« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance,

la fin de ma chute. » Valse des Étoiles
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1828
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|   Lun 12 Sep - 0:06

Bruits et Murmures
Le son enfle contre ma poitrine comprimée, réceptacle de cendres compactes rendant chaque respiration difficile. Un sifflement harassé, l’air s’échappant d’un vieux sac usé par la course inépuisable m’ayant mené parmi cette lande. Et enfin, mon cœur battant dans d’infinis soubresauts pour mettre fin à la torture de cette fébrile embardée. Prêt à céder à tout moment, me poussant maintenant à chercher repos contre un rocher situé près d’un ruisseau, un roc plat parcouru d’odeurs inconnues sous un fumet familier si distant qu’il me faut me convaincre qu’il ne s’agit pas véritablement du fruit de mon imagination. Étendue contre la pierre, le flanc secoué de spasmes, je tente un énième regard vers un ciel piqué d’étoiles, comme à la recherche d’une guidance futile. Je n’ai jamais été de ceux ayant prêté oreille à nos ancêtres. Je ne crois plus à leur existence depuis de nombreuses lunes, et malgré mon jeune âge, pose un regard critique voire même méprisant envers les délégués de la foi. Je préfère me penser maîtresse de ma destinée, qui aujourd’hui me semble bien lourde à porter. Incapable d’assumer le geste m’ayant portée sous le vent indomptable des clairières infinies, celui de laisser derrière moi tout un épisode de ma vie, et encore pire, trois frères bien aimés avec qui je n’ai jamais vécu de séparation véritable. En relevant ma tête fatiguée, un vertige me prend alors qu’une bourrasque vient s’emmêler dans désordre intouchable de ma fourrure tricolore. Et le doute, arme brutale, s’insinue en moi alors que parcourent mes prunelles émeraude le territoire de mon enfance.

Ce doute douloureux, qui siffle contre ma gorge. Mon poursuivant acharné pendant ces longues heures de voyage m’ayant finalement mené sur les terres m’ayant vu naître, celles du Clan du Vent. Et cette entité me paraissait si familière avant la brisure provoquée par mon géniteur. Il me semble ne plus retrouver mes repères d’autrefois, où peut-être est-ce simplement moi qui ai changé? Je me souviens encore de cette jeune chatte, tout juste nommée novice, celle qui parcourait les plaines à la volée, le poil parcouru de ronces et de brindilles. Et le vent, ce vieil allié, se faisant complice de mes périlleux voyages, aujourd’hui violent contre mon visage aux grands yeux humides. D’un geste résigné, craintif, je laisse mon corps glisser contre la pierre, me réfugiant à ses pieds pour fuir le contact saisissant de la brise. Dans les ténèbres grandissant de la nuit, de nombreux bruits et murmures me semblent parfaitement étrangers, voire hostile. Sans indices repérables et familiers, je ne parviens plus à trouver la direction du campement, de nombreux de mes proches, de ma mère… Me vient la crainte terrifiante qu’elle ne se souvienne plus de moi. N’ai-je pas oublié ma propre terre, mon héritage?

Le désespoir me ronge. Pendant quelques instants grisants, je considère l’option alléchante de retourner sur mes pas en direction du Clan de l’Ombre, où j’aurai au moins la certitude d’y trouver une âme accueillante, une amie et alliée qui saurait parfaitement apaiser mes incertitudes. Néanmoins, malgré mon affection pour Nuage de Chouettes, je ne peux appuyer mes décisions existentielles sur une simple rencontre candide entre deux jeunes troublés. Si elle sera probablement synonyme de paix, il me faut la laisser derrière et avancer vers la mission qu’il m’a fallu me fixer pour me sortir d’une vie toute tracée par un géniteur qui, bien qu’aimant et bien intentionné, formait autour de moi une cage aux barreaux impénétrables. Avant de dissocier le tissu même de mon âme parmi les plans formés à mon intention, j’ai pris les rênes de ma propre destinée. Pourtant me voilà, ensommeillée parmi les cauchemars les plus troublants, et réveillée à l’aube naissant dans un cri brisé de sanglots. Il me semble que tout mon être craque alors que sous mon crâne, les voix de mes frères résonnent encore, résidus désagréables de mes songes. Je revois leurs regards désapprobateurs, leurs paroles pour me blesser.

Pourquoi es-tu partie comme un voleur?
Ne sommes-nous pas suffisant à bonheur?
Pourquoi, Ronces, es-tu si lâche?

Le cauchemar me paraît encore si réel… Je titube jusqu’au ruisseau afin d’étancher ma soif impossible et noyer mes larmes. Pourtant, celles-ci refusent de s’épuiser alors que je me recroqueville contre les herbes humides bordant le cours d’eau.

Pourquoi nous as-tu abandonnés?

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 


Dernière édition par Étoile Sombre le Mer 28 Sep - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nuage du Loup
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 138
Age : 19
Date d'inscription : 20/07/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|   Ven 23 Sep - 0:40


Le vent soufflait paisiblement dans ton dos, t'apportant ainsi une sensation de plénitude et de liberté absolue. Là, seul, dans la nuit, sur les terres de ton Clan, tu te sens bien. Tu te sens à ta place. Tu te sens toi. Pourtant, tu sais très bien que tu n'es plus le même. Tu sais très bien que tu aies perdu de cette joie de vivre que tu avais. Toute cette confiance que tu offrais aux autres, gracieusement, sans qu'ils n'aient à faire quoi que ce soit. Dis, tu te souviens ? Tu te souviens de comment c'était avant ? Tu étais si rayonnant. Ceux qui voient la différence ou plutôt ceux qui la voient encore, sont encore sur le cul. Toi qui étais si ouvert, si jeune et fougueux, qui te liait facilement d'amitié avec n'importe qui, tu avais même essuyé parfois des critiques de collaborateurs, bien qu'il n'en fût rien, tu t'en souviens ? Loin de toi, tu dis. Loin d'elle surtout. Tu penses qu'en t'éloignant ainsi du reste du monde, tu ne souffriras plus ? Tu penses qu'en n'accordant plus ta confiance, elle ne sera plus violée ? D'une part, tu as certainement raison, de l'autre, tu sais très bien que tu rates pleins de bonnes choses, de bons moments avec des amis que tu n'as pas. C'est vrai au final, tu ne l'as pas seulement perdu elle, tu as perdu tout le monde. Avec qui parles-tu encore si ce n'est Corbeau sans Ailes, ton frère ? Tu peux me le répéter un peu plus fort. Personne tu dis. Tu as raison. Tu es devenu renfermé, asocial et effacé. Pire que cela, tu as perdu la vertu qu'est la sincérité pour devenir un menteur. Tu sais ce que cela représente ? Tu t'en fous tu dis. Avant, tu n'étais pas comme cela. Avant, tu n'aurais pas réagi comme cela, tu étais différent. Tu t'en serais voulu à te voir comme cela dans le futur et tu aurais tout fait pour que cela n'advienne jamais. Et aujourd'hui, où est-ce que tu en aies ? Tu peux me le dire ?

Si tu en es incapable, je peux te le dire moi. Tu n'es qu'une vulgaire ombre, un pantin, parfait serviteur de son Clan. Ah oui ! On peut le dire, tu es loyal et un des meilleurs éléments du Clan, pas étonnant quand on lui est totalement dévoué, au détriment de toute vie sociale. Tu t'ennuis quand tu n'as rien à faire, quand on ne te donne rien à faire, alors quitte à faire quelque chose, tu prends un peu le rôle de tout le monde. Au-delà de rendre service, tu en agaces plus d'un à toujours vouloir tout faire, tu le sais ? Certaines bouches ne parlent de toi qu'en mal, tu le sais aussi j'imagine. À leurs yeux, un chat sans vie comme toi, ne fais pas un bon Guerrier. Tu te rends compte ? Alors que c'est la seule chose à laquelle tu te raccroches, ce ne serait pas une évidence pour tout le monde ? Brisant un instant d'immobilité parfaite, ta silhouette dans la lande abandonne son trône, sa place, pour s'élancer telle une flèche lancée par un archer d'une précision incroyable. À toutes pattes, tu files comme le vent, faisant de ce dernier ton allié au détour d'une touffe d'herbe rêche. Pourquoi est-ce que tu ne dormais pas comme tous les autres ? Parce que tu n'avais pas réussi à trouver le sommeil tout simplement. Tu n'avais pas insisté, ne voulant pas dérangé ceux qui en avaient besoin, tu t'étais éclipsé comme tu le faisais parfois. Tu étais alors sortis du Camp, pour tenter de réfléchir un peu. Sur quoi ? Un peu tout, sur ta vie essentiellement, sur cette destruction qu'elle avait causée et dont tu te croyais encore en partie responsable. Tu n'aurais, d'après toi, pas dû lui accorder ta confiance, ton amour, c'était de ta faute puisque tu l'avais fait. Tu ne le savais pas à l'époque, mais aujourd'hui, tu sais que tout le monde fini par trahir, qu'il vaut mieux rester loin du monde pour ne pas être meurtri. Aujourd'hui, c'était devenu ta règle d'or.

Tes pattes te guidèrent vers un lieu où toute trace de silence était brisée. Le vent disparaissait peu à peu au profit d'un abri de roche. Cette sensation, bien qu'agréable pour d'autre, ne te convenait pas. Tu étais déjà à l'abri de ce qui était dangereux et ce en ayant érigé cette barrière entre eux et toi. Le vent ? Lui était un allié, pas un ennemi. Lui ne trahissait pas, son attention à toujours été clair, vivre libre, tourner à son gré, qu'importe les ravages, il était toujours égal à lui-même, pas du genre à jouer la comédie. Les taches éparses de mousses que tes yeux trouvèrent sur les rochers te confirmèrent bien le lieu duquel tu approchais. D'ailleurs, la présence des rochers même était significative. Le fracas du cours d'eau s'intensifiait au fur et à mesure que tu te rapprochais de la rivière. Tu te retrouvas bientôt à louvoyer entre ces rochers que ceux de ton Clan nommait simplement Rochers Moussus. Malgré le fracas engendré par l'eau, la nuit est rythmée par un autre son que tes oreilles captent rapidement. Ton poil se hérisse sur ton corps lorsque l'odeur du Clan des Astres te parvient. Qu'est-ce qu'ils viendraient faire ici ? Cette question résonna longtemps dans ton esprit, sans que tu ne trouves une réponse satisfaisante. S'ils avaient l'intention d'envahir les Terres du Vent, ils n'y parviendraient pas, du moins pas sans casse. Te plaçant sur la défensive, mais l'expression du visage totalement neutre, tu trouvas bientôt le corps duquel se dégageait l'odeur. Une forme, plutôt petite, aux allures frêles et dont les couleurs n'étaient pas discernables à une pareille distance. Les bruits identifiés depuis quelques secondes comme étant des sanglots, ne te firent ni chaud ni froid, de marbre, tu ne vacillais plus depuis un moment devant de telles émotions, du moins, c'est ce que tu montrais. Égal à toi-même, tu miaulas d'une voix neutre où rien ne perlait.

« Qui que tu sois, tu n’as certainement rien à faire ici. Si toi et tes compagnons êtes venus en tant qu’hostiles, on saura vous recevoir. »

_________________


Anciennement:
 

Cicatrice du Tigre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1828
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|   Dim 25 Sep - 22:57

Bruits et Murmures
L’obscurité se dessine autour de mon corps secoué de spasmes incontrôlés. À l’horizon, les lueurs timides de l’aube viennent percer les ténèbres et adoucissent le vent qui me tire de nouveaux frissons désagréables. Une léchée contre le ruisseau désengorge ma trachée coincée de remords, et mes respirations se calment à mesure que les effets du cauchemar se dissipent. Mais subsiste, au-delà du songe, des sentiments profonds et douloureux qui causent ma détresse, mes larmes un peu plus silencieuses, mais brisées quelques fois de ces rares larmes que je m’autorise à laisser couler. Contre les galets entourant le cours d’eau, je me sens un peu plus à mon aise, et il me vient une amertume lancinante à réaliser que je trouve désormais réconfort parmi la pierre. Dans les cavernes souterraines du campement de l’Astre, je ne trouvais autrefois pas ma paix, mais maintenant que je touche à nouveau à ce qui devrait m’apparaître plus familier, m’échappe tout sens quel qu’il soit. Il me faisait une sorte d’utopie de penser qu’à l’instant où je franchirais les frontières délimitant ma terre natale que je trouverais la paix, que je réhabiliterais l’assurance ayant poussé ma décision à quitter de façon si précipitée. Mais cette fois, ce monde me paraît bien trop vaste, et sans la compagnie rassurante de Nuage des Chouettes, je peine à conserver ce sang-froid nécessaire à l’accomplissement de ma tâche. J’ai beau tenter de me calmer, mes frères me manquent encore, et avec leur souvenir la culpabilité de leur avoir causé du tort. Nuage de Frêne en particulier saura-t-il me pardonner mon choix?

Parmi les ombres, une voix. Inconnue ou familière je ne saurais dire, sourde à ses discours accusateurs. Je me tasse dans un mouvement défensif, cherche à trouver l’origine de ce trouble dans une nuit que je croyais mienne. De mes voyages qui devaient se caractériser par la solitude, les rencontres se multiplient. Ici, en pleine terre du Vent, peut-être aurais-je dû m’y préparer. L’odeur du Clan me parvient, ce fumet rassurant que je retrouve comme un mirage et qui apaise en partie mes peines. La silhouette se dessine parmi les ténèbres, faiblement éclairée par la lueur fluette et fragile de l’astre du jour. Je discerne un pelage tigré et la tête méfiante d’un guerrier… Je le connais. Mon cœur s’emballe de reconnaître quelqu’un parmi ce territoire qui aurait dû m’apparaître bien plus familier. Je souris avec un certain soulagement, chassant d’un reniflement orgueilleux mes larmes tout en tâchant de me souvenir du nom du nouveau venu. Cicatrice… De quelque chose. En farfouillant ma mémoire, je retrouve le nom complet. Cicatrice du Tigre, un guerrier auquel je n’ai jamais adressé la parole, mais qui a certainement dû connaître mon père Absinthe. Je le considère sans comprendre avant de réaliser qu’il doit me prendre pour une ennemie. La voix tendue d’appréhension et de confusion, je m’adresse à mon aîné, encore ébranlée par mes cauchemars.

«Cicatrice du Tigre… c’est moi… Nuage de Ronces. Mon père est Absinthe, j’ai disparu il y a trois lunes quand il a décidé de nous emmener mes frères et moi… Mais je suis revenue.»

Je tente de ne pas pleurer à nouveau mais la fatigue m’étreint. Je sens la tension, le danger représenté par mon aîné. Qui dira qu’il me croira? Absolument rien ne prouve la véracité de mon discours hormis les événements. J’espère que le Clan du Vent ne m’aura pas oublié lors de ces quelques mois et que le guerrier tigré me fournira toute l’aide nécessaire à mon entrée dans le campement.

«Je veux revenir… Je veux dire… réintégrer le camp. Je n’ai jamais choisi de le quitter, et depuis de nombreuses lunes j’envisage de faire demi-tour et la nuit dernière j’ai enfin décidé de le faire. Je ne vous veux aucun mal vraiment. De toute façon dans mon état je doute de pouvoir être quelconque défi pour le plus maigre des chatons.»

Je soupire, exténuée, adressant un regard prudent à Cicatrice du Tigre, sachant pertinemment que s’il se décidait à attaquer, que je ne serais guère en mesure de me défendre.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nuage du Loup
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 138
Age : 19
Date d'inscription : 20/07/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|   Sam 24 Déc - 0:01



Sans expression comme il l’était souvent, Cicatrice du Tigre ne perdit rien de ses réflexes de Guerrier. Ce ne fit ni la nuit, ni l’obscurité ambiante et encore moins les sanglots qui émanaient du petit corps qu’il avait à présent en vue, qui allait y changer quelque chose. Bien qu’effacé et distant la plupart du temps, le matou, en ces cas où son Clan est menacé, ne s’arrêta pas à quelques mètres de la forme. Trop peu sûrs de lui sur l’origine, le fond et la forme du félin qu’il avait en face de lui, il tendit à s’approcher, sur ses gardes. Tout restait imaginable, aussi bien l’agression que la fuite, dans les deux cas, il ne laisserait pas faire. Tendant à devenir plus nette, la silhouette que le Guerrier aperçoit appartient pour sûr à une femelle qui ne doit guère être plus âgée qu’une Apprentie. Pas rassuré pour autant, ne connaissant toujours pas l’intention, il en découla qu’il n’abaissa pas sa garde et continua son approche en zigzag, tendant à apercevoir son ennemi sous tous les angles, afin de repérer tout éventuel mouvement, que ce soit de fuite, d’attaque ou de défense, il avait l’œil sur tout, sur l’ensemble des possibilités de fuite que l’autre pouvait prendre et sur tous les angles d’attaques possibles. Un pelage gris et brun tigré finis de décrire la silhouette que le matou percevait à présent. Deux perles vertes qui le fixaient avec un, je ne sais quoi dans le regard, des larmes au coin de chacune d’elles et une expression fatiguée les animant, bien que les idées se chamboulaient dans la tête de Cicatrice du Tigre, en surface, sur son corps, son faciès, rien ne perlait. Il avait appris à si bien contrôler ses émotions et ses sentiments, surtout la façon de leur montrer, de les exprimer, certes à ses dépens, qu’il était à présent capable de cacher un certain nombre de choses à un certain nombre de félins. Ce qui l’inquiétait le plus dans cette manière d’agir, c’était la capacité identique que pouvait déclarer les autres, apprendre en somme, il se savait ainsi puissant, caché devant un masque de neutralité avérant, qu’il craignait que d’autre développe cette même capacité. Il craignait l’hypocrisie. Il craignait le mensonge. Et pourtant, il en était l’illustre représentation, l’ultime chef d’œuvre et le premier à en user pour son bien-être personnel.

« Cicatrice du Tigre… c’est moi… Nuage de Ronces. Mon père est Absinthe, j’ai disparu il y a trois lunes quand il a décidé de nous emmener mes frères et moi… Mais je suis revenue. »

Étonné d’entendre son nom sortir de la gueule de la féline inconnue, il absorba de nouveau tout acte qui auraient tendu à le montrer. Nuage de Ronces... Nuage des Ronces... Absinthe... Alors qu’il réfléchissait au fur et à mesure que les informations perlaient de la gueule de la jeune, les souvenirs firent leur apparition. Une à une, les pièces du puzzle s’assemblèrent et bien qu’il n’ait réellement été proche de l’un comme de l’autre des personnages cités, un flash dans sa mémoire laissa apparaître l’image d’une frêle boule de poils au pelage semblable au siens et aux deux perles vertes portant exactement la même teinte que les siens. Comment était-ce possible ? Pourquoi et comment avait-elle pu revenir ? Sa disparition, celle de ses frères et la fuite de son père s’étaient répandues dans le Camp et n’éprouvant rien que du dégoût et l’indifférence la plus totale pour ce félin nommé Absinthe, Cicatrice du Tigre ne s’en était pas plus intéressé. Ce qu’il avait capté, c’était simplement que le Clan du Vent comptait quatre nouveaux ennemis, quatre nouvelles âmes et quatre nouveaux corps prêts à tous moment à lancer un assaut contre sa fratrie. Loin de baisser ses gardes aux révélations de la jeune qui avait cessé de pleurnicher, la mine toujours aussi neutre et impassible, le tigré attendit davantage d’explication venant d’elle. Allait-il se satisfaire de si peu ? Décliner son identité était bien, mais cela ne répondait pas aux attentes du Guerrier.

« Je veux revenir… Je veux dire… Réintégrer le camp. Je n’ai jamais choisi de le quitter, et depuis de nombreuses lunes, j’envisage de faire demi-tour et la nuit dernière, j’ai enfin décidé de le faire. Je ne vous veux aucun mal vraiment. De toute façon dans mon état, je doute de pouvoir être quelconque défi pour le plus maigre des chatons. »

Ce fut de nouveau un flot de surprises qui irradia l’esprit du félin, le corps bloqué de tous mouvements par ce dernier, il n’en montra rien. Revenir ? Pensait-elle réellement que cela pourrait se faire ? Cicatrice du Tigre n’était personne pour décider d’une pareille chose. La seule chose qu’il savait, c’est que revenir en arrière n’était jamais chose facile. Il avait appris qu’il ne fallait pas forcément faire comme on le souhaitait, pas forcément comme notre cœur nous le dictait, loin de là. Est-ce qu’elle serait de nouveau intégrée au Clan ? Est-ce que le Vent l’accepterait de nouveau ? Cette décision reviendrait au maître de la parole et aux représentants de choisir... Mais comment être certain de la véracité de ses propos ? Comment être sûr que tout cela n’est pas un mensonge. Le Guerrier serait le premier à ne pas être étonné s’il s’agissait d’une pareille chose. Ne faisant confiance à personne par avance et encore moins aux félins qui avaient choisi une voix bien différente que celle de vivre au sein du Clan du Vent, en paix avec les règles et les mœurs de ce dernier, ne baissant pas sa garde, transcendant toujours d’un regard éternellement neutre le corps faible et fatigué de Nuage de Ronces, il articula :

« Qui me dis que je peux te faire confiance ? Et qui te dis que le Clan du Vent t’acceptera les pattes ouvertes ? Il ne suffit pas de vouloir. La volonté est illusoire face à la réalité, garda-t-il pour lui. »
HRPG:
 

_________________


Anciennement:
 

Cicatrice du Tigre:
 


Dernière édition par Nuage du Loup le Lun 2 Jan - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1828
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|   Sam 31 Déc - 21:36

Bruits et Murmures
Rien. Je ne perçois rien. Pas une once de chaleur, pas un seul éclat de compassion. Pas de considération, pas de respect, pas de mépris. Rien. Il n’est qu’une veine dans un mur de glace, imperturbable et éteint. Je suis la vague qui se brise contre les rochers, l’écume bouillonnante de mes émotions ne parvenant pas même à le mouiller. Je tremble d’incertitude, impressionnée par autant de calme, par autant d’immobilité. J’aimerais hurler et je me sens reculer, le pelage ébouriffé par le vent et les sentiments qui s’entrechoquent violemment dans ma poitrine. Je repense à Nuage de Chouettes et sa voix si douce, à sa générosité et à son amitié. Pourquoi ne pas retrouver cette même chaleur chez un membre de mon propre Clan? Trois misérables lunes auront-elles été suffisantes pour sombrer parmi l’oubli? N’y a-t-il pas encore des gens pour m’aimer là-bas, des chats qui m’auront vu partir avec regret? Pourquoi ne semble-t-il pas soulagé de mon retour? Je sens mes yeux s’embuer de nouveau mais refuse de pleurer devant lui. Je le défie d’un regard que j’aurais voulu décidé, arrogant, mais qui semble plutôt désespéré et suppliant. J’ai besoin du guerrier plus que jamais et pour une rare fois dans ma vie, j’ai peur. Peur qu’il ne me rejette, qu’il ne prenne la décision ici et maintenant de me renvoyer à un monde où je sais ne pas appartenir.

Je ne sais pas demander. Je ne sais pas convaincre, pas un adulte du moins. Alors qu’il me renvoie avec indifférence mon souhait comme s’il s’agissait d’un caprice d’enfant, je frissonne. Mon regard tombe vers le sol et je réprime un sanglot. Comment lui dire que je ne peux pas faire marche arrière? Pas après tous ceux que j’ai laissé déçus et confus, pas après avoir abandonné les miens, cette fois par choix conscient et non par les décisions aléatoires d’un père désaxé. Quelque chose en moi s’anime, quelque chose en moi gronde. Je n’ai plus le courage d’affronter mes émotions les plus primitives, et bientôt la colère jaillit dans mes prunelles, me fait trembler plus encore, à m’en donner la nausée. Je ne peux pas le laisser me stopper, pas maintenant. Je me gonfle pour paraître plus grande mais je m’affaisse à moitié contre moi-même, alourdie par le poids de tout ce qui se trame à l’intérieur. Je n’ai peut-être plus la force de maintenir ma façade, pas maintenant où tout menace de s’écrouler.

«Bien sûr qu’il suffit de vouloir! J’ai marché des jours pour venir ici, des jours! Je n’ai rien avalé, je n’ai pas dormi, je suis venue sans dire au-au-revoir à mes f-frères parce que je veux être ici! Comment o-oses-tu dire que tu ne peux pas me faire confiance?»

Cette fois, tout explose en moi. Je me remets à pleurer, de rage, de peine, mais surtout d’impuissance. Je me sens aussi réactive que lors de mon enfance où on me connaissait pour mes terribles crises de colères. Incapable de me gérer, je tente de repousser mollement Cicatrice du Tigre de ma tête avant de m’écraser à moitié à ses pattes, vaincue, incapable de plaider ma cause.

«T-tu ne comprends p-pa-as… Je ferai tout ce qu’il faudra… Je t’en prie Cicatrice du Tigre, aide-moi, tu le sais bien que je veux aucun mal à mon Clan…»

Le vent souffle de nouveau, cette fois il me semble moins hostile. Je me souviens. Je me souviens de sa musique, de son jeu dans mes poils, je me souviens de sa violence qui toujours me tirait vers l’avant. Ce vieil ami qui aujourd’hui se manifeste. Je relève les yeux pleins de larmes vers le guerrier. Je ne me soucie plus de ma dignité. Je veux juste rentrer chez moi.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nuage du Loup
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 138
Age : 19
Date d'inscription : 20/07/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|   Mer 4 Jan - 22:43


Est-ce qu’une once de pitié perlait dans l’esprit du Guerrier du Clan du Vent ? Aucune. Rien. Aucun sentiment. C’est étonnant comme le passé, comme un seul événement, peut changer un matou. On l’avait connu hypersensible, se préoccupant de tout le monde, de tout ce qui l’entourait. Le chat un peu faiblard, un peu atteint par tout ce qui lui passait sous le museau. Et pourtant. Aujourd’hui, il était devenu presque invisible. Les millions de murs qu’il avait érigés en proie à sa propre protection, étaient d’un grand secours dans bien des situations. Dans celle-ci par exemple. Combien se serait laissé facilement amadoué ? Combien aurait plié directement en voyant les larmes coulées et en entendant les quelques mots tout droits sortis d’un corps squelettique, faible et semblant démuni de toute force ? Beaucoup certainement. Et s’il s’agissait d’une embuscade. Ou bien d’un quelconque plan du Clan de l’Astre pour infiltrer le Clan du Vent et avoir ainsi une vue de l’intérieur ? Il doit bien y avoir eu des cas de ce genre, des infiltrés, mendiant auprès de la charité d’autre Clans, pour finalement les détruire à petit feu en renseignant leur véritable patrie en secret. Est-ce qu’il était prêt à mettre la vie de tous ses compagnons en danger ainsi ? Non. Il préférait ne prendre aucun risque. Le risque zéro n’existe pas comme certains disant, mais on peut éviter beaucoup en insistant. Combien craque au bout de quelques minutes d’un simple interrogatoire qui aurait pu se dérouler parfaitement bien si la vérité était présente dans chacun de leurs mots ? Les yeux totalement rivés sur le petit corps tigré, Cicatrice du Tigre ne perd rien de sa neutralité. Animé par cette volonté de protéger son Clan, il ne se laisse pas déstabiliser par son regard implorant. Rien ne l’affecte, pas même lorsqu’incapable de poursuivre le regard neutre qu’il lui lance, Nuage de Ronces laisse le sien tomber à terre et réprime un sanglot pourtant bien entamé.

« Bien sûr qu’il suffit de vouloir ! J’ai marché des jours pour venir ici, des jours ! Je n’ai rien avalé, je n’ai pas dormi, je suis venue sans dire au-au-revoir à mes f-frères parce que je veux être ici ! Comment o-oses-tu dire que tu ne peux pas me faire confiance ? »

Fronçant discrètement les sourcils sous le ton de la jeune femelle, bien qu’il soit réellement étonné, il n’en laisse rien paraître. Comment pouvait-elle se permettre de certifier une telle chose ? Vouloir ne supposait pas pouvoir. Elle pensait certainement, du fait de son jeune âge, qu’on entrait et sortait d’un Camp comme dans un moulin, que parce qu’on y avait séjourné un moment, la porte était infiniment ouverte à tout ce beau monde. Eh non. Ce n’est pas comme cela que ça fonctionne ma petite, se retint de dire le Guerrier. S’il pouvait en conclure quelque chose, c’est qu’elle n’avait pas froid aux yeux cette petite. Peut-être était-ce la tension qui régnait dans son petit corps ou simplement son esprit qui s’échauffait du fait de la fatigue et d’un premier refus de la part du Guerrier tigré, mais elle montrait une nouvelle forme d’elle que le Guerrier n’avait, jusque-là, pas perçu. N’était-ce plutôt pas une détresse certaine qu’elle affichait plutôt qu’une force de caractère ? Rien n’était moins sûr. Décidément bien trop stable pour être affecté du comportement de la jeune Apprenti, le regard du matou tigré ne changea pas, de même que son attitude. Il pouvait être assez déstabilisant dans ces moments, bien qu’il ait du mal à imaginer l’état psychologique des autres chats lorsqu’il agissait ainsi, il craignait un jour de rencontrer quelqu’un comme lui. Quelqu’un d’aussi refermer, effacé, si peu présent qu’on ne pourrait rien tirer de son attitude et de ses mimiques. Les larmes coulent le long des joues de la petite, pourtant, le visage durement neutre ne s’attendrit pas une seule seconde. En aucun cas, il n’esquissera un seul pas vers elle pour la réconforter. Non. Il se l’interdit formellement. Garder ses distances est toujours la meilleure solution, il en est certain à présent.

« T-tu ne comprends p-pa-as… Je ferai tout ce qu’il faudra… Je t’en prie Cicatrice du Tigre, aide-moi, tu le sais bien que je veux aucun mal à mon Clan…»

Est-ce que cette allusion à son Clan qui serait également le sien fait plaisir au Guerrier ? Non pas vraiment. Il n’est résolument pas certain des bonnes intentions de la femelle. Mais qui est-il pour juger ou non sa sincérité ? Lui qui ne l’est pas un seul moment, pas depuis qu’elle l’a rejetée. Pas depuis ce jour où il a tant souffert. Non. Ce n’était résolument pas à lui de choisir. Il devait se plier aux rites. La conduire au Camp. La surveiller pour cela, veiller à ce qu’elle ne cause aucun dégât, ne fasse de mal à personne, et ce, jusqu’à ce que jugement soit rendu. S’il devait manquer une nuit de sommeil, il n’hésiterait pas. Son Clan passait avant tout, sa sécurité était primordiale. Sans rien laisser transparaître sur son visage, que sa neutralité habituelle et le silence des émotions, il laissa sa voix rauque sortir de sa gorge, usant de ses cordes vocales :

« Garde ton blabla et tes raisons pour les autres. Je vais te conduire au Camp, mais ne te dis pas que c’est gagné. La décision reviendra au maître de paroles et aux représentants. Ne t’avise même pas de tenter quoi que ce soit, j’aurais toujours un œil sur toi. »

_________________


Anciennement:
 

Cicatrice du Tigre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1828
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|   Sam 7 Jan - 17:40

Bruits et Murmures
Je peux presque le sentir. La pulsation lointaine, emportée par le vent, du campement des miens. Là où le désespoir m’étreignait jusqu’à présent, et un océan de doute, une pointe d’excitation se manifeste, une flamme oscillant dans la brise m’apportant lumière et chaleur. Je ne pourrai pas compter sur le guerrier pour me témoigner compassion ou respect. J’aurais aussi bien pu arborer une cinquième patte sur le front qu’il n’aurait même pas flanché. Pourtant, dans mes souvenirs, Cicatrice du Tigre était différent. Chaleureux et agréable. Je me demande ce qui peut se produire dans la vie d’un chat pour qu’il se départisse de son envie de vivre, de goûter, de réagir. Pour moi, ce monde vibre et claque, il n’est que fanfare de mouvements et de couleurs, d’émotions et de sensations. Chaque chose comme plus grande qu’elle-même, de la danse de l’herbe contre la lande à la pulsion inégale de mon cœur battant. Pourtant il ne réagit pas, je me demande même s’il réfléchit ou s’il fait simplement prétendre. Puis une autre peur me saisit alors que je me remémore la description qu’a faite Nuage de Chouettes de son Clan, quelques heures auparavant. D’après ses dires, sa Chef est devenue paranoïaque et extrême, et je peux m’imaginer qu’une drôle d’ambiance flotte sur le camp. Qu’en est-il du Vent? Et si pendant mon absence mon Clan était devenu… différent? Militaire, autoritaire, sans plus de vie ou de sentiment?

Non, il vaut mieux ne pas généraliser le cas d’un seul individu. Je me rassure en entendant les mots «Maître de la Parole» et «représentants», ce qui m’indique que le Vent suit toujours son modèle démocratique. Néanmoins, les paroles dénuées de sentiment de mon vis-à-vis attisent d’autant plus ma colère et je le considère avec mépris. Son obstination à me considérer comme un danger frôle l’hérésie, à croire qu’il est bouché. Qu’est-ce qu’une apprentie comme moi pourrait bien faire à tout un Clan? L’entraînement au sein de l’Astre étant bien plus souple, je profitais de la majorité de mes journées pour m’égarer parmi le territoire plutôt que d’assister aux leçons. Je n’ai aucune notion du combat que celles dictées par mon instinct, et je suis loin d’égaler sa force ou son agilité. En plus d’être affamée et épuisée… Franchement il a des cailloux sous le crâne ou quoi?

«Pas possible d’être blasé comme toi, Cicatrice du Tigre, tu t’entends? Tu es soit une mauviette mal assumée ou t’as de la roche à la place du cerveau. Dans tous les cas, tu es plus aveugle qu’une taupe. J’espère que les membres du Conseil auront plus de jugeote que toi en tout cas, avoir peur d’une gamine qui tient à peine debout!»

Voilà que je retrouve mes marques, chassant mes larmes pour m’enfoncer dans un monde de frustration. Sous mon crâne, une cacophonie de questions et de phrases teintées de colère m’étourdissent, et je dois serrer les dents en lui emboîtant le pas vers le campement pour m’éviter de parler. Au moins, ma rage me protège contre la nervosité qui risque d’affluer d’un moment à l’autre.

«Il me semble que tu n’as pas toujours été comme ça, Cicatrice du Tigre. Tu as du manger un truc de travers. Un gros trucs de travers.»

Je ne le regarde pas, trop furieuse envers lui, envers ma propre impuissance, envers ma propre faiblesse. Mais surtout envers lui qui refuse de voir mon innocence.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nuage du Loup
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 138
Age : 19
Date d'inscription : 20/07/2016


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|   Mer 25 Jan - 22:34


Il n’était pas un décisionnaire. Il n’était pas de ceux qui avait le droit de prendre des décisions d’une importance telle que celle-ci. Non. Lui ? Il n’était qu’un simple Guerrier. Non pas un représentant. Un exécutant, rien de plus, rien de moins. Il faut dire que ce rôle lui convenait parfaitement. Quel piètre représentant ferait-il, lui qui n’est même pas capable de laisser parler des sentiments et des émotions, lui qui n’a aucun lien social au sein de son propre Clan, lui qui n’a même pas envie de savoir comment se portent les autres, pour éviter de s’y attacher. Non. Il n’a pas les épaules pour. Il se contente de suivre, d’exécuter, de servir, c’était déjà pas mal à ses yeux. Le Clan des Étoiles ne l’avait pas fait naître pour décider, pour mener, pour prendre des décisions. Il faut de tout pour faire un monde, autant de félins ambitieux de réussir que d’autres ne désirant rien de plus que ce qui leur est donné. Cicatrice du Tigre fait partie de ces derniers, ne demandant pas plus que ce qu’il a, ne songeant même pas à ce qu’il pourrait atteindre avec la volonté seule. De volonté, il n’en avait pas une miette. Non. Décidément, briller ne lui convenait pas, ramper lui était bien plus favorable, cela lui ressemblait davantage. Ne pas baisser sa garde. Cicatrice du Tigre était de ceux qui préféraient ne rien laisser au hasard. Prendre en pattes ce qu’il pouvait, voilà ce pourquoi il avait été formaté depuis sa plus tendre enfance. Depuis qu’il était né, il avait baigné dans cette ambiance clanique, cette ambiance Guerrière qui avait fait de lui ce qu’il était aujourd’hui. Guerrier imperturbable, fidèle et ne minimisant jamais rien ni personne. Il savait à quel point, même le félin à l’apparence la plus plaisante possible, pouvait se révéler être un farouche ennemi, prêt à tout pour enfoncer ses griffes au plus profond du cœur de sa proie. Il en avait fait les frais une fois, pas deux. Il avait baissé sa garde une fois, il le regrettait encore amèrement aujourd’hui. Il ne recommencerait pas. Même pas pour les yeux de Nuage de Ronces, même pas après son récit qui pouvait bien être inventé de toute pièce, comme véridique. Pour savoir mentir parfaitement, il savait que même les plus beaux mots, semblant parfois les plus sincères également, peuvent cacher la vérité la plus acide.

« Pas possible d’être blasé comme toi, Cicatrice du Tigre, tu t’entends ? Tu es soit une mauviette mal assumée ou t’as de la roche à la place du cerveau. Dans tous les cas, tu es plus aveugle qu’une taupe. J’espère que les membres du Conseil auront plus de jugeote que toi en tout cas, avoir peur d’une gamine qui tient à peine debout ! »

Les mots de l’Apprentie s’abattirent sur l’esprit du matou comme un violent couperet. Il avait beau ne pas prendre trop à cœur les remarques des autres, il arrivait que les barrières qui le protègent se révèlent inutiles, impuissantes, face à certains mots. Blessé ? Peut-être pas. Vexer était le mot se rapprochant plus de l’état d’esprit du Guerrier actuellement. Pourtant, rien ne laissait présager une telle chose. Non. Égal à l’effigie qu’il s’était forgé, il ne réagit même pas aux mots de la femelle, balayant avec vigueur ses mots qui auraient fait mal à bon nombre de félins. Au final, qui était-elle pour le juger ainsi ? Pour parler sans connaître, sans savoir ? À part un manque total d’irrespect et de jugeote, qu’elle semblait prétendre défaillante chez le tigré, le Guerrier ne trouva rien à ajouter au cas de Nuage de Ronces. Toujours aussi constant et aussi froid, Cicatrice du Tigre entama un retour vers le Camp du Clan du Vent, suivi par la sonorité des pas de la jeune, il n’avait pas les yeux posés sur elle, pourtant, il ne craignait aucune attaque de sa part. À bien l’avoir regardé, elle ne serait même pas capable de lui infliger quelques dégâts que ce soit, même avec la meilleure volonté du monde, un chat si jeune et qui plus est avec une telle maturité apparente ne devait pas être capable de se battre convenablement. L’art martial étant quelque chose s’acquérant avec la pratique et le temps, un jeune félin était rarement capable de l’emporter sur un plus âgé, malgré toute la volonté, l’ambition et la vigueur du monde.

« Il me semble que tu n’as pas toujours été comme ça, Cicatrice du Tigre. Tu as dû manger un truc de travers. Un gros truc de travers. »

Cette fois-ci, les murs, les barrières, du Guerrier furent immédiatement effet sur les mots de l’Apprentie, les discréditant et les balayant aisément, pour ne rien laisser atteindre le cœur du Guerrier du Vent. Encore une fois, ses mots furent accueillit avec un manque total de réaction. Manque total de réaction qui devait certainement troubler l’Apprentie, et pourtant, il faudrait qu’elle s’y fasse si le conseil décidait de l’intégrer de nouveau. Continuant de marcher sans un mot, le tigré conduisit sa compagnie d’une nuit vers le Camp. Arrivé à l’entrée de ce dernier, il l’invita d’un signe froid et franc de la queue, à le suivre à l’intérieur. Le tigré retrouva avec une neutralité affligeante les siens, le Camp était endormi et pourtant, quelque chose lui disait que d’ici quelques secondes, quelques minutes, tout au plus, tous les Guerriers seraient aux aguets pour avoir des nouvelles de Nuage de Ronces. Cicatrice du Tigre serait certainement bien loin à ce moment-là, bien loin de cette agitation, de cette foule, certains se réjouiraient certainement de revoir une tête connue, pourtant, le tigré ne se joindrait pas à eux. Il regagnerait en silence sa litière, ne pipant mot, simplement, avant cela, il devait en avertir les membres du conseil. Il devait remplir son devoir de Guerrier, chose qu’il ferait sans montrer plus d’envie que cela. Se tournant une dernière fois vers l’Apprentie, il lui donna les dernières consignes qu’elle devrait tenir, avant que la décision soit prise. Sa voix neutre sonna une dernière fois cette nuit-là, quelques secondes seulement avant qu’il ne disparaisse, à la recherche de Plume de Sang et des autres :

« Reste-là, je vais prévenir les autres de ta présence ici. Ne tente rien de stupide, tu gâcherais ta seule chance. »

HRPG:
 

_________________


Anciennement:
 

Cicatrice du Tigre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1828
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|   Mar 21 Fév - 23:23

Bruits et Murmures
Rien. Il ne me donne rien. Pas même un sourire, pas même un mot. L’inaction totale me laissant aux prises avec mes problèmes, et le poids de la jeunesse au-travers de la gorge. Je le scrute, je supplie, je le déteste et je l’attends, mais rien ne vient. Je m’écroule à ses pieds et il ne me donne rien. Alors soit. Je devrai compter sur moi-même, comme auparavant. J’affronterai ce monde, mes décisions, mes sentiments, comme je l’ai toujours fait. De par son inaction, il me blesse. Ma confiance, déjà fragile, s’ébranle d’autant plus. Je me replie, je sais à quoi m’attendre désormais. Est-ce ainsi qu’agissent les nobles guerriers? J’ai toujours su que je valais mieux qu’eux, mieux que lui du moins. Et la rancœur m’habite, me consume, elle m’occupe l’esprit du moins, alors que nos pas s’orientent d’eux-mêmes vers le campement de mon Clan d’origine. Je ne le laisserai pas me rejeter, ni lui ni les autres. Pas maintenant. J’ai trop souffert. Dans le tumulte de mes émotions, je revis. L’énergie, empruntée, coule dans mes veines tel un feu affamé. Et parmi elles, le souvenir d’une douceur, celle de Nuage de Chouettes. Qui elle m’a écoutée. Qui elle m’a comprise. Où est-elle maintenant et pense-t-elle toujours à nos promesses d’amitié? Et si au final le monde entier se fichait de mon sort? Nous arrivons. Je peux le sentir, je me souviens. Je me replace désormais, et plus j’avance, plus la colère m’habite. Il n’a toujours rien dit. Puis il le fait pour distribuer un ordre. Comme s’il était mieux que moi. Il n’est qu’une enveloppe vide et deux prunelles éteintes. Je suis la vie, je suis le feu, je suis le Vent. Je ne prendrai pas non pour réponse.

Il s’en va. Maintenant mon sort en jeté. Il ira chercher les autres, il ira leur raconter ce que nous avons dit. Je n’attendrai pas ici qu’ils choisissent à ma place, pas comme je l’ai fait une fois de trop quand mon père nous a menés hors du campement, hors du territoire, il y a trois lunes. Confiante, je lui emboîte le pas, vers ma destinée, vers mon chez-moi. Je me glisse à sa suite après son passage, retrouvant avec délice une panoplie d’odeurs familières et rassurantes. Et alors je sais. Je sais avoir pris la bonne décision, même si j’avais besoin de l’entendre de sa bouche, de cet inconnu qui n’aura rien fait pour moi. Cette nuit, quelque chose en moi se fracture un peu plus, quelque chose en moi se cristallise. Je n’ai besoin de personne.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Bruits & Murmures |PV Cicatrice du Tigre|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [résolu] Des bruits de vieille machine à écrire
» Problème avec placenta et cicatrice de césarienne !
» Spectacle en plein air Murmures d'archive du 28 au 30 juin (Indre)
» résorption des fils, édit : ça évolue, mais cicatrice dure
» certification de type de l’hélicoptère de combat Tigre en version « appui destruction »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance, :: JEU. :: Clan du Vent :: Territoires :: Rochers Moussus-
Sauter vers: