainte de l’hors-norme. De la spontanéité, du défi des lois, ils ne comprendront pas. Mon choix demeurera ainsi, un mystère aux yeux n’ayant pas porté mon poids des lunes durant. À ceux qui n’auront pas ressassé cette décision, encore et encore, le moulin de réflexions ayant causé l’épuisement. Les pattes contre les frontières, tout en moi me porte vers l’avant, vers les êtres chers. Vers tous ceux que j’ai juré d’aimer. Profondément, de tout mon souffle, tout mon cri, tout mon sang, toutes mes griffes. L’amour n’a pas suffi, ceux qui diront le contraire gaspillent leur intelligence parmi la naïveté. La simple proximité de ce passé me rend tout aussi fébrile que celle que j’ai guidé jusqu’ici, différemment néanmoins. Son ronronnement de soulagement ne fait qu’approfondir mon malaise. Une autre sœur que j’aurai condamné à leurs gueules avides, n’est-ce pas? Ici, les Étoiles Noires se taisent encore, mais la peur revient. Cette souffrance insidieuse qui vrille mon âme. Les exigences me hantent encore, toutes ces déceptions. Une bile amère pour me brûler la langue et la gorge, je contemple tout ce que j’ai pu laisser derrière, tout ce que je désirais accomplir à une époque et qui ne se réalisera jamais. J’ai mal, mal de penser à tout ceci et je regrette d’avoir laissé Fleur me convaincre autrement, de l’avoir laissé me faire espérer, malgré tout, que tout s’arrangerait, que tout irait pour le mieux.

Je refuse de l’entendre. Ce sermon qu’elle prépare assurément. Ce message qui me donnera envie, envie d’une autre vie. Je ne peux pas. Je me retourne, prêt à entamer un second voyage qui me mènera plus loin encore, là où je ne pourrai plus espérer, plus regretter. Une voix m’arrête, familière, et je fais volte-face comme on saisit une chance. J’ai reconnu mon nom, et celui me heurte jusqu’au plus profond de moi-même. Je ne suis plus l’inconnu près de la rivière. Je suis Torrent de Foudre. Puis un autre nom, Reine des Fées. Mon cœur bondit, la terre entière cesse de tourner, les étoiles parmi le ciel pourraient bien tomber de ce nom…! L’impératrice de mon cœur nommée que ma flamme se rallume, que l’affection que je portais pour elle reparaît avec tant de force que je menace de m’écrouler. Je me fais petit, si petit devant Colombe, devant Fleur. J’ai si souvent considéré les amoureux avec mépris. Me voilà sans souffle, simplement de savourer le souvenir de son visage. Je mets un instant à réaliser la suite, ces autres mots qui n’ont aucune importance face à ceux désignant ma dulcinée. Je décortique la phrase telle qu’elle me parvient. «Mettre bas» me fait aussitôt me redresser, mais jamais autant que «ce sont tes petits».

«Que… Mais… Nous n’avons pas…»

Oh… Si. Mes oreilles se plaquent contre mon crâne d’embarras à revivre ce moment d’affection irréfléchi et passionné, environ deux lunes auparavant. Les événements s’enchaînent parfaitement, la chose prononcée par ma petite cousine une possibilité, totalement. Néanmoins l’idée ne parvient pas à faire son chemin. Ce rêve, je l’ai cru inaccessible suite à mon départ. J’ai chéri le projet de me reproduire et d’assurer ma descendance depuis aussi longtemps que je me souvienne, mais jamais je n’aurais imaginé lier mon existence ainsi à celle de Reine des Fées. Je devais simplement engrosser une femelle et regarder grandir mes petits avec fierté, m’assurer de les former. Père. Je connais le qualificatif et sa définition, les critères d’inclusion et les responsabilités qui viennent avec. Dorénavant, il me faudra les aimer.

«Pousse-toi de mon chemin.»

Je la toise de haut, de sur ce perchoir où je n’ai plus osé me hisser. Droit, déterminé, j’offre à l’apprenti tout mon jugement et tout mon insolence, tel que je l’étais à son âge. Je ne lui donnerai pas le droit, pas le droit de commenter mes actions. Qui est-elle pour comprendre? Mais n’aurais-je pas dit la même chose à sa place?

«Viens, Fleur. Nous rentrons.»

C’est à ce moment que je me mets à courir, bousculant Colombe au passage. Je me souviens de ce moment où j’ai dégringolé la pente de l’entrée du campement, hanté par mes terribles songes, le regard fou, pour la sauver, la sauver elle. Désormais, je vole à elle de nouveau, cette fois parfaitement lucide, avec comme seule pensée eux. Ces petits que je ne savais pas avoir. J’aurai le loisir plus tard de paniquer à l’idée de leur venue, de m’enquérir sur ce que je suis désormais ou sur ce que ce retour signifie pour moi. Pour l’instant je suis père, et j’atterris au centre du campement en criant son nom, le regard embué de larmes, le cœur lourd et bouleversé de tous ces visages qui me toisent. Revenant, portant entre ses pattes son cœur en miettes. Je ne sais pas, je ne sais plus. Je scrute ces silhouettes, aveugle, cherchant dans ma confusion mon étincelle.

«S’il vous plaît… menez-moi à elle…»

Mes pattes me paraissent si faibles sous moi… Je crains de me briser.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3875
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Retours & Arrivées |ft. Clan de la Lune, prio Odyssée|   Jeu 6 Juil - 12:47

Retours & Arrivées
Clan de la Lune & Masque de Rosée





Tout départ est une fuite. Un abandon.
Dans tous les sens du terme, Torrent de Foudre avait abandonné – sa famille, ses ambitions, son devoir. Il avait cédé à la puissance insidieuse des Etoiles Noires, et Masque de Rosée lui en voulait terriblement. Elle reprochait à ce frère absent tous les maux qui frappaient désormais leur clan ; lui imputant bien souvent des crimes qu'il n'avait pas commis, elle l'aurait bien volontiers accusé d'avoir provoqué une pluie de sauterelles si jamais tel événement avait pu se produire, avec toute la mauvaise foi dont elle était capable. Mais quelque part, elle était persuadée d'avoir raison, et surtout cela soulageait un peu son esprit de désigner un coupable pour tous les malheurs qui s'acharnaient sur les siens. Un peu.
Car n'était-ce pas la perte d'un fils qui teintait de tristesse les yeux de sa mère, d'ordinaire si silencieux ? Belle de Nuit n'en parlait pas, ne parlait guère. Elle avait toujours été secrète, mais même ainsi, sa peine était flagrante aux yeux de sa fille aînée. Et n'était-ce pas la disparition d'un jumeau, un soutien indéfectible, que devrait supporter Eclipse Solaire chaque jour de sa vie ? Rosée ne savait que trop bien ce que sa cadette pouvait ressentir. Et cela la révoltait au plus profond de son être ; que ce départ ait pu être volontaire, réfléchi, assumé. Torrent de Foudre avait eu la possibilité de revenir, quand la mort avait définitivement arraché de la terre Petite Fleur et Petite Lune, laissant derrière elle une Petite Rosée bien seule. Une injustice qu'elle portait encore sur ses épaules et à laquelle s'ajoutait désormais l'absence d'un frère.
Oui, Torrent de Foudre avait laissé bien des chats derrière lui. A ceux-là s'ajoutaient Plume Agitée, Nuage de Flèches, Etoile Destinée... sa famille.
Mais sa faute était bien plus grande encore.

Anxieuse, Masque de Rosée jeta un regard à Féerie des Fées couchée sur le flanc. Il régnait une atmosphère électrique dans la pouponnière, comme avant un orage. Sans savoir pourquoi, elle appréhendait une mise bas difficile pour son ancienne apprentie. Le souvenir de la sienne s'imposa à son esprit et elle se rappela la douleur, la fièvre, la peur aussi. Mais les circonstances étaient différentes... Tentant de rationaliser ses craintes infondées, la guerrière se répéta que tout irait bien pour Fée, car elle était entourée de reines et assistée par leur guérisseuse. De plus, Nuage de Colombe était partie chercher des plantes et ne tarderait pas à revenir. Tout cela, elle ne l'avait pas eu lors de la naissance de ses chatons... Oui, mais Etoile Sombre était là. Sa seule présence avait suffi à l'apaiser et lui donner les forces nécessaires. Or, en partant, Torrent de Foudre avait aussi privé sa compagne de ce soutien primordial, pas seulement au moment fatidique mais aussi pendant presque deux lunes d'attente...

Une fois de plus, la guerrière d'ébène sentit la colère poindre en elle à la pensée de son petit frère, avec qui elle avait toujours eu une relation difficile. Plus d'une fois ce mois-ci, elle s'était promis que si par hasard elle le croisait lors d'une sortie, elle le ramènerait par la peau du cou vers ses responsabilités sans aucun égard pour sa dignité. Mais l'occasion ne s'était pas présentée, heureusement pour lui. Rosée décida finalement de sortir de la pouponnière quelques instants, espérant que l'air frais calmerait son humeur ; cela lui permettrait de plus de guetter l'arrivée de Nuage de Colombe. L'attente lui semblait terriblement longue et l'impuissance dans laquelle elle se trouvait la rendait folle. La guerrière n'avait jamais été la plus patiente du clan... Une fois dehors, elle se mit à faire les cent pas, jusqu'à ce qu'un bruit de course attire son regard en direction de l'entrée. Néanmoins ce ne fut pas la jeune apprentie blanche qu'elle s'attendait à voir qui déboula du tunnel d'ajonc. Au nom de sa compagne qu'il cria, sa sœur répondit par le sien, mais muet. Torrent de Foudre.

Interdite, elle le regarda s'approcher, éperdu, bouleversé, comme brisé ; elle, restait de marbre. Pendant quelques secondes, elle sembla profiter de cette démonstration d'émotivité si rare chez son cadet, se délectant presque cruellement de le voir si confus, perdu comme un nouveau-né, comme si cela pouvait compenser toute la peine qu'il avait causée chez les autres, chez ceux qui étaient restés. Et puis son masque se brisa, elle oscilla entre colère et compassion, un mince fil tendu entre deux extrêmes qui s'affrontèrent au creux de ses prunelles. Maintenant qu'il était devant elle, elle se demanda si elle ne préférait finalement pas le chasser loin pour le punir de tout ce qu'il leur avait fait enduré sans le savoir. Et elle l'aurait probablement fait, s'il n'y avait pas une reine prête à mettre bas dans la pouponnière, s'il n'y avait pas cette Fée qui avait besoin de lui. Je le fais pour elle, pas pour toi.

« Entre, idiot » furent les mots par lesquels elle accueillit son frère. « Tu arrives juste à temps. »

Elle s'écarta pour le laisser passer ainsi que Nuage de Colombe, et ce fut alors qu'elle s'aperçut de la présence de l'étrangère. Pourquoi n'avait-elle pas été alertée avant ? Pour la sentinelle qu'elle était, une simple odeur inconnue aurait dû suffire. Mais même à présent qu'elle scrutait sans gêne son pelage et son visage, elle n'arrivait pas à être inquiétée de son arrivée. Confuse, la guerrière mit son absence de réaction sur le compte du trop-plein d'émotions ressentie depuis quelques jours. Elle ne pouvait cependant détacher son regard de celui de l'étrangère, maintenant ainsi un contact toujours aussi muet ; tandis que dans les brumes de son esprit, quelque chose s'agita. Cela dura quelques secondes, le temps pour quelques félins de s'interrompre dans leurs tâches et de s'approcher de leur duo, et parmi lesquels Etoile Destinée se fraya un passage. Ses traits étaient tirés, signe de la fatigue qui ne la quittait plus que rarement, mais pour une fois ses iris furent éclairés d'une lueur de surprise.

« Quelqu'un pourrait-il m'expliquer ce qui se passe ici ? Qui est-ce ? »

Masque de Rosée ne s'en souvenait pas. Pas encore.

_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belle de Nuit
Admin Nighty.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1916
Age : 23
Date d'inscription : 23/06/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Retours & Arrivées |ft. Clan de la Lune, prio Odyssée|   Jeu 6 Juil - 15:27


Belle de Nuit


Perdue, voilà désormais le qualificatif qui semblerait le mieux s'adapter à Fleur. Les mots lâchés par la jeune femelle qui semble bien connaître son frère -plus qu'une simple camarade de Clan du moins-, font l'effet d'un véritable séisme. Tout un panel d'émotions passe sur son visage, avec une rapidité telle que l'observatrice féline bicolore n'en identifie que très peu. Il commence par balbutier vaguement, égaré lui aussi, puis une étincelle de compréhension, ou de détermination peut-être, passe vivement dans ses yeux. Elle ne saurait trop dire. Le fait est que le matou se redresse soudainement de toute sa hauteur, semblant avoir pris une décision ; & en prenant à peine le temps de lâcher quelques mots, il s'élance subitement, bousculant la jeune apprentie qui ne semble pas s'en offusquer, lâchant juste un léger sourire en coin fort familier, apparemment satisfaite d'elle-même.

Après un bref instant de flottement, la voyageuse s'élance à son tour, réalisant que son frère s'apprête à la distancer, oubliant sa présence pour courir le plus vite que possible pour rejoindre celle qui était fort probablement sa compagne, avant qu'il ne disparaisse de la Lune. Pour rejoindre ses petits, & avoir la chance d'assister à leur naissance que, réalise soudainement Fleur, il aurait indubitablement manquée si il n'avait pas croisé son chemin & décidé de la ramener. Une chance, un beau hasard que celui-ci. Sans attendre un instant de plus elle s'élance à sa suite, se doutant qu'il part tout droit vers le Camp, tout droit vers son avenir en tant que compagnon, que futur père, que Guerrier revenant enfin aux sources ; mais aussi vers son avenir à elle, son futur de Lunatique égarée & enfin retrouvée, revenue à ses racines si longtemps oubliées.

Son petit cœur s'accélère en une chamade folle, bien avant que la course effrénée dans laquelle elle s'est lancée puisse avoir un effet aussi important sur son corps ; c'est anticipation avant tout, c'est excitation, fébrilité, joie & une légère, très légère anxiété. La reconnaîtront-ils? Elle l'espère. Devra-t-elle prouver son identité? Au pire, elle le fera. En temps voulu. Tout d'abord, elle se préoccupera de son frère décide-t-elle, du fait qu'il arrive à destination & puisse assister à l'arrivée des petits, ses neveux ; oh, comme ce mot est doux à penser! Une famille enfin, sa famille, sa chère famille est si proche. Elle l'a tant attendu, cet instant. Tant & tellement! Les odeurs familières l'assaillent, l'euphorie la gagne peu à peu. Ses yeux brillent à la fois de joie & de quelques larmes soulagées alors que l'entrée du camp se dresse enfin devant elle. C'est ici! C'est bien ici, enfin. Elle est chez elle. Elle est de retour.

Déboulant dans la clairière à la suite de son frère, après qu'il ait crié, elle vacille subitement, prise d'un vertige sitôt après s'être arrêtée derrière lui. Le contrecoup de leur course infernale, ou de l'émotion d'être enfin revenue, en ce lieu qui lui est si familier bien qu'il lui semble étrangement différent? Elle-même l'ignore. Son regard se perd sur le promontoire, sur la Pouponnière qu'elle reconnaît, & ses yeux s'humidifient encore. Mais le véritable choc, c'est cette Reine qui s'approche, parlant à son frère ; lui indiquant où rejoindre sa belle, au moins une chose dont elle n'aura plus à s'occuper. Oh, elle la reconnaît tout de suite, sans hésiter. Cette robe sombre, ces yeux bleus plus pâles que ceux de celle qui leur a donné la vie. Aucun doute. C'est bien elle. Sa gorge se noue d'un trop plein d'émotions, ses pattes tremblent. Un frêle murmure simplement peut lui échapper, un simple filet de voix.


- Oh Rosée..

Elle était là, arrivée depuis peu. La Reine ténèbres venait de rentrer d'une partie de chasse écourtée, quand l'agitation avait soudain gagné le Camp. Nuage de Colombe l'avait croisée en partant chercher les herbes demandées par la soigneuse, elle lui avait annoncé cette nouvelle importante qu'était celle de la naissance de nouveaux petits-enfants attendus depuis quelques temps déjà. Les enfants de son fils, son très cher fils disparu, celui dont le manque la rongeait tant & tellement de l'intérieur. Incapable de continuer sa tâche, elle avait lâché ses apprenties, leur avait dit de poursuivre si elles le souhaitaient & avait pris le chemin du Camp. Elle ne pouvait faire autrement, de toute manière se concentrer à autre chose aurait été impossible. Elle avait rejoint la clairière des siens, s'était dirigée en premier lieu vers le tas de gibier pour déposer sa proie, telle un automate ; & là, le cri l'avait gelée sur place. L'avait-elle imaginé, s'était-elle demandé tout d'abord. N'osant se tourner de peur de sentir une déception intense, de se briser un peu plus en tuant ce fol espoir qui l'envahissant malgré elle. Soudain tremblante, insensible à l'agitation subite qui l'entourait. Une brise douce, chaude & familière avait caressé sa fourrure ébène, & seulement elle. Une voix bien connue l'avait brièvement encouragée, emplie d'une joie non dissimulée, avant de s'évanouir dans le vent.

& enfin, lentement, elle s'était tournée. Juste à temps pour voir la queue de son fils disparaître dans la Pouponnière ; & son cœur à la réputation d'être de glace avait fait un bond vertigineux dans sa poitrine. Elle aurait pu courir le rejoindre, l'étreindre de toutes ses forces, si l'amoncellement de chats toujours présent à quelques longueurs de queue de la tanière des mères, ainsi que l'odeur étrangement inconnue & familière qui semblait s'y trouver, n'avaient pas attiré son regard de nuit. Hésitante, elle avait posé une patte en avant, puis une seconde, avant de s'avancer d'un pas un peu plus assuré, avec la majesté qui lui était habituelle. Elle avait fendu la foule, de la même manière que venait de le faire leur meneuse un peu plus loin, & s'était soudain figée devant la scène qui venait de lui apparaître. Masque de Rosée se trouvait au centre de ce cercle ; oui mais pas seulement elle. La source de ce parfum étranger & pourtant si familier était là aussi, lui faisant face. Une autre femelle lui ressemblant beaucoup, quoique blanche & noire dotée de deux toutes petites tâches rousses au visage & au flanc droit. Elle semblait troublée, heureuse, accablée par l'émotion qui s'était emparée d'elle. La même qui s'emparait soudain de Belle de Nuit ; car jamais, jamais une mère n'oubliait. Elle avait reconnu son parfum, malgré ceux sauvages qui l'avaient recouverts après trop de temps passé au loin. Elle avait reconnu son regard, malgré le tourbillon de sentiments qui s'y bousculaient. Elle avait reconnu les dessins de sa fourrure, la teinte rousse si finement déposée dans sa robe autrement bicolore. Elle l'aurait reconnue entre mille, dix mille, cent mille ; entre tous les félins du monde s'ils lui avaient été présentés en même temps.

- Petite Fleur..

Un simple murmure, alors que les pattes de la mère tremblent violemment, qu'elle vacille & manque de s'écrouler sur le félin à sens côtés. Son cœur s'affole, son masque tombe soudain. Toute ses émotions habituellement si habilement masquée lui échappe ; sa joie, son soulagement, son trouble, son incrédulité, une certaine euphorie. Son regard si inexpressif en temps normal s'anime soudain alors qu'elle s'élance, se jette contre ce petit corps plus si petit, cette enfant injustement arrachée qui lui est enfin rendue. Cette joie inouïe, qu'elle n'osait plus espérer depuis bien longtemps déborde & elle pleure contre la fourrure douce de cette femelle, sa longue queue touffue enroulée autour de ce corps tant chéri comme pour l'empêcher de s'évaporer & disparaître à nouveau, osant à peine y croire. Sa voix n'est qu'un souffle contrit, semblant lui échapper ; & puis après tout peu importe. Seul compte l'instant. Seule compte son enfant miraculée, sa chère petite qui en retrouvant enfin son chemin a ramené son frère.

- Oh ma chère fille, tu es vivante! Tu es là, tu es vivante, Clan des Étoiles merci.. Ma petite Fleur, si tu savais combien j'ai espéré ce jour..

Elle sait. Oh oui elle le sait, elle l'a rêvé tout autant. De jour, de nuit, avant même de retrouver ses souvenirs elle a souhaité retrouver son identité, ses racines.. Sa famille qui l'attendait sans doute quelque part. & subitement les barrières volent en éclats, devant cette mère dont le masque habituellement si impassible a fondu brutalement, devant cette jumelle en pleine santé, devant ce Clan qui constitue les siens, elle éclate à son tour. Pleure tout ce qu'elle peut, de joie & de soulagement, serrée de toutes ses forces contre sa mère, sa mère qui lui a tant manqué. Sur ces terres qui l'ont vue naître, qu'elle n'aurait jamais dû avoir à quitter.

fiche by Nighty Jaegan.

_________________


Journy :
 
Odyssée :
 
Hope :
 
Eclipse :
 
Colombe :
 
Vipère :
 
Hymne :
 
Myriade :
 
Olivine :
 
Plumy :
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1829
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Retours & Arrivées |ft. Clan de la Lune, prio Odyssée|   Dim 9 Juil - 21:50

Retours &
Arrivées

Et si. Si j’osais? Si je franchissais ces pas? Si j’adressais tous les mots que je retiens au creux de ma gorge? Si je me perdais parmi les regards de mes proches, des êtres aimés? Si j’affrontais la rancœur de tous ceux que j’ai pu décevoir? Si j’entamais le processus de guérison? Tant de possibilités, tant de barrières. Ces visages se précisent, je les reconnais. Mon âme revit d’un second souffle. Un engrenage laissé à l’abandon se remet à l’action. La roue tourne de nouveau. Je frémis, de tout mon être, la culpabilité dans la gueule, les dents redressées, fragiles. Tout ce qui se terrait derrière mes remparts tendus dévale ma trachée, entrave mes réflexes et mes réflexions. Je me fais nu devant leurs regards, jugé. J’ai fait le fier si longtemps, aujourd’hui je ne puis que me redresser dans l’espoir de les convaincre tous de ma bonne foi. Les conséquences aux omissions perpétrées pendant près de deux lunes viendront après. Les conflits, l’éclat des émotions retenues et entretenues pendant longtemps se fera sentir, nous déchireront probablement. Alors je dénicherai les paroles attendues, les excuses peut-être même, quelque part aux confins vulnérables de mon être. Des questions plus urgentes nécessitent désormais mon attention, et c’est la perspective de ma paternité qui me relève et qui me permet d’avancer, malgré les frémissements de mes pattes.

Masque de Rosée m’accueille. Parmi ses traits, j’y reconnais la désapprobation mais aussi la compassion. Elle se fera mon adversaire, plus tard, alors qu’il faudra débattre. Je ne lui offre qu’un mouvement de tête entendu, incapable d’ajouter une seule syllabe. Étourdi par les échos de mon Clan, je lui abandonne sa rescapée dont le retour enchantera. Si je ne suis que l’ombre disparue un après-midi nuageux, elle est la lumière arrachée à sa tribu. Sa venue, un vibrant message d’espoir pour tous. Et moi, le rappel douloureux de ce qui guette encore les chats de la forêt parmi les ténèbres. Je ne me retourne pas. Pas même à l’appel d’Étoile Destinée. Mes pas me mènent d’eux-mêmes à l’intérieur de la pouponnière où je dois ramper, le souffle court. Une odeur m’interpelle, celle de la peur et de la douleur. Mes pas se pressent, je parviens à peine à respirer et lorsque je la vois, couchée contre son flanc distendu, tout mes organes cessent de fonctionner. Je m’écroule auprès d’elle, le museau contre son ventre contenant ma progéniture, nos petits.

«Reine des Fées… Reine des Fées… Je suis désolé… Si j’avais su… Si j’avais su je te le jure…! Je ne t’aurais pas abandonnée… Je suis désolé, je suis parti, je t’ai dit que je ne partirais pas… Je suis parti sans te dire que je t’aimais…»

Parmi ce portrait heureux, une tache, grandissante, la perspective insolite, morbide, d’une complication. J’ai assisté à quelques naissances, aucune aussi difficile et souffrante. Je me poste auprès de la femelle, espérant éviter sa colère méritée. Je conserve mon calme, avant de relever la tête vers Feuille des Neiges, qui semble assister la jeune reine dans sa besogne.

«Qu’attends-tu? Va chercher Poussière de Lune.»

Mon attention s’élance aussitôt vers ma belle. Vers cet accouchement. J’ai failli le manquer. J’ai failli les manquer. J’ai tant manqué. Toute une grossesse où Fée a dû attendre anxieusement mon retour, plongée dans la détresse, la peur et le ressentiment. Toutes ces promesses faillies. Je ne promettrai pas, pas maintenant, plus jamais. De toutes ces déceptions je ne puis qu’assumer et espérer un avenir meilleur. Un avenir dessiné par ces petits êtres qui se cambrent sous les efforts de leur mère pour les faire sortir, chaque contraction plus douloureuse que la dernière.

«Tu as toujours été là. D’aussi longtemps que je me souvienne, tu étais là. Chaque matin pour jouer, pour me sortir de mon monde. Puis tes petits pas t’ont menée hors de la pouponnière et je n’ai eu qu’un désir, celui de te suivre. Te souviens-tu quand nous avons escaladé la falaise? Il pleuvait, tu t’es blotti contre moi pour me réchauffer et pour me protéger. Je n’ai pas compris pourquoi à l’époque… Tu sais que j’ai mis du temps, pour ces choses là, j’ai bien cru que je ne saisirais jamais.»

Je parle. J’espère ainsi la rassurer, la distraire peut-être de sa douleur. Je n’ai qu’un désir, forcer un sourire contre ses lèvres. Je la tiens contre moi avec délicatesse, le cœur chaviré, dans l’attente impatiente de la naissance. Le premier chaton émerge déjà, une boule sombre sortie par les pattes. Voilà qui pourrait compliquer la mise à bas. Anxieux, je scrute Feuille des Neiges. Où est Poussière de Lune?

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine des Fées
Réservé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 219
Age : 21
Date d'inscription : 04/08/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Retours & Arrivées |ft. Clan de la Lune, prio Odyssée|   Mar 15 Aoû - 20:44

Comme je l'aimais, comme je l'aimais tellement. Comme je croyais qu'il m'aimait. Comme j'ai été aveugle et idiote. Si j'avais pensé une seule seconde que notre amour consommé l'inciterait à rester, à partager ses cauchemars, à lutter contre ses chimères, à me laisser l'éloigner de ses craintes et à panser ses plaies... Alors je ne l'ai pas compris. Il est parti et je n'ai pu que constater son absence, son manque, la cruelle réalité de mon existence qui ne tournait qu'autour de lui. Combien de temps m'avait-il fallu pour m'en rendre compte ? Combien de temps pour mûrir et accepter des sentiments qui fleurissaient sous la surface ? Trop de temps. Sentiments broyés. Abandonnés. Perdus et déchirés par le manque. Des nuits glaciales passées à essayer de l'oublier, à chercher une fourrure grise épaisse contre laquelle me blottir, une fourrure absente. Mais comment oublier alors que la preuve de ce qui nous unissait naissait en moi et commençait à grandir, petit à petit. Flammes de vie qui firent renaître un peu d'espoir en moi mais qui se partageait avec la crainte d'être mère. Pas une nuit ne passait sans que j'adresse une prière silencieuse au Clan des Etoiles, les suppliant de m'entendre, de faire tomber les éclairs, de remuer les torrents, de me ramener mon Foudre. De me ramener leur père.

La terreur ne faisait que croître, son absence chaque jour plus pesante, plus difficile à vivre. J'arrivais à terme, je le sentais. J'étais épuisée, une gestation longue, difficile. Rythmée par des nuits courtes, de l'angoisse et peu d'appétit. Et puis la douleur. Après plus de deux lunes à souffrir émotionnellement, c'est la souffrance physique qui s'empare de moi. La mise bas est difficile. Je suis trop fatiguée, trop épuisée pour lutter, pour me battre. Mais je fais l'effort, après tout ce temps à porter la vie en moi, à la couver, à laisser s'épanouir, se développer et prendre sa place petit à petit. Ses enfants, pas seulement les miens. Je me surprends à imaginer l'un des chatons porter la fourrure de leur père lorsqu'une contraction douloureuse me fait pousser un râle. Père absent. Je gémis, extériorisant ma douleur aussi bien physique que morale. Une lamentation qui faiblit peut à petit, une plainte qui se perd à l'abris de la végétation de la pouponnière. Il n'est plus temps de pleurer, il faut que je me concentre, que je lutte, que je fasse cadeau de la vie.

Feuille des Neiges commence à s'inquiéter, je goûte sa peur sur le bout de ma langue. Qu'ai-je donc fait au Clan des Etoiles pour mériter telle injustice ? Après mon amour, dois-je aussi perdre mes enfants ? Mon esprit s'évade dans mes souvenirs de novice. Foudre y est présent, dans chacun d'eux. Son regard, sa chaleur, son odeur... Son odeur. J'hume l'air et me berce dans cet effluve familier. Mon esprit me joue des tours, la mort qui me guette se moque-t-elle de moi ? Je rouvre les yeux et il est là, comme s'il n'était jamais parti. Est-ce vraiment lui ? Je croise son regard avant qu'il ne s'écroule contre moi et effleure mon flanc du museau. Foudre... Je ravale un sanglot en le détaillant du regard, me remémorant chaque détail, m'imprégnant de sa présence, m'entourant de sa chaleur. Il parle, il s'excuse maladroitement. Je l'écoute, bercée par ses paroles, ignorant la douleur qui me déchire le ventre. Tu es revenu. Des vagues de douleur m'annonce l'arrivée d'un premier petit. Je halète, à bout de souffle et me laisse rassurer par les paroles du matou gris qui se tient tout contre moi. Oui, je me souviens. Je me laisse transporter loin de la souffrance dans un passé qui nous appartient, qui n'appartient qu'à nous. Un léger sourire étire mes lèvres. Tu m'as... Tellement... Manqué. Mes paroles sont hachées par ma respiration sifflante mais j'ai besoin qu'il les entende, j'ai besoin qu'il sache. J'ai besoin... De toi... Pour vivre... Une plainte de douleur m'empêche de continuer et l'angoisse commence à me ronger. Mais il est là, avec moi, près de moi.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Retours & Arrivées |ft. Clan de la Lune, prio Odyssée|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Arrivée de Chelsea (Pukifee Ante)
» Livre aidant a comprendre l'arrivée du petit frere/Soeur
» arrivée 2éme enfant?
» L'Exode du Clan de R'Lyeh
» Arrivée d'eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance, :: JEU. :: Clan de la Lune :: Territoires-
Sauter vers: