Welcome to the New Age


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile des Ouragans
Modo Draconique
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1473
Age : 18
Date d'inscription : 21/03/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)   Dim 6 Mar - 22:05


• Silex d'Hématite •



Je tombe, je tombe... Pourquoi est-ce que je tombe ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas me relever et vivre à nouveau ? Pourquoi faut-il que tu me hantes, que tu apparaisses à chaque instant, que tu me surprennes entre chaque pensée ? Tu ne crois pas que j'en ai eu assez ? J'en ai marre, je n'en peux plus de devoir vivre avec ça... Le soleil ne réchauffe plus mon pelage, la neige ne me fait plus trembler, mes yeux ne se ferment plus le soir. Je suis contraint à une vie que personne ne comprend, que personne ne cherche à comprendre. Un manque... Tu me manques et je déteste ce sentiment... Je ne veux pas le ressentir, tu m'as abandonné, je ne veux pas que tu reviennes, je ne devrais pas le vouloir ! Sors de ma tête, arrête de te placer devant mes yeux, cesse de me fixer ! Je ne veux pas te voir, je ne veux plus te voir... Pas de cette façon... Je me cache la vérité, j'essaye de tout enfouir, de tout oublier mais j'aimerais tellement, ô tellement, que tu reviennes... Ça fait trop longtemps que ça dure et pourtant les blessures ne disparaissent pas. La même, encore et toujours. La même cicatrice passée qui me brûle, m'arrache des cris de douleur lorsqu'il n'y a personne aux alentours. Et pourtant je continue. Je continue de me lever, de marcher, de chasser, de "vivre". Mais quel intérêt hein, quel intérêt ?

Tiens, revoilà le soleil. En avance ce matin. Je connais le premier rayon par cœur, je ne le manque jamais. En même temps à force de fixer l'obscurité, c'est normal que je vois les premières lueurs de l'aube. Un autre jour, un jour différent... C'est ce que les autres ressentent je suppose. Personnellement les miens s'enchaînent, tous pareils aux autres, parfois encore plus sombres que d'habitude. Comme celui-ci je pense puisqu’apparemment, tu as décidé de me mettre de mauvaise humeur. Je ne sais pas si je suis fou où si t'es vraiment là, dans un coin de ma tête à me démolir... Mais si c'est le cas ça veut dire que tu es mort et ça je ne peux pas l'accepter. Donc ouais, je suis peut-être dingue. Enfin bon, c'est pas comme si ça changeait grand chose. Je peux essayer de me focaliser sur quelque chose pour me changer les idées, peut-être en allant écouter les ordres, pour une fois. Chasser, patrouiller, il me faut n'importe quoi du moment que je peux courir. Impossible de savoir si ça m'apportera quelque chose de bon ou si tu vas me faire sombrer. Ça ne serait pas la première fois et encore moins la dernière.

C'est comme un jeu hein ? Ça t'amuse de jouer avec moi, comme quand on était petits. Comme quand je pouvais sentir tes dents mordiller mon oreille, tes petites pattes me pousser doucement. Comme quand je pouvais t'entendre rire et que je faisais de même... Non ce n'est pas moi ça. Ce n'est plus moi. Il est lointain le temps des jeux et du bonheur. Je ne connais même plus sa saveur, je n'ai plus goût à rien. Parfois je me demande ce que je fais encore ici, pourquoi je continue d'aller me coucher le soir et de ressortir quelques heures plus tard, en ayant l'impression que mes pattes s'alourdissent un peu plus chaque matin. Je ne me suis pas reposé, je n'ai pas rêvé depuis si longtemps... Hors de moi toutes ses pensées, il faut que je me bouge. C'est la seule chose qui me maintient encore en vie. Après un repas fade, j'irai me balader et qui sait ce qui m'arrivera, ce que je ferai une fois là-bas. Je peux pas m'empêcher de soupirer en sentant un pelage frôler le mien, un pelage auquel je ne jette même pas un coup d’œil.

« Si seulement ça pouvait être le tien... »

Tiens, c'est rare que les mots sortent de ma gorge. De temps en temps j'ai même du mal à reconnaître ma propre voix. Elle sonne si rauque, si fatiguée à mes oreilles... En même temps je le suis, comment cela pourrait-il en être autrement. Je suis épuisé mais je reste debout, qu'importe le poids sur mes épaules qui semblent s'alourdir avec le temps.

_________________





Autres signas et cadeaux (merci à vous :3) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/sightopia/
Scarabée Noir
MacModo.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1781
Age : 22
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)   Mar 8 Mar - 21:26

SILENT RAGING PAIN. feat. Cavalier de l'Orage & Silex d'Hématite & Conteur Céleste
«Allegiance to the pain
 

Le matin vint le cueillir en plein rêve. Un rêve bien agréable lui sembla-t-il mais qui se dissipa sitôt ses paupières soulevées brusquement. La tanière s'éveillait doucement et les guerriers commençaient tout juste leur toilette, prêts à vaquer à leurs occupations quotidiennes. Il appréciait leur contact, mais toujours avec une certaine distance, un genre de retrait salvateur. Pour eux. Il n'avait pas encore avalé la couleuvre concernant les élections et l'ambiance démocratique qui régnait n'était pas pour le mettre en joie. Il avait vu certains apprentis s'adresser à des guerriers comme à leurs camarades de jeu sans que cela offusquât qui que se soit. Il ne comprenait pas, ne voulait pas comprendre et surtout ne supportait pas. Il avait toujours été attaché à la hiérarchie des Clans et si cela n'avait tenu qu'à lui il aurait peut-être instauré une loi d'hérédité, mais cela n'était qu'hypothétique. En se levant avec difficulté, il se demanda combien de temps cette étrange situation durerait, combien de temps le Vent mettrait à se rendre compte qu'il fallait revenir à leurs traditions, celles qui les avaient préservés jusqu'ici. Mais il faut dire qu'entre cela et l'accueil des pêcheurs hautains de la Rivière, il préférait encore enlever lui-même les puces des novices. Pourtant il avait bien failli réclamer certains chatons nés d'histoires plutôt floues, il lui semblait étrangement qu'on avait pu mélanger des portées, et certains petits s'étaient vite faits à la vie au Vent tandis que d'autres l'avait tout de suite exécrée, un chaton immense et immaculé lui revenait vaguement en mémoire mais il ne parvenait pas à se souvenir de son nom. Il chassa cette pensée bien inutile, c'était trop tard, il n'allait pas se rendre en terre de l'eau pour faire une razzia sur les jeunes et puis le petit devait être en passe de devenir guerrier vu son âge.

Pensivement, pas encore décidé à sortir, il commença à se lécher l'épaule tout en observant une guerrière faire de même. Il songea à lui demander de lui accorder une minute ou deux à la faveur de la nuit avant de se rétracter. Il était probablement père de plusieurs chatons au Vent mais ne voulait pas le savoir. Il devait faire attention. Une fois la future mère l'avait visité, le suppliant d'être son compagnon, d'être un bon père. Heureusement elle avait perdu les petits avant terme, c'était certes malheureux pour le Clan, perdre de futurs guerriers potentiels était toujours terrible, mais lui-même s'en était vu soulagé, il n'avait pas la moindre envie d'assumer une paternité et son image au sein du Clan était trop importante pour qu'il puisse se permettre d'ignorer sa propre progéniture ouvertement. Ce que l'existence pouvait être compliquée !
Finalement il entreprit de sortir de la tanière des guerriers, mais on le « bouscula », du moins frôler le pelage d'une certaine personne suffit à le mettre en rogne et lorsqu'il se retourna pour l'entendre parler tout seul probablement, Rage avait déjà une partie de la queue hérissée.


Des yeux bleus, vides de sens, qui ne lui inspiraient rien d'autre qu'une haine et un dégoût tout juste contenus. Silex d'Hématite lui rappelait trop de choses, des choses désagréables, des choses dont il ne voulait plus jamais entendre parler. Chacun avait eut une réaction très différente suite à la mort de leurs frères respectifs, après la tristesse et la perte, leur comportements avaient été radicalement opposés. Parce qu'il fallait se rendre à l'évidence, le frère du guerrier gris était mort et probablement en train de se faire dépecer par les corbeaux à l'heure qu'il était s'il ne mangeait pas déjà les pissenlits par la racine. L'idée lui arracha un sourire, il aimait cette expression apprise au cours de son entraînement, d'un mentor peu scrupuleux. Et Cavalier de l'Orage considérait sa propre attitude comme la meilleure. Lui voulait surmonter et oublier, Hématite voulait se noyer dans ses regrets. Du moins en avait-il l'air. De toute façon Rage ne s'intéressait pas à lui, il lui paraissait faible, mou, râleur au possible et tout ce qui était désagréable à ses oreilles devenait agréable sous ses griffes, alors il l'évitait autant que possible. Et puisque chacun avait voix à la composition des patrouilles ou presque, il s'arrangeait toujours pour ne pas se retrouver avec lui.

« On devrait te jeter chez les bipèdes avec ces fous de chats domestiques, tu passerais inaperçu là-bas » siffla-t-il à l'attention de ce qui aurait dû être un camarade comme les autres.

Mais sans savoir pourquoi, leur histoire similaire lui donnait mal au crâne, le voir lui rappelait Nuage Divin, la complicité qu'il avait pu y avoir entre leurs frères. Et le passé il s'en moquait éperdument. Un silence de mort s'abattit sur la tanière, chacun observant du coin de l’œil ces guerriers aux forces égales, aux peines égales, aux colères égales. Il n'y avait de place que pour un.


_________________

Merci à Cerfouille 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile des Ouragans
Modo Draconique
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1473
Age : 18
Date d'inscription : 21/03/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)   Dim 27 Mar - 17:56

Pourquoi je ne me laisse pas aplatir par le poids de cette tristesse pourrait-on me demander. Pourquoi je continu de vivre comme si la vie n'était qu'un long chemin du Tonnerre sur lequel régnerait peine, mélancolie et colère. Je leur répondrais que... Je ne sais pas. Je ne suis pas heureux et pourtant je ne veux pas que ma vie se termine déjà. Je ne veux pas fermer mes yeux et ne plus jamais les rouvrir. Je ne veux pas partir après avoir vu mon reflet si terne dans une rivière ou une flaque. Il me semble qu'il pourrait rester de l'espoir, que quelque chose pourrait m'aider, me sortir de ce dans quoi je suis enfoncé jusqu'aux oreilles. Quelqu'un, quelque chose, une image, un signe. Je sens que je la mort ne m'apporterait aucune paix, aucun repos. C'est pourquoi j'avance, je scrute, je reste debout. Avec un peu de chance tout cela ne servira pas à rien, c'est la seule idée à laquelle je peux me raccrocher. Mais personne ne semble comprendre, personne ne voit plus loin dans mon regard ce que je ressens. J'avoue que je ne laisse pas transparaître grand chose ou les autres m'approcher mais... Ils pourraient faire un effort non ? Je ne leur demande pas de venir me parler, d'avoir de la peine pour moi, juste de comprendre. Ça doit être plus compliqué que je ne le pense, tu n'as peut-être pas marqué leur vie autant que la mienne.

« On devrait te jeter chez les bipèdes avec ces fous de chats domestiques, tu passerais inaperçu là-bas. »

Que... C'est à moi qu'on parle là ? Ce pelage que j'ai frôlé, c'est son porteur qui ose m'insulter ? J'espère qu'il ne manque pas la rage qui fait briller mon regard car je vais lui faire retenir. Et qui est-ce donc ? Cavalier de l'Orage tient, ce chat arrogant et insupportable qui m’énerve à vue et qui à un passé semblable au miens. Rien que le regarder et le comparer à moi me fait froncer le museau et hérisser mon pelage, l'image de son frère décédé me revenant. Je m'en rappelle ouais, tu le connaissais et tu passais du temps avec lui. Tu es parti presque en même temps que lui, vous vous étiez mis d'accord ou quoi ? J'avais jamais essayé de le connaître et encore moins son frère qui pourtant à l'époque ne me dérangeait pas autant qu'aujourd'hui. Maintenant les souvenirs qu'il me rappelle sont bien trop douloureux et je ne veux pas le trouver sur mon chemin. Et crotte de souris, pour qui il se prend cet imbécile ?

« J'aurais plus peur d'eux que de toi et tes insultes minables. Si t'as un problème Cavalier de l'Orage, dis le moi en face ou va courir ailleurs, compris ? »

Je me suis même pas rendu compte que j'avais les griffes sortis et que je m'étais tant approché de son visage. Me retrouver si proche me dégoûte et j'ai envie de me retourner pour ne plus le voir ni le sentir. J'arrive pas à croire qu'il a osé m'adresser la parole et m'insulter alors que je ne lui ai rien fait. Il a décidé qu'aujourd'hui je serais la cible de ses remarques faibles et de son humeur massacrante c'est ça ? Il peut retourner se coucher car il ne gagnera pas à ce jeu là, de plus je n'ai rien à lui dire. Je n'aurais même pas dû répondre tant il n'en vaut pas la peine. J'espère que son frère que tu appréciais tant ne lui ressemblait pas parce que sinon tu me déçois. Je réprime pas un grognement alors que l'image de son visage devant mes yeux commence à m'agacer. J'ai envie de partir, ce chat là ne fera que m'énerver mais pourtant j'ai envie de le faire taire et lui faire comprendre qu'il a pas intérêt à recommencer. On est bien assez dans ce Clan pour qu'il se trouve un autre ennemi, je n'ai pas du tout envie de jouer ce rôle. Alors j'espère que tu vas continuer ton chemin et pas me répondre parce que sinon ça pourrait mal finir, cervelle de souris.

Spoiler:
 

_________________





Autres signas et cadeaux (merci à vous :3) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/sightopia/
Scarabée Noir
MacModo.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1781
Age : 22
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)   Sam 14 Mai - 16:59

SILENT RAGING PAIN. feat. Cavalier de l'Orage & Silex d'Hématite & Conteur Céleste
«Wish we could turn back time, to the good old days, when our mother sang us to sleep.
 

Le regard de l'autre s'éclaira enfin, enfin un sentiment. Cavalier de l'Orage en aurait presque sourit, il avait fait réagir le mort-vivant du Clan. Mais les mots qu'il prononça lui plurent bien moins. La fourrure électrique du guerrier se dressa sur son dos presque instantanément lorsqu'il avisa les griffes sorties de Silex d'Hématite, il n'était pas connu pour sa patience, encore moins avec ceux qui jouaient au plus fort avec lui. Les images remontaient trop rapidement, faisaient battre son cœur plus vite à mesure qu'il voyait les yeux bleus s'emplirent d'une haine moins bien dissimulée que le promontoire. Promontoire trop vide. Nouvelle vague de rage. Les images montaient montaient montaient comme les eaux de la rivière qui avaient maintes fois ravagé le camp du même clan.
Le torrent de souvenirs ravageait son esprit, renversait les murailles qu'il avait érigé tout autour de sa conscience qu'il avait essayé d'étouffer pendant de nombreuses nuits. A coup d'insultes à lui-même et de remontrances. Nuage Divin s'était étouffé. Rage aurait bien voulu lui aussi lorsque le doute l'assaillait, il n'avait pas droit au doute. Sa cicatrice le brûlait comme une rivière de lave située sous son corps, qui lui hurlait d'attaquer comme ce jour maudit où son terrible tempérament l'avait encore mis dans le pétrin.

Mais ce jour là son ombre était encore en vie. Il se rappelait d'eux, un été, les princes du vent sans doute, identiques à s'y méprendre, chassant ensemble contre l'avis de leurs mentors. Dans la journée, radieuse, respirant le soleil, ils avaient croisé ces deux autres chats, il ne s'y intéressait pas mais Nuage Divin était bon et prenait soin de ses amitiés. Il avait regardé, d'un air absent, cet autre asocial, une sorte de double qui avait à peu près le même comportement que lui, et puis il l'avait oublié. Il s'était dit qu'ils auraient bien l'occasion de se parler en tant que guerriers, quand chacun aurait son nouveau nom et sa nouvelle vie. Tous ensemble. Il se demanda ce qu'aurait été le nom de son frère, sans parvenir à trouver de réponse, il songea avec horreur qu'après tout il ne l'avait connu que quelques lunes, que son univers s'était résumé à une personne, pendant environ dix lunes. Il se sentit triste et ridicule. Et puis ils n'étaient pas tous ensemble, ils n'étaient plus que deux, les deux qui étaient peut-être le moins adaptés à l'existence. Et cela aussi était triste. Un instant il se dit qu'ils auraient pu être amis, partager leurs douleurs, évoquer leurs peines comme les vétérans évoquent de vieilles batailles.

Il n'en était pas question. Il s'était promis d'oublier et de ne pas se laisser aller à la mélancolie, quitte user de violence pour faire taire sa voix doucereuse qui, telle une sirène, attirait les naufragés de la vie dans ses bras si plaisants, dans l'ivresse de l'oisiveté douloureuse et des soupirs infinis. Au fond du gouffre. Non.

« Comment oses-tu me menacer ici ? » feula-t-il comme si lui-même était resté calme jusque là.

L'image de son frère qui agonisait dans la perte de son souffle se superposa à Silex d'Hématite, s'en fut trop. Rage cracha au visage qui le touchait presque dans une embrassade mortelle. La danse pouvait commencer. Les autres lâchèrent un hoquet de stupeur quand il se jeta sur son ennemi et qu'ils roulèrent hors de la tanières, toutes griffes dehors. Un guerrier sortit en trombe derrière eux et tenta de s'interposer mais il reçut un coup si puissant de la part de Rage qu'il préféra se tenir à l'écart le temps que les deux combattants se calment. S'ils y parvenaient.

« Je vais le tuer, hurlait Rage, comme ça on mettra un terme à ce cycle infernal ! » Il lâchait parfois le corps massif, et plus fort, du matou, mais seulement pour lui cracher des injures entre deux profondes inspirations, ses yeux grondant presque.

Il avait envie de lui arracher le visage et c'est ce qu'il s'employa à viser, conscient que le Clan lui en voudrait, mais indifférent, de toute façon ils ne l'aimaient pas.


_________________

Merci à Cerfouille 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile des Ouragans
Modo Draconique
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1473
Age : 18
Date d'inscription : 21/03/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)   Lun 13 Juin - 21:57

Mais pourquoi a-t-il fallu que je me sente obligé de lui répondre... Je n'ai absolument pas envie de perdre mon temps avec un individu comme celui-ci et pourtant il a fallu que mon orgueil prenne le dessus. Peut-être que je ne pouvais pas m'en empêcher, que le fait d'entendre une voix, quelqu'un s'adresser à moi a déclenché je-ne-sais-quoi dans la chose lasse qui me sert de corps. Qui est la dernière personne à qui j'ai parlé ? Ou plutôt, avec qui ai-je discuté normalement depuis que tu as disparu ? Je ne sais pas, je ne sais plus... Je dois passer au-dessus de ça, je n'ai pas besoin de quelqu'un de toute façon. Les autres n'aident pas et ne sont rien que des hypocrites croyant être bons alors qu'ils ne font que m'enfoncer. Pourquoi est-ce que j'aurais besoin de leur parler et d'avoir des liens avec eux ? De plus quand on voit le caractère de certain ça ne donne pas envie, hein Cavalier de l'Orage...

A ce que je vois, mes paroles ne t'ont pas laissé indifférent d'ailleurs. Je vois bien la rage et le nombre incalculable de sentiments qui passent à travers tes yeux, même si je n'arrive pas à les identifier ou les comprendre. Oh, le cher petit est offensé ? J'ai dis quelque chose qui fallait pas ? T'avais qu'à pas venir me provoquer, tu peux t'en prendre qu'à toi même. C'est marrant j'ai l'impression de voir ma «folie de chat domestique» dans ce regard, comme quoi je suis pas le seul qu'on devrait jeter chez eux. Ce matou se croit supérieur et plus malin mais il ne peut pas se cacher éternellement. Il a beau faire comme si de rien n'était, essayer d'oublier la mort de son frère, ça ne marche pas. Ça ne marche jamais. Nous les avons perdus. Il faut l'accepter. S'il croit qu'il a l'air plus fort à passer outre sa colère et sa tristesse, il fait erreur. Tout ce qu'il fait, c'est retarder le moment où tout cela devra sortir et exploser. Les souvenirs nous rattrapent toujours à un moment ou un autre, j'y ai déjà succombé alors que lui se noie doucement jusqu'au moment inévitable.

« Comment oses-tu me menacer ici ? »

Tiens et bah on dirait que ça commence. Cependant je ne m'attendais pas à ce qu'il me saute dessus cet idiot. Voilà que je me mets à griffer et mordre dans tous les sens, par réflexe et pour me défendre. Il est fou ou quoi, comment lui oses-t-il m'attaquer en plein milieu du camp ?! Il l'aura cherché, qu'il ne croit pas que je vais me laisser faire et attendre bien sagement qu'il me plaque pour qu'il évacue sa colère. Car j'en ai aussi, oh oui, tellement. Et si c'est sa peau et sa chair qui doit la ressentir et bien soit. De temps en temps j'arrive à apercevoir furtivement les autres chats autour de nous qui n'en reviennent pas. Ils ne sont que spectateur d'une furie mortelle, d'une douleur insupportable qui était silencieuse jusqu'à maintenant. Je sens déjà quelques blessures entre mes poils et pourtant je ne m'inquiète pas. Je n'avais pas ressenti ça depuis si longtemps, la douleur, l'adrénaline du combat, du sang bouillonnant, que ce soit le mien ou celui d'un autre...

« Je vais le tuer, comme ça on mettra un terme à ce cycle infernal ! »

C'est une si bonne idée, la voie la plus simple. Pourquoi pas après tout, pourquoi ne pas se battre jusqu'à la mort ? Mais veux-tu vraiment être le gagnant Cavalier de l'Orage ? Veux-tu être celui qui observera un corps sans vie sur lequel il se sera défoulé mais avec toujours la même douleur brûlante au cœur ? Toujours les mêmes souvenirs, les mêmes hantises, la même haine ? Tu ne sais pas ce que tu racontes et il est temps que je mette un terme à tout ça. Je suis plus fort et plus gros que lui, je n'ai donc pas de mal à le plaquer au sol et à l'immobiliser. Je me fiche de savoir si mes griffes s'enfonçant dans ses épaules le font souffrir ou non et il peut peut-être encore m'insulter et me cracher au visage, maintenant c'est moi qui mène la danse.

« Mourir, aucun problème ! Mais jamais de tes griffes Cavalier de l'Orage, ou de n'importe lesquels d'un de ceux présents ici ! On a déjà tous les deux perdus nos frères et tu veux rajouter un nom à ce bilan funèbre déjà trop lourd, imbécile ?! Tu me dégoûte ! »

Je n'ai même pas envie de le griffer ou de lui faire plus de mal. J'en ai assez, plus qu'assez de toutes ces histoires. J'entends ma voix qui ne parvient même plus à crier de colère mais seulement de désespoir. Je n'en peux plus. De toute façon, je sens que tout contact entre nous deux va bientôt être rompu et finalement, c'est tout ce que je demande. Je ne veux plus voir ces yeux et mon reflet dedans.

_________________





Autres signas et cadeaux (merci à vous :3) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/sightopia/
Cendres de Rosée
Admin Desty
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4359
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)   Mer 10 Aoû - 19:34


Silent raging pain
Cavalier de l'Orage, Silex d'Hématite & Conteur



« Bon sang mais qu'est-ce qu'il se passe ici ? »

L'exclamation outrée fuse à l'autre bout du camp. Conteur se tient au seuil de la clairière, le fruit de sa chasse précipitamment posé à ses pattes. Dans sa voix se mêlent surprise et indignation, émotions auxquelles ses yeux font échos. Si la première l'a tout d'abord cloué sur place, la seconde au contraire le fait s'élancer vers les deux combattants désormais au centre de la clairière et de l'attention. Malgré leurs pelages en désordre et la poussière qui les maculent, le vétéran reconnaît sans mal Silex d'Hématite et Cavalier de l'Orage, deux jeunes guerriers sur lesquels il projette volontiers un avenir triomphal – du moins, jusqu'à aujourd'hui. A cet instant, il ne songe qu'au gâchis ils font de leur sang. La terre le recevra de toute façon bien trop tôt ; à trop voir de guerres, le guerrier en est venu à abhorrer toutes ses manifestations, d'autant plus lorsque la violence est inutile et cruelle. Alors voir se battre deux frères, de clan si ce n'est de sang, le blesse au cœur et l'indigne comme si c'était lui qui recevait les coups.

Alors sans attendre il sépare les combattants d'une puissante bourrade dénuée de délicatesse. Le corps de Silex d'Hématite rejoint ainsi celui de Cavalier de l'Orage à terre sans aucune considération pour les blessures qui le teinte déjà de rouge. Le vétéran peut alors les contempler, les yeux brillants de colère et les oreilles plaquées sur le crâne dans une attitude inquiétante, du moins assez, il l'espère, pour leur ôter toute envie de recommencer. D'aussi près, il peut voir les traces de griffures qui sillonnent leurs corps, auparavant dénués de blessures de guerre, et songe avec amertume qu'ils n'en sont qu'à leurs premières, ces jeunes qui ont à peine vécu et qui s'acharnent pourtant déjà à souffrir. Pour eux la vie n'est peut-être qu'un jeu, une vulgaire blague dont on veut à tout prix connaître la chute parce que l'on est persuadé de la comprendre déjà et que l'on aime prouver aux autres que l'on a raison. Tu vois, je suis mort et personne ne me pleure, tu vois ?
Sa voix gronde dans sa gorge, basse et menaçante.

« Avez-vous perdu l'esprit ! Depuis quand les guerriers du Vent se comportent-ils comme de vulgaires chats errants ? »

Un sentiment finit par prendre le dessus sur les autres et s'exprime à travers l'affaissement de ses épaules que la colère a tout d'abord raidies. Oui, c'est de déception que pâlissent désormais ses yeux face au spectacle d'une jeunesse gâchée par ce qu'il imagine être une rivalité puérile. Pour quoi les guerriers de leur âge se battent-ils ? Lui s'en souviens très bien, pour la gloire ou pour l'honneur. C'est avec honte qu'il songe que certaines de ses cicatrices, ils les a gagnées comme eux dans des duels d'egos plutôt que sur le champ de bataille. Pourtant, il est frappé par l'abattement qu'il lui semble lire dans les prunelles de Silex d'Hématite. A en juger par ce qu'il a vu, ce dernier avait le dessus avant son intervention, alors pourquoi ? Haussant les épaules, le vétéran détourne la tête et lâche sa sentence d'une voix amère.

« Lorsque vous serez calmés, peut-être pourrez-vous réfléchir à ce que vous venez de faire et ressentir une once de honte pour ce clan que vous déshonorez. »

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarabée Noir
MacModo.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1781
Age : 22
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)   Sam 20 Aoû - 17:01

SILENT RAGING PAIN. feat. Cavalier de l'Orage & Silex d'Hématite & Conteur Céleste
«My friends and I have problems.
 

Deux corps enchaînés et martyrs voilà ce qu'ils étaient. Rage mettait toutes ses forces dans la bataille tandis qu'il sentait son opposant plus las qu'autre chose, cela ne faisait qu'attiser sa colère déjà trop brûlante. Mais à son grand dam, Silex d'Hématite était plus grand, plus fort, lui n'avait que la rapidité pour contrer les coups et en donner à son tour, mais ainsi entremêlés il peinait à utiliser ses techniques de combat les plus efficaces, il voulait se dégager, danser autour du guerrier mais rien n'y faisait, son emprise était bien trop puissante. Il devait embrasser son adversaire jusque dans la mort, car Cavalier de l'Orage n'entendait pas s'arrêter là, ce n'était plus une stupide bagarre dictée par sa fierté habituelle, il voulait la peau de ce souvenir sur pattes, il voulait sa peau et il voulait la porter sur son dos, comme un trophée, montrer aux autres qu'ils n'avaient pas le droit de contester son pouvoir, qu'ils n'avaient pas le droit de le juger impunément. Rage crachait, feulait, hurlait sa haine, il griffait de toutes parts faisant voleter d'énormes touffes de poil, leurs sangs se mêlaient eux aussi, il voulut labourer le ventre de son adversaire mais le rata. Il jura avant de tirer le plus fort possible sur une oreille qui se trouvait dans son champ de vision troublé par la vitesse et la violence de l'étreinte. Soudain le monde bascula.

Cavalier de l'Orage, humilié, écumant, se retrouva au sol, sur le dos, comme un chaton que sa mère aurait finalement maîtrisé parce qu'il fait trop de bruit. Il se débattit comme un beau diable, voulut griffer Silex de nouveau. Il ne supportait pas ce visage et l'association qui lui venait à l'esprit, il ne supportait pas sa faiblesse, sa manière de parler tout seul pour faire revivre, dans un dernier espoir, une voix qui se taisait depuis des lunes, il ne supportait pas son air absent, son incapacité à être ne serait-ce qu'intéressé à quoique ce soit. Rage se sentait prisonnier, non seulement du corps massif de l'être haï mais aussi de toute une vie, toute une existence à laquelle il n'avait pas eu droit. Que serait-il advenu si les choses avaient été différentes ? Si ses parents avaient été présents, si son frère n'était pas mort, si lui-même avait été moins gorgé d'une haine qui venait des tréfonds d'une âme jamais sondée. Il n'en saurait jamais rien, il était lui, rien qu'un guerrier amer et passionné.

« Je te dégoûte ?! Réveille toi Silex d'Hématite, ouvre les yeux ne serait-ce qu'une fois dans ta vie ! Ne vois-tu pas ce que tu pourrais faire, ce que tu devrais faire ? Fais comme moi, tâche de l'oublier, ils ne reviendront pas. Comme j'aimerais t'arracher ce masque froid et morne qui te sert de visage. »

Il avait dit cela d'abord avec des cris, puis calmement, lui aussi fatigué de cette mascarade, autour les guerriers s'approchaient et puis l'un d'eux se détacha du groupe. Admiré, respecté, le vétéran se fraya sans mal un passage parmi le Clan qui n'en était plus un depuis qu'on avait volé et brisé une couronne. Depuis qu'on avait violé le Code du Guerrier et toutes les étoiles du ciel. Depuis ce jour, depuis qu'il avait compris ce que pensait Conteur Céleste, Cavalier de l'Orage avait révoqué toute sa passion pour lui, tous les honneurs qu'il avait un jour voulu lui rendre, il n'en était plus digne lui qui défendait une démocratie idiote, qui rongeait leurs valeurs et l'ordre établi bien avant que sa pauvre existence ait jamais commencé. Il les sépara.

Cavalier de l'Orage, ses yeux d'or aussi perçants que la foudre, observait le vétéran d'un œil mauvais.

« Je me comporte comme un chat errant depuis que nous vivons comme eux. Mais puisque ce système anarchique semble vous convenir je vais m'y plier, de ce fait j'ai autant de droits et de voix que toi, Conteur Céleste, grand guerrier ou chaton, plus de différence. Deviens chef ou ne me donne plus jamais d'ordres. Cet endroit, ces êtres, n'ont plus rien d'un Clan, tu as la mémoire bien courte. »

Dégoûté mais toujours désinvolte, Cavalier de l'Orage sourit, il parcourut l'assistance du regard, s'arrêtant longuement sur le visage de son ennemi. Il se releva d'un bond sans se soucier de ses muscles éprouvés, mima une révérence et s'en fut, crachant le sang qui coulait dans sa bouche. Il passa devant l'antre de la guérisseuse sans lui accorder un regard, il n'avait pas besoin de ses mixtures abominables pas plus que de sa pitié condescendante. Une fois encore c'était lui le grand méchant loup de l'histoire. Soit. Je ne suis pas vaincu se répéta-t-il jusqu'à quitter le camp, en direction de ses chers cours d'eau, de sa Lande adorée, commençant à comprendre pourquoi certains l'avaient quittée, après tout c'était du pareil au même. Plus de règles ou des règles factices.
Le loup se calmerait lorsque le monde en serait digne.


_________________

Merci à Cerfouille 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Silent Raging Pain (Rage-Hématite-Conteur)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pain de mie son Jacquet
» Pain & pouding
» Quelle machine à pain choisir ?
» Recyclage de pain dur
» Recettes pour votre machine à pain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome to the New Age :: ARCHIVES :: Cerfblanc :: Clan du Vent :: Camp du Vent :: Tanière des Guerriers-
Sauter vers: