« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance,

la fin de ma chute. » Valse des Étoiles
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je t'attendais là où tu n'es pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feu du Phoenix
Intéressé-e.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 450
Age : 11
Date d'inscription : 31/12/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Je t'attendais là où tu n'es pas   Lun 13 Mar - 17:14



Mélodie Lumineuse.
Ft. Feu du Phoenix
Je t'attendais là où tu n'es pas
L'amour est est à porté mais il faut juste l'accepter
Mélodie Lumineuse
Ft. Feu du Phoenix
L’aube se levait à peine, je sentais autour de moi mes camardes qui dormait encore profondément. Je fermais à nouveau les yeux, et pensais à cette chatte que j’avais rencontré plus tôt « Mélodie Lumineuse… » Son nom sonnait comme une poésie à mes yeux. Mon corps se serait encore à l’idée de revoir son magnifique pelage, qui ressemblait à un arc-en-ciel du bonheur à mes yeux, encore endormi. Je clignais des yeux, puis revoyait cette pluie battante, trempant mon pelage éclatant, alors tout boueux. Ce qui me sautais toujours aux yeux, c’était cette larme qu’elle avait versé, je me demandais toujours ce qui avait bien pu se passer. Mais très vite, je chassais son image de mon corps « Je suis un guerrier du Clan du Vent, mon corps n’appartient qu’à ce clan, et ne dois pas s’inquiété pour une guerrière que je n’ai qu’à peine rencontrer » Je me levais doucement, pour éviter de réveiller mes camarades, essayait de remettre mes poils droit. Puis je partais me prendre une pièce dans la pile de gibier. Mais à peine je fût devant, que la faim disparaît, et laissais place à l’image de Mélodie Lumineuse, je n’arrivais même plus à penser à autre chose. Mais je ne voulais pas accepter cela, je ne voulais pas le sentiment de tenir à quelqu’un autre que mes compagnons. Dans ces cas-là, je m’allongeais, et comptais sur ma loyauté envers ce Clan qui m’a vu naître, qui m’a enseigné l’art des guerriers, et qui compte sur moi pour protéger notre territoire. Mes quelques sentiments ne devaient pas compter dans cette spirale, seul mon corps, et mes muscles devaient avoir leur volonté. Je plissais les yeux, effronté, et je me dirigeais vers la sortie. Le soleil commençait à sortir, et les rayons frappaient déjà le camp, qui ne tarderait pas à se réveiller. Une odeur de gibier sortait de la lande, mais ce n’étais pas ma destination. A peine sortit, quelques rafales de vent m’accueillirent et me fit vasciller mais je continuais mon chemin. La lande elle était recouverte d’une brume presque invisible, et le vent soufflait plus fort que d’habitude. Mes pas s’accélérait, je sentais le vent me fouetté de plus en plus le pelage. Je ne ressentais aucun sentiment précis, tous se battaient entre eux, mon corps me paraissaient incroyable lourd, je voulais trouver au milieu de ce champ de bataille, la joie ! Et l’excitation, je voulais qu’ils dirigent mon corps, mais je voulais aussi chasser l’image de Mélodie Lumineuse, et me refaire le cœur au Clan du Vent. Le paysage changeait, et j’étais dès à présent près des Quatre Chêne qui dominaient les territoires, guidaient nos assemblés. Ce sont les Chênes qui voit les Clans se développés, et les guerriers devenir des chefs. Mon souffle ralentis, et mon corps se détendait quand je fus au milieu de ce lieu. Mes sentiments avaient stoppé leur lutte, et tout mon être admiraient désormais les Chênes, qui semblait toisés tout ce qui se trouvait dans notre humble forêt. Je me mis au pied d’un, et m’allongeait, fermant les yeux et pensant à mon Clan, à tous mes compagnons, à mes chefs. Je sentais une épaisse chaleur enveloppés mon corps, et soudain, tous mes doutes, et toutes mes questions disparaissaient dans un tourbillon avalant mes plus profonds désarrois. Mais mon répit ne fut pas long, une odeur que je connaissais très bien envahis le lieu, « Mélodie… ! »



Spring 016

_________________




merci à tous ceux qui m'ont fait ces signa !3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie Lumineuse
Réservé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 232
Age : 14
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Je t'attendais là où tu n'es pas   Mar 14 Mar - 15:54

 
Je t'attendais là où tu n'es pasPlease don't tell me to leave

Un cœur change facilement, mais en général, si on regarde bien au centre de celui-ci, il restera de la même couleur. Chacun évolue et grandit en fonction des épreuves que la vie place sur son chemin, mais au final, il y a cette petite pépite que chaque individu garde au fond de lui qui ne change jamais. Parfois, le cœur ce glace autour de cette pépite chaleureuse, et nous la fait oublier, jusqu’à ce qu’elle fasse fondre la glace. Parfois, c’est une chape d’ombre qui tombe, et la lumière est alors dissimulée. Mais il suffit d’un rayon de lumière pour dissiper la plus sombre des obscurités n’est-ce pas ? C’est à cette pensée que ce raccrochait Mélodie Lumineuse ce matin. Car en effet, elle n’avait plus grand-chose de lumineux. Depuis quelques temps, elle avait commencé à maigrir, rien de très notable, mais ses hanches commençaient à pointer sur sa peau. L’éclat de ses yeux avait diminué, mais elle portait toujours le même sourire qu’auparavant, invitant ses camarades de Clan à porter le même à leur tour. Car la jeune guerrière se l’était jurée : Elle resterait forte pour aider ceux qui en avait vraiment besoins. C’était ainsi que sa vie s’était toujours déroulée, et c’était ainsi qu’elle voulait que cela continue.
Mélodie Lumineuse, elle savait très bien depuis quand elle était dans cet état. Enfin, non, elle savait plutôt exactement quand elle en avait pris conscience. Lors de sa rencontre avec Feu du Phoenix, un guerrier du vent dont elle ne savait plus vraiment quoi penser. C’était quelques semaines plus tôt, (elle n’avait pas exactement compté), mais son esprit en gardait un souvenir très vif, et elle y repensait souvent lorsqu’elle vaquait à ses occupations diverses ou qu’elle tentait de s’endormir dans la tanière des guerriers, après une dure journée de travail. Elle avait parfois l’impression que les yeux perçants du guerrier la suivaient dans ses moindres faits et gestes, la faisant bien malgré elle frissonner. De malaise ? Ou d’autre chose ? C’était encore une question à laquelle elle n’avait pas de réponse.

La jeune féline n’avait bien sûr parlé à personne de cette rencontre. Au contraire, elle n’était pas sortie des terres de son Clan depuis cette fois-là, se donnant à fond dans la pêche et les patrouilles frontalières. Elle s’épuisait à la tâche, essayait de penser moins. Mélodie Lumineuse n’avait pas l’habitude de penser, elle plutôt du genre à foncer assez facilement dans le tas après un minimum de réflexion. Alors pourquoi son esprit se focalisait-il maintenant sur une chose aussi insignifiante que sa rencontre avec Feu du Phoenix ? La chatte rousse pâle secoua la tête brusquement, essayant de se débarrasser de ses idées futiles, déséquilibrant en même temps la pile de ronce qu’elle déplaçait avec un camarade pour consolider la pouponnière. L’autre guerrier soupira longuement, lassé.  Ce n’était pas la première gaffe que la guerrière faisait de la journée, et elle avait vraiment l’air fatiguée. C’est pour cela qu’il lui intima clairement qu’elle était dispensée de tâches pour cette journée et qu’elle avait obligation d’aller piquer un petit somme. Désœuvrée, Mélodie Lumineuse n’eut pas d’autres choix que de se glisser dans la tanière des guerriers, déçue et en colère contre elle-même. Elle somnola, seule dans l’obscurité pendant quelques minutes, mais impossible de réellement se reposer avec tous ces bruits ambiants venant de la clairière…Et toutes ces idées sans queue ni tête qui flottait dans sa tête…Pourtant, il était clair qu’elle avait vraiment besoin de dormir. C’est avec la tête à moitié dans les nuages que la guerrière se releva et sortit du camp, se dirigeant tout droit vers les quatre chênes. Elle avait besoins de remettre ses idées en place, de se sentir plus proche de ses ancêtres. Arrivée au pied des quatre majestueux arbres, elle levant un instant les yeux, adressant une courte prière au Clan des Etoiles, puis s’allongea derrière un buisson et s’assoupit, entourée par l’ombre protectrice de la forêt.

Quelques heures plus tard, c’est un minuscule bruit qui fit dresser ses oreilles, la réveillant brusquement. Quelqu’un était entré dans la clairière, et l’odeur qui se dégageait de ce quelqu’un était étonnamment reconnaissable pour Mélodie Lumineuse. C’était un guerrier qui amenait l’odeur des vents chauds et des fleurs sauvages venant des plateaux. C’était un guerrier du vent, et son nom était Feu du Phoenix. Il ne faisait pas grand-chose, simplement assis au milieu de la clairière, la tête levée vers le ciel, majestueux et serein. Comme le vent soufflait face à la riveraine, le matou brun ne pouvait pas la sentir. Elle recula précautionneusement dans l’ombre des bois, ne voulant pas se faire remarquer. Elle n’avait qu’à attendre qu’il parte et reprendre sa sieste. Mais un instant après, sans prévenir, le vent changea de direction, et amena l’odeur de la femelle droit vers Feu du Phoenix, qui se retourna aussitôt vers elle, la transperçant de ses yeux jaunes. C’était bien la dernière chose dont Mélodie avait besoin, et elle se figea, comme si le simple fait de se rendre immobile pouvait l’aider à se fondre dans le décor. Après un court instant, elle se ressaisit, s’avançant un peu vers le chat aux yeux jaunes. « Je…Hum…Je ne voulais pas te déranger, j’étais seulement en train de chasser un peu dans le coin lorsque tu es arrivé, et euh… » Sa voix s’éteignit peu à peu tandis que ses oreilles la chauffaient de plus en plus. Elle ne voulait surtout pas que le guerrier croit qu’elle l’épiait, et encore moins qu’il sache qu’elle dormait. Pour qui la prendrait-il ? Elle s’était déjà ridiculisée devant lui une fois, et c’était bien assez. Elle se tortilla, gênée, essayant de trouver une vanne pour la sortir de cette situation.

« Au final, il semble que les étoiles souhaitaient que nous nous retrouvions à nouveau, n’est-ce pas ? » Fit-elle avec un sourire crispé, ses yeux dorés se baladant d’un coin à l’autre de la clairière, cherchant une échappatoire. Elle aurait préférée être partout sauf à côté de Feu du Phoenix. Ce guerrier la gênait, face à lui,  elle n’arrivait plus à trouver ses mots et avait soudain l’impression que son cœur était trop rempli, qu’il battait trop vite pour expulser un trop plein de sentiments. Mais bizarrement, elle ne voulait pas qu'il lui dise de le laisser seul non plus. Vraiment, ces mots étaient les derniers qu'elle voulait entendre venant de lui, comme si ils risquaient de lui faire verser des larmes. Pff, vraiment, n'importe quoi! Que se passait-il donc avec elle?

_________________

MÉLODIE LUMINEUSE ~ #ff9900

Lumy:
 


NUAGE DE MINUIT ~ #006600

Midnight':
 


PETITE DANSE:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Feu du Phoenix
Intéressé-e.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 450
Age : 11
Date d'inscription : 31/12/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Je t'attendais là où tu n'es pas   Lun 10 Avr - 18:36

FEU DU PHOENIX





Je t'attendais là où tu n'es pas.

Tout peut basculer, en quelque fraction de seconde. Une vie comme une âme. De la colère, tout comme la joie, part des pensées, qu'elles soient funeste ou joyeuse, une pensée change notre histoire. Un sentiment, qui reste dans notre cœur, change notre vision du monde, et de sa beauté propre. Parfois, même le paysage peut changer la nature d'une personne, son existence elle-même peut-être touché, et alors... Lorsque l'on ressent ce changement, cette transformation, notre vie, devient alors extraordinaire. Vous ne pourrez jamais imaginer ce que c'est, de voir le brume s'apaiser, et de se demander pourquoi la brume s'en va ? Ne serait-ce pas un peu comme notre vie, qui arrive, emplie l'espace d'une fraîcheur nouvelle, puis s'en va, dans un soupir. Tout n'est que sentiment, vision des choses... Voyez-vous une pluie de la même manière après en avoir vu une juste avant ? Une première pluie vous rafraîchit, et la deuxième vous trempe, telle est le cycle de la vie, le cycle du monde, de la forêt, et la nature en sera toujours ainsi.

Notre vie n’est qu’un amas d’évènement, une suite d’images, s’emboîtant les uns dans les autres, et pourtant, ce montage est tellement magnifique, il offre des possibilités infinis, une vie heureuse en quelque sorte. Ce que l’on confond tous, est un rouage fonctionnel, à un rouage rouillé. Une vie, doit se passer comme un livre, où l’on feuillette les pages attentivement, en prenant le temps de comprendre l’histoire. Une vie malheureuse, n’est que l’ouverture, et la fermeture instantanée du livre, un élément du système s’emboîtant mal aux autres, ne rentrant pas dans le cadre de recherche. L’élément est rejeté, puis crée un bouchon, qui se propage, et bloque le système, bloque l’identité, bloque les sentiments, et ne laisse qu’un amas de déchet.
Contempler ainsi le ciel, sans savoir ce que le destin nous réserve, sans savoir si la machine restait en marche, provoque des frissons d’excitation, des pulsions frénétiques, qui pimentent la vie. Ce serait comme marcher dans le noir sans savoir où l’on va. Certain aurait peur de marcher ainsi, mais seul peut de personne vois la chose autrement, telle qu’elle devrait être vue. Marcher sans savoir vers où, peut se résumer à s’être perdu, mais peut aussi se résumer par chercher sa voie, qui serait en quelque sorte la lumière. Chercher, et trouver qu’ils ont est, nos défauts, nos qualités, notre façon de penser. Trouver son identité, savoir ce que nous sommes et pourquoi nous le sommes. C’est en quelque un baptême, comme lorsque l’on nomme un apprenti, guerrier ! Ce n’est qu’un titre, certain pourraient en effet dire cela, mais derrière le titre ce, cache le travail, les compétences, la maîtrises, et la fierté. Notre lumière serait notre identité, essayé d’aller à une Assemblée, en ne sachant pas qui vous êtes, et en vous prénommant seulement « Sans identité ». Cela serait horrible de ne pas avoir un nom, une identité, juste la vie.
La vie seule ne compte pas, vivre sans émotion, ne serait même plus vivre, juste subir. Asseyez-vous, levez les yeux, et contemplez le ciel, et le monde ne vous paraîtra que jolie, infinie et vaste.
Je regardais ainsi sans bruit le ciel, les étoiles, nos ancêtres, qui complétaient l’harmonie, la symphonie que compose notre voûte bleue. J’étais heureux, heureux de ma vie actuelle, du nom que je m’étais forgé, et en ce moment, je ne pensais plus qu’à vivre, vivre des sentiments, et du puzzle de ma vie. Connaissez-vous le bonheur de se reconnaître enfin comme quelqu’un ? Vous comprendrez un jour si vous ne voyez pas toute suite. Je ressentais autour de moi le fourmillement de tous les petits insectes, que l’on croit souvent insignifiant, mais tout comme nous, ils ont leurs places en ce monde, qui nous paraît bien souvent cruel. Les insectes ont leur places dans notre monde tout comme nous, leur petit monde, peut-être beaucoup plus intéressant que le nôtre, et moins cruel. Je sentais soudain l’odeur de Mélodie Lumineuse, je lui adressai la parole en premier, non-serein, car, depuis ma rencontre avec cette guerrière, ma vie avait radicalement changé. Je ne pensais plus qu’à elle, et je ne pouvais plus vivre normalement. J’avais l’impression d’étouffer, si je ne voyais pas son pelage tigré, blanc presque flotté dans l’air. Ses simples mots suffirent à me réchauffer le cœur, et, je ne m’étais plus senti aussi bien, aussi décontracté. Je fermais les yeux doucement, ralentissant ma respiration, et laissait mon cœur parlé :
-Je pensais aussi cela. Que nous nous retrouvions à nouveau, cela ne peut être une coïncidence. Drôle de duo n’est-ce pas ? Un guerrier du Clan du Vent, fidèle, et une chatte du Clan de la Rivière, dont je ne sais pas grand-chose à part sa gentillesse.
Je reprenais mon souffle, regardais à nouveau mes ancêtres, qui semblaient presque me souffler les mots de cette discussion, puis enchaînait :
-La vie au camp est étouffante, depuis notre première rencontre, je ne sens qu’une ambiance lourde et froide. Tout cela n’est peut-être qu’une hypothèse, mais j’ai l’impression que tu étais aussi venu pour demander conseil à nos ancêtres, qui sont aux mieux placés, aux côtés de cet astre blanc. Peut-être pourrais-tu m’éclairer plus sur ta présence ici ? Sans me raconter de mensonges.
Je ne voulais plus bouger, mon corps était en totale harmonie, je me sentais heureux, et je souhaitais en même temps en savoir plus sur cette chatte qui ne me quittait plus.

_________________




merci à tous ceux qui m'ont fait ces signa !3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie Lumineuse
Réservé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 232
Age : 14
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Je t'attendais là où tu n'es pas   Jeu 13 Avr - 18:41

 
Je t'attendais là où tu n'es pasPlease don't tell me to leave

Un doux vent se leva, faisant bruisser les feuilles des chênes au dessus de la tête des deux seuls félins présents dans la clairière.

-Je pensais aussi cela. Que nous nous retrouvions à nouveau, cela ne peut être une coïncidence. Drôle de duo n’est-ce pas ? Un guerrier du Clan du Vent, fidèle, et une chatte du Clan de la Rivière, dont je ne sais pas grand-chose à part sa gentillesse.

A ces mots, Mélodie Lumineuse se détendit quelque peu, laissant son cœur se desserrer. Elle était maintenant rassurée, mais une part d'elle restée effrayée. Pourtant...Si les étoiles elles même les avaient réunis? Pourtant, cette pensée demeurait à ses yeux absurde, les ancêtres n'avaient aucune raisons de faire ça. Et Feu du Phoenix l'avait très bien souligné, lui et elle n'avait rien en commun, pourtant ils avaient fini par se réunir une deuxième fois,comme par magie, comme si ils se cherchaient inconsciemment depuis leurs première rencontre. Ce qui était peut-être le cas du côté de Mélodie Lumineuse, vue comment la guerrière s'était apaisée au son de la voix du guerrier du Clan du Vent.

-La vie au camp est étouffante, depuis notre première rencontre, je ne sens qu’une ambiance lourde et froide. Tout cela n’est peut-être qu’une hypothèse, mais j’ai l’impression que tu étais aussi venu pour demander conseil à nos ancêtres, qui sont aux mieux placés, aux côtés de cet astre blanc. Peut-être pourrais-tu m’éclairer plus sur ta présence ici ? Sans me raconter de mensonges.

Mélodie Lumineuse prit une longue inspiration, désirant ne plus relâcher son attention du félin qui lui faisait face. Elle se sentait immensément bien en ce lieu, et malgré la fatigue qui lui pesait de plus en plus sur les épaules à chaque instant, elle ne voulait s'en aller pour rien au monde. Ainsi parla t-elle honnêtement à Feu du Phoenix.

Nos ancêtres sont en effet une des raisons qui m'ont attirée en ce lieu, mais ce n'est pas la principale. Je pense que j'avais simplement besoins de prendre un peu de recul de mon Clan, de laisser derrière moi le bazar du camp pour remettre de l'ordre dans mes pensées et reposer mon esprit.

La femelle s'assit calmement, levant la tête vers la voûte bleutée du ciel, laissant la brise caresser sa douce fourrure. Elle adressa silencieusement quelques pensées  au Clan des Etoiles, espérant de toutes ses forces que quelqu'un là haut l'entendait. Sans modifier sa position, elle parla librement au matou comme elle l'avait rarement fait avec d'autres.

J'aimerais savoir ce que les guerriers d'antan ont dans la tête en ce moment, pourquoi ne se manifestent-ils plus? Pourquoi nous retrouvons nous encore une fois ainsi? J'ai tant de questions à leur poser, mais bien sûr, aucune réponses...En réalité, j'en suis même venue récemment à douter...

Trop de doutes subsistaient dans l'esprit de la jeune guerrière, et c'est vrai qu'elle ne savait plus du tout quoi penser du Clan des Etoiles dernièrement. Ils étaient tellement silencieux... Beaucoup de félins de la forêt seraient perdus sans eux, mais ce n'était pas son cas, elle en était sûre. Mélodie Lumineuse avait depuis toute petite prit l'habitude de prendre ses propres choix, et même si elle accordait de l'importance à la paroles des guerriers morts, elle était très attachée à son libre arbitre. Elle rebaissa ses yeux sur le mâle brun, concentrant son attention sur lui, le regard doux. Une proposition lui brûlait les lèvres, mais elle savait que ce n'était pas le bon moment. Pas encore. Car chaque chose doit venir en un temps bien précis, et il faut donc réussir à déceler le bon moment pour chaque parole ou geste. A la place, Mélodie Lumineuse porta un regard inquisiteur sur le matou, reprenant la parole.

Et toi? Tu as dit vouloir toi aussi interroger nos ancêtres, mais à quels propos?

Puis la femelle s'installa plus confortablement au sol, gardant ses prunelles d'or sur Feu du Phoenix. Elle ne voyait plus les ombres de la forêt au alentour, n'entendait plus les bruits de vie lointain, et ne sentait plus la fatigue dans ses pattes. Elle était seulement là, et contente de l'être.

_________________

MÉLODIE LUMINEUSE ~ #ff9900

Lumy:
 


NUAGE DE MINUIT ~ #006600

Midnight':
 


PETITE DANSE:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Feu du Phoenix
Intéressé-e.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 450
Age : 11
Date d'inscription : 31/12/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Je t'attendais là où tu n'es pas   Lun 19 Juin - 20:24

FEU DU PHOENIX 
ft.Mélodie Lumineuse




Dans la voûte céleste, les étoiles brillaient, intensément. Je les voyais scintillés, comme une goutte qui tombe d’un arbre, ou une perle nouvelle. Du bonheur et de l’émerveillement, ces sentiments sont si forts et imposants, ils guident notre vie et nous pousse à toucher la perfection. Je sais parfaitement quelle est le sentiment que la perfection peut procurer, une immense tristesse ! Celle de ne plus pouvoir faire des erreurs, d’utiliser nos défauts. Cette environnement pouvait en dire tellement sur la vie, qu’il m’aurais fallu trois vies pour les contées. 

Mélodie Lumineuse était proche de moi, et j’étais proche d’elle. Nous étions liées par un infime lien dans la nuit, qui ne s’accrochait qu’à l’écorce des Quatres Chênes. Je me sentais plus intiment liée que jamais et avait cette drôle d’impression de pouvoir tout lui compter, même mes plus grands secrets. Nous étions telle lune et soleil, se dévisageant, mais jamais n’osant trop s’approcher. Je me sentais tellement, vivant et en même temps, je ressentais une grande peur : celle de mal faire ! 

Je voulais engagé la discussion, pouvoir en raconter long, lui compter à quelle point je n’arrive pas à l’oublier, lui dire que je voulais mieux la connaître ; mais j’avais peur, peur de la brusquer, ou de dire quelque chose de travers. Je ne voulais pas rompre ce lien infime qui nous liait, ce petit lien en tissu, qui pouvait se briser si un faux mouvement venait à se faire, ou si un éclair malsain, conduit par les mauvais sentiments, s’abattait dessus. Mais une douce brume accompagné d’une pluie de pétale ne peux détruire un bout de tissue. Le vent se levait petit à petit, et nous étions balayés par quelque douce brise, qui ne faisait que baloté notre bonheur et notre tranquillité. Je sentais mon cœur s’accélérer et ma queue commençait à fouetter l’air, le silence faisait peur mais il en disait long sur mon état d’esprit, qui n’était pas à l’aise du tout. J’essayais de trouver ce qui me différenciais de Lumy, mais rien ne parvenais à être conclue. Notre différence de clan ne pouvait être prouvés que par notre odeur, mais nous étions pareille en tout point, à part la couleur bien sûr. 

Mélodie commençait à me parler d’un ton doux et honnête et m’expliquait que nos ancêtres étaient une des raisons de sa visite mais qu’elle avait surtout besoin de prendre un peu de recul sur son clan. Drôle de coïncidence ! Sa première raison me paraissait étrange, mais intelligente sur le fond : demander de l’aide à nos ancêtres sur sa voie à suivre et que faire. Nos ancêtres ont toujours été silencieux pour les guerriers mais au fond, nous sentons tous qu’il nous accompagne dans notre lourde tâche qu’est de protéger nos clan. Savoir comment aurais fait un de nos ancêtres pouvait être un résumé simple de sa raison. Prendre exemple sur nos aînés, et ceux qui ont anciennement guidés les pas des clans, cela était une idée fantastique. Fallait-il encore les entendres ces guerriers ! Je regardais brièvement les étoiles et leur adressa un souhait, qui ne pouvais pas être révélé. Je voyais certaine étoile brillés plus que d’autre, et je ressentais au fond de moi une envie pesante d’être moi aussi une étoile brillante ! Une étoile qui protégeait son clan par son éclat, par sa splendeur et par sa justice implacable !

Mélodie ne tarda pas à enchaînée avec d’autres paroles, toutes plus vrais et plus poétique que ses dernier mots ! Elle me fit part de son envie de poser des questions aux clans des Étoiles : Pourquoi ne se manifestaient-ils point ? Pourquoi nous retrouvons nous encore ici ? Mais elle me fit aussi la confidence qu’elle était venu à douter de l’existence de nos ancêtres récemment !
Tant de question sans réponse, que de végétations parcourant notre territoire ! Je ne parvenais moi-même pas à résoudre c’est énigmes. Mes pensées ne s’étaient jamais tournées vers ces questions, qui méritaient d’être soulignés. L’espace d’un instant, un immense silence d’installa, puis fit place à de la réflexion, puis une envie de réponse. Je me demandais aussi pourquoi nos ancêtres de ne manifestaient pas, pourquoi ignoraient-ils les grands protecteurs de Clan ? Pourquoi fallait-il toujours qu’il s’adresse au guérisseur ou au chef, et que les signes ne parviennent jamais jusqu’à nous ? Mélodie reprenais la parole, me portant un regard inquisiteur, puis elle m’interrogea sur des paroles que j’avais prononcés, à savoir mon intention d’interrogés nos ancêtres, et m’interrogea sur le sujet de mes questions.
Je fermais brièvement les yeux, inspira un bon coup, me calma et ne fit place qu’au calme intérieurement, puis je lui adressais une parole sincère, avec une pointe de compréhension :
^ »-Tant de questions, qui ne seront probablement jamais résolu, mais je peux te garantir une chose, la gratitude de nos camarades pourra toujours faire vivre un guerrier, et la vision d’un membre du Clan des Étoiles ne nous apportera rien, si ce n’est la certitude qu’ils existent ! Pour répondre à ta question, je suis venu auprès de nos ancêtres, au milieu de ces chênes imposants qui gouvernent nos Assemblés pour posés une question si simple qu’elle te paraîtra stupide : Pourquoi ? Pourquoi je ne vois plus ma vie comme avant ? »
Je m’arrêtais à ces paroles, avec un sentiment de relâchement, mais d’inquiétude. Dire ce que je pensais était peut-être bien, mais comment cela pourra-t-il être interprété par Lumy, comprendrait-elle ma parole ? Rien ne pouvait répondre à ces questions, tout du moins… pas tout de suite !

_________________




merci à tous ceux qui m'ont fait ces signa !3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie Lumineuse
Réservé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 232
Age : 14
Date d'inscription : 22/11/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Je t'attendais là où tu n'es pas   Ven 23 Juin - 19:16

 
Je t'attendais là où tu n'es pasSo open your eyes, and see...

Et la nuit m'entoure, chaleur rassurante sur ma peau, vieille amie de confiance que je retrouve avec plaisir durant ce cour instant. Dans l'obscurité, je laisse tomber les barrières, fais face à moi même avec sincérité, regardant le monde tourner avec admiration. Les sentiments emplissent mon cœur, font vibrer mon corps avec passion. Je les laisse me guider, transparaissant de vie dans mes yeux brillants dans l'ombre. Sans un bruit, je me lève et franchit la longueur de queue qui me sépare de Feu du Phoenix, m'installant lentement à ses côté, assez proche pour que je sente son pelage de venteux frôler le mien, aux senteurs aquatiques.

A l'instant présent, je n'étais plus que vie et sentiments à l'état pur. Les rivalités entre clans, les batailles, l'état de Valse des Etoiles, qui m'inquiète bien plus que je ne le laisse paraître...Tout cela s'est échappé en fumée, oublié le temps d'une douce nuit. Je me concentre sur la lune, ronde et calme, reflétant mon esprit apaisé en cet instant. Je n'ai presque plus conscience de Feu du Phoenix, près de moi, tellement je suis détendue. Toute gênes s'est enfuie au loin, emportée avec la lumière de l'astre solaire.

"-Tant de questions, qui ne seront probablement jamais résolu, mais je peux te garantir une chose, la gratitude de nos camarades pourra toujours faire vivre un guerrier, et la vision d’un membre du Clan des Étoiles ne nous apportera rien, si ce n’est la certitude qu’ils existent ! Pour répondre à ta question, je suis venu auprès de nos ancêtres, au milieu de ces chênes imposants qui gouvernent nos Assemblés pour posés une question si simple qu’elle te paraîtra stupide : Pourquoi ? Pourquoi je ne vois plus ma vie comme avant ? "

Les mots sonnants si juste du guerrier brun me ramènent à moi, et je me tourne vers lui, plantant mes yeux dans les siens, tentant de déchiffrer cet esprit dont j'ai envie de me rapprocher. Mais je sais que j'apprendrais doucement à le connaître,
j'en suis certaine. Même si nos ancêtres restent silencieux, l'éclat des étoiles,
la douceur de cette nuit, autant de signes qui me prouvent que notre rencontre ici est approuvée. Nous nous reverrons, j'en suis certaine.
Je romps donc le contact visuel, retournant ses paroles dans ma tête. Je comprend son sentiment, qui n'entraîne qu'une question dans ma tête.

"▬ Avant? Quel est cet avant? Je ne sais pas vraiment de quel changement tu peux parler, mais nous évoluons tous dans nos vies. Parfois, il n'y a aucune réponse à apporter, on vit, on rencontre, on ressent, on change. C'est tout,
c'est ainsi. Parfois, on peut connaître de mauvaises passes, faire des erreurs.
Mais c'est aussi cela la vie. Apprendre à faire face, à assumer, à réparer ses dépassements, ou à laisser couler. A se demander "pourquoi?" jusqu'à ce que la réponse devienne évidente d'elle même. Il suffit peut-être juste de patience."


Je repose vivement mes yeux sur le guerrier, lui accordant un doux sourire, espérant pouvoir partager avec lui l'euphorie que je ressens, la liberté que j'ose caresser pendant cette nuit unique. J'espère pouvoir libérer, de la même façon, son esprit tourmenté. Le soulager de ses maux trop lourds, ou du moins l'aider, le temps de cette nuit ou pour bien plus longtemps, à les porter.

_________________

MÉLODIE LUMINEUSE ~ #ff9900

Lumy:
 


NUAGE DE MINUIT ~ #006600

Midnight':
 


PETITE DANSE:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Feu du Phoenix
Intéressé-e.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 450
Age : 11
Date d'inscription : 31/12/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Je t'attendais là où tu n'es pas   Dim 25 Juin - 12:08


FEU DU PHOENIX




Tout ne peut mener à rien, rien peut mener à tout. Le rien est une façon étrange de pensée, pensée qu’au milieu de cette chêne, imposant, je n’avais plus que rien, serait sans doute une grande erreur, mais pensée qu’à côté de cette guerrière, je possède tout, ne serait pas plus intelligent. Une sorte de joie immense emplie mon cœur, réchauffant mon corps refroidie par cette petite brise, mais ce bon sentiment était aussi accompagné d’une apréhension encore une fois de plus. J’avais peur que mon Clan découvrent notre relation… d’amie ! En temps normal, je devrais être au camp à chassé et patrouiller, au lieu de cela, j’étais perdu ici sous les étoiles, emplie de faux sentiments, à côté d’une guerrière d’un clan adverse.
 
Qu’en penserait mes camarades s’ils l’apprenaient, comment réagiraient-ils ? Me banniraient-ils ? Une relation inter-clan serait une raison suffisante pour l’exil ? En pensant à cela, je sentais une brise glacée me frôlant la nuque, hérissant mes poils, dressant ma queue. Je me mettais en position défensive, paniqué et prit d’une certaine peur qui ne faisait que grandir, je n’eu soudain plus l’impression d’être avec un autre guerrier, mais d’être en présence d’une étoile glaciale, qui ne présageait rien de bon ! Je refusais de croire à cette vision, après tout, j’avais le droit de posséder des amis en dehors du Clan du Vent ! Mais je sentais toujours cette étoile glaciale, qui demeurait impassible devant mes sentiments… Je fermais les yeux, contemplait le noir et l’infini absolu, me concentrait sur ma respiration, laissait mes sentiments envahir mon corps, et laissait un calme absolu calmé mon être.
 
Désormais, je ne voyais plus que mon calme, une pointe de vide, une petite boule de peur, qui demeurait, mais aussi un sentiment de révolte envers ces lois stupides qui nous empêche de connaître des guerriers, apprenti ou chaton, qui n’avait pas reçu le même enseignement, qui pouvait nous partager des moments et des sentiments inédits, révélant peut-être notre âme sœur. Pour la première fois de ma vie, je voyais les injustices, et les mauvais côtés du code du guerrier et de nos obligations à servir le Clan sans pouvoir sortir, profiter du monde et de la vie. Ce sentiment de révolte et de coleur, n’était peut-être dû qu’à mon envie de rester ici, avec Lumy sans avoir la crainte de mes camarades, mais je sentais qu’il possédait un brin de vrai et le reste d’imagination.
 
Je rouvrais les yeux lentement mais sûrement, reprenait une respiration normal, me concentrait désormais sur l’environnement, et surtout Mélodie ! Puis je laissais remonté ma joie, ma peur, mon bonheur et ma curiosité. Mon pelage se lissa, ma queue cessa de fouetter l’air et je laissais de nouveau place à l’envie d’en connaître plus l’un à l’autre, de savoir que faisait l’autre ici, et si nos rencontres étaient le fruit du destin ou de la chance ! Mes sentiments pour Lumy grandissait depuis la première fois que je l’avais vu. Je la reconnaissais désormais comme une amie, un allié et non plus comme une guerrière rencontré par hasard, avec laquelle j’aurais juste parler un peu, posée quelques questions. Je pouvais pressentir qu’au fond de moi, j’en ressentais bien plus pour elle, pour l’instant, je ne pouvais rien avançée, et ne pouvais prédire le futur.
 
Je me rendais soudain compte que Lumy me parlait ! Je sortais de ma petite bulle, mon cocon, et écoutais attentivement sa réponse que je voulais à tout prix entendre ! Elle me regardait dans les yeux, et me dit :
"▬ Avant? Quel est cet avant? Je ne sais pas vraiment de quel changement tu peux parler, mais nous évoluons tous dans nos vies. Parfois, il n'y a aucune réponse à apporter, on vit, on rencontre, on ressent, on change. C'est tout,
c'est ainsi. Parfois, on peut connaître de mauvaises passes, faire des erreurs.
Mais c'est aussi cela la vie. Apprendre à faire face, à assumer, à réparer ses dépassements, ou à laisser couler. A se demander "pourquoi?" jusqu'à ce que la réponse devienne évidente d'elle même. Il suffit peut-être juste de patience »

 
Je l’écoutais, puis me rendais donc que Lumy possédait un recul incroyable sur la vie, cela me fascinait, de voir qu’une guerrière dans cette forêt, pouvait décrire une vie, un changement en si peu de temps. Je me mettais à l’admirer et je sentais une envie de devenir comme elle, de pouvoir posséder ce sens du recul. Je baissais la tête l’espace d’une seconde, puis je la releva, plongeait mes yeux jaune dans ceux de Lumy, et lui dit :
« -J’admire ton sens du recul et ta vision du monde. Je dois t’avouer que je n’avais vu les choses sous cet angle. Peut-être que j’ai grillé une étape de ma vie, ou que je l’ai raté, mais aujourd’hui, je ne parviens pas à chasser ce malaise de ma vie en Clan. Certaine rencontre mon fait changé j’en suis conscient mais je n’arrive pas à intégré ces changements et mon âme les refuses. Je t’admire Mélodie, tu arrives à toujours être positive, à trouvé les bon mots. Je ne te connais pas beaucoup, mais je peux l’affirmer tu es quelqu’un de bien, mais une question me tracasse : Ne ressens-tu pas toi aussi un malaise ? Un sentiment de ne pas être à la bonne place…
 
J’avais dit ce que je pensais, ce qui me hantait, et n’attendait plus qu’en savoir plus sur les raisons de son envie de prendre du recul sur son clan…

_________________




merci à tous ceux qui m'ont fait ces signa !3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Je t'attendais là où tu n'es pas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je t'attendais Daniel Hétu
» Je ne m'y attendais vraiment pas (Keith Dixon)
» Je ne m'attendais pas à te voir MICKAEL & SANAA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance, :: JEU. :: Terres Libres :: Quatre Chênes-
Sauter vers: