« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance,

la fin de ma chute. » Valse des Étoiles
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un secours extraordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Éclair Noir
P'tit nouveau.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 11
Date d'inscription : 03/12/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Un secours extraordinaire   Dim 29 Jan - 19:34

Eclair Noir se réveillait dans sa tanière, en humant l’air il perçut des fines gouttelettes d’eau dans le vent. Encore ensommeillé il sortit de sa tanière et alla se chercher une pièce de viande toute maigre : vivement la saison des feuilles nouvelles !
Il sortit du camp pour prendre un peu l’air.
"Il faut bien se dégourdir les pattes même s’il fait froid !", se dit-il.
La rivière était gelée, les quelques arbres qu’il y avait sur le territoire du Clan de la Rivière étaient dénudés et l’herbe couverte de givre. 
Il se dirigea ensuite vers la frontière du Clan du Tonnerre.
Eclair Noir commença à la longer. 
Tout à coup le sol se déroba sous ses pattes !
Il se réveilla dans un trou assez profond, il ne pouvait pas atteindre la sortie.
Il vérifia qu’il n’y avait aucune autre sortie.
"A l'aide!", cria-t-il.
"A l'aide!", redit-il, désespéré.
Aucune réponse.

Tout à coup un martèlement de pattes se fit entendre : quelqu'un arrivait !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de Lynx
Réservé.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 235
Age : 13
Date d'inscription : 28/06/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Un secours extraordinaire   Mar 21 Fév - 1:24

Je suis debout depuis un long moment maintenant et je dois avouer que regarder mes camarades assoupis n'aidera enfin le clan et ne me fera pas trouver le sommeil. Je ne me sens même pas fatigué. Il faut dire qu'hier a été un journée particulièrement calme qui contrairement à d'habitude ne m'a pas donné une profonde envie de dormir. Je décide donc de profiter de ce moment pour me faire une partie de chasse en solo. J'adore contempler l'immensité du ciel où les premiers rayons de l'aube aux couleurs chatoyantes passant du rose au orange transperce la nuit d'obsidienne telle une griffe qui empale une proie. C'est un instant magique, entre nuit et jour, où la Lune cède sa place au Soleil, son allant comme elle le fait toujours, discrètement. La forêt est encore plongée dans l'obscurité et je dois une fière chandelle à mes yeux qui parviennent à extraire aux cœur des ténèbres un infime rayon de Lune, particule de lumière aussi minuscule que magnifique, et de l'amplifier au point que j'y vois comme si nous étions en pleine journée. L'air frais pénètre mes poumons et me réveille, vivifiant mon corps et faisant partir la brume du sommeil. Je l'élance, ombre parois les ombres, foulant le sol froid et dur, traversant les allées d'arbres plus semblables les uns que les autres. C'est la saison froide, et il y a peu de proie qui osent braver la météo, je dois donc faire pleinement usage de mes capacités. Étant donné qu'un vague brouillard se lève, nappant le territoire et ajoutant un côté mystérieux à lieu que la vie semble avoir abandonné. Je ne peux donc que peu me fier à ma vue. Tant pis. Je ferme les yeux, ouvrant pleinement mes oreilles et sondant le paysage grâce à mon odorat. Je peux presque percevoir cette souris qui dors à poings fermés dans son terriers, et cette écureuils qu profite de quelques délicieuses noisettes. Mais ce que je perçois le plus clairement n'a nul rapport avec une proie. Ce que j'entends, c'est un chats en détresse  non loin. Il doit se situer sur la frontière, et je décide de m'y rendre aussitot. La partie de chasse attendra. Quand j'arrive sur les lieux, je j'aperçois aucun félin, le son étant pourtant toujours aussi présent. Je parviens finalement à localiser la source des appels à l'aide. Un trou dans le sol. Je m'approche doucement, tâtant le terrain d'une patte pour m'assurer de la stabilité de la terre. Je me penche par dessus l'ouverture et là, je constate que le malheureux est un membre de la Rivière. 

-"Attends, je vais te faire sortir de là, j'arrive !"  Lui cris-je.

Je cherche autour de moi dans le paysage napé de brume une quelconque chose pouvant me permettre de tirer de ce sale pas ce matou. Il me faudrait une branche ou un autre objet long, hélas, je constate qu'il n'y a nul bouts de bois aux alentours. Si je me penche dans le trou pour l'attraper, je risque d'a mon tour glisser dans la fosse, ce qui ne nous avancerait pas le moins du monde. Que faire ? Soudain, je constate que non loin de trouve un long morceau de vigne accroché à un des rares arbres du secteur. Voilà ce qui pourrait faire l'affaire ! Je cours jusque au tronc et je commence à couper un bout pour en obtenir une longueur adapté à  la situation. Parfait. Ma corde improvisée à la bouche, je retourne auprès du chat dans le trou. Je laisse tomber dans la fissure un bout de la vigne, gardant l'autre serré dans mes mâchoires. Je ne peux pas parler, et j'espère qu'il comprendra ce qu'il a à faire.


Dernière édition par Nuage de Lynx le Ven 17 Mar - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Éclair Noir
P'tit nouveau.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 33
Age : 11
Date d'inscription : 03/12/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Un secours extraordinaire   Dim 5 Mar - 12:43

Une tête apparut.
C'était un joli matou brun, un apprenti d'après sa taille !
-"Attends, je vais te faire sortir de là, j'arrive !", me cria-t-il.
Mais il partit.
-"Quoi ?! criai-je.
Fichu apprenti !!"
Mais il revint avec un morceau de vigne à la gueule, il me le lança.
Il voulait que j'y grimpe mais mes muscles commençaient à être douloureux à cause de la chute !
J'essayai quand même mais ce fut un échec.
Je venais de refaire une chute de plusieurs mètres !
Comment faire ?
Il ne pourrait pas s'aventurer dans le trou, il risquerait d'y rester.
Je réfléchis à toute vitesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de Lynx
Réservé.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 235
Age : 13
Date d'inscription : 28/06/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Un secours extraordinaire   Ven 17 Mar - 18:27



Le matou de la Rivière lâcha un grognement de douleur en essayant de se hisser. Peux être a-t-il quelque chose de cassé ? Se serait mauvais. Très mauvais. Le trou est tout de même assez profond, et le ciel gris suggère une averse prochainement. De quoi noyer un chat, même un membre du clan de la Rivière. Nager sans relâche ne ferait qu'épuiser le malheureux qui devrait se laisser couler ou mourir d'épuisement. Pour autant, hors de question que je me glisse dans le trou, sous peine de me voir condamné à un sort semblable au sien. Pas de patrouille pour le moment, bien sûr. Non, nous sommes seuls. Je vais assister à la mort d'un chat sans rien pouvoir faire. Mon cerveau carbure et réfléchis à toute allure, véritable méli-mélo d'idées, de plans, d'espoirs pour sortir de ce mauvais pas du guerrier. Mais chaque théories, chaque hypothèses, chaque tentatives de contrer le sort est inlassablement abattue par mon pragmatisme. Que faire ? Retourner chercher quelqu'un au camp ? Un drôle de sensation interromps soudain le flux de mes pensées. Comme un funeste présage tombé du ciel, un ange de la mort venu de cieux, une goutte de pluie s'écrase sur ma truffe. Puis une autre. Et encore. Cette bruine ne tardera pas à se changer en réelle averse. C'est fichu pour l'aide, d'ici à faire l'aller retour, il ne restera dans cette fosse devenue tombeau un cadavre flottant à la surface. Et chaque fine perle de pluie qui s'écrase au sol est un tic tac de l'horloge morbide qui vient de s'élancer. Je jette un coup d’œil anxieux au matou dans le trou. Je lis dans ses yeux une peur terrible, et je peux presque percevoir ses camarades choqués par son décès, sa mère hurlant qu'on lui rende son petit, incapable de voir en face la réalité, son père le regard voilé, silencieux en apparence, mais en proie à une tornade d'émotions, ses frères et sœurs, dans incompréhension la plus total. Le destin leurs a ravi leur frère, leur camarade, celui avec qui ils ont grandis, partagés joie et peine. Je vois tout ça dans les yeux de ce futur mort. Je vois son avenir, le père qu'il aurait pu devenir, le compagnon, l'ancien attachant, mort dans son sommeil, paisiblement dont on se souviendrait pour la belle et longue vie qu'il aurait mené. Pas l'avenir où on pleurera sa mort prématurée et sa fin atroce. Non, je dois le sauver, coûte que coûte. Je dois changer son destin. Je regarde autours de moi, je cherche, je fouille, je réfléchis. Je sais. 

-"Ne bouge pas, je reviens !!!" lui cris-je pour couvrir le fracas de la pluie qui tombe.

Je m'élance dans la forêt. Je sais ce que je cherche. Mais pas où chercher précisément. Là, un bosquet de vieux arbres ! Je fouille sans relâche. Ce que je cherche doit être parfait. Pas celui là, il est trop court, ni celui ci, trop étroit. Lui, il est trop fragile, mais peut-être que... C'est bon, je l'ai !!! Le traînant derrière moi, je retourne vers l'endroit où j'ai quitté le chasseur de la Rivière. Je laisse retomber à côté de moi un morceau de bois, pas une branche, de l'écorce. Le tonnerre éclate au alentours, des éclairs zèbres le ciel qui pleure toutes les larmes de son corps, véritable déluge. La pluie est maintenant si forte et concentrée qu'on n'y vois plus guère qu'à quelques longueurs de souris. J'avance vers la fosse, me fiant plus à mes pattes qu'à ma vue. Puis je sens le sol s'affaisser sous moi, rendu fragile pas le torrent d'eau. Je lâche un hurlement tandis que je m'agite dans tous les sens pour remonter. En vain. Par miracle, une racine a été déterrée par le glissement de la terre. Je m'y accroche comme si ma vie en dépendait (ce qui est le cas, en fait). Par chance, elle est solide et elle me retient. Mais pour combien de temps ? Je force sur mes muscles pour remonter et je finis par atteindre la terre ferme. Je prends une grande goulée d'air, puis je regarde prudemment à l'intérieur du gouffre. Il a maintenant de l'eau au niveau du ventre. Le temps presse. Je mets la planche dans le trou, essayant tant que possible de faire qu'on puisse l'emprunter comme un chemin en pente. Ainsi, il suffit de marcher dessus tel un pont.

-"VAS Y, VITE !!!" Je hurle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un secours extraordinaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au secours! C'est bientôt noël!!!!
» Au secours !
» Djoulaye, au secours !!!!
» Au secours!!! je suis en manque!!! (recettes sans PLA)
» J. Monsigny : L'extraordinaire Histoire de la Normandie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance, :: JEU. :: Clan de la Rivière :: Territoires-
Sauter vers: