« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'art de l'évasion. | Etoile Destinée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valse des Étoiles
Admin Graou
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1783
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: L'art de l'évasion. | Etoile Destinée   Dim 18 Sep - 6:21

PETIT REFRAIN
« Rien qu'à quelques pas. »

Tout le monde dort encore. Il est tôt, l’aube pointe à peine le bout de son nez, teintant le ciel d’orange et de rose pâle. Quelques lambeaux violets s’y trainent paresseusement, s’étirant en longueur entre deux nuages blancs. Maman a repris ses tâches de guerrière désormais et, cette nuit, elle n’a pas dormi avec nous. Je trouve ça injuste qu’elle ait le droit de quitter la pouponnière plus tôt, alors que nous non. Nous devrions pouvoir devenir novices en avance nous aussi ! Ce matin, pas question de rester enfermé ! Eclipse Solaire sera désormais trop occupée par son apprenti pour nous emmener dans la clairière de la dernière fois mais ce n’est pas grave, je me souviens parfaitement du chemin pour s’y rendre. Depuis que j’y suis allé, quelque chose a changé en moi. Quand je fixe la sortie de notre Camp j’entends un appel lointain, chanté par le vent et les arbres qui ondulent. Je me souviens avec précision des couleurs vives, des odeurs fraiches et humides, la sensation de la terre molle sous mes pattes. Le sentiment de puissance qui m’envahissait. J’ai envie d’y retourner, de voir si tout cela n’était qu’une illusion, un rêve. Je veux ressentir cette liberté à nouveau.

Se faufiler hors de la pouponnière a été un vrai jeu d’enfant. Il n’y a désormais plus que ma portée dans le buisson de ronces et nous avons passé la nuit seul. C’était étrange. L’odeur du lait est déjà devenue diffuse. La fragrance réconfortante de maman aussi. J’ai eu froid cette nuit-là. J’ai froid aussi maintenant, dans la fraîcheur du petit matin. Mais ce n’est rien de comparable. Cette nuit je grelottais, j’avais, je l’avoue, un peu peur. Maintenant, ce froid me mord les os, me transperce mais me revigore, me réveille un bon coup. C’est excitant. A pas de loup, je me suis faufilé vers la tanière des guerriers. Je les ai entendus ronfler, leur souffle lourd et rauque. Personne ne m’a vu quand je suis passé devant leur tanière. J’ai ensuite réussi à gagner les fourrés qui environnent l’entrée. Et maintenant j’attends. Les épaisses fougères me tombent sur le dos, me dissimulant presque totalement. De mon petit observatoire, j’ai pleine vue sur Flamme d’Espoir qui garde l’entrée. Elle a dû rester ici toute la nuit, je le vois à sa vigilance légère. Bien que nous ayons passé plusieurs lunes ensemble dans notre buisson de ronces, je sais qu’elle ne me laissera pas passer. Je l’apprécie, elle est douce et pleine de tendresse. Mais, comme tous les adultes, elle respecte les règles. Soudain elle se lève et prend la direction du petit tunnel où nous allons faire nos besoins. C’est le moment ! Mon cœur se mettant à battre à toute vitesse, je compte jusqu’à dix, le temps qu’elle se soit assez éloignée. C’est une occasion en or et je sais qu’elle ne se représentera sans doute pas deux fois. A pas de loup, regardant partout autour de moi d’un air inquiet, je m’avance avec prudence, plus aux aguets que jamais. Si je me fais surprendre maintenant tout est foutu. Je ne pourrais pas revoir la forêt. Plus j’avance vers l’entrée plus je l’entends, cette voix qui appelle, qui m’appelle. Elle répète mon nom encore et encore comme une litanie sans fin. Je sais que ce n’est sans doute que mon imagination qui me joue des tours mais c’est plus fort que moi, je me sens attirée par ces cimes, que j’aperçois au loin. Doucement. Un pas après l’autre. Personne dans mon dos. C’est le moment.

Arrivé en face de la sortie, je contemple pendant une courte secondes les ronces qui l’entourent, formant un petit tunnel plein de promesse. Je prends une grande inspiration, le cœur gonflé d’adrénaline et le poil hérissé de peur. Que va-t-il m’attendre au-delà de ce cocon protecteur que j’ai toujours connu ? Le monde. Sauvage, puissant, indomptable. Ces paysages fiers dans lesquels je veux m’inscrire, avoir ma place. C’est parti ! D’un coup, je me rue vers la sortie, projetant des petites mottes de terre derrières moi, faisant des foulées ridiculement petites, mais aussi ample que mes minuscules pattes me le permettent. A la fois trop lentement et trop rapidement, le bout du tunnel se profile devant moi. Ce n’est plus que l’histoire de quelques queues de renards. Un sourire ravi se dresse sur mon visage. Ce fut facile, trop facile même. Vous ne savez pas de quoi je suis capable ! Je ris faiblement. Mon pelage se gonfle d’excitation quand je commence à sentir le vent qui me frôle et les odeurs de rosée me parviennent.

J’y suis presque.
Encore quelques pas.
Quelques pas vers la liberté.

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4032
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: L'art de l'évasion. | Etoile Destinée   Ven 11 Nov - 14:04

L'art de l'évasion
Petit Refrain & Étoile Destinée




Tout le monde dort encore … sauf elle. Étoile Destinée a passé la nuit hors du camp. Son sommeil a été peuplé des murmures de la forêts, rassurants et intrigants, qui l'ont bercée jusqu'au monde des songes. Mais pour la première fois depuis des lunes, ses rêves n'ont consisté qu'en de banales parties de chasses, des courses à travers la plaine comme elle en a vécues tant ; aucune présence malveillante, aucune ombre pour se pencher par-dessus son épaule endormie et troubler son repos. Venue chercher la solitude dans les bois par une nuit particulièrement fraîche, la reine y a finalement trouvé un refuge de paix. Cependant, elle sait cette attitude égoïste alors que son clan pourrait s'inquiéter de son absence étant donné sa faiblesse et les récents événements. Aussi, c'est à peine réveillée par les premiers rayons de l'aube qu'elle prend le chemin du retour. Sa démarche est encore faible mais au moins ne souffre-t-elle plus des blessures causées par sa chute des falaises. Son corps, comme son esprit, guérit peu à peu.

Le tunnel de ronces menant au camp est déjà en vue, elle ne s'est pas tant éloignée. Prenant tout le loisir d'inspirer une dernière fois les parfums de sa terre chérie, elle ferme les yeux et se glisse dans l'ouverture. Nul besoin de prendre garde à ce que les piques ne s'accrochent pas à sa fourrure, elle a emprunté ce passage si souvent que son dos se courbe instinctivement. Lorsqu'elle ouvre les yeux, son cœur se réjouit de voir la clairière de son camp paisible et encore endormie. Néanmoins, elle n'a pas le temps de s'inquiéter de l'absence momentanée d'une sentinelle : une boule de poils jaillit en sa direction, le pelage hirsute, les yeux écarquillés d'excitation, un sourire qui semble être trop grand pour être contenu dans un si petit visage … Étoile Destinée n'a pas le temps de réagir, et le chaton vient terminer sa course entre ses pattes. Prise de court, elle jette un regard éperdu autour d'elle au cas où la mère du garnement serait là pour le récupérer, mais il n'y a personne évidemment. Alors elle se penche vers lui, malgré sa petite taille elle le domine largement, mais nul doute qu'en grandissant il la dépassera à son tour.

Pendant un instant l'histoire semble se répéter. Elle, se courbant au-dessus d'un chaton brun, l'attrapant maladroitement par la peau du coup pour le poser un peu plus loin ; l'éloignant d'elle, geste inconscient pour se protéger. Ses yeux qui le regardent sans songer qu'il s'agit-là d'un membre de sa famille ... Seulement le temps a passé, son regard est certainement plus doux, son esprit plus apaisé. Et c'est avec une pointe d'amusement qu'elle considère désormais Petit Refrain à la place de son père, comprenant qu'elle a interrompu par inadvertance une probable tentative d'évasion. Il n'y a qu'à l'observer pour comprendre qu'il brûle d'impatience à l'idée de partir à l'aventure ; Étoile Destinée ne peut s'empêcher de sourire intérieurement, il lui rappelle Nuage Neigeux … D'ailleurs, il atteindra bientôt l'âge d'être nommé apprenti avec sa sœur. Ses cousins plus âgés le sont déjà et peut-être qu'il ressent une pointe d'envie à les voir quitter quotidiennement le camp ? Même sa mère a quitté la pouponnière pour reprendre ses activités de guerrière. En un mot, elle soupçonne que le chaton s'ennuie et ressent le besoin de changer d'air. Comment lui en vouloir ?

« Où penses-tu aller comme ça, Petit Refrain ? » miaule-t-elle avec un mélange d'autorité et de douceur. « Tu devrais pourtant savoir que l'extérieur recèle de trop nombreux dangers pour un chaton, et puis, que diraient tes parents ? »

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valse des Étoiles
Admin Graou
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1783
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: L'art de l'évasion. | Etoile Destinée   Sam 12 Nov - 9:07

J’ai l’impression que le temps s’est figé. Autour de moi, il n’y a plus aucun bruit, plus aucun son. Tout ce qui importe c’est la petite trouée dans les ronces qui se rapproche. Un sourire immense déforme mon visage quand je me rends compte que j’ai réussi. Que ça y est, enfin je vais pouvoir sortir. Je vais leur montrer à tous ces guerriers ce dont je suis capable. Peut-être même pourrais-je attraper une proie, une grive, un mulot voir même un écureuil ! Je sais qu’ils sont plutôt rares sur les terres du Clan de la Lune et tous seraient surpris que je parvienne à en chasser un. J’ai observé les novices répéter leurs positions en cachette, ça n’a pas l’air bien difficile ! Ramper au sol, ne pas faire de bruit et faire attention au vent. Et vous voilà avec la panse bien remplie. Au fait, comment fait-on pour savoir le sens du vent ? Bah tant pis, je verrais bien sur place, je suis sûr que je peux le faire. Si Chouette des Nuages en est capable, bruyante comme elle est, c’est évident que moi aussi j’en ai les moyens !

Je jette un dernier coup d’œil par-dessus mon épaule juste avant de passer la sortie, histoire d’être sûr de pouvoir cheminer en toute tranquillité une fois sorti. Je n’ai pas vraiment envie de devoir me cacher dans les buissons et éviter une patrouille partie à ma recherche. Qui sait, coincé comme ils sont, ils seraient bien capables d’envoyer la moitié du Clan à ma recherche. Mais bon, Eclipse Solaire sera sans doute trop occupée pour venir nous voir et je sais que Petite Mélopée n’osera pas aller prévenir les guerriers. La connaissant, je suis sûr qu’elle restera allongée dans la pouponnière jusqu’à ce que je revienne. Peut-être même qu’elle me couvrira si quelqu’un se souvient de notre existence. Je l’aurais bien prise avec moi, mais elle n’éprouve pas comme moi cette fascination du monde extérieur. Elle se sent bien plus en sécurité dans notre antre, aussi vide soit-elle. Moi j’aime beaucoup moins cet endroit depuis que notre mère n’y est plus. Son odeur éparse ne fait que me rappeler qu’elle n’est plus là, que nous sommes seuls désormais. Je dois bien avouer que cela blesse mon orgueil qu’elle ait préféré sa vie de guerrière à ses propres chatons.

Je tourne à nouveau la tête pour me concentrer à nouveau sur le chemin devant moi. J’ai à peine le temps de voir une fourrure blanche et noir que je m’écrase contre des pattes puissantes, rebondissant en arrière, tombant dans la poussière. Qu’est ce qui vient de se passer ? Je secoue la tête de droite à gauche pour me remettre les idées en place alors que je repasse les dernières secondes. Attendez, j’ai bien dis une fourrure noire et blanche ? Relevant la tête, je rencontre les yeux gris acier d’Etoile Destinée. Oups. Je déglutis, m’aplatissant un peu sur le sol. Ce n’est pas bon ça, pas bon du tout. Je crois lire dans ses yeux de l’étonnement alors qu’elle se penche vers moi, me dominant de toute sa hauteur. Je me sens si minuscule ainsi, ne lui arrivant même pas au poitrail. Soudain je ne touche plus le sol. Poussant un couinement de surprise, j’agite mes pattes dans le vide, alors que je sens la peau de mon cou se tendre. Très vite pourtant, je me retrouve à nouveau à terre, éloigné de la meneuse par une distance respectueuse. Je peux voir qu’elle semble amusée par la situation et, même si cela me vexe, c’est rassurant qu’elle ne soit pas en colère après moi. S’il y a bien quelqu’un sur qui je ne pensais pas tomber c’est bien cette femelle à qui je n’ai jamais adressé la parole depuis ma naissance. Les chefs ont autre chose à faire que de s’occuper des chatons m’a dit Eclipse Solaire. Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander de quoi sont faites ses journées. Je la vois souvent manger avec les vétérans, discuter avec Belle de Nuit, notre lieutenante, bien plus rarement avec les novices et les chatons n’en parlant pas. Et pourtant elle était dans chacune des phrases de Chouette des Nuages, dans chacun des mots de Nuage de Flèche. Il faut bien l’avouer qu’elle est fascinante, mystérieuse et qu’elle semble aussi inaccessible que les étoiles qu’on me dit être nos ancêtres, là-bas dans le ciel. Et pourtant elle se tient là devant moi, arrêté sans doute dans des tâches importantes par un chaton comme moi. Voilà pourquoi l’humour de ses iris me déstabilise. Je m’attendais à une froideur indifférente, pas à cette note de chaleur dans ses yeux qui ressemblent au mien.

« Où penses-tu aller comme ça, Petit Refrain ? Tu devrais pourtant savoir que l'extérieur recèle de trop nombreux dangers pour un chaton, et puis, que diraient tes parents ? » Sa voix est dure, autoritaire, mais je sens que ce n’est qu’une façade. Mais au contenu de son discours, c’est plus fort que moi, je lève les yeux au ciel. Le monde extérieur c’est dangereux pour un chaton comme toi qui bla-bla-bla. Ils ont tous appris la leçon par cœur ou quoi ? Me redressant et ébrouant mon pelage définitivement trop épais et chargé de poussière, je plante mon regard dans le sien. Pendant quelques secondes, intimidé, aucun mot ne me vient. Je pourrais inventer un mensonge, dire que je pourchassais un papillon, que je n’ai pas vu que je m’approchais de la sortie, mais quelque chose dans ses prunelles m’arrache la vérité. « Je… euh… je voulais sortir ! Je suis étonné des accents hystériques de ma voix. Je m’ennuyais alors je me suis dit que je pourrais aller chasser, je sais comment faire ! » A ces paroles je fais quelques pas de côtés pour apercevoir l’entrée désormais inaccessible. Peut-être que si je parviens à courir assez vite…

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4032
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: L'art de l'évasion. | Etoile Destinée   Lun 26 Déc - 15:14

Le chaton fautif l'attendrirait presque ; avec ses grands yeux ahuris, ses petites pattes s'agitant inutilement dans l'air et son expression de stupeur mêlée de crainte. Expression qui se mue vite en une moue vexée, plutôt comique elle doit l'avouer. Mais malgré tout, elle reste stoïque et son visage, impassible. Petit Refrain reste sagement là où elle l'a placé et cela la rassure intérieurement, elle a pensé l'espace d'un instant qu'il profiterait de sa surprise pour lui filer entre les pattes. Si son aura semble lui attirer sans effort l'obéissance et le respect de ses guerriers, Étoile Destinée ignore si cela est efficace avec les chatons … Jamais n'a-t-elle eu à faire face à un questionnement de son autorité par aucun d'entre eux, se tenant à vrai dire généralement à l'écart de la pouponnière. Tout bien considéré, elle ne les rencontre qu'à deux moments de leur petite enfance, à la naissance et à leur baptême. Les chatons du clan lui sont donc aussi étrangers que son propre fils ; pensée amère qu'elle repousse brutalement, tout en songeant qu'il doit être un adulte désormais, probablement plus grand et fort qu'elle. A moins qu'il n'ait été emporté par la maladie, victime de cet hiver sans fin et des démons qui l'habitent ? Dans ce cas, c'est à sa véritable mère de le pleurer, et non pas à Destinée qui ne saurait trouver une once de chagrin en elle pour cet enfant qu'elle a abandonné. A-t-elle un cœur de pierre ? La question se pose encore une fois. Oui, ce chaton fautif l'attendrirait presque si elle n'avait pas inconsciemment le souvenir de son père avant lui et de sa propre indifférence douloureuse.

A sa remontrance il répond par un air ennuyé et s'il ne formule pas sa pensée à voix haute, sa mimique la trahit sans peine. La meneuse se rend alors compte qu'il a probablement dû entendre cette même réprimande auparavant, de la bouche de sa mère ou d'autres reines … et que manifestement, l'effet en est dérisoire. Bien, cela prouve donc que la simple démonstration d'autorité ne fonctionnera pas avec Petit Refrain et que l'ordre de retourner se coucher, si elle le lui donnait, serait probablement vain … et puis, a-t-elle vraiment envie de le gronder ? La journée commence à peine, l'air est doux et les rares nuages laissent passer des rayons de soleil bienvenus qui réchauffent leur pelage. Le clan endormi n'a pas besoin d'elle pour le moment, décide-t-elle subitement. Quelque chose dans les prunelles du jeune chat lui arrache un sourire intérieur, à moins que ce ne soit la petite voix qu'il utilise pour lui faire part de son désir de sortir du camp. Il aurait pu tout aussi bien se taire, sa soif de découverte se lit clairement dans les fréquents regards qu'il jette au tunnel d'épineux menant à l'extérieur. Amusée, Étoile Destinée se prend au jeu sans s'en rendre compte.

« Ah oui, vraiment ? miaule-t-elle d'une voix posée à l'accent de curiosité maîtrisée. Et si tu me montrais ta meilleure position de chasse, là maintenant ? Si elle me satisfait, je t'autoriserai peut-être à sortir pour chasser en conditions réelles. »

Bien placée pour savoir que l'entraînement de Petit Refrain est loin d'avoir commencé, l'aînée imagine sans peine ce que sera le résultat de ce petit défi. Au mieux le chaton aura-t-il espionné des apprentis et glané quelques informations … et elle a hâte de voir ce qu'il en aura tiré. Haussant les sourcils, elle l'invite à se mettre au travail d'un mouvement de tête. Étant donné l'assurance avec laquelle il lui a affirmé sa compétence, elle ne doute pas qu'il acceptera sa proposition dans l'espoir d'obtenir une faveur de sa part. S'il convoite tant la forêt et ses mystères, et qu'elle-même en détient la clé, voilà qui devrait le faire obéir, non ? Assurée d'avoir la situation entre les pattes, Étoile Destinée s'installe confortablement, les membres repliés sous son corps et ses oreilles pointées vers l'avant, toute son attention tournée vers le chaton. Tout en souhaitant bonne chance au mentor qui héritera de cet élève plein d'entrain.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valse des Étoiles
Admin Graou
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1783
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: L'art de l'évasion. | Etoile Destinée   Sam 14 Jan - 7:32

Mon regard lunaire ne cesse son va et vient incessant entre le tunnel des promesses et la figure de l’autorité qu’est Etoile Destinée. Elle semble tellement immense a ainsi me dominer que je ne pense pas pouvoir courir assez vite pour m’échapper avant qu’elle ne me rattrape. Je dois me casser la nuque pour la regarder dans les yeux. J’espère un jour pouvoir être aussi géante qu’elle ! Si jamais je tentais une escapade en forçant le passage, je récolterais une sévère punition et c’est tout. Ce constat est sans appel, tout espoir d’évasion semble bel et bien mort pour aujourd’hui. Je ne peux empêcher mon visage de se décomposer quand je comprends cela. J’ai envie de taper des pattes sur le sol et de courir partout en criant. C’est injuste, tellement injuste qu’on soit ainsi confiné dans la pouponnière pendant aussi longtemps. C’est nous, plus que n’importe quel autre, qui voulons découvrir, voir, apprendre. Mais au lieu de nous encourager dans notre soif de liberté, on nous enferme et nous brime comme si nous étions des incapables. Je suis sûre que je peux chasser ! Et me battre ! J’ai déjà gagné deux combats contre Petite Mélopée ! Et je rattrapais toujours les boules de mousse que me lançait maman. C’est bien la preuve que j’en suis capable, non ?

La voix légèrement amusée de la meneuse me tire de mes pensées grognonnes. Elle semble un poil sarcastique, mais surtout circonspecte. Je crois même entendre un sourire dans ses paroles. Je n’avais jamais remarqué que son timbre pouvait être aussi chaud et rassurant, il m’avait toujours paru froid et un peu détaché, mécanique. Mais ce qu’elle promet, c’est mon rêve ! Elle me défie et si je suis à la hauteur, elle me laissera chasser ! Aussitôt, mon sourire béat réapparaît et écartèle mon visage. Mon pelage se gonfle à nouveau d’excitation et j’ai conscience que je dois ressembler à un gros pissenlit, mais je suis trop excité pour m’en formaliser. Alors que la femelle bicolore s’allonge sur le sol, repliant ses pattes sous elles, je regarde autour de moi pour trouver une proie à ma mesure. Il y a beaucoup de petits cailloux, de motte de terre pour de brins de mousse qui traîne mais ce n’est pas une épreuve à ma hauteur. Il faudrait quelque chose de plus consistant de plus… Trouvé !

Je me tapis au sol, mon ventre rasant la terre comme j’ai vu les apprentis le faire. Je ne parviens plus à me souvenir si je dois baisser ma queue ou pas, dans le doute je la garde dressée bien haute pour ne pas faire de bruit. Ce n’est pas hyper évident de garder son équilibre ainsi, mais je parviens à progresser plus ou moins silencieusement, le regard fixé sur ma proie, située derrière Etoile Destinée. Mon arrière train se balance de droite à gauche quand mes pattes arrières se soulèvent mais je prends garde à effleurer le sol avec autant de douceur que je peux. Je crois avoir entendu que les vibrations pouvaient effrayer les souris. Ou les lapins. Je ne sais plus. De toute façon ce n’est pas ce que je traque à cet instant. Continuant de me dandiner, je contourne la féline couchée jusqu’à me situer à quelques queues de souris de mon objectif. Puis je me redresse d’un bond cours quelques foulées pour prendre de l’élan et réalise un saut maladroit mais atterrissant pile sur mon but, le bout de sa queue bicolore. Je la saisis entre mes pattes, juste avant de me réceptionner gauchement dans la poussière, roulant sur moi-même mais conservant vaillamment mon butin contre mon ventre. Je finis ma course un peu plus loin, le souffle court. Je me relève d’un bond, l’air triomphant, sa queue dans ma gueule. Je la libère après quelque secondes et me précipite vers elle, en m’ébrouant, projetant au passage de la terre sur sa fourrure soyeuse. Je me plante devant son nez, ma truffe effleurant presque la sienne tant je me tiens droit. Je réalise deux ou trois petit saut sur place, avant de m’écrier d’une voix suraiguë : « T’as vu ? J’ai réussi, j’ai réussi ! » J’effectue plusieurs tous sur moi-même en courant, le cœur battant à toute vitesse. Je m’arrête à nouveau face à elle, les yeux pétillants. « Tu es d’accord alors, je peux sortir ? » Dans ma tête cela résonne comme un mantra. Je vais sortir, je vais sortir, je vais sortir. Depuis le temps que je l’attendais.

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4032
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: L'art de l'évasion. | Etoile Destinée   Jeu 7 Sep - 18:37

Des yeux gris comme les siens sont décidément bien expressifs. Étoile Destinée peut lire toutes les émotions qui traversent l'esprit du petit chaton rien qu'en guettant son expression du moment. Elle perçoit sa déception, sa révolte aussi ; mais toujours, son désir d'évasion reste le plus grand. Son regard ne se détache de la sortie du camp que pour se poser périodiquement sur elle, qu'il regarde comme un géant. Peu habituée à être admirée ainsi, la meneuse agite les moustaches d'un air amusé. Finalement, la compagnie des chatons n'est pas si compliquée que cela. Petit Refrain en tout cas l'écoute et lui obéit. Il a la réaction qu'elle attendait à la suite de sa promesse : le petit se gonfle de joie, son pelage ébouriffé et duveteux comme le plumage d'un poussin. Et aussitôt il s'agite, à la recherche d'une cible pour lui démontrer ses talents de chasseur. Destinée le suit des yeux, déterminée à ne pas louper une miette de ce spectacle qu'elle trouve de plus en plus divertissant. Choisira-t-il un caillou, une feuille ou bien une plume peut-être ? Le suspense est à son comble.

Mais déjà le voilà qui se dandine sur place, l'arrière-train fièrement dressé dans une position qui lui confère manifestement un équilibre plus que précaire. Il tangue, mais cela ne l'empêche pas de se jeter soudain en avant dans une parodie de bond de chasseur. La reine n'a pas encore eu le temps de repérer la proie qu'il convoite mais le découvre bien vite avec un sursaut de surprise. Le bout de sa queue, qu'elle agitait au rythme de ses pensées, se retrouve captif entre les pattes puis les mâchoires du chaton qui le lui montre plus fièrement que s'il avait attrapé un poisson volant. S'en suit un flot de paroles et de joie de la part du chaton, qui laisse son aînée muette un moment. Puis sa réaction arrive enfin, et elle éclate d'un rire franc. Rares sont ces démonstrations de légèreté chez elle, mais il faut croire que l'innocence heureuse de Petit Refrain aura eu raison d'elle. Il est possible qu'il parvienne, le temps d'un après-midi, à ôter de son visage la solennité et le sérieux qui l'ont fait vieillir un peu trop tôt, un peut trop vite. Il est possible qu'avec lui, elle se sente jeune et libre à nouveau.

« D'accord, d'accord ! » cède-t-elle en chassant les derniers éclats de rire qui demeure dans sa voix. « Une promesse est une promesse, je me dois de l'honorer... mais à une condition. » Elle profite de sa proximité avec le jeune chat pour le fixer droit dans les yeux ; deux paires d'iris gris qui se rencontrent comme deux lames qui se croisent. « Tu devras me suivre et ne pas t'éloigner. Tu devras m'obéir et ne pas rechigner. » Prévoyant des cris de protestation de la part de son élève du jour, elle s'empresse d'ajouter : « Ce n'est qu'ainsi que je pourrai te montrer les merveilles de nos terres. » Elle attend son assentiment avant de se relever et de s'ébrouer. Autour d'eux le camp s'éveille peu à peu, et la meneuse songe qu'il lui faudra bientôt revenir à ses responsabilités, l'organisation des premières patrouilles de la journée, les inquiétudes de ceux qui ne l'auront pas vue de la nuit, les questions auxquelles il faudra répondre... Aussitôt la fatigue se fait sentir sur ses épaules et dans ses yeux ; puis elle croise à nouveau le regard de Petit Refrain, et une idée lance un regain d'étincelles dans ses prunelles. Elle se penche jusqu'à son oreille. « Vite, sortons discrètement avant d'être vus ! » lui chuchote-t-elle avec un clin d’œil, avant de s'élancer dans le tunnel de ronces comme un souffle d'air. Elle fait quelques pas avant de se retourner, certaine de trouver le chaton derrière elle.
Leur évasion est réussie.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'art de l'évasion. | Etoile Destinée   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art de l'évasion. | Etoile Destinée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut se méfier de l'eau qui dort | Etoile Destinée.
» l'étrange destin de Benjamin Button
» Communiqué de l'Etoile de Normandie
» traduction / je suis le maitre de mon destin, le capitaine de mon âme
» Etoile de noel en papier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan de la Lune :: Camp-
Sauter vers: