« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kyrielle d'Âmes
Modo Pom Pom Girl
Modo Pom Pom Girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 19
Date d'inscription : 03/10/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Sam 2 Jan - 16:35



The stars are beautiful, aren't they ? (2)
- With the lights out, it's less dangerous.



♤. Patte de Chouette.



Pour la deuxième fois de ma vie, je me retrouvai presque seule dans la pouponnière en plein milieu de la nuit. Si la première fois j'étais totalement effrayée, trois lunes auparavant, ce n'était plus le cas aujourd'hui. Mais ce n'était pas vraiment mes émotions qui m'inquiétaient. Je n'étais pas totalement seule, puisque Petit Oiseau était roulé en boule juste à côté de moi. Et s'il se réveillait sans maman et Hymne, il prendrait peur, c'était certain. En y réfléchissant, il me semblait que maman devait initier Petit Hymne à quelque chose, un truc qui ne se faisait qu'entre mère et fille qui m'avait été appris il y a longtemps. Pourquoi en pleine nuit, c'était une toute autre question. J'essayai de me rendormir, en faisant le moins de bruit possible, mais le sommeil avait totalement quitté mon corps. Je tournai et virai sur ma litière. A en voir la lumière produite par la lune et les étoiles, le soleil n'était pas prêt de se lever. Je soupirai. Être un chaton pouvait parfois s'avérer très frustrant. Je n'avais même pas le droit de sortir hors de la pouponnière. Pourtant, une envie soudaine de désobéir aux règles s'installa dans mon esprit. Je n'avais jusqu'à présent jamais fait de bêtises après tout, il était peut-être temps... Poussée par une certaine adrénaline, je me levai et me dirigeai vers l'entrée. Mais je m'arrêtai avant de franchir la barrière de ronces qui entourait la pouponnière. Et si...

«
Petit Oiseau ! Psst, réveille-toi ! »

Ne lui laissant qu'à peine le temps d'ouvrir les yeux, je me mis derrière lui et commençai à le pousser, sans vraiment se soucier de s'il avait peur ou non, alors que je connaissais son caractère. Mais étant plus grande que lui, j'avais pour le moment plus de force, et il m'était facile de le traîner. Plus le temps passait, plus le chaton commençait à prendre de la force et du poids. L'emmener avec moi, c'était maintenant ou jamais. Je sortis donc de la pouponnière, et je n'étais plus si sereine en me retrouvant seule en plein milieu du campement. Si on nous prenait, c'en était fini de moi. Et Petit Oiseau serait encore plus traumatisé qu'il ne l'est déjà. Je soupirai. J'avais tellement envie de lui montrer... je pris mon courage à demain et recommençai à pousser mon petit frère jusqu'à l'entrée du camp, en essayant d'être extrêmement discrète. A ma grande surprise, nous arrivâmes à l'extérieur du camp sans problème, et nous n'avions même pas fait de bruit. Je relâchai Petit Oiseau et le déposai juste sur une botte de terre que je jugeais confortable. Ce n'était que maintenant que je réalisais à quel point j'avais pu le terrifier. Je le léchai plusieurs fois de suite et me lovai contre lui, essayant de lui transmettre tout mon amour.

«
Je suis désolée si je t'ai fait peur petit cœur, c'est promis après je te ramène dans la pouponnière. Mais ce soir la lune est petite, du coup, le ciel est parsemé d'étoiles. Je voulais te les montrer, regarde comme c'est joli... la forêt est magnifique, n'est-ce pas ? »

Je me blottis encore plus contre lui et regardai les étoiles. Il n'y avait rien de plus beau et de plus agréable, pour moi. L'environnement était si apaisant. Aucun bruit mis à part le bruissement des feuilles et les hululements des chouettes. Je frissonnai un peu à cause du vent, mais ce n'était pas dérangeant, et je savais que la fourrure d'Oiseau était aussi résistante que la mienne, ce qui faisait que je ne m'inquiétais pas pour lui. Je posai ma queue autour de ses épaules et attendis une quelconque réaction de sa part... en espérant ne pas l'avoir trop effrayé.

_________________




Merci à Asyx, Desty, Ambrou, Mysti, Loup & Melow pour tout ce qui constitue ma signature mes en-têtes de Rps et pour tout ce qui ne rentre pas ici. ♡


Dernière édition par Kyrielle d'Âmes le Sam 2 Sep - 10:45, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Mar 5 Jan - 17:38

The stars are beautiful, aren't they?PETIT OISEAU
Il s’est endormi ainsi, entouré de la fraîcheur de sa jeunesse et du confort irrésistible de sa couche. Encadré de trois autres silhouettes protectrices, il ne craint plus les dangers de ce monde au dehors. Il se sait protégé par la puissance tranquille de sa mère adoptive, de la ruse de ses grandes sœurs, ainsi que ronces destructrices pour quiconque tenterait de pénétrer dans leur antre. Ainsi il abandonne son lot de terreurs quotidiennes pour simplement se laisser aller à un sommeil réparateur qui n’appartient qu’aux enfants, un sommeil délicat et profond tout à la fois, duquel on émerge qu’au prix de nombreux efforts. Aux premières lueurs des étoiles, Petit Oiseau s’en trouve loin dans son cycle, dans un endormissement dépourvu de songes. Ils viendront plus tard, à l’aube, tout juste avant le réveil. Pour le moment il est simplement confortable, en grande paix, ou du moins il l’était. Dans son état, il ressent à peine la pression d’un museau contre son dos, ni la force qui l’entraîne inexorablement vers la sortie. Néanmoins, le froid qui l’imprègne désormais le tire lentement de la quiétude de son sommeil. Dans un état de semi-conscience, il proteste à son sort, tente par quelques coups et grognements insignifiants de se défaire de l’emprise de son geôlier, sans grand succès. Las, il se laisse traîner jusqu’à l’entrée du campement, sans vraiment se rendre compte de ce qui lui arrive, son petit corps reposant dans la poussière alors qu’il est entraîné contre son gré dans une aventure qui, dans l’esprit de Patte de Chouette, est à la fois héroïque et pleine de mystères.

Dans son sommeil, Petit Oiseau a néanmoins reconnu l’odeur caractéristique de sa sœur, un élément qui rend encore plus difficile son éveil. Il se sent en sécurité avec elle et n’oserait jamais lui tenir tête, à moins que le danger ne devienne trop pressant. À mesure que les moments passent, il prend lentement conscience de ce qui lui arrive. Ses sens étiolés s’affutent, ses membres se raidissent. Il proteste un peu plus, cherche à comprendre ce qui lui arrive et les raisons ayant poussé son aînée à l’entraîner à l’écart ainsi. Il n’a pas peur, pas vraiment du moins, pas pour le moment, car il se sait faisant partie d’un plan impliquant Patte de Chouette. Quel mal pourrait lui vouloir sa sœur chérie, n’est-ce pas? Malgré tout, il appelle ses deux frères plus âgés dans la pénombre de sa petite voix fluette, comme pour qu’ils viennent s’assurer que tout se passe bien. En passant par l’entrée du campement, la crainte s’installe progressivement en lui et son petit cœur se met à battre. Il sait ce comportement interdit, voire dangereux pour les deux chatons sans protection. La nuit lui apparaît compacte, les ombres menaçantes, les cris des oiseaux nocturnes terrifiants. C’est avec soulagement qu’il se sent posé contre une botte de terre meuble, puis lové contre le pelage duveteux de sa sœur aînée. Il étouffe un sanglot terrorisé alors que la seule présence de la jeune chatte suffit à calmer ses craintes.

Il pose son visage contre son épaule, tenté de se rendormir, toujours aussi engourdi. Néanmoins, les paroles de Patte de Chouette le font se redresser, alors qu’il regarde le ciel étoilé pour la première fois de sa courte existence. Ce spectacle vient le surprendre tout d’abord, puis l’envahit d’un sentiment diffus de paix et d’émerveillement. Un petit cri lui échappe, dans un soupir, alors qu’il marmonne pour sa sœur, avec énormément d’affection.

«C’est super beau, Patte de Chouette! Est-ce que ce sont elles, les Étoiles qui veillent sur nous?»

Il a du mal à croire que ces taches lumineuses puissent veiller sur lui et les siens, néanmoins il veut bien y croire. Le regard rivé vers le ciel, il sourit, les prunelles illuminées de la sagesse de ses ancêtres.  

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle d'Âmes
Modo Pom Pom Girl
Modo Pom Pom Girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 19
Date d'inscription : 03/10/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Ven 8 Jan - 19:57



The stars are beautiful, aren't they ?
- We stay up late and draw the lines to every constellation.



♤. Patte de Chouette.


« C’est super beau, Patte de Chouette ! Est-ce que ce sont elles, les Étoiles qui veillent sur nous ? »

La réponse émerveillée et calme du chaton me fit soupirer de soulagement sans que je puisse me contrôler. La toison argentée avait dû lui ôter toute peur de l'esprit, et c'était entièrement la sensation que j'avais voulu lui procurer. Malgré tous les bruits et l'immensité de la forêt, je n'étais jamais effrayée lorsque je me retrouvais sous les étoiles. C'était un autre monde, entièrement différent de la journée où seul le soleil brille, et où nos yeux sont incapables de supporter sa vue. Les étoiles, on pouvait les regarder pour l'éternité et jamais elles ne nous feraient de mal. Je ronronnai de plaisir, me pressant encore un peu plus contre mon frère. Je lui fis une petite lichette entre les deux oreilles et retournai à ma contemplation, cherchant avec dynamisme une réponse à sa question.


« Ce sont elles, oui ! D'après les anciens, chaque étoile représente un guerrier du clan qui a un jour succombé. C'est pour ça que personne n'a jamais pu compter les étoiles. Il y en a trop, et elles ne cessent d'apparaître. »

Je fis une pause, plutôt fière de ma réponse. Mes journées passées à écouter les anciens ne m'étaient donc pas inutiles. Je fixai avec intérêt une étoile qui me semblait plus grosse et plus brillante que les autres. Est-ce que ça voulait dire que cette étoile appartenait à un membre important, ou signifiait-elle qu'un proche veillait sur nous, avec plus d'ardeur que les autres guerriers ? Je frissonnai. Malgré tout, penser à tous ces guerriers disparus n'était pas très rassurant. Je repris en me tournant vers Petit Oiseau:

«
On dit aussi que chaque chat a sa propre vision de la toison argentée. Si on se perd, on devrait pouvoir suivre le chemin des étoiles et, rien qu'avec ça, on devrait pouvoir retrouver son foyer. Enfin, ça, j'y crois moins... mais il y a des dizaines d'histoires sur les étoiles, et elles sont fascinantes. J'espère pouvoir toute les connaître un jour, pas toi ? »

Je bougeai ma queue en signe d'excitation. Le monde regorgeait de savoirs différents, et, plus qu'être une guerrière accomplie, je voulais les apprendre, et les raconter aux futures générations comme le faisaient les anciens tout au long de leurs journées. Il me semblait également que connaître le monde, ses dangers et ses bénéfices, était un bon moyen d'atteindre le rang de guerrier. Quand on sait tout, on est plus capable d'affronter les difficultés. Malheureusement, une part d'ombre me resterait à jamais; c'était la connaissance du clan des Etoiles. Jamais, durant ma courte existence de félin, je ne pourrai rencontrer mes ancêtres et en savoir assez pour le transmettre aux autres chats. C'était frustrant, de voir toutes ces étoiles, et de ne pas savoir ce qu'elles représentaient vraiment. Les chats des clans ne questionnaient pas souvent la légitimité de nos aïeux. Les chefs de clan et les guérisseurs semblaient les rencontrer, il n'y avait donc aucune question à se poser. Pourtant, n'était est-ce pas normal de douter de toutes ces histoires ? Pourquoi ne faisaient-ils rien contre toutes les inégalités qui touchaient les clans ? Je soupirai, secouant ma tête afin de chasser toutes ces idées. Je repris conscience de mon frère qui était allongé près de moi et lui souris de nouveau.

«
Tu n'as pas trop froid, ça va ? »

_________________




Merci à Asyx, Desty, Ambrou, Mysti, Loup & Melow pour tout ce qui constitue ma signature mes en-têtes de Rps et pour tout ce qui ne rentre pas ici. ♡


Dernière édition par Kyrielle d'Âmes le Sam 2 Sep - 10:46, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Dim 10 Jan - 23:19

The stars are beautiful, aren't they?PETIT OISEAU
Petit Oiseau n’a encore qu’une idée vague du sens du mot «beauté». À ses yeux, il s’agit d’avantage d’une sensation, encore indescriptible et sauvage, qui se pointe au creux de son estomac pour si peu qu’il rencontre un objet, un chat ou une idée qui soit belle. Une sorte de fourmillement l’envahit alors, répandant en lui de douces sensations de paix et de chaleur. Il se sent alors attendri, comme figé devant l’objet de sa contemplation. Parfois, le monde adulte lui retire cette candeur exploratrice en expliquant en long et en large ce qui a causé sa soudaine fascination. Il se détache alors de son activité pour vaquer à ses autres occupations quotidiennes, sans se douter qu’on vient de lui voler une parcelle de son enfance. Patte de Chouette, tout aussi innocente et fraîche devant ce monde vaste et inconnu, va plutôt dans le sens contraire des dires adultes. La jeune femelle encourage plutôt ce regard naïf plein d’émerveillement en sollicitant des occasions. Au final, malgré la dangerosité de leur opération, ils auront au moins eu le mérite de découvrir un peu ce monde avant qu’on ne leur attribue un mentor qui leur en transmettra leur propre vision souvent erronée. Ensemble, ils découvrent, dans une candeur touchante, blottis l’un contre l’autre. Petit Oiseau écoute ses histoires sans en comprendre tous les détails. Il se demande comment les fiers guerriers qu’il croise tous les jours avec une admiration silencieuse peuvent se changer en pierres scintillantes et inaccessibles. Le chaton roule sur son dos en tentant d’attraper ces drôles de lueurs, sans y parvenir. Il réalise la distance immense qui le sépare de ces êtres d’antan dira-t-on. Comment est-ce possible?

Il n’ose pas non plus poser la question. Il ne ressent pas la nécessité de savoir. S’il est curieux de nature, il accepte encore que certains détails lui échappent. Il en ressent la magie plutôt que de la combattre comme ses aînés peuvent le faire. Il ne remet pas en question les paroles de sa sœur, il les accepte comme elles le sont en imaginant toutes sortes de scénarios impossibles pour combler les informations manquantes. Petit Oiseau scrute les étoiles en se demandant comment on pourrait se retrouver dans ce dédalle complexes de guerriers d’antan, mais il remarque aussi que certaines brillent bien plus que d’autres… des guides sur son chemin? Le petit n’a encore perdu personne, ne peut donc pas s’imaginer quelqu’un veillant sur lui de l’au-delà, mais l’idée lui plaît bien. Soudain, il se sent bien moins seul. La nuit lui paraît aussi moins inquiétante. Les murmures se sont tus.

«Oui, il faudra demander à Épine Crochue s’il en connaît quelques-unes! Il est si vieux, il doit les avoir toutes entendues depuis le temps. Elles sont géniales les étoiles, merci de me les avoir montrées, Patte de Chouette.»

Il tente de les compter, en silence, ses petites lèvres mimant les chiffres qui s’accumulent sous son crâne bien trop rapidement. Bientôt, il parvient à la limite de ses connaissances et ses prunelles s’écarquillent. Sa grande sœur a raison de dire qu’il est impossible de les compter. Devant son inquiétude presque maternelle, il sourit, attendri. Il vient lui faire une léchouille affectueuse sur l’épaule avant de répondre en ronronnant :

«Mais non, arrête de t’en faire pour moi. Tu crois vraiment que j’ai froid avec une fourrure pareille?»

À vrai dire, il se plaint majoritairement de la chaleur que des fraîcheurs nocturnes. Il est entièrement protégé, et ainsi blotti contre sa sœur il est tout simplement complètement à l’abri du froid. Il regarde son aînée soudain, le front plissé par l’inquiétude.

«Dis… tu crois qu’on aurait des problèmes si on nous trouvait ici?»

Malgré lui, il se doit de faire part de son inquiétude à Patte de Chouette. Il se dévisse le cou pour observer l’entrée du camp qui, d’ici, ne paraît que tel un trou d’obscurité dans la nuit.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Jeu 3 Mar - 22:49

Starz it their eyes.
Patte de Chouette, Petit Oiseau & Poésie des Ours




Père. Je suis père.
J'ai encore du mal à réaliser ce nouveau statut et le lot de responsabilités qui l'accompagne. Cette nuit, comme bien d'autres avant elle, je demeure couché les yeux grands ouverts dans l'obscurité de ma tanière. Autour de moi mes compagnons dorment paisiblement et leurs légers ronflements emplissent doucement le silence de la nuit, mais je suis, quant à moi, incapable de trouver le sommeil. Mon esprit est rempli de pensées inépuisables que je chasse vainement pendant la journée en m'occupant de toute sorte de tâches, désireux à la fois de retrouver l'estime d’Étoile de Mystère et de me tenir éloigné du camp, où les regards et les rumeurs se font de plus en plus pesantes et intrusives. Au fond de moi, j'ai conscience que ces devoirs dont je m'acquitte avec un zèle inhabituel ne sont que des leurres, de futiles tentatives de me soustraire au seul devoir auquel je ne puisse jamais me soustraire … Et j'ai honte de me comporter ainsi. J'aimerais avoir le courage d'incarner correctement ma paternité, j'aimerais retrouver cette sorte d'audace un peu folle qui m'a habité lorsque je suis venu trouver ma mère pour tout lui avouer, lorsque j'ai devant elle assumé ce que j'avais fait, ce que j'étais devenu.

En vérité je suis terrifié. Tout est allé si vite … Ma rencontre avec Éclipse Solaire, nos entrevues nocturnes, toutes ces fois où nous avions outrepassé les règles avec allégresse, et avec une telle inconscience … Nous sommes si jeunes, elle et moi, je ne pense pas qu'elle ait prévu non plus une seule seconde ce qui allait nous arriver. Je ne peux m'empêcher d'admirer son courage cependant, elle qui a dû porter les signes évidents de sa grossesse interdite, comme une marque au fer rouge de sa désobéissance, tout comme je ne peux m'empêcher de songer à ces deux autres petits grandissant de l'autre côté de la frontière, eux que je connais à peine et ne reconnaîtrai sûrement jamais. Ont-ils les yeux de leur mère ? Ont-ils une silhouette semblable à la mienne ? Je prononce leur nom en silence, sculptant les syllabes comme je sculpte leurs corps en pensée.
Et toutes ces pensées me tiennent éveillé.

Soudain je n'en puis plus, et pris d'un élan soudain, je me glisse silencieusement hors de la tanière. La nuit me prend dans ses bras, réconfortante, et j'inspire son parfum avec gratitude, les yeux fermés. L'air est frais mais avec cet épais pelage qui m'a valu mon nom je ne crains pas d'avoir froid. Rien ne semble pouvoir interrompre ce moment de quiétude tant désiré, jusqu'à ce que des voix d'enfants papillonnent jusqu'à moi et me fassent brusquement rouvrir les yeux. Je reconnais immédiatement celle, incroyablement tendre et naïve, de Petit Oiseau et je me fige. Que fait-il dehors à cette heure-ci ? Aussitôt je me dirige vers lui, les sourcils involontairement froncés dans une expression d'inquiétude contrariée qu'il semble que j'arbore fréquemment, puisque de nouveaux traits sont apparus sur mon visage, autrefois constamment rieur. Mais la présence à ses côtés de Patte de Chouette me rassure quelque peu : il n'est pas seul, et je crois deviner que c'est elle qui l'a incité à sortir de la pouponnière – seul, il n'aurait jamais osé. Parfois sa propension à avoir peur de tout et de tout le monde m'exaspère mais je dois avouer qu'elle me rassure également, car elle suffit généralement à le tenir à l'écart de la moindre bêtise.
Pas ce soir, apparemment.

« C'est une question qu'il est un peu tard pour se poser, jeune chat. » dis-je d'un ton mi-grondeur, mi-amusé.

Je m'assied à côtés des deux boules de poils avec un soupir à peine dissimulé. Mon regard se pose sur mon fils – mon fils : ces mots sonnent encore étrangement à mon oreille, comme si même après ces quelques lunes je n'arrivais toujours pas à y croire. Et pourtant il est bien là, sa fourrure blanche immaculée et emmêlée par le vent et l'excitation, ses yeux verts brillants, si candides qu'ils désarmeraient le plus cruel des chats. A la seule pensée que Petit Oiseau pourrait être confronté un jour à un tel chat, je sens mon cœur se serrer d'angoisse. Si je ne suis pas capable d'élever cet enfant qui est le mien, comment pourrais-je le protéger ? Le protéger contre les dangers que représentent le monde, ses prédateurs et ses monstres, mais les autres chats aussi, ses propres pairs ? Contre la nuit aussi, la maladie ? Comment le protéger contre le ciel et l'hiver ? Je n'y ai jamais songé avant. C'est comme si depuis que d'autres vies, si fragiles, si précieuses, dépendent de moi, je prenais soudain conscience de toutes les menaces planant sur nos têtes et que j'ai jusqu'ici ignorées avec désinvolture.
Mais désormais, cela n'est plus permis, n'est-ce-pas ? Il est temps de grandir.

« La prochaine fois que vous voudrez observer les étoiles, venez me chercher d'abord » bougonné-je, tout en aplatissant une touffe de poils rebelles sur la tête de mon fils d'un coup de langue maladroit. Puis, après une seconde d'hésitation, je fais de même pour Patte de Chouette dont le pelage ébouriffé par le vent rappelle à cet instant plus que jamais l'oiseau dont elle tient son nom. Je ne serais d'ailleurs pas étonné de l'entendre hululer de protestation. Elle n'est pas ma fille, mais puisque mes enfants la considèrent comme leur sœur, j'en suis venu à l'accepter comme un véritable membre de ma famille, qui s'est tant agrandie récemment …

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle d'Âmes
Modo Pom Pom Girl
Modo Pom Pom Girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 19
Date d'inscription : 03/10/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Ven 4 Mar - 10:25



The stars are beautiful, aren't they ?
- I'm sorry for everything, oh everything I've done.



♤. Patte de Chouette.


« Mais non, arrête de t’en faire pour moi. Tu crois vraiment que j’ai froid avec une fourrure pareille ? »

La réponse du jeune chat me fait soupirer de soulagement, et je ne peux m'empêcher d'agiter les oreilles pour montrer mon amusement. J'ai tendance à oublier la fourrure épaisse de Petit Oiseau, et mon rôle de grande sœur protectrice fait que je ne peux pas m'empêcher de m'inquiéter pour lui. Et puis, après tout, c'est de ma faute s'il se retrouve ici en pleine nuit, alors que nous sommes encore loin de la saison des feuilles nouvelles. Le ronron du chaton est contagieux et je lui rends sa léchouille sur l'épaule. Parfois, je me surprends à penser sur notre famille. Elle est si grande, et presque tout le monde est issu du clan. Je ne pourrai jamais assez remercier le clan des Etoiles de m'avoir donnée tant d'amour. Même si Petit Oiseau et Petit Hymne ne sont pas réellement mes frères et sœurs, je les aime tout comme et ne les échangerais pour rien au monde. Ce sentiment d'amour me fait presque frissonner tant il est intense.

«
Dis… tu crois qu’on aurait des problèmes si on nous trouvait ici ? »

Je sursaute à cette phrase prononcée avec une pointe d'inquiétude, et mon regard se fige sur les nombreuses étoiles qui commencent à s'effacer petit à petit à cause de la lumière du jour qui ne tarderait pas à pointer le bout de son nez. Je plisse mon front comme l'a fait mon frère quelques instants auparavant et je ne peux m'empêcher de sourire face à la situation: deux chatons en dehors du camp toute la nuit, qui ne font aucune bêtise à part regarder les étoiles, c'est autant ridicule qu'adorable. Je soupire et m'apprête à répondre, décidée à rentrer au camp avant d'avoir des ennuis, quand une voix grave derrière nous me fait sursauter:

«
C'est une question qu'il est un peu tard pour se poser, jeune chat. »

Eh zut. Je baisse les oreilles en signe de honte. Je reconnais de suite la voix de Poésie des Ours, le père de Petit Oiseau. Son ton se fait accusateur, mais je peux discerner une pointe d'amusement derrière qui me fait, encore une fois, soupirer de soulagement. Décidément, j'aurais été exposée à trop d'adrénaline pour une soirée. Le matou au pelage brun s'assied à côté de nous et je peux remarquer à quel point il est grand à côté de nous, frêles chatons du clan de l'Ombre, et je me rends compte de ma bêtise de venir ici sans prévenir personne, en pleine nuit, alors que tous les chats dorment. Si un guerrier ennemi arrive, nous n'avons même pas une chance de tenir plus de cinq minutes. Et c'est pareil pour toute autre bête de la forêt: blaireau, renard... si les chatons doivent rester à l'intérieur du camp, c'est bien pour une raison. De nouveau prise de honte, je détourne mon regard de Poésie des Ours et me mets à fixer une feuille sans vraiment la voir.

«
La prochaine fois que vous voudrez observer les étoiles, venez me chercher d'abord. »

Je vois le guerrier léchouiller son fils et je ne peux m'empêcher de m'attendrir à cette vision. Si j'oublie parfois que Petit Oiseau et Petit Hymne n'ont pas leur vraie mère au camp, j'oublie aussi que leur père y est, et il semble les aimer énormément même s'il paraît maladroit. Je suis surprise quand Poésie des Ours me lèche entre les deux oreilles et je ronronne immédiatement, mais de suite, je me sens extrêmement gênée. C'est tellement étrange, comme situation, se retrouver avec le père biologique de mon frère qui n'est pas réellement le mien. Avant l'arrivée des deux boules de poils, je n'avais jamais croisé Poésie des Ours, étant donné que je ne sortais jamais de la pouponnière. Et, d'un coup, il était devenu une part importante de ma petite vie de chaton. D'un coup, je le voyais dans la pouponnière presque aussi souvent que ma propre mère. Et voir le bonheur dans les yeux de Petit Oiseau et Petit Hymne dès qu'il vient est une des plus belles chose que j'ai pu observer. Prenant mon courage à deux mains, je plonge mon petit regard dans celui ambré du guerrier et me relève, tâtonnant sur place:

«
Hm... écoute, Poésie des Ours... je suis désolée. C'est moi qui ai entraîné Petit Oiseau ici. Vraiment, il n'avait aucune idée de ce que je lui faisais, je voulais juste lui montrer les étoiles et je n'ai pas réalisé le danger... je suis désolée. »

Ma petite voix se brise sur ces derniers mots et je baisse la tête de nouveau, prise de honte comme tout à l'heure, mêlée de culpabilité. Si jamais quelque chose était arrivé à Petit Oiseau cette nuit-là, le camp entier m'en aurait voulu, et je n'aurais jamais pu supporter de croiser les regards de Poésie des Ours et de Petit Hymne. Je ne veux pas que le père de mon petit frère et de ma petit sœur chéris me voit comme un danger pour eux. Je ne cherche même pas à trouver du soutien près du chaton, car je sais que je suis entièrement en tort. Mais les étoiles sont parfois si belles... comment un chaton peut-il ne pas être attiré par la toison argentée ?

_________________




Merci à Asyx, Desty, Ambrou, Mysti, Loup & Melow pour tout ce qui constitue ma signature mes en-têtes de Rps et pour tout ce qui ne rentre pas ici. ♡


Dernière édition par Kyrielle d'Âmes le Sam 2 Sep - 10:47, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Lun 7 Mar - 2:19

The stars are beautiful, aren't they?PETIT OISEAU
Il n’est encore que très peu de certitudes dans la vie d’une si jeune âme. Pourtant il est des choses que Petit Oiseau tient pour acquis, avec raison, certains éléments si bien ancrés en lui qu’il ne parvient pas même à en douter. Sa famille, étendue même au-delà de ce qu’il pourrait croire, constitue l’épicentre de son existence, son engrenage. Auprès des membres de celle-ci, il parvient à abandonner ses frayeurs habituelles et à s’épanouir malgré ses nombreuses faiblesses. Ses sœurs et leur mère, particulièrement, lui offrent une énergie insoupçonnée, un vouloir de vivre puissant qui bat dans chacun de leurs échanges. Il se sait protégé de leur seule présence, inaccessible aux sombres puissances qui œuvrent parmi les ombres, préservé de toute entité malsaine qui pourrait comploter contre lui. Le petit, encore une fois, se sent submergé par l’affection sincère que lui porte son aînée, tout en lui rendant la pareille. Il ne sait pas encore exprimer ce qu’il ressent pour elle ou pour Petit Hymne, mais chacun de ses gestes trahit un amour véritable pour ses sœurs que rien ne saura briser. Un jour, il se promet de leur rendre la pareille, de les protéger et de les épauler du mieux qu’il le peut. Même si sa nature profonde le pousse vers la bonté, la candeur et la paix, il se dit déjà qu’il sortirait les griffes s’il le fallait pour défendre sa famille, ce qu’il ferait sans la moindre hésitation. Cette nuit néanmoins, les deux chatons n’ont rien d’autre à craindre d’un sermon attendri d’un père inquiet s’étant approché sans produire le moindre son.

Comme pour confirmer les inquiétudes de Petit Oiseau, une voix vient faire sursauter les deux coupables. Les étoiles, comme témoins silencieux de la scène, semblent briller d’un éclat plus ardent encore à l’approche du guerrier à l’épais pelage sombre. Leur lueur fait danser des étincelles argentées contre ses poils marrons. En constatant la présence de son géniteur, le chaton blanc se recroqueville contre sa sœur, le cœur battant d’une nervosité teintée d’émerveillement comme à chaque rencontre avec son père. Ces rares instants partagés avec lui ont tendance à diminuer, lui-même le réalise et se languit de cet étrange matou au cœur poète et à l’esprit farouche. Cet inconnu qui se dresse devant lui, Petit Oiseau l’espère, le calque dans ses rêves éveillés. Cherchant son approbation avec un acharnement touchant, l’enfant au cœur craintif aimerait mieux le connaître celui qui n’est encore qu’une rumeur dans sa vie. Sa présence cette nuit lui tire un petit ronronnement heureux, comme à chaque fois où ce dernier daigne à lui offrir la moindre attention, aussi futile soit-elle. À la requête de Poésie des Ours, le coupable écarquille les yeux en cherchant à comprendre. Il réalise avec une pointe d’affection que son père aussi doit apprécier la vue spirituelle et pittoresque offerte par le ciel nocturne. Ses paupières se ferment et ses ronronnements se multiplient devant le bref contact offert par l’adulte vers lequel il se dirige en rampant sans trop s’éloigner de sa sœur. Il vient poser sa tête entre les pattes du guerrier dans un élan affectueux ensommeillé.

«Salut papa… Dis, tu ne vas pas nous gronder hein? Patte de Chouette elle voulait juste me montrer les étoiles.»

Une pointe d’inquiétude perce dans l’innocence de sa voix. Quelque part, Petit Oiseau sait pertinemment que le matou n’a aucune intention de leur imposer une conséquence mais préfère s’en assurer, prêt à reprendre le blâme des pattes de son aîné afin de lui éviter les représailles de son père.

«Elles sont jolies. Les étoiles je veux dire. Tu crois qu’elle veille sur nous, papa? Chouette m’a raconté toutes sortes d’histoire sur elles, tu en connais toi?»

Son regard émeraude brille d’avidité et d’une curiosité dévorante que la jeunesse fait fleurir. Malgré toutes ses peurs, Petit Oiseau a soif de connaissances et de découvertes. Le chaton attire déjà à lui la petite chatte près de lui afin qu’ils écoutent, ensemble, les paroles de celui qui a déjà captivé toute l’attention de son fils.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Dim 20 Mar - 18:53

Now why do you wanna go and put starz in their eyes?
It's the same old story, well, they just didn't realize


Ils sont attendrissants, tout les deux : deux fautifs surpris en plein méfait, deux voleurs pris la main dans le sac, qu'ils ont remplis d'étoiles. Mais n'est-pas hypocrite de ma part de leur reprocher de dérober quelques heures à la nuit alors que j'ai agi de la sorte lorsque j'avais leur âge ? Je ne compte plus les fois où j'ai profité de l'obscurité pour me soustraire à la surveillance de mes aînés, et me rappelle avec nostalgie de l'émerveillement qui me tenait éveillé. Jamais, cependant, il ne m'était venu à l'esprit que cela pourrait inquiéter ma mère - et les deux chatons n'y ont certainement pas pensé non plus. Je ne suis plus tout à fait sûr de l'attitude à adopter … Quel effet étrange, pensé-je, de se retrouver soudain de l'autre côté. De devenir celui qui s'inquiète, celui qui veille et qui protège. Ce soir pourtant c'est Patte de Chouette qui prend soin de mon fils, avec une maturité qui me surprend. Elle semble déjà avoir un sens des responsabilités étonnamment développé pour son âge, comme si la venue d'une fratrie de cadets lui avait enseigné tout ce que je n'avais jamais appris. Tout ce qu'il me fallait encore apprendre.

Je sursaute presque en entendant le léger ronronnement de mon fils. Un insidieux sentiment de culpabilité m'envahit lorsque je songe que je l'ai rarement entendu ; et que s'il apprécie tant ma visite de ce soir, c'est justement parce qu'elles sont si rares. Quant au regard qu'il m'adresse, il est si brillant que je ne peux le soutenir très longtemps et je détourne les yeux, honteux. Qu'ai-je fait pour mériter une telle dévotion ? Je ne suis pas digne de tant d'amour. Mal à l'aise, je laboure le sol de mes pattes jusqu'à ce que Petit Oiseau vienne s'y blottir, ce qui me laisse sans voix. Maladroitement, j'accepte ce geste d'affection en enroulant ma queue autour de son petit corps pour le réchauffer. Mais en vérité ce nouveau contact me rassérène plus qu'il ne me déroute et je sens mes muscles se détendre soudainement, comme si le poids qui pesait sur mes épaules et dont j'ignorais jusqu'ici l'existence venait de s'envoler. Comment un si petit être peut-il me procurer un tel sentiment de sérénité ? Un soupir s'échappe de mes lèvres mais ma voix est apaisée désormais.

« Je sais, Patte de Chouette, et je ne vous gronderais pas si la nuit n'était peuplée que d'étoiles bienveillantes ; hélas ce n'est pas le cas, et vous êtes trop jeunes pour vous y aventurer encore. Mais je sais aussi que Petit Oiseau a passé un très bon moment en ta compagnie, et pour cela je te remercie, dis-je avec une grande sincérité. Pourtant ces mots me coûtent, bien plus que ce que ma voix laisse supposer : combien de temps encore en serai-je réduit à remercier ceux qui s'occupent de mes enfants à ma place ? Combien de temps encore avant d'accepter pleinement ce qui est mien ? Un jour viendra cependant où je vous montrerai toutes les merveilles que la nuit a à offrir, je vous le promets.  »

J'essaie de m'accrocher à ces mots, auxquels je crois avec une force toute nouvelle. Je n'ai jamais été du genre à tenir mes promesses, souvent faites en l'air sans trop y songer ; mais celle-ci est différente, celle-ci me tient à cœur, c'est une promesse que je garderai au creux de mon âme et que je ferai grandir un peu plus chaque jour jusqu'à ce que le moment soit venu de la voir éclore. Il n'y a pas si longtemps déjà j'ai promis à leur mère que je m'occuperai de nos enfants. Et cette pensée me réchauffe le corps tout entier.
Je me sens revigoré, plus réveillé que je ne l'ai été depuis des jours, là, alors même qu'à l'Est le ciel reste résolument bleu nuit. Une myriade d'étoiles le peuplent encore – quant à savoir si elle veillent sur nous comme me le demande Petit Oiseau, je ne préfère pas m'avancer. Inutile de lui transmettre mes doutes, cependant, sur leur réelle influence positive sur nos vies. Je préfère qu'il les considère comme je le fais : des beautés à admirer lorsque le sommeil nous fuit, des légendes à raconter lorsque l'on s'ennuie. Mon fils apprendra bien un jour que les étoiles ont été des chats de chair et de sang avant que d'être des sages.
J'ai, pour ma part, toujours préféré m'intéresser aux vivants.

« Encore ces vieilles histoires ! M'exclamé-je en mimant un air exaspéré, démenti par un grand sourire. Bien sûr, je connais les dizaines que les anciens radotent à longueur de journée – croyez-moi, vous vous lasserez bien vite de celles-là … Mais j'ai bien mieux. » Je laisse l'attente grandir tout en dissimulant bien mal mon amusement. Puis je me penche vers mon auditoire et chuchote sur le ton de la confidence, dans une bien piètre imitation de conteur, ce qui s'avère être en réalité une pure improvisation de ma part. « Dites-moi, vous ne vous êtes jamais demandé d'où venait mon nom ? »


_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle d'Âmes
Modo Pom Pom Girl
Modo Pom Pom Girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 19
Date d'inscription : 03/10/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Lun 21 Mar - 15:49



The stars are beautiful, aren't they ?
- Take me back when I believed, back when I was unafraid just like a thief.


♤. Patte de Chouette.


« Salut papa… Dis, tu ne vas pas nous gronder hein ? Patte de Chouette elle voulait juste me montrer les étoiles. Elles sont jolies. Les étoiles je veux dire. Tu crois qu’elle veille sur nous, papa ? Chouette m’a raconté toutes sortes d’histoire sur elles, tu en connais toi ? »

Je ronronne suite à la phrase prononcée par le chaton. Même si je ne lui ai rien demandé, s'il n'est absolument pas fautif, il tente de me défendre, avec son innocence que même moi, je n'ai pas. Je ne peux que m'attendrir lorsque Petit Oiseau trouve refuge entre les pattes du guerrier et m'attire vers lui, les oreilles grandes ouvertes pour écouter son père. Pendant l'espace d'une seconde, il me semble percevoir une once de malaise émaner de mon aîné, mais je n'arrive pas à l'identifier, elle disparaît aussitôt. Dans un sens, je ne peux que comprendre. Le guerrier est jeune, je le sais, maman me l'a dit. Il n'a pas sa compagne avec lui, la mère de Petit Oiseau et Petit Hymne, je ne peux qu'imaginer la responsabilité qu'il doit ressentir. Encore une fois, mon cœur se serre sous la culpabilité. Mes ronronnements s'arrêtent subitement et je réfugie mon regard sur la toison argentée. En y regardant bien, j'ai presque l'impression que les étoiles sont encore plus nombreuses que précédemment. Et je me demande au fond de moi si maman s'inquiète autant que Poésie des Ours, pour moi. J'en reviens encore une fois à penser que je n'ai vraiment pas une relation privilégiée avec cette dernière, qui passe ses journées à dormir ou à discuter avec d'autres félins du clan. Ce n'est pas elle qui viendrait me montrer les étoiles en pleine nuit. Je me perds dans ma rêverie quand les paroles de Poésie des Ours me ramènent à la réalité, me rappelant qu'il ne s'est passé qu'à peine quelques minutes depuis ma dernière intervention.

«
Je sais, Patte de Chouette, et je ne vous gronderais pas si la nuit n'était peuplée que d'étoiles bienveillantes ; hélas ce n'est pas le cas, et vous êtes trop jeunes pour vous y aventurer encore. Mais je sais aussi que Petit Oiseau a passé un très bon moment en ta compagnie, et pour cela je te remercie. Un jour viendra cependant où je vous montrerai toutes les merveilles que la nuit a à offrir, je vous le promets. »

Mes yeux rencontrent de nouveau ceux du guerrier et je ne peux qu'y percevoir le poids de ses mots. J'hoche la tête sans rien dire, je comprends, maintenant, le danger que peut cacher la forêt. Les histoires des anciens nous feraient presque croire que, si on reste bien tranquillement dans son territoire, on ne risque rien, mais ce n'est pas vrai. Il y a des bêtes sauvages que je connais pas encore. Et tous les chats des clans ne sont malheureusement pas pacifistes. Néanmoins, je me remets à ronronner face à la perspective de pouvoir découvrir vraiment ce qui nous entoure un jour. Je me vois déjà courir dans la forêt entourée de Petit Oiseau, Petit Hymne, Nuage Ambré et Poésie des Ours. Cette vision m'oblige à fermer les yeux et j'en savoure chaque seconde. Bientôt, je serai bien plus qu'un chaton, j'en suis déjà toute excitée rien qu'à imaginer les horizons qui s'ouvriront à moi. Un frisson me parcoure l'échine, et je commence à ressentir le froid lié à la nuit et à la fatigue. Pourtant, je ferais tout pour que cet instant ne s'arrête jamais. Poésie des Ours n'est pas si intimidant, au final. Il est sage, mais il n'est pas méchant et semble dissimuler une âme encore enfantine. Et Petit Oiseau, rassuré par la chaleur de son paternel, doit être dans un bonheur encore plus grand que le mien. Le félin, plus gros que nous deux réunis, se tourne alors vers son fils, une expression exaspérée sur son visage, cachée par un gros sourire:

«
Encore ces vieilles histoires ! Bien sûr, je connais les dizaines que les anciens radotent à longueur de journée – croyez-moi, vous vous lasserez bien vite de celles-là … Mais j'ai bien mieux. Dites-moi, vous ne vous êtes jamais demandé d'où venait mon nom ? »

Je prends une moue blessée à la mention des histoires des anciens et éclate de rire. Je sais très bien que ces dernières finiront par me lasser, mais pour le moment, ce n'est pas le cas et je passe de très bons moments à écouter des histoires. Revitalisée par une adrénaline soudaine, je bondis sur mes deux pattes un peu maladroitement et me place dans une position bien plus confortable pour écouter mon aîné. Je plisse les yeux, sujette à une réflexion intense. Je jauge le guerrier le plus possible. Je sais que c'est malpoli, mais il n'avait pas qu'à poser une question dont la réponse m'échappe ! Je jette un coup d'oeil à Petit Oiseau et soupire, agacée. Puis, comme si une lumière s'était allumée dans mon petit cerveau, je m'exclame:

«
Je sais pas, mais en fait, je peux pas savoir ! Je sais pas ce qu'est une poésie. Ni un ours... Tu sais toi, Petit Oiseau ? »

_________________




Merci à Asyx, Desty, Ambrou, Mysti, Loup & Melow pour tout ce qui constitue ma signature mes en-têtes de Rps et pour tout ce qui ne rentre pas ici. ♡


Dernière édition par Kyrielle d'Âmes le Sam 2 Sep - 10:49, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Lun 28 Mar - 0:03

The stars are beautiful, aren't they?PETIT OISEAU
La jeunesse et la naïveté particulièrement présente chez le jeune chat expliquent en partie son incapacité à saisir l’inquiétude présente dans les mots de son géniteur. Il ne comprend à quelles étoiles malintentionnées il peut faire allusion, distrait dans son attention par la beauté paisible des astres qui courent dans un ciel d’obsidienne. Loin de se douter de la menace qui courre dans cette forêt qui l’a vu naître, des murmures récents qui ont envahi les ombres, il se contente de sourire à cette toison argentée d’où il ne perçoit que la lueur bienveillante de ses ancêtres. À une autre époque, probablement, cette naïveté ne lui aurait pas coûté. Les sombres étoiles ne viennent que de faire leur apparition, dérangeant la quiétude qui régnait à peu près sur les terres félines depuis les événements de l’Apocalypse. Même eux les plus redoutables guerriers de la forêt ignorent encore ce qui les frappe insidieusement. Mais là toutes ces raisons ne servent pas seulement à résumer la façon détachée avec laquelle se comporte l’enfant à ce moment. Il décide aussi d’ignorer la menace présente dans la voix de son père, cette inquiétude pourtant réelle des dangers sournois qui les guettent. À ses yeux, rien ne saurait troubler le guerrier qu’est son géniteur. Il refuse tout simplement de constater sa faiblesse quelque qu’elle soit, se concentrant plutôt sur l’invitation formulée. Une sortie nocturne avec le matou au pelage marron lui paraît comme une merveilleuse idée inspirante, un instant privilégié en sa compagnie qui se dessine à l’horizon. Jalousement, il préférerait voir Poésie de l’Ours l’emmener seul. La seule formulation de cette pensée néanmoins entraîne chez lui une once de culpabilité qu’il chasse rapidement.

Son sourire s’assombrit alors que son père se moque des vieilles histoires des anciens avec un peu de mépris. On entend alors échapper à l’enfant une protestation lamentable alors qu’il tente de défendre l’honneur de ceux qu’il considère ses amis. Petit Oiseau prend un plaisir énorme à écouter ses aînés relater leurs aventures et autres contes issus du passé, mais il semblerait que le guerrier lui-même aille un récit à leur faire part, ce qui a tôt fait de rasséréner l’enfant qui cesse ses plaintes pour mieux écouter. Ses oreilles se sont faites droites et attentives alors qu’il se blottit un peu plus contre sa sœur, le regard admiratif tourné vers le visage du guerrier où s’est perchée une once de mystère. Tout comme Patte de Chouette, Petit Oiseau se trouve un peu abasourdi devant la question. Il n’a jamais réfléchi à l’origine des noms de ses aînés, ni même du sien. Il se découvre une soudaine curiosité affamée à connaître ce genre de détails, et gigote sur place dans l’optique dans connaître plus.

«Un ours est un très gros animal, que j’ai entendu dire, pas vrai papa? Mais moi non plus je ne sais pas ce que c’est, une poésie. Oh, tu nous diras pourquoi je m’appelle Oiseau? Connais-tu le nom que je vais porter en tant que guerrier? Dis-moi, dis-moi, dis-moi!»

Alors qu’il se redresse pour sautiller sur place, on découvre chez lui quelques bribes d’enfance qui ne sont pas encore brimées par ses peurs quotidiennes. Ainsi il apparaît dans sa véritable nature, un enfant enthousiaste et curieux d’apprendre tout ce qui lui passera sous la patte.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Mar 26 Avr - 18:20

J'aurais dû prévoir la réaction des deux chatons : ils s'offusquent naturellement lorsque je commets le crime impardonnable de critiquer les histoires que leur racontent leurs héros, mais cela ne me retient pas de rire doucement en voyant leur expression courroucée. Comment pourrais-je m'en empêcher ? Déjà chaton je méprisais ces vieillards qui me volaient la vedette auprès de mon auditoire. Ma courte vie me semblait tellement plus intéressante que tout ce qu'ils pouvaient raconter ! Et j'estime toujours que ces Anciens que l'on vénère aujourd'hui vivent dans un passé qui n'est plus, une époque révolue à laquelle ils s'accrochent avec désespoir ; mais à quoi bon ? Il faut aller de l'avant, toujours, à la rencontre de demain ! C'est cette énergie qui m'a guidé jusqu'ici. Et je n'arrive pas à croire qu'à leur âge, ces deux oisillons soient déjà nostalgiques d'un temps qui ne leur a jamais appartenu, qu'ils écoutent des histoires si éloignées d'eux. Cependant la question que me pose ensuite mon fils (au milieu d'une centaine d'autres qui me donnent le vertige) m'invite à en raconter une qui le concerne directement.

« Un oiseau a chanté lorsque tu es né, répondis-je avec un sourire, amusé à l'évocation de ce souvenir. Néanmoins celui-ci s'accompagne toujours d'un malaise, car il me rappelle sans cesse le visage de leur mère et je ne peux m'empêcher de me demander comment elle va, où elle est, ce qu'elle fait, si elle pense à moi. C'était au cœur de l'hiver et pourtant il chantait pour toi comme pour accueillir la venue du printemps. Quant à ton nom de guerrier … ce sera à ta grand-mère de décider, tu pourras lui demander ! »

Sa curiosité, ajoutée à l'enthousiasme de sa sœur adoptive avec laquelle il semble si complice, me réchauffe curieusement le cœur et je me sens empli d'une énergie débordante à le voir sautiller sur place, comme si j'étais redevenu chaton moi aussi. Et c'est ainsi que je laisse de côté tout souci, que j'abandonne mon rôle de père et de fils, que j'oublie mes inquiétudes concernant les Etoiles Noires et ma propre Etoile que je ne reconnais plus. Oui, je laisse ce lourd manteau de prince tomber à terre pour endosser le temps d'un soir celui, bien plus humble, de conteur. Et aussitôt je me prends au jeu, les modulations de ma voix suivent celles de mon récit, tantôt grave et tantôt léger, ma voix sur laquelle s'est posée le voile du mystère et qui, vacillante au début, prend de plus en plus d'assurance. J'ai l'impression d'être un équilibriste sur son fil.

« Un ours est un énorme animal, oui, plus que vous ne pouvez l'imaginer … Un corps massif et sombre, des griffes effroyablement longues, et un regard … terrifiant ! Ils peuplaient la forêt jadis, et nos ancêtres du Clan du Tigre les chassaient, c'était une guerre sans merci entre eux si bien qu'un jour ils finirent par disparaître. Du moins, c'est ce que nous croyions … jusqu'à ce que, une nuit, un rugissement terrible se fasse entendre. La forêt entière trembla, car elle n'avait pas oublié les ours ! Mais il nous fallait protéger le clan à tout prix, alors nous sommes partis, moi et quelques guerriers, à la rencontre du monstre. Nous sommes partis le cœur vaillant alors même que le combat était perdu d'avance, puisque nous n'avions ni la force ni le courage des guerriers d'antan. »

Inconsciemment, pris dans mon propre récit inventé à mesure, je me suis levé et me dresse désormais de toute ma hauteur ; et mon ombre, projetée par la lune, est immense. Ma silhouette d'ours se dessine en ombre chinoise sur le ciel tendu comme une étoffe.

« Et lorsque nous l'avons trouvé … oui, c'était un ours digne des légendes. Il a immédiatement détecté notre présence et a tourné son regard rougeoyant comme la braise vers nous ; mais j'ai senti qu'il ne regardait que moi. Il m'avait reconnu. Alors j'ai compris … j'ai compris que tout affrontement était vain, que les coups n'apporteraient que la souffrance d'un côté comme de l'autre et que quelle que soit l'issue du combat nous en ressortirions perdants. Alors j'ai soutenu le regard de l'ours, ce regard qui me comprenait. Et j'ai chanté pour lui.
« J'ai chanté, faux sûrement, mais mes paroles étaient justes et trouvèrent en lui un écho. L'ours s'est apaisé, il m'a écouté puis lorsque je me suis arrêté il s'en est allé, et nous ne l'avons plus jamais revus.
« C'est ainsi que j'ai gagné mon nom. »


Ma voix s'apaise comme si je confiais un secret. Ce qui, en un sens, est vrai : il s'agit là de mes convictions profondes rarement partagées, et certainement pas à des adultes ; ils ne comprendraient pas, eux qui ne pensent qu'à vaincre et conquérir. Ma pensée leur paraîtrait sûrement puérile, et c'est pour cela que je ne peux la confier qu'à des enfants. Qui, eux, savent rêver : il n'y a qu'à voir leurs yeux brillants, leurs visages tendus vers le ciel et la chaleur qui les anime tels deux soleils.

« Vous voyez les enfants ? C'est ça la poésie. Ce sont des mots, juste des mots, qui ont le pouvoir de sauver une vie. »

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle d'Âmes
Modo Pom Pom Girl
Modo Pom Pom Girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 19
Date d'inscription : 03/10/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Jeu 28 Avr - 20:05



The stars are beautiful, aren't they ?
- All I believe is it a dream that comes crashing down on me ?



♤. Patte de Chouette.


« Un ours est un très gros animal, que j’ai entendu dire, pas vrai papa ? Mais moi non plus je ne sais pas ce que c’est, une poésie. Oh, tu nous diras pourquoi je m’appelle Oiseau ? Connais-tu le nom que je vais porter en tant que guerrier ? Dis-moi, dis-moi, dis-moi ! »

La connaissance de Petit Oiseau sur les ours me fait lui tirer la langue gentiment; je n'ai apparemment pas passé assez de temps auprès des anciens pour savoir cela. Bizarrement, j'ai du mal à m'imaginer un très gros animal alors je visualise juste Poésie des Ours en plus gros et plus imposant. De cette perspective, c'est effrayant. Mais si on l'appelle ainsi c'est parce qu'il doit ressembler à cet animal ? Je sursaute, surprise par l'énergie dégagée par mon frère et m'amuse des nombreuses questions qu'il pose; sans lien de sang réel, on est vraiment de la même famille, étant donné que je suis la même avec Nuage Ambré. Pourtant, le jeune guerrier ne semble pas déstabilisé par tant de questions, ou alors, il cache bien son jeu. Je souris et me replace en position allongée; je veux écouter mais je sens que le sommeil me gagne peu à peu. Il se fait tard après tout, et nous n'avons pas beaucoup dormi cette nuit. Je suis néanmoins fascinée par le récit de Poésie des Ours et me demande moi aussi quel sera le nom de guerrier de Petit Oiseau et, bien sûr, le mien. Je ne demande pas pourquoi je m'appelle Patte de Chouette: mon pelage en dit suffisamment sur mon nom. Puis vient l'histoire du nom du guerrier. Les images défilent dans ma tête en même temps que ses paroles. Ses intonations, tantôt graves, tantôt aiguës, me permettent de visualiser le contexte entièrement. La posture de Poésie des Ours aurait pu m'effrayer si je ne savais pas qui il était et l'image de l'ours se dessine de mieux en mieux dans mon esprit. A la fin du récit, je me retrouve presque moi-même au milieu de la scène, assise entre l'ours et le chat, à écouter un chant dont les paroles me sont incompréhensibles. Toute trace de fatigue semble avoir quitté mon corps et seul l'affrontement des deux m'importe.

«
Vous voyez les enfants ? C'est ça la poésie. Ce sont des mots, juste des mots, qui ont le pouvoir de sauver une vie. »

Je secoue la tête et, à ces mots, je regagne Petit Oiseau et Poésie des Ours qui se tiennent dressés sous la toison argentée. A bien regarder, on peut commencer à apercevoir les lueurs du jour et je ressens une sorte de déception en moi: je ne veux pas que cette nuit se termine. Le regard rivé sur mes pattes, je repense au récit du guerrier et des étoiles brillent dans mes yeux; bien sûr, rien n'est vrai dans ce qu'il a raconté, mais la manière de le faire est tellement belle que j'en suis émerveillée. Il est vrai que les anciens n'ont absolument pas cet art, même si parfois ils essaient d'ajouter une touche de... poésie dans leurs aventures. Je me demande si je serai capable de m'exprimer ainsi un jour et je compte sur Poésie des Ours pour m'enseigner cet art. Sentant la fatigue me gagner de nouveau, je me relève des coups et m'exclame avec passion, sans me rendre compte que j'ai la même intonation que Petit Oiseau avait:

«
C'est si beau, Poésie des Ours ! Tu as d'autres histoires ? Celle d'Etoile de Mystère, tu la connais ? De Nuage Ambré ? Et Petite Hymne ? »



HRP:
 

_________________




Merci à Asyx, Desty, Ambrou, Mysti, Loup & Melow pour tout ce qui constitue ma signature mes en-têtes de Rps et pour tout ce qui ne rentre pas ici. ♡


Dernière édition par Kyrielle d'Âmes le Sam 2 Sep - 10:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Dim 8 Mai - 23:47

The stars are beautiful, aren't they?PETIT OISEAU
Petit Oiseau aime tester ses encore maigres connaissances, chercher à les approfondir. Si en plus il a l’occasion d’impression la personne presque mystique qu’est Poésie des Ours à ses yeux, alors il ne peut être que plus comblé. Néanmoins le jeunot pousse d’autant plus son ardeur en quémandant une explication au sujet de son nom, celui qu’on lui a décidé sitôt ses premiers cris stridents dans le froid mordant de l’hiver. Conscient que son comportement enthousiaste le brime d’une possible explication, le petit se couche une fois de plus contre le sol, son regard d’émeraude rivé sur le visage strié d’argent lunaire de son géniteur. L’explication ne tarde pas à venir, heureusement pour lui, explication qui s’accompagne d’un gémissement déçu de la part de l’enfant. Probablement s’imaginait-il mis au monde contre les ailes d’un oiseau géant, quelque part entre ciel et terre là où il préfère passer ses journées. Après quelques secondes de réflexion il finit par accepter ce scénario tout de même. N’est-ce pas un bon présage que la musique salvatrice d’un oiseau qui, posé sur sa branche, a salué son arrivée malgré les températures rendant son apparition rare? Le chaton boude silencieusement lorsque son père lui annonce ignorer son nom de guerrier. Il aimerait porter un des noms synonymes de danger, de force et d’honneur. Oiseau Guerrier? Puissant Oiseau? Force de l’Oiseau? Tous ces pseudonymes lui sonnent immensément faux. Il espère au plus profond de lui-même que sa grand-mère et Chef saura déterminer pour lui un nom digne des prouesses qu’il s’imagine déjà accomplir sans la moindre vanité.

Puis débute pour eux l’histoire incroyable de Poésie des Ours. Soudain le petit agité d’impatiences et de rêves se tait pour prêter une attention exemplaire au guerrier à l’épais pelage marron. Le récit se déroule, enfle, perdure et fluctue. Le père raconte avec un talent inné, sa voix tantôt vibrante de passion, d’autres fois sourde, presque effrayante. Petit Oiseau absorbe chaque parole, s’abreuve du moindre mot qu’il tente parfois de comprendre mais surtout d’assimiler. Comme son père, il partage un amour inconditionnel pour les mots qu’il peine à manier avec autant d’adresse, en plein apprentissage du langage et de ses subtilités. Puis la communication, n’est-ce pas plus complexe qu’une bribe de mots agglutinés les uns à la suite des autres? Il faut aussi prendre en compte le ton, les intonations et intentions, le message, la politesse et les codes de respect, en plus de tout ce qui touche à la réciprocité sociale et affective… Sans réaliser la complexité fondamentale des mots, Petit Oiseau la devine et s’émerveille de la facilité et du talent démontré par Poésie des Ours lors de son récit. Quelque part, l’enfant sait bien que cette histoire n’est pas véritable, qu’elle est inventée par l’imagination débordante de son père. Il a cessé de se soucier de la vérité il y a longtemps.

«Tu es le plus brave papa, comme un ours.»

Le petit se blottit contre sa fourrure épaisse lorsque les premiers vestiges de son sommeil interrompu le rattrapent. Ses petits yeux papillotent afin d’en chasser l’engourdissement progressif; pour se distraire il pense à la poésie dont fait mention l’aîné du groupe. Petit Oiseau comprend qu’une «poésie» signifie l’art de manier les mots, et il se promet de devenir un peu poète lui aussi. Il aimerait abandonner sa timidité bégayante, savoir s’exprimer avec la même facilité témoignée par son père. Peut-être pourrait-il être comme lui, chanteur et réduire chacune des tensions, chaque danger à un apaisement tranquille par une chanson ou un vers. Ainsi il n’aurait jamais à combattre comme le doit tout apprenti, tout guerrier.

«C’est ce que je vais faire moi. Je vais chanter et utiliser les mots, et je serai le meilleur guerrier parce qu’il n’y aura plus de conflits, de détresse.»

Sur ces quelques mots innocents, l’enfant s’est assoupi, un sourire éclairant son petit visage immaculé sous les rayons d’une lune bienveillante.

Hors-Jeu:
 

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Jeu 26 Mai - 23:04

Tout au long de mon récit j'étais impatient de découvrir la réaction de mon auditoire, et demeurais suspendu à leur regard comme il l'était à mes lèvres. Désormais je suis ravi de l'effet produit, quelque peu flatté aussi je dois l'avouer, et savoure en secret les yeux brillants des deux enfants tout en espérant y avoir apporté quelques étoiles supplémentaires. Puis le compliment de Petit Oiseau me surprend autant qu'il m'embarrasse - on m'a qualifié de bien des termes depuis que je suis guerrier, mais jamais de brave et je ne suis pas certain de le mériter, surtout venant de lui … Car ai-je été brave lorsque j'ai cédé à l'attirance que j'éprouvais pour Éclipse Solaire sans considérer un instant ce qui pouvait, ce qui allait en résulter ? Ai-je été brave lorsque j'ai assisté, impuissant tandis qu'elle souffrait, à la naissance du fruit de cette folie d'un soir ? Ai-je été brave, enfin, lorsque j'ai acquiescé sans réfléchir, et emporté les chatons qui devaient devenir les miens, et les miens seulement, loin de leur mère ? Je ne sais pas, car j'ai vécu ces deux dernières lunes dans un épais brouillard, hébété, solitaire, avec l'affreuse sensation de vivre la vie d'un autre, de bouger dans le corps d'un autre, de parler avec la voix d'un autre. Mais je ne peux pas nier ce qui s'est passé ce soir : d'une façon ou d'une autre j'ai trouvé ma voix.

Et il semble que Petit Oiseau ait trouvé la sienne. Je ne peux m'empêcher de sourire en entendant ses projets d'avenir, car derrière son innocence d'enfant il y a une réelle et touchante sincérité dans ses promesses. J'espère de tout cœur qu'elles se réaliseront, et plus profondément, ses mots me laissent songeur et ému qu'il ait pu développer si jeune une telle philosophie pacifiste, sans oser cependant me flatter d'y avoir été pour quoi que ce soit. Pourtant, n'est-ce pas un souhait que j'aurais pu formuler moi-même, celui d'effacer d'un geste comme une caresse toute la détresse du monde ?
J'aspire à la paix, tout à coup, désirant comme un addict la dose de solitude qui me permettra de dormir. J'en ai besoin, m'en suis-je aperçu, comme d'autres recherchent sans cesse la compagnie de leurs pairs pour soulager leurs épaules trop lourdes de leurs problèmes. Le sommeil m'a fui toute la nuit et bien que ce moment passé en compagnie des deux chatons m'ait revigoré, inexorablement la sensation de manque revient pour s'imposer à moi et troubler mon cœur. La voix de Patte de Chouette m'empêche de sombrer cependant, elle vibre d'une curiosité et d'une passion que son corps frêle semble à peine contenir. Elle n'est ni chatte ni chouette, pensé-je alors, elle est pure énergie.

« Gardons ces histoires pour un autre soir, tu veux ? » proposé-je avec un sourire. « Petit Oiseau ne voudrait pas les manquer, j'en suis sûr. Et il est plus que temps que vous alliez dormir, tous les deux – oui, toi aussi Patte de Chouette ! Je ne veux pas être risquer d'être grondé par ta mère ... »

Je désigne d'un signe de tête la petite boule de poils qui s'est blottie et endormie tout contre moi. J'ai remarqué à sa respiration apaisée et régulière que mon fils s'était assoupi, enfin rattrapé par le sommeil qu'il avait repoussé jusqu'alors. Après quelques instants d'hésitation je me penche, courbe l'échine pour attraper le plus délicatement possible la nuque du chaton entre mes dents comme j'ai vu des reines le faire tant de fois. Maladroitement, je soulève son petit corps ; j'ai peur de trébucher en marchant, son poids même aussi léger qu'un oisillon est une sensation étrange qui me contraint à trouver un nouvel équilibre. Mais j'y parviens et, comme un funambule, me déplace silencieusement à travers le camp endormi jusqu'à la pouponnière. L'entrée est étroite et hérissée d'épine ; j'y glisse prudemment les épaules, craignant pour mon pelage mais plus encore pour celui de Petit Oiseau qu'il a aussi long et blanc que les plumes d'un cygne.

Lorsque enfin je discerne la forme endormie de Flammes Sauvages parmi les autres reines et Petite Hymne blottie contre elle, je peux déposer mon fils sur sa litière de mousse. Je sais qu'il est en sécurité là, dans la chaleur réconfortante de la pouponnière, auprès de sa mère adoptive et de sa sœur – qui, me semble-t-il, a ouvert un œil lorsque je suis entré ;Jj sais qu'il est en sécurité, et pourtant je ne peux m'empêcher de m'attarder un peu dans ce lieu, quelque peu gêné, comme le serait un païen sur le seuil d'une église plongée dans un fervent silence ; respectueux, et sachant en même temps que ma place n'est pas ici. Que devant moi s'étend un monde plein des mystères que je ne connaîtrai jamais.

J'invite d'un signe de tête Patte de Chouette à entrer dans la pouponnière pour s'y coucher à son tour. Au passage, je lui ébouriffe les poils affectueusement d'un mouvement de la patte. « Bonne nuit Patte de Chouette » murmuré-je avec un clin d’œil malicieux. Puis je me détourne et sors de la tanière pour retrouver l'air frais du campement toujours endormi. Les couleurs de l'aube sont à peine esquissées dans le ciel, le soleil encore invisible … je pourrais me recoucher. Reposer mes muscles endoloris, profiter de la chaleur de mes camarades, repousser encore un peu les soucis qui m'assaillent dès le lever du jour.

Oui, je pourrais.

Mais quelque part là-haut la lune me sourit, et m'attire à elle de ses bras d'or et d'argent.
Alors je m'élance sans un regard en arrière à la poursuite des derniers fragments de nuit.  

Spoiler:
 

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle d'Âmes
Modo Pom Pom Girl
Modo Pom Pom Girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 19
Date d'inscription : 03/10/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]   Mer 29 Juin - 11:28



The stars are beautiful, aren't they ?
- Here we are now, entertain us.


♤. Patte de Chouette.


« Gardons ces histoires pour un autre soir, tu veux ? Petit Oiseau ne voudrait pas les manquer, j'en suis sûr. Et il est plus que temps que vous alliez dormir, tous les deux – oui, toi aussi Patte de Chouette ! Je ne veux pas être risquer d'être grondé par ta mère ... »

A la mention de Petit Oiseau, je me rends compte que mon petit frère est roulé en boule, emporté par Morphée. Sa respiration est régulière et je peux facilement discerner une expression de paix sur son visage. Oui, en effet, ce ne serait pas juste de continuer sans lui, lui qui raffole des histoires ! Moi par contre, je n'ai aucune envie de dormir, mais je hoche la tête quand même, je n'ai pas envie de contrarier Poésie des Ours après une soirée aussi merveilleuse. Je vois le guerrier soulever le petit corps fragile de Petit Oiseau et je ronronne automatiquement à cette vision: si Poésie des Ours est maladroit dans sa façon de faire, je sais qu'il aime beaucoup ses enfants et sa démarche fait tout pour ne pas heurter Petit Oiseau. Je suis les deux félins presque à contre-cœur, je n'ai vraiment pas envie de quitter la toison argentée et la sécurité que me procurait ma petite motte de terre. Mais je sais que mon baptême d'apprentie approche à grands-pas et que mes nuits ici ne sont pas terminées. Arrivés au campement, je me sens presque étouffée par le manque de luminosité et d'espace. Je laisse quelques minutes à Poésie des Ours afin qu'il glisse mon frère dans la pouponnière et me retrouve déboussolée par le geste affectueux que me fait le guerrier en sortant. Son « bonne nuit » m'apparaît presque comme un murmure et je peux sentir pour la première fois la fatigue imprégner mon corps.

«
Merci, Poésie des Ours. »

Je murmure ces mots alors que j'aperçois le guerrier se faufiler hors du campement. De loin, je peux presque confondre sa silhouette avec celle d'un ours, du moins un ours comme je me l'imagine. Revigorée par cette soirée, je ne peux m'empêcher de sourire et me faufile discrètement à travers les ronces de la pouponnière. Dans un soupire, je rejoins maman, mon frère et ma sœur et me roule en boule sur ma litière. Je m'endors avec des milliers d'images et d'histoires dans ma tête et, je suis sûre que si la fonction de "conteur" existait au sein des clans, Poésie des Ours l'aurait remplie avec perfection.  


HRP:
 

_________________




Merci à Asyx, Desty, Ambrou, Mysti, Loup & Melow pour tout ce qui constitue ma signature mes en-têtes de Rps et pour tout ce qui ne rentre pas ici. ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The stars are beautiful, aren't they ? [Oiseau & Ours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les fashion stars
» The Normandy all stars.
» Les plus gros scandales de stars françaises
» J'ai trouvé un oiseau sauvage ou pigeon bagué ...Que faire ?
» Les vacheries de stars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan de l'Ombre :: Camp-
Sauter vers: