« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This Light in the darkest times

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: This Light in the darkest times   Dim 22 Nov - 21:22

This light in the darkest times
Assez. L’aube se dessine pour un troisième jour, douloureux. Le chat juché contre le promontoire, à l’orée de sa tanière, n’a pas dormi. Ni même fermé l’œil. Il l’a attendue, l’a cherchée dans l’obscurité opaque d’une nuit sans nuage. Inutile. La certitude frappant à sa nuque comme un long couteau glacé. Jamais elle ne reviendra. Il l’a vécu il y a plusieurs lunes déjà, il sait. Pour lui le cauchemar se répète. Aux premières lueurs du jour, son Clan devra se confronter à une nouvelle déception, à de nouveaux questionnements laissés sans réponse. Peut-être certains se mutineront, l’accuseront d’avoir causé ce tort aux siens en déclarant la guerre à un ennemi sans visage qui déjà les condamne à l'absence d’une bien-aimée lieutenante, d’une amie et d’une présence rassurante dans cette tribu. Peut-être le remettra-t-on en doute, peut-être le chassera-t-on. Il soupire en sentant les premiers rayons de l’astre solaire lui chatouille museau, un nouveau jour se lève dans une indifférence réservée. Les oiseaux printaniers chantent à nouveau de gazouillantes mélodies plutôt que de longues litanies comme il en serait plus approprié. Étoile Sombre s’extirpe de l’entrée de sa tanière pour s’aventurer contre le promontoire où vient observer les plus matinaux s’extirper de leurs rêveries nocturnes pour vaquer à leurs occupations quotidiennes. De nombreux regards se posent sur lui, sa silhouette telle une ombre contre ce rocher solennel, immobile et attentif.

Lierre Automnal. Disparue depuis deux jours entiers maintenant, après avoir entretenu un discours douteux au sujet de sa place parmi les siens. Étoile Sombre n’a pas su reconnaître les signes, il s’est contenté de la rassurer d’une blague habile sans vraiment se rendre compte de sa détresse. À présent, il reconnaît son erreur qui lui pèse un peu plus à chaque seconde qui s’écoule. Les siens l’observent, de plus en plus de regards s’élèvent en sa direction pour scruter ses traits ravagés par le doute. Or, il sait. Il sait au plus profond de lui-même qu’il doit continuer sur la voie dans laquelle il s’est engagé. Coûte que coûte, malgré la difficulté qu’ils doivent traverser, cet ennemi ne peut pas triompher.

«Chats du Clan du Tonnerre, approchez.»

Sa voix est profonde et grave. Il se tait dans un soupir lourd de sens, et l’ambiance se dégrade dans une sévérité palpable et douloureuse. Une attitude qui confirme le doute qui plane depuis quelque temps dans le campement du Tonnerre.

«Nous n’avons toujours aucune nouvelle de Lierre Automnale. Je sais. Vous êtes inquiets et je le suis aussi. Mais il n’est pas une raison pour abandonner. Pour céder à la terreur. Elle est ce qui alimente notre ennemi. Nous ne devons pas céder.»

Pourtant, il a peur lui aussi. La terreur lui fige les membres alors qu’il redresse pourtant la tête vers un ciel d’apparence limpide et dénué de toute forme d’obstruction. Pourtant, le représentant des Étoiles se sait surveillé, à chaque pas esquissé, à chaque mot prononcé. Il vibre du défi qui se présente à lui avec acharnement et détermination, tout en ressentant la peur toute naturellement associée. Il a trop à perdre désormais, et des responsabilités qui le dépassent encore.

«Ce matin, je pars à sa recherche. Nous couvrirons tout le territoire à la recherche de sa trace. Nous poursuivrons sa piste si nécessaire. J’aurai besoin d’une équipe pour m’accompagner. Nuit d'Été, Ouragan Astral, Plume Bleue, Murmure Éternel et Nuage Matinal, vous vous joindrez à moi dans mes recherches. Je veux la présence d’un guerrier et d’un apprenti au camp en tout temps aujourd’hui, Hurlement de la Louve et Nuage de Fierté vous resterez ici aussi pour aujourd’hui comme je n’ai aucun moyen de garantir votre sécurité. Les autres, je vous prierais de suspendre les entraînements des novices pour favoriser la chasse.»

Il soupire avant de poursuivre. Il se sent si seul sans la présence de Lierre Automnal pour l’aider à organiser la vie commune du Clan.

«Je vous demande de garder la tête haute. Ces heures sont bien troubles pour toute la forêt, mais je vous demande d’y croire, de conserver votre foi en les Étoiles et en moi. Nous ne pouvons pas reculer devant la menace.»

Peu importe les conséquences. Étoile Sombre se laisse tomber du promontoire et rejoint le groupe formé par les siens avant de s’enfoncer dans la forêt qui l’a vu grandir sans la moindre hésitation.

Explications:
 

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 


Dernière édition par Étoile Sombre le Lun 28 Mar - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plume Bleue
P'tit nouveau.
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 110
Age : 15
Date d'inscription : 04/07/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Mer 25 Nov - 16:52


    This Light in the darkest times
    "Je fixe l'ampleur du monde d'un autre œil, à présent."


    Vivre dans la peur la plus profonde, une peur qui jamais ne s'efface et qui ne veut pas s'effacer. Elle reste au creux de moi, me hantant chaque jour un peu plus, sans remords et sans regrets. Le temps coule entre mes griffes qui essaient désespérément de s'y accrocher. En vain. Tous ces efforts suscitent en moi une nouvelle défaite qui m'est insupportable, presque invivable. Je ne veux plus de ce climat de peur, de refus d'avancer, et d'admettre. Chaque nuit passée continue de nous retirer encore un peu plus d'espoir, et ce, depuis maintenant trois jours. C'est l'aube de ce dernier qui signe son arrivée ici, mais elle, elle n'a pas l'air de se douter de quoi que ce soit. Parfois j'envie les guerriers-étoiles, qui n'ont plus rien à eux, qui partagent tout avec leurs camarades, qu'ils soient issus de leur Clan ou non. C'est horrible d'en venir à penser cela, ne pensez-vous pas ? Oui, je le pense aussi. Mais c'est trop tard. Il va falloir que je m'y habitue. L'existence que nous tenons n'a pas plus d'importance qu'on ne lui apporte. Non sans doute sur mon avenir, je sais que si je ne fais rien, je ne pourrais jamais rien améliorer.

    Mais revenons-y à nos problèmes. Nôtre problème, devrais-je dire : Lierre Automnal a disparu. Et ce depuis, comme je l'expliquais plus haut, trois jours. C'est aujourd'hui la troisième nuit qui s'efface depuis sa disparition, aussi mystérieuse soit-elle. Je suis très inquiète, comme tout le Clan. N'importe quel félin l'appréciait, et même sans vraiment la connaître, est inquiet.
    Dehors, aucune activité. Depuis ces quelques jours, nous sommes tous éteins, nous avons peur. Enfin, j'AI peur. Peur pour l'avenir du Clan, peur car je ne sais pas ce que est arrivé... Trop de questions se bousculent dans ma tête, tellement violentes et profondes que j'en attrape un mal de tête atroce. Mon crâne retombe lourdement contre mes pattes étendues au sol, sur ma litière de mousse. Autour de moi, mes camarades n'ont pas l'air d'y porter une grande attention, ils sont tous assoupis. J'étouffe un soupir d'ennui, se traduisant cependant par les mouvements véloces qu'exerce ma queue au-dessus de mon nid. Mes yeux virevoltent un peu partout, prenant soin de bien détailler tous mes camarades endormis. Il y a là bon nombre de guerriers du Tonnerre, même si j 'en devine en patrouille ou ailleurs. La vie a bien repris depuis mes lunes d'absence morale. Oui, pendant quelque temps, je n'ai été que le fantôme de mon être. Sans but précis, je ne faisais qu'exécuter ma piètre vie. Maintenant, j'ai pris une décision importante : Arrêter d'ignorer mes sentiments, mes envies et mes besoins. Je vais vivre comme je le devrais. Je fixe l'ampleur du monde d'un autre œil, à présent.

    Mais mon regard fixe l'entrée du repère des guerriers. Me redressant lentement, je prends soin de ne pas marcher sur la queue d'un camarade et je me mets en marche pour gagner la sortie du grand buisson. Sous mes pattes, la mousse caresse doucement mes coussinets. C'est une sensation agréable qui, je me rends compte, m'avais jusque là échappée. Glissant mon corps fin dehors, je glisse un regard vers le Promontoire, où est appuyé mon meneur, celui du Clan du Tonnerre, Étoile Sombre. J'imagine à quel point cela doit être dur pour lui.
    M'asseyant à l'orée de na clairière, je commence une toilette rapide, révélant un beau pelage lustré et brillant. Tout autour de moi, j'observe les corps encore somnolents de mes camarades. Leur fourrure baignée par les premières lueurs de l'aube fait penser aux rayures que le ciel imprime sur sa propre robe chaque matin.
    Trêve de rêverie, Étoile Sombre vient de bondir sur le Promontoire. Je m'approche, car je sais que ce n'est pas anodin.

    «Chats du Clan du Tonnerre, approchez.»

    La voix de mon meneur est caverneuse, grave et semble plus profonde encore que  la noyau de la Terre. La clairière plonge dans un silence à glacer le sang. Après un laps de temps d'attente, il reprend :

    «Nous n’avons toujours aucune nouvelle de Lierre Automnal. Je sais. Vous êtes inquiets et je le suis aussi. Mais il n’est pas une raison pour abandonner. Pour céder à la terreur. Elle est ce qui alimente notre ennemi. Nous ne devons pas céder.»

    Après cela, il est difficile de ne pas comprendre que lui aussi a peur. Malgré ça, il relève la tête vers le ciel rosâtre qui se dessine au-dessus de nous. Mes pattes martèlent le sol gelé par la nuit. Mes oreilles, elles, se contentent de rester pointées vers le matou sombre posé sur le grand rocher. D'ailleurs, il reprend sa respiration, j'en déduis donc qu'il va continuer :

    «Ce matin, je pars à sa recherche. Nous couvrirons tout le territoire à la recherche de sa trace. Nous poursuivrons sa piste si nécessaire. J’aurai besoin d’une équipe pour m’accompagner. Nuit d’Été, Ouragan Astral, Plume Bleue, Murmure Éternel et Nuage Matinal, vous vous joindrez à moi dans mes recherches. Je veux la présence d’un guerrier et d’un apprenti au camp en tout temps aujourd'hui, Hurlement de la Louve et Nuage de Fierté vous resterez ici aussi pour aujourd'hui comme je n’ai aucun moyen de garantir votre sécurité. Les autres, je vous prierais de suspendre les entraînements des novices pour favoriser la chasse.»


    Je... Ai-je rêvé ? Je suis conviée à une patrouille ? D'une importance qui n'est pas des moindres, qui plus est. Mais je remarque qu'il soupire. Ses épaules massives se soulèvent dans un mouvement nonchalant. Je sais aussi qu'il doit se sentir seul. Lierre Automnal représentait beaucoup pour lui, je suppose.

    «Je vous demande de garder la tête haute. Ces heures sont bien troubles pour toute la forêt, mais je vous demande d’y croire, de conserver votre foi en les Étoiles et en moi. Nous ne pouvons pas reculer devant la menace.»

    Merci, Étoile Sombre, songeais-je. Au moins, lui a gardé la foi. Et il est un bon meneur, il y parviendra. Il parviendra à relever la tête du Clan, à lui rendre toute la vie l'ayant désormais quitté.
    Il bondit en bas, gagnant la terre ferme. Je m'approche un peu, détaillant rapidement la troupe qui accompagnera le meneur dans son expédition. Ils sont tous forts et confiants, du moins, ce qu'ils essaient d'en faire paraître. Nous nous engageons dans la forêt si familière à nos yeux avec cependant une excitation très peu importante. Une fois dehors, je m'arrête.

    « On pourrait se diviser pour couvrir un périmètre plus large ? »



    Malgré ma voix assurée, même un apprenti aurait pu savoir que je n'étais absolument sûre de rien. J'ai toujours manqué de confiance en moi, et ce n'est pas non plus une nouveauté pour mes camarades. Je lutte contre leur regard, baissant timidement mes yeux vers le sol. Là, ainsi postée, je fixe mes pattes, essayant vaguement de rester concentrée sur autre chose que celles-ci.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valse des Étoiles
Admin Graou
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1783
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Sam 28 Nov - 0:06

« NUIT D'ETE »

Le soleil peine encore à dissiper la brume glaciale du matin et pourtant Ouragan Astral et moi même sommes déjà réveillé. Il est très inquiet pour Etoile Sombre depuis la disparition de Lierre Automnal je le sais et je fais de mon mieux pour lui remonter le moral. La fuite de notre lieutenante m'inquiète également mais je fais de mon mieux pour ne pas le montrer. Je me demande si elle a été attaquée où si elle a décidé elle même de nous quitter. Dans le second cas, pourquoi ? Malgré la vie dure que nous promet l'hiver, les nuits précédentes l'ont été bien plus que les prochaines ne pourront jamais l'être. Je n'ai pas été présente à la dernière assemblée mais j'ai clairement entendu parler de cette pseudo attaque de chats morts. Je dois bien avouer que je ne suis pas si inquiète que ça. Comment ces félins pourraient-ils nous détruire ? Je suppose que, comme le Clan des Etoiles, leur pouvoir est limité. Aussi je ne vois pas pourquoi certains se terrent dans leur tanière en attendant que le Ciel leur tombe sur la tête. C'est ridicule.
Du coin de l'oeil, j'aperçois notre meneur qui sort de sa tanière l'air déterminé. Il se dirige vers le promontoire l'air hésitant et décidé à la fois. Je donne un petit coup de langue affectueux sur l'épaule de mon frère devinant les doutes qui surgissent en lui et me lève gracieusement. Je me dirige calmement vers le promontoire et m'assois au premier rang, la tête levée vers le beau chef noir qui semble soudé bien fatigué après ces trois jours de veille. Ils nous appelle tous au rassemblement et j'attends impatiemment que les autres nous rejoigne. Je pressens ce qui va venir à la maigre lueur d'espoir qui s'allume dans les prunelles d'Etoile Sombre. Je suis mitigée. Si Lierre Automnal s'est enfuit, la rechercher ne servira à rien. Mais si elle a été attaquée par contre, bien qu'elle soit sans doute morte depuis, trouver sa dépouille pourrait lui permettre de la veiller et de lui rendre un dernier hommage. Donc soit, pourquoi pas.

« Nous n’avons toujours aucune nouvelle de Lierre Automnal. Je sais. Vous êtes inquiets et je le suis aussi. Mais il n’est pas une raison pour abandonner. Pour céder à la terreur. Elle est ce qui alimente notre ennemi. Nous ne devons pas céder. » Je ne suis inquiète de rien du tout ! Les Etoiles Noires comme j'aime les appelés ne me font pas peur ! S'ils comptent détruire mon clan je les taillerai en pièce moi même ! Pour qui il me prend ? « Ce matin, je pars à sa recherche. Nous couvrirons tout le territoire à la recherche de sa trace. Nous poursuivrons sa piste si nécessaire. J’aurai besoin d’une équipe pour m’accompagner. Nuit d’Été, Ouragan Astral, Plume Bleue, Murmure Éternel et Nuage Matinal, vous vous joindrez à moi dans mes recherches. Je veux la présence d’un guerrier et d’un apprenti au camp en tout temps aujourd'hui, Hurlement de la Louve et Nuage de Fierté vous resterez ici aussi pour aujourd'hui comme je n’ai aucun moyen de garantir votre sécurité. Les autres, je vous prierais de suspendre les entraînements des novices pour favoriser la chasse. »

Je me lève d'un bon, ravie de faire partie de la patrouille. Cela me permettra d'éviter l'ambiance presque funèbre qui règne sur le Camp ces derniers jours. Je serai devenue folle après avoir passé une nouvelle journée ici. Et puis Idylle d'Automne reste au camp alors je n'aurais pas à supporter son immonde visage. Je dévisage notre chef qui soupire de lassitude ou de tristesse je n'en sais rien et je me demande à quel point il tenait à Lierre Automnale. Est-ce dur de perdre ses amis ? A vrai dire je n'en sais rien et je m'en fiche pas mal. Je ne ressentirai jamais cette peine et je m'en réjouis d'avance. « Je vous demande de garder la tête haute. Ces heures sont bien troubles pour toute la forêt, mais je vous demande d’y croire, de conserver votre foi en les Étoiles et en moi. Nous ne pouvons pas reculer devant la menace. »

Je n'écoute la fin de son discours que d'une oreille, me dirigeant vers la sortie du Camp, en trottinant. J'entends Etoile Sombre sauter au sol et prendre la tête du groupe. Je me positionne juste derrière lui, embrassant rapidement du regard le groupe de félins qui s'est formé. Quatre mâles dont un apprenti et mon frère... Mouais bof. On a déjà fait mieux. J'adresse cependant un sourire doux à Murmure Eternel et m'élance à la suite du matou noir, me positionnant à sa gauche, au niveau de ses pattes arrières. La place au niveau de son épaule revient plutôt au lieutenant et pas un élan de maigre respect pour la fuyarde je laisse la place vacante. A la sortie du Camp, nous nous arrêtons un instant et Plume Bleue propose que l'on se sépare. Je secoue aussitôt la tête de droite à gauche. Si c'est un danger qui nous a enlevé notre seconde il ne vaut mieux pas se séparer, il est plus prudent de rester tous ensemble. Je n'ai pas envie de risquer ma vie pour quelqu'un d'autre que mon frère. « Je ne pense pas que ce soit une très bonne idée, peut être que c'est un blaireau ou un renard qui a tué Lierre Automnal. Je marque une pause et jette un rapide coup d'oeil à ma droite. Toutefois... roucoule-je, si l'on se sépare je vais avec Etoile Sombre. » Maigre sourire. L'ambiance n'est pas au jeu mais peut être que je vais au moins le faire sourire.

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/
Ouragan Astral
Modo Draconique
Modo Draconique
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1190
Age : 17
Date d'inscription : 21/03/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Dim 29 Nov - 19:35

• Ouragan Astral •

Les temps sont durs pour le Clan du Tonnerre. Les temps sont durs pour toute la forêt et ses habitants. Je n'étais pas à la dernière assemblée, tout comme ma sœur. Nous étions restés au camp, allongés sur nos couches de mousse en attendant que nos camarades reviennent pour nous raconter les nouvelles. Ce n'étaient pas celles que j'avais attendu néanmoins. Tout le monde était revenu un air grave, rependant la rumeur comme une traînée de poudre. Les spectres, les fantômes, les Étoiles Noires... Ils avaient bien des noms, ces chats, qui étaient venu instaurer la terreur à travers les rangs de tous les clans. Je n'avais pas compris sur le moment, questionnant chaque témoin pour qu'il m'éclaire sur la situation. Une étrange soirée oui, qui est encore ancrée dans l'esprit de chacun. Et tout ne s'arrête pas là, notre lieutenante Lierre Automnal a disparu depuis quelques jours. Impossible pour moi de comprendre cet événement aussi mais j'essaie de rester positif et rassurant. Je passe beaucoup de temps avec Étoile Sombre pour l'aider dans ces moments difficiles, pour lui changer les idées. Il n'attend qu'une chose, de la voir réapparaître. Mais pourtant cela fait maintenant trois jours et aucune nouvelle. Je m'inquiète autant pour la guerrière disparue que pour mon chef. Il est seul, avec un clan entier entre les pattes. Seul pour affronter les petits problèmes du quotidien, organiser les patrouilles et s'occuper de tout le monde. Il a besoin de quelqu'un pour l'épauler, le conseiller et ce quelqu'un n'est plus là.

Je pense à tout cela, le regard perdu dans le vide, allongé devant la tanière des guerriers en compagnie de Nuit d’Été. Je vois bien qu'elle essaie de me changer les idées elle aussi et je lui suis très reconnaissant. On a beau avoir quelques discutions animées parfois, je ne sais pas ce que je serais sans elle. Ces gestes me touchent beaucoup et m'aident malgré ces quelques moments d'absence où je réfléchis à tout ce qu'il se passe. Finalement un mouvement vient me sortir de mes pensées et je tourne doucement la tête en direction du promontoire où est apparu Étoile Sombre. J'adresse un sourire à ma sœur lorsqu'elle me léchouille l'épaule et je me lève après elle pour la suivre. Nous nous asseyons côte à côte le plus près possible du rocher où notre chef attend patiemment que tout le monde se rassemble. Mes oreilles se redressent alors que je me demande ce qu'il va nous annoncer. Une fois tout le monde assis, sa voix puissante vient briser le silence de la matinée. Je hoche la tête alors que son discours semble raviver mes camarades et je me réjouis d'être choisi pour la patrouille de recherche. Mon regard parcourt l'assemblée pour croiser tour à tour celui des guerriers et de l'apprenti que j'accompagnerai et je suis heureux que ma sœur en fasse partie. C'est une bonne décision qu'a prit Étoile Sombre, nous devons y croire. Nous devons partir à la recherche de la féline pour enfin en avoir le cœur net.

Je gonfle le poitrail alors que le meneur finit sur des paroles convaincantes. Je n'ai jamais perdu la foi. Je me lève finalement pour rejoindre la patrouille qui s'est formée et j'adresse un petit sourire plein d'espoir à chacun des membres la composant. Aujourd'hui nous connaîtrons la vérité, nous devons rester fort et unis. Étoile Sombre nous rejoint et passe devant pour prendre la tête de la patrouille. Nous nous élançons comme un seul chat et filons en dehors du tunnel formant l'entrée du camp. Cependant nous nous arrêtons seulement quelques longueurs de queue plus loin alors que Plume Bleue propose une idée. Oui, elle n'est pas mauvaise mais dans les circonstances actuelles, nous devrions rester tous ensemble. Nous ne savons pas encore à quoi nous attendre et il ne faudrait pas que nous nous éloignions trop les uns des autres. Nuit d’Été me devance pour donner son avis.

« Je suis d'accord, il ne vaut mieux pas que l'on se sépare. Nous avons tout notre temps et il sera plus simple de détecter quoi que ce soit ensemble. »

Je tourne ensuite la tête vers Étoile Sombre pour écouter sa décision mais c'est ma sœur qui reprend la parole. Je soupire silencieusement et vient lui donner un très léger coup d'épaule avant de lui chuchoter à l'oreille :

« Tu peux pas t'en empêcher hein... »

_________________

Autres signas et cadeaux (merci à vous :3) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murmure Éternel
Super Grenouille Gobeuse de Mouches.
Super Grenouille Gobeuse de Mouches.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 955
Age : 20
Date d'inscription : 11/12/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Sam 12 Déc - 2:16

• MURMURE ÉTERNEL ;


Un matin de plus après cette assemblée si terrible. Murmure Éternel se sent mal. Ce qu'ils ont tous vécu lors de la dernière réunion des clans tourne encore dans la tête de tous les guerriers ou apprentis de la forêt. Ces Étoiles Noires les ont menacés … Et lui, il a alors vu sa compagne s’écrouler, hantée par des cauchemars que leurs ennemis invisibles diffusaient dans toute l’assemblée. Lui même avait revu des choses, ces choses … Et se remémorer des souvenirs si douloureux lui était difficile. Il avait si longtemps lutté pour que cela s’enfouisse enfin pour ne plus jamais refaire surface, et voilà qu’on semait des cauchemars plein sa tête … Comment aurait-il pu supporter ? Ce jour là, le retour au camp avait été difficile. Mais le guerrier du Tonnerre était conscient qu’il en était de même pour tous. Et finalement, cela semblait presque les unir … Avoir la volonté de lutter contre un ennemi commun avait relié et resserré les troupes. Mais en ce troisième lever de soleil, c’était encore palpable, tout le monde était toujours sous tension. Cela faisait trois jours aussi que la lieutenante du clan, Lierre Automnale, avait disparu. Plus personne n’avait de nouvelles … Et cela semblait difficile pour tous. Du côté de Murmure Éternel, c’était différent. Il ne connaissait que peu cette chatte, et même si elle était sa lieutenante, il ne l’avait jamais vraiment fréquentée, et n’avait jamais discuté avec elle par exemple. Tort ou pas ? Qui pouvait bien le savoir. En tout cas, à en voir la panique causée par son absence, ce devait être une chatte aimée et respectée. Et Étoile Sombre semblait très abattu par la disparition de celle qui devait sans doute être son amie … Quand le guerrier roux vit son chef, celui-ci montait sur le promontoire et de toute évidence, se préparait à prendre la parole devant son clan tout entier. Il avait l’air très nerveux, tendu, et surtout inquiet.

Il prit la parole, de son éternelle voit sage et calme, mais aujourd’hui elle était empreinte aussi d’angoisse, et cela faisait peur à Murmure Éternel. Qu’est vraiment un chef lorsqu’il est dans la tourmente ? C’était une question à laquelle le grand guerrier ne voulait pas se répondre. Parce qu’il savait que dans un cas comme celui-ci, le chef était faible. Et a cela s’ajoutait que Lierre Automnale était une personne sur laquelle Étoile Sombre comptait beaucoup. Mais il devait se ressaisir, et c’est ce qu’il fit … Il appela le clan à s’approcher, et tout le monde fut à son écoute. Quand il annonça qu’une patrouille partirai sur le champ à la recherche de leur lieutenante disparue, Murmure fut extrêmement stupéfait de faire partie des « sélectionnés ». Même si ça n’était pas grand chose, cela représentait beaucoup pour lui. Il ne connaissait quasiment pas son chef, et ce dernier l’impressionnait un peu. Sans doute parce que l’ex-guerrier de l’Ombre avait toujours du mal à prendre ses repères ici et s’y habituer. Intérieurement, il le remercia pour cette tâche qu’on lui confiait. Cela voulait dire qu’Étoile Sombre le considérait, lui, vraiment comme une personne de confiance. Murmure fut relativement touché, et fixa un instant le regard de son chef, avant de se détourner. Trop timide, pas question de lui parler. Pas question de tout.

Alors, timidement, Murmure Éternel s’approcha du promontoire, ce que firent aussi les autres personnes appelées. Il s’efforça de rester à une certaine distance de chacun, comme à son habitude, et écouta la suite des informations. Son cœur commença à battre. Cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas participé physiquement à quelque chose d’aussi important, qu’il se sentit presque pressée. Mais il n’oubliait pas tout de même où il allait, et pour quelles raisons …

S’il était arrivé quelque chose à la Lieutenante du Clan, il fallait le savoir. Il fallait comprendre, chercher à comprendre, et en tout cas ne pas baisser les bras … Alors silencieusement, le beau mâle s’élança derrière son chef, prenant garder à ses distances qu’il s’imposait tout seul. Ils trouveraient, ensemble, ce qu’il advenait de Lierre Automnale.

_________________
MURMURE ÉTERNEL - NUAGE DE RÉVOLTE

MURMURE  no one believes in second chances Ҩ « Le bonheur, c'est la permanence de l'éphémère. » Perdu. Il était perdu. Dans un Clan qui n’était pas le sien, dans un univers qui ne lui ressemblait pas, dans un monde qui ne voulait pas de lui. Dans un endroit où il ne se sentait pas chez lui. © Laëlix

Nuage de Révolte:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Sam 23 Jan - 18:47

This light in the darkest times
Il aurait bien pu pleuvoir. Il aurait bien pu tonner. Des vents et des crachats de tempête pour assaillir ce groupe uni. L’orage, le feu et le sang pour éliminer l’idée de ce voyage dont on ne revient pas sans séquelles. La quête. Il s’y est décidé. Plus rien ne l’arrêtera maintenant, même s’il doit porter seul le fardeau de cette recherche impossible, de cette recherche que tous savent futile. La poursuite d’une ombre insaisissable, d’un murmure et d’un souvenir qui plus jamais n’aura la même saveur ou signification. Étoile Sombre ne peut se permettre d’abandonner. Il ira, seul s’il le faut. Il doit se convaincre encore qu’il reste un espoir de retrouver celle qui, pendant des lunes, s’est tenu à ses côtés alors que la solitude manquait de le broyer entre ses serres cruelles. Son cœur ne bat plus qu’une fois sur deux il lui semble. La forêt dans laquelle il pénètre ne lui jamais si hostile malgré le soleil qui l’inonde dans une myriade de reflets éclatants. Différente, capricieuse, inhospitalière et surtout inconnue. Il y cherche le sentiment encore provoqué la veille par la vision de ces arbres, les mêmes depuis sa tendre enfance. Il se sait perdu d’avance. Condamné. Pourtant il poursuit sa route avec une détermination acharnée, muré derrière un masque de force et de diligence, le visage d’un leader chevronné n’ayant plus rien à craindre que la face de sa propre mort. Et pourtant.

Pourtant à y bien regarder on remarque l’exagération de ses pas, l’animation subtile de son pelage légèrement hérissé. Et l’odeur de sa peur, flottant dans l’air telle une vape empoisonnée. Une lueur étrange habite son regard, mélange de détermination et d’une crainte incommensurable, celle de se retrouver seul. Seul. Il doit déjà composer avec l’absence d’une bien-aimée, confinée à des lieues et des lieues de lui à partager l’existence de d’autres, à porter ses enfants sans son soutien et son amour. Il doit déjà vivre avec l’idée de ne voir ses petits qu’aux instants de vie commune, aux Assemblées… ou à la guerre. Il doit déjà se faire à l’idée que son statut lui confère des responsabilités qui l’isolent de son propre groupe, sa tribu et des siens et ce, depuis de trop nombreuses lunes. Alors de perdre une amie, une assistance de tous les jours? Trop difficile. Il ne parvient pas à s’imaginer poursuivre seul. Lorsque ses prunelles s’embuent, il s’arrête dans sa progression, reconnaissant la voix de Plume Bleue derrière lui, suggérant une alternative à leur méthode qui aussitôt le hérisse. Il ne se retourne pas tout de suite néanmoins, pas jusqu’à ce que la voix de Nuit d’Été retentisse avec un détachement qui aussitôt provoque sa colère. Alors que le matou fait volte-face, une rage violente anime son regard. On le sent tendu, fragile, prêt à s’effriter à tout moment. Vulnérable.

«Lierre Automnal n’est pas morte! Personne ne se sépare, vous voulez devenir des cibles faciles pour nos ennemis?»

Cibles ou non, le matou craint autre chose. Il craint de les voir partir, un après les autres, jusqu’à ce qui ne lui reste plus rien d’autre qu’un grand vide et la perspective de son propre échec. La menace pèse sur lui, encore et toujours, écrasante. Étoile Sombre parvient avec difficulté à se détacher du regard de Nuit d’Été tant l’envie lui est venu de la frapper. Il n’est pas violent. Pas de nature. Il sent l’influence néfaste des ombres l’alourdir encore une fois, brouiller son jugement. Il renifle avec suffisance avant de reprendre sa place dans le rang éparpillé qu’ils forment. Sa respiration sifflante se fait entendre dans le silence qu’il laissé derrière lui. On ne l’aura jamais vu ainsi.

«Nous allons débuter par les Rochers du Soleil. Le Clan de la Rivière nous est toujours hostile, et je préfère m’assurer qu’il ne lui est rien arrivé de ce côté. Nous longerons ensuite la rivière jusqu’aux Quatre Chênes puis longerons le Chemin du Tonnerre. Restez à l’affut et faites-moi signe si vous remarquez quoi que ce soit.»

Même son ton est différent. Amer. Résigné. Froid. Il s’enfonce vers l’ouest avec fébrilité, son cortège à sa suite. Bientôt, les arbres se raréfient, et le remous tranquille de la rivière se fait entendre. Le soleil se reflète contre les rochers desquels le matou se rapproche, le cœur lourd de tristesse. Il marmonne pour lui-même la question qui le bouscule depuis trois jours déjà.

«Oh Lierre Automnal, pourquoi m’as-tu abandonné?»

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valse des Étoiles
Admin Graou
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1783
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Mar 26 Jan - 19:48

« Lierre Automnal n’est pas morte ! Personne ne se sépare, vous voulez devenir des cibles faciles pour nos ennemis ? » L'agressivité de notre meneur me stoppe nette. Je ne me souviens pas l'avoir déjà vu dans un tel état. Pendant un instant je tente de me mettre à sa place et imagine ce que je ressentirai si je perdais mon frère. L'effroi qui me glace alors est si puissant qu'un frisson me secoue de la pointe des oreilles au bout de la queue. Jamais ! Cependant, nier la vérité ne changera rien non plus, Lierre Automnal n'est plus là et le fait qu'elle soit morte est une possibilité ! Le silence est lourd autour de nous, si lourd que je regrette presque de participer à cette patrouille. Certains ont les oreilles rabattues sur le crâne, d'autres la tête blessée en signe de soumission. Et il y a moi qui garde mes yeux bien plantés sur le visage d'Etoile Sombre. S'il pense me faire peur avec ses cris, c'est raté. « Nous allons débuter par les Rochers du Soleil. Le Clan de la Rivière nous est toujours hostile, et je préfère m’assurer qu’il ne lui est rien arrivé de ce côté. Nous longerons ensuite la rivière jusqu’aux Quatre Chênes puis longerons le Chemin du Tonnerre. Restez à l’affut et faites-moi signe si vous remarquez quoi que ce soit. » Une telle autorité m'irrite, bien que ce ne soit pas le moment. Je retiens donc mes répliques acerbes et me contente de lever les yeux au ciel alors que nous nous mettons en route.

Alors que nous progressons entre les taillis, je regarde autour de moi l'air distrait, cherchant une touffe de poil arrachée par une épine avide. De temps à autre j'ouvre la gueule pour tenter de capter un effluve, même diffuse de la femelle brune mais rien, rien d'autres que les odeurs habituelles de sève et d'humus auxquelles s’ajoutent notre propre fragrance et l'odeur de la peur du chat noir. Cheminant aux côtés d'Ouragan Astral, je me presse un peu contre lui pour tente de lui remonter le moral. Il est bien plus proche d'Etoile Sombre que moi et je sais qu'il serait capable de s'aventurer au-delà des Hautes Pierres pour nous ramener la fugitive. Je grince des dents à cette idée. C'est totalement stupide comme idée et en plus, ça m'embêterait bien de devoir quitter la protection de notre Clan. Ah parce que vous pensiez que je le laisserais partir seul ? Ahah, très drôle. Plutôt mourir que de la quitter de l'oeil une seul seconde celui-là. Il est tellement gauche qu'il trébucherait en descendant une ravine et se casserait la nuque en bas. Un enfant je vous jure. Une fois quand il était chaton on a fait un concours de celui qui monterait le plus haut sur le Grand Sycomore et non seulement il a perdu mais en plus il n'a pas réussi à descendre ! Tout à coup, nous quittons le couvert des arbres et débouchons sur les Rochers du Soleil. Je cligne des yeux, peu habituée à une telle lumière. Nous nous rapprochons de la frontière que tous longent sauf moi. Je m'éloigne du groupe de quelques longueurs de queue de renard et serpente entre les pierres à la recherche de proies. Je grimace en constatant l'absence totale de gibier dans le coin. Quelles petites natures ces bêtes-là, même pas fichue de supporter le froid. J'accélère un peu la cadence et dépasse le meneur du groupe, ma silhouette souple et gracieuse bondissant de pierre en pierre, la tête ailleurs. Même si je joue l'indifférente, malgré moi mes pensées reviennent toujours à Lierre Automnale. Je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi elle s'est enfuie. Quelles raisons l'y ont poussée ? Si elle n'est pas morte, elle a soit été kidnappée par un bipède, soit elle a choisi de partie de son plein gré, ce qui serait peut-être le plus dur à vivre pour notre chef.

Je m'arrête alors sur une pierre pour laisser aux autres le temps de me rattraper. Ainsi figée je ressemble à une statue de pierre, éclairée par les pâles rayons du soleil timide. Ma dernière pensée m'a profondément bouleversée et blessée. Je ne parviens pas y croire mais elle apparaît, au fur et à mesure que les secondes passent comme une évidence. Mais... pourquoi ? Je suis si choquée que la phrase m'échappe au moment où Etoile Sombre passe à mon niveau. « Se pourrait-il vraiment qu'elle nous ait abandonnée ? » L'abandon est chez moi un sujet sensible. Abandonnée par ma propre mère alors que nous n'avions même pas une lune, je ne supporte pas l'idée d'un départ sans aurevoir. C'est définitivement quelque chose qui me met hors de moi. Mais maintenant que cette fichue idée s'est ancrée dans mon cerveau je ne parviens plus à penser à autre chose. Sans lieutenant qu'allons-nous faire ? Etoile Sombre aurait-il la force d'en nommer un autre ? Ou attendra-t-il désespérément quelqu'un qui ne reviendra, laissant ainsi notre clan affaiblit ? Je pose mes yeux océan sur lui et croise son regard l'espace d'une fraction de seconde. N'ayant pas eu le temps de dissimuler mes propres doutes, je baisse aussitôt la tête et reprend la route, à leur allure cette fois-ci. Quoi qu'il se soit passé dans la tête de notre lieutenante, si nous ne la cherchons pas, nous n'aurons jamais la réponse à nos questions.

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/
Ouragan Astral
Modo Draconique
Modo Draconique
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1190
Age : 17
Date d'inscription : 21/03/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Mar 16 Fév - 23:34

Il a toujours fallu qu'elle séduise tout ce qui bouge elle. Je ne la comprendrai jamais, je désapprouve totalement son attitude et elle le sait très bien. C'est pour ça qu'elle en rajoute bien sûr, juste pour m'embêter. Enfin bon, je ne vais pas jouer le martyr, ça a toujours été une habitude, quelque chose de naturel entre nous que de s'enquiquiner l'un l'autre. Il m'est arrivé par le passé de l'agacer un peu, bon... Je me souviendrai toujours de cette journée où elle était allée se coincer dans un buisson de ronces, trop curieuse et croyant qu'elle était assez fine pour s'y faufiler. Ah ça, elle n'avait pas les mêmes formes qu'aujourd'hui et je me rappelle que je m'étais bien amusé à faire mine de m'en aller et de la laisser là. Bon, j'étais revenu l'aider quelques temps après sinon je savais qu'elle m'étriperait, plus qu'elle ne l'avait déjà fait. Des touffes de poils étaient restées accrochées aux épines pendant toute la journée après que j'ai réussi à la sortir de là, je crois que toutes les patrouilles passant par là avaient compris ce qui s'était passé, la pauvre aha. Ça, on avait eu une enfance animée et elle m'avait embarqué dans bon nombre de ses – hum bêtises hum – aventures. Enfin ça ne s'était jamais vraiment arrêté.

Un feulement violent me tire de mes pensées et je tourne aussitôt la tête vers Étoile Sombre. Je ne peux cacher ma surprise de le voir parler ainsi et me sens un peu honteux que cela soit la faute de ma sœur. Je tente de lui adresser un regard apaisant, je m'inquiète pour lui. Tout va bien Étoile Sombre, nous sommes tous là et nous découvrirons ce qui est arrivé à Lierre Automnal. Cependant je ne dis rien, n'adresse même pas un regard à Nuit d’Été jusqu'à ce que notre meneur finisse de donner les ordres. Je hoche la tête et bientôt nous repartons à la suite du leader, nous enfonçant dans les terre du Tonnerre. Je coule un regard un peu inquiet et perplexe à Nuit d’Été qui avance à mes côtés. Je ferme les yeux quelques secondes et soupire silencieusement alors qu'elle se presse contre mon pelage, heureusement qu'elle est là pour moi... J'espère vraiment qu'il n'est rien arrivé à Lierre Automnal, elle avait toujours été là pour le Clan du Tonnerre, cela serait une tragédie. Toute cette histoire est si étrange, sa disparition était-elle liée aux Étoiles Noires ? Impossible de le savoir pour le moment. Alors que la patrouille progresse, je regarde à droite et à gauche dans l'espoir de trouver un indice ou de déceler une odeur. En tendant l'oreille, je n'entends aucun bruit ni de combat, ni d'agonie heureusement. Il n'y a pas eu de trace de blaireau ou de renard depuis un moment, ni de chien donc si Lierre Automnal s'est faite attaquée, ce n'est pas dans ce coin là. Espérons qu'elle ne se soit pas beaucoup éloigné, cela ne leur faciliterait pas la tâche. Je garde espoir et crois en les paroles d’Étoile Sombre, elle est sûrement encore vivante et en bonne santé j'espère. Mais où est-elle passée ?

Après quelques temps passés à l'abri des arbres dans la forêt, nous arrivons près de la frontière du Clan de la Rivière aux Rochers du Soleil. Tout le monde se mobilise pour renifler les environs mais je me retourne intrigué lorsque je sens Nuit d’Été s'éloigner.

« Où vas-tu ? »

Ma question reste sans réponse alors que je vois sa queue disparaître derrière un des rochers, elle a peut-être senti quelque chose. Pour ma part, je ne détecte rien du tout. Je baisse les oreilles et soupire, je ne sais pas vraiment si c'est une bonne ou une mauvaise chose... Je rejoins Étoile Sombre un peu plus loin et avance près de lui sans bruit. Nuit d’Été ré-apparaît et nous passe devant avant de s'arrêter quelques longueurs de queue plus loin. Je ralentis un peu pour vérifier une nouvelle fois certain endroit et tend l'oreille lorsque j’entends ma sœur parler depuis le rocher où elle s'est arrêtée. Je la rejoins elle et notre meneur qui j'espère ne prendra pas mal ses paroles.

« Il faut garder espoir, la patrouille vient de débuter. Il nous reste du chemin à parcourir. Étoile Sombre... »

Je me tourne vers lui les yeux remplis d'inquiétude mais aussi d'espoir et de compassion. J'espère pouvoir lui apporter un peu de chaleur, le rassurer dans ses moments difficiles. S'ils le sont pour moi alors je ne préfère pas imaginer pour lui.

« Est-ce que Lierre Automnal t'a parlé avant de disparaître, est-ce qu'elle t'a dit quoi que ce soit ? »

_________________

Autres signas et cadeaux (merci à vous :3) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle d'Âmes
Modo Pom Pom Girl
Modo Pom Pom Girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 19
Date d'inscription : 03/10/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Lun 28 Mar - 17:45


This light in the darkest times. (0 - before.)
- I lost a friend somewhere along in the bitterness.


L'ambiance au clan du Tonnerre depuis la dernière assemblée n'est pas gaie. La disparition soudaine de Lierre Automnal, la lieutenante, n'a pas aidé à rendre l'atmosphère meilleure. Rivière Mélodieuse a tenté de mettre ses propres sentiments de côté pendant quelques jours; personne n'a besoin d'une emmerdeuse ces temps-ci. La féline s'est assouvie aux tâches quotidiennes, essayant de ramener le plus de gibier possible, de participer au plus grand nombre de patrouilles. La guerrière n'avait jamais eu de grandes affinités avec la lieutenante et, si son départ l'inquiétait, elle ne ressentait pas le désespoir de certains félins. Alors, dans sa grande bonté, elle s'était tuée pour que les chats ne manquent de rien. Et puis, il faut l'avouer, Etoile Sombre est un bon chef, il ne mérite pas les malheurs qui lui sont tombés dessus. Après deux jours sans nouvelle de Lierre Automnal, pourtant, même Rivière Mélodieuse commence à se sentir mal à l'aise. Les disparitions subites ne prédissent jamais rien de bon, et cela rappelle beaucoup trop à la guerrière la disparition de son père. Est-il donc impossible de vivre sans disparition ? En écoutant les conversations, River a l'impression que les chats du clan pensent que la lieutenante est partie de son plein gré. Mais, pourquoi ? Sans prévenir ? Etoile Sombre, au moins, devrait être au courant. Ce n'est pas juste.

La féline se réveille à l'aube du troisième jour avec un poids encore plus lourd sur le cœur. Toute cette mauvaise ambiance n'est pas bonne. Les félins ont besoin d'avancer, surtout depuis les dernières querelles avec le clan de la Rivière. River n'a pas assisté à l'assemblée des clans aux Quatre Chênes, mais elle en sait suffisamment pour savoir que tout ça doit s'arrêter. Alors, avant que tous les chats ne soient réveillés, la guerrière s'éclipse du camp afin de prendre un peu de recul sur tout ça. Elle ne doit pas se laisser submerger par des émotions; elle sait, au fond d'elle, que son clan s'en remettra, et qu'elle pourra reprendre sa distance habituelle envers les membres du clan. Tout est bien plus facile quand tout le monde se sent bien. River passe une partie de sa matinée à chasser, mais même les proies semblent fuir le territoire du clan du Tonnerre. L'ambiance lourde commence à trop peser. Agacée, la féline ramasse ses trois précieuses proies et retrace le chemin jusqu'au campement. Perdue dans ses pensées, elle ne remarque pas la patrouille devant elle, avant de rentrer directement dans l'un des chats.

«
Ouille. »

En disant cela, elle laisse tomber sa capture sur le sol et secoue la tête. Puis, retrouvant ses esprits, elle lève les yeux et se retrouve nez-à-nez avec son chef. River recule, tel un chaton pris en faute, puis s'incline et se redresse sur ses pattes. Elle fait un bref signe de tête à Ouragan Astral et Nuit d’Été qui se tiennent de part et d'autre du félin gris.

«
Je suis désolée, Etoile Sombre. Je n'ai pas fait attention à mes pattes. »

La féline rit intérieurement. C'est fou comme elle peut être différente lorsqu'elle parle à son chef. Les circonstances actuelles ne jouent pas en sa faveur, certes, mais elle a toujours été intimidée par la figure de pouvoir. Pourtant, elle n'avait jamais eu cette réaction envers Lierre Automnal. En repensant à la lieutenante, le cœur de River se serre. Si elle n'est pas retrouvée, ça aura encore été une occasion de perdue de lier une amitié, ou un quelconque lien, avec un chat. En regardant un peu plus loin, Rivière Mélodieuse remarque deux autres guerriers du clan et un apprenti; Plume Bleue, Murmure Éternel et Nuage Matinal. Ce n'est que là que la guerrière comprend l'importance de cette patrouille. Elle relève la tête et, toujours d'un respect qui ne lui ressemble pas, murmure à l'intention du chef:

«
Vous cherchez Lierre Automnal, n'est-ce pas ? Je peux enterrer mes proies ici et vous aider, si tu le souhaites. Je n'ai rien de plus à faire. »

A nouveau, River s'empresse de s'incliner, se maudissant d'agir avec une telle maladresse. La vérité, c'est qu'elle ne sait pas comment faire face à son chef si dépité. Il ne le montre pas forcément, mais la perte d'un lieutenant est toujours quelque chose de difficile. Et la guerrière n'est pas douée pour gérer les émotions qui proviennent des autres. Alors elle soutient le regard intense du chef avec une gêne cachée, et attend avec patience une quelconque réponse. Bien sûr, elle est déjà prête à se mettre au travail pour aider la patrouille; le temps n'est que très peu aux paroles, si Lierre Automnal peut être sauvée, River ne veut en aucun cas retarder la patrouille.

_________________




Merci à Asyx, Desty, Ambrou, Mysti, Loup & Melow pour tout ce qui constitue ma signature mes en-têtes de Rps et pour tout ce qui ne rentre pas ici. ♡


Dernière édition par Kyrielle d'Âmes le Ven 19 Mai - 21:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Jeu 31 Mar - 1:19

This light in the darkest times
L’abandon, une sensation qu’il n’a pas vraiment connu. L’enfant gâté, entouré, choyé, cédant rapidement à un adolescent apprécié puis à un guerrier glorifié et enfin chef adulé. À quel refus s’est-il véritablement confronté dans sa vie qui, bien que mouvementée, fut toujours couverte d’un amour sincère et profond de la part de sa famille, puis de Masque de Rosée? Malgré sa séparation difficile avec sa progéniture, née la veille même, l’abandon, il ne parvient pas même à le définir, son concept ne l’effrayant pas véritablement au point où il hante la chatte qui le rejoint cette fois sans intentions. Étoile Sombre n’a qu’une véritable peur, celle de la solitude. Celle qui lui pèse depuis maintenant plus de lunes qu’il ne parvient à s’en souvenir, cette solitude avide qui le dévore tout entier dès que ses pensées divergent de ses préoccupations responsables pour errer vers les responsables de tout ce qui est traitre en lui. Rien ne pourra jamais combler l’absence de l’élue de son cœur à ses côtés, pas même les attentions intéressées d’une cousine qu’il apprécie véritablement. Mais l’amour de son Clan, de ses membres, parviennent au moins à l’apaiser un peu. L’amitié de Lierre Automnal lui est précieuse. Il se souvient encore de la peine de la lieutenante à la disparition de sa sœur jumelle, Prêle des Champs. Voilà que l’une et l’autre subissent le même sort, disparaissant dans une brume malsaine qui sème le doute chez un matou pourtant autrefois droit et fier.

Probablement est-il encore fatigué, encore fatigué d’une nuit passée à pleurer, son cœur lourd comme une enclume d’avoir laissé repartir la reine au pelage aussi sombre que le sien et leurs enfants. Tout en sachant qu’il n’aurait jamais pu laisser derrière lui toute une tribu de chats cherchant sa guidance, Étoile Sombre regrette encore, amèrement, sa décision d’être resté. Lierre Automnal allégeait sa charge, rendait tout un peu plus facile pour lui qui devait garder tant pour lui. Son secret, ses ambitions, ses rêves… mais surtout ses peurs les plus profondes. Le matou se penche vers Nuit d’Été pour l’étreindre, ne sachant qui de lui ou d’elle il cherche à apaiser. Peut-être un peu des deux. Sa cousine tire chez lui une fibre émotive, quelque part il partage entièrement sa peine. Peut-être parce que lui-même souffre assez pour deux, que sa douleur déborde au point où il parvient à peine à la dissimuler aux yeux de ses semblables. Puis son frère Ouragan Astral les rejoint, lui qui incarne la voix de la raison et non les sentiments comme sa jumelle. Malgré une certaine rigidité présente chez le vétéran, chaque mot de ce dernier respire la compassion.

«Rien. Pas un seul mot. Je sais que le discours des Étoiles Noires nous ont tous ébranlés, mais je n’aurais jamais cru que Lierre Automnal se laisserait prendre à leur jeu de fumée et t’intimidation.»

Oh, lui-même se trouve tout autant terrifié par la sinistre présence ayant habité les Quatre Chênes environ une semaine plus tôt. Néanmoins il a décidé de se battre là où d’autres auront cédé à cette impression première, courbé l’échine. Il s’apprête à faire part de ses théories concernant la disparition de son amie et lieutenante à ses deux cousins, sentant la confiance l’emplir alors qu’ils se tiennent ainsi à ses côtés. Il se tait néanmoins en se sentant bousculer par une présence qui ne s’avère qu’à être une de ses propres guerrières, Rivière Mélodieuse. Étoile Sombre l’excuse d’un geste de queue bénin, trop pris dans ses pensées probablement pour s’amuser de sa maladresse. De toute façon, le murmure qu’elle lui adresse a tôt fait de lui tirer un sourire sincère et touché. Il a besoin qu’on lui prouve qu’on peut encore croire en lui, en ce Clan. Voilà ce que vient exactement de lui prouver la jeune chatte.

«Ton aide serait très appréciée, merci Rivière Mélodieuse. Merci pour ton acharnement ces derniers jours aussi, ne penses pas que je ne l’ai pas remarqué.»

Il sourit à nouveau. Jusqu’à ce qu’un frisson ne l’envahisse et qu’une voix de lève derrière lui, une voix ambitieuse, bien cantonnée, une voix charismatique mais froide comme une brise d’hiver.

«Votre petite patrouille de recherche est bien touchante, mais malheureusement, tout à fait inutile. Mes pauvres, vous ne retrouverez jamais Lierre Automnal.»

Tout autour d’eux, des ombres se dessinent. Parmi elles, une silhouette argentée se dessine, surmontée d’un regard jaunâtre intense où danse encore l’étincelle d’une vie passée et sordide, celle des chats ayant voué leur existence à la prospérité du mal.

Hors Jeu:
 

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouragan Astral
Modo Draconique
Modo Draconique
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1190
Age : 17
Date d'inscription : 21/03/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Dim 8 Mai - 0:23

Les Étoiles Noires, ces spectres mystérieux, effrayants qui semblent avoir perdu leur âme passée, puisse-t-il en avoir eu une un jour... Je ne peux pas nier que j'en ai peur aussi, le cacher ou faire mine que rien de tout cela m'atteint. Jusqu'à aujourd'hui, ils semblent pour moi la plus grande menace que j'ai connu. Sûrement parce qu'on ne sait pas comment les combattre, qu'on ne sait pas réellement qui ils sont, ce qu'ils veulent. Ils sont l'ombre du Clan des Étoiles, les ténèbres assombrissants les cauchemars, incarnant le froid de la mort et de la Forêt Noire... J'admire le courage d’Étoile Sombre et sa force face à cette menace. D'après ce qu'on m'a raconté, il est le seul à avoir réagi lors de l'Assemblée, à avoir résisté. C'était sûrement la meilleure chose à faire car tout ce que l'on sait, c'est que ces fantômes essayent de nous faire peur et qui s'ils réussissent, nous serons perdus. Je ne sais pas à quoi m'attendre, comment je pourrai défendre ma sœur, ma famille, mon clan mais je tenterai, coûte que coûte de ne pas me laisser intimider par ces fausses étoiles. Ni eux, ni personne ne les blesseront, n'effleureront ne serait-ce qu'un seul de leurs poils. Alors que les spectres menacent de recouvrir la forêt de leur manteau sombre, le Tonnerre l'éclaire et frappera, autant qu'il le faudra.

Je regarde Étoile Sombre étreindre ma sœur, une lueur compatissante dansant dans la prunelle de mes yeux. Je suis rassuré qu'elle puisse lui apporter un peu de douceur et de chaleur, les moments sont très durs pour lui et le poids des responsabilité de son rang ne doit pas arranger les choses. La disparition de Lierre Automnal est vraiment dramatique en cette période, le meneur a besoin d'elle plus que jamais... Il tourne justement son regard vers moi et répond à ma question qui me fait baisser la tête et soupirer. Sans indice et aucune action, parole qui aurait pu expliquer son départ, il sera d'autant plus difficile de la retrouver et on pourrait imaginer les pires scénarios... Je n'arrive pas non plus à comprendre comment Lierre Automnal aurait pu avoir fui les Étoiles Noires, s'être laissée manipuler. Avait-elle été menacée ou même attaquée ? Si seulement on pouvait la retrouver pour lui poser toutes ces questions... Avant même que je puisse répondre à mon tour, voilà qu'une guerrière de notre clan rentre par mégarde dans Étoile Sombre. Rivière Mélodieuse. Je la reconnais immédiatement par sa fourrure si particulière et... Par sa grâce. Je ne le cache pas et tout le monde au clan doit penser pareil, Rivière Mélodieuse est une très jolie femelle. Avec un certain caractère qui plus est. Enfin bref.

Je réponds à son salut par un hochement de tête. Elle propose justement de se joindre à nous afin d'aider pour les recherches ce qui ne serait pas de refus. Plus on sera, plus vite cette affaire sera élucidée et je m'inquiète de plus en plus. Et pour ne rien arranger, voilà qu'un événement étrange et inattendu survient. Un grand froid s'abat sur la forêt et bientôt celle-ci est totalement plongée dans des brumes sombres, menaçantes, étouffantes. Une voix surgit de nulle part me faisant frissonner des oreilles jusqu'à la queue et les paroles qui l'animent me glace entièrement. La Forêt Noire, elle est ici, parmi nous. Les spectres surgissent de tous les côtes, viennent nous encercler et ma tête me tourne, je suis obligé de la baisser et de fermer les yeux un moment. Un sifflement désagréable fait vibrer mon oreille et lorsque je me retourne pour voir si tout le monde va bien, je reste pétrifié devant ce que je vois. Nuit d’Été.

« Par le Clan des Étoiles, Nuit d’Été, est-ce que ça va ?! Répond moi ! »

Elle... Elle est là, debout mais complètement immaculée de sang. L'odeur métallique et poisseuse du liquide me fait froncer le nez alors que je me précipite vers elle pour l'aider. Ses yeux sont vides et sa bouche entrouverte, je hoquette sous le choc et ne comprends pas. Oh non, faites qu'elle aille bien, comment est-ce possible, qui a fait ça ?! Je me retourne, fou de rage face aux fantômes, ces assassins, ces cœur de roc. Ma gueule s'ouvre pour laisser apercevoir une rangée de crocs luisants, je sors les griffes et me place devant ma sœur, prêt à déchirer n'importe quel chat qui s'approcherait.

« Où es-tu, qu'as-tu fais à ma sœur ?! Qui est le responsable ?! »

Jamais je n'avais éprouvé tant de colère, d’inquiétude, d'adrénaline. Je suis totalement aveuglé par la haine et la peur et ne contrôle plus mes mouvements. Le sang bat à mes tempes et m'étourdit, la rage guerrière qui m'anime se déferlera sur la première Étoile Noire qui oserait s'approcher.

Hors-RP:
 

_________________

Autres signas et cadeaux (merci à vous :3) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valse des Étoiles
Admin Graou
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1783
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Lun 16 Mai - 23:01

Etoile Sombre s'arrête près de moi et à ma grande surprise, il se rapproche de moi et m'enveloppe d'une étreinte émouvante. Je sens tout autour de nous les fluctuations de ses peines ardentes, et j'en suis si touchée que je me presse tendrement contre lui. Ma queue s'enroule autour de ses épaules pour, l'espace de quelques instants à peine, apaisé la brûlure de son coeur. Je sais au fond que c'est autant lui que moi qu'il cherche à rassurer. Sentir son corps chaud contre le mien, sa musculature puissante me réconforte. Etoile Sombre est toujours là quelque part. Il n'a pas encore rejoint Lierre Automnal. Je me promets de faire de mon mieux pour l'aider sur son chemin de croix et lui ouvrir la route, un flambeau à la main. Il s'écarte, et presque instantanément, je sens les épaules d'Ouragan Astral frôler les miennes. Aussitôt la pression qui comprimait mes poumons disparaît et je respire plus librement. Quand il est près de moi, je sais que tout ira bien et que nous n'avons rien à craindre. A nous deux, nous sommes forts. Je le sais, je le sens. La patrouille nous rejoint alors que le chat noir répond à une question de mon frère que je n'avais pas entendu. « Rien. Pas un seul mot. Je sais que le discours des Étoiles Noires nous ont tous ébranlés, mais je n’aurais jamais cru que Lierre Automnal se laisserait prendre à leur jeu de fumée et d’intimidation. » De toute évidence, ils évoquent encore et toujours le départ de la lieutenante. Je n'étais pas présente à cette foutue assemblée mais j'ai vu l'horreur peinte sur chacun des visages. Les rumeurs vont bon train sur ce rassemblement et j'ai bien du mal à distinguer le vrai du faux. Tout ce dont je suis sûre c'est que ces fichues Etoiles Noires ne me font pas peur et que je les affronterai s'il le faut. Le chat noir nous dévisage, semblant un peu revigoré. Je m'en félicite. Notre compagnie à l'air de lui faire du bien. Soudain, de nulle part, Rivière Mélodieuse déboule et bouscule notre chef. Je m'écarte d'un bond et la dévisage étonnée l'espace d'une fraction de seconde puis reprend un visage neutre, voir un peu agacé quand je vois l'attention avec la détaille Ouragan Astral. Je lui donne un coup d'épaule bougon. Qu'est-ce qu'il lui trouve à cette chouette mal léchée ? Elle ne sait même pas regarder plus loin que le bout de sa truffe. Elle s'excuse piteusement avant de se proposer à nous aider. C'est louable, mais au fond je sais que cela ne servira à rien. Cette patrouille, cette recherche, tout cela est vain. Tout ceci n'est qu'une mascarade, un jeu orchestré par notre meneur pour se donner bonne conscience, pour qu'il trouve la force en lui d'accepter la vérité. Lierre Automnal est partie.

Soudain le vent se lève. Il est froid, si froid qu'il me glace toute entière. Les ombres brutalement s’abattent sur nous, nous enveloppant d'une brume opaque. Une voix, une voix sombre et inconnue, étonnamment clair et audible résonne tout autour de nous. « Votre petite patrouille de recherche est bien touchante, mais malheureusement, tout à fait inutile. Mes pauvres, vous ne retrouverez jamais Lierre Automnal. » Autour de moi tout deviens noir. Paniquée, je tourne la tête mais mes yeux aveugles ne voit rien, rien que la peur sourde qui me mord brutalement les tripes. Finalement je vois une apprentie. Elle est belle, fine, gracile. Allongée dans la pouponnière, elle regarde avec tendresse deux petites choses collés à elle. Des chatons. Et soudain elle se lève, et sans un regard en arrière, part. J'entends leurs cris, leurs cris provoqué par le froid qui les agresse. Et je sais au fond, qu'elle est partie pour toujours. La peine me déchire le coeur d'abord. Puis, juste avant que la haine monte, je lui claque la porte au nez. Qui que soit cette femelle gâleuse, elle ne m'aura pas avec ses visions à la noix. Le noir revient soudain et je perçois alors un cri, un écho lointain. Je reconnais se timbre et constate avec surprise la terreur profonde qui le fait trembler. « Par le Clan des Étoiles, Nuit d’Été, est-ce que ça va ?! Répond moi ! » Je ferme les yeux, me concentre. J'ai beau les rouvrir, je ne parviens pas à revenir pleinement à moi. Elle exerce encore son emprise sur mon cerveau et m'empêche de regagner la forêt, regagner mon frère. Je l'entends crier encore. Et la colère grandit, la rage monte. Et tout explose. Je crie : « Je suis là, Ouragan Astral, je vais bien. Je n'ai rien je te le promets. Ne te laisse pas avoir par ce monstre, elle te manipule. Je suis là, à côté de toi. Et je te protège. Toujours. »

Je dévoile mes prunelles d'océan. Me revoilà chez moi. Elle se tient devant moi, le regard emplit d'une haine sans norme. Je bondis près d'elle, la fixant droit dans les yeux. Son regard ambré me lance des centaines d'éclairs mais je ne cille pas. Elle est morte et elle ne pourra me faire aucun mal. « Peut être bien que tu as raison. Peut être bien que nous avons perdu Lierre Automnal. Mais quand bien même c'est une perte énorme pour nous, nous nous relèverons. Quand bien même nous avons un genou au sol, nous nous redresserons. Nous nommerons un nouveau lieutenant et nous avancerons. Nous irons de l'avant, toujours. Et nous ne vous laisserons jamais nous abattre. Je lui lance un regard mauvais alors que je crache ces derniers mots : Rentre toi bien dans le crâne que jamais vous ne ferez plier le Clan du Tonnerre. » Je lui lance un regard hautain. Brutalement, elle bondit sur moi, me renversant au sol. Nous roulons tous deux dans la poussière et, pour me donner de la force, pousse un feulement monumental. Connaissant mon manque évident de force, je me contente de la déséquilibrer, d'un coup de patte aussi puissant que je le peux dans le ventre pour échapper à ses griffes. Alors que je me dérobe, je sens ses griffes s'enfoncer dans ma chaire. Le sang chaud gicle, éclaboussant ma joue. Poussant un hurlement de rage et de douleur, je pivote gracieusement sur mes pattes arrières et réalise un bond féroce la renversant avec violence, mes propres griffes lui lacérant le dos avec hargne. Elle réussit à s'échapper à mon emprise et s'éloigne d'un bond, maintenant une distance entre elle moi. Toujours tapie en position de combat, je la dévisage, pleine de rage. Je les défendrai tous, le temps qu'ils reviennent à eux. Mon frère, mon cousin, mes amis. Ce n'est pas ces chats morts et enterrés qui vont me faire peur. Et soudain c'est à nouveau le noir. Et le jour. Je regarde autour de moi, ébahie. Ma blessure a disparue. Tous autour de moi sont indemnes. De toute évidence ce que j'avais pris pour la réalité n'était d'une vision de plus. Je me demande s'ils m'ont vu me débattre, s'ils m'ont entendu crier. j'ai parlé si fort que oui, sans doute. Je retourne mon regard vers la femelle Noire. Quand je la vois, brûlante d'une fureur que je ne comprends pas, les crocs découverts et sa fourrure grise gonflée, j'ai l'impression, au fond de moi, que tout ceci n'est finalement qu'une fable grotesque.

| J'ai pas pu m'empêcher de caser une référence à mon manga préféré, pardonnez moi. :huhu: |

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/
Kyrielle d'Âmes
Modo Pom Pom Girl
Modo Pom Pom Girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 19
Date d'inscription : 03/10/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Mer 29 Juin - 12:45


This light in the darkest times.
- I don't care what's in my hair, I just wanna know what's on your mind.


Etoile Sombre se contente de sourire et accepte la proposition de Rivière Mélodieuse qui s'incline une nouvelle fois. A l'entente des remerciements du chef, la guerrière se sent rougir et s'empresse de détourner le regard du petit groupe de félins, avant de rejoindre leurs rangs sans prononcer un mot. Dans ces circonstances, les mots sont inutiles, et River n'a pas envie de les gâcher. Le petit groupe se met à avancer lentement, dans un silence pesant. A force de marcher, la guerrière du Tonnerre sent l'air se rafraîchir et elle ne peut s'empêcher de frissonner: pourtant, il faisait plutôt bon jusque là. Alors les félins s'arrêtent, surpris par une voix qui ne semble pas venir de ce monde. Aussitôt, River sent ses muscles se contracter, son cœur se met à battre à une vitesse affolante face à la silhouette étrange qui se dessine devant elle. Bien sûr, les Etoiles Noires ! C'était obligé que ces esprits malveillants avaient un rapport avec tout cela et maintenant, ils essaient de stopper tant bien que mal la patrouille de guerriers. Les spectres qui s'acharnent sur les félins ont le don d'énerver River qui essaie de s'écarter de tout ça. Elle ne voit pas grand-chose, n'entend rien à part des milliers de voix qui semblent répéter les mêmes comptines affreuses. Prisonnière dans un brouillard qui ne veut pas la laisser, River parvient néanmoins à entendre tour à tour les voix de Ouragan Astral et de Nuit d’Été. Qui sait ce que les Etoiles Noires ont prévu pour eux ? La guerrière du Tonnerre semble apercevoir du sang mais c'est trop bref pour qu'elle en soit certaine. Les silhouettes du guerrier et de sa sœur sont facilement discernables, mais Rivière Mélodieuse ne parvient pas à voir Etoile Sombre. Le chef du clan ne semble même pas dans les parages, mais alors où est-il ? Est-ce encore un tour des esprits qui attaquent les félins ? Lorsque la guerrière retrouve plus ou moins ses esprits, les spectres semblent avoir diminué et elle peut rejoindre Ouragan Astral et Nuit d’Été qui ont tout deux les babines retroussées et les griffes sorties, ils hurlent sans s'entendre, le guerrier effrayé et sa sœur apparaît complètement furieuse.

«
Ouragan Astral ? Nuit d’Été ? Calmez-vous, les Etoiles Noires jouent avec nous mais il n'y a rien à craindre, il n'y a pas à s'énerver encore plus. Gardez vos forces, je ne sais pas où est Etoile Sombre. S'il vous plaît. »

La dernière phrase de Rivière Mélodieuse est presque une supplication et elle se doit de se haïr pour ça. Les émotions ce n'est pas pour elle, encore moins lorsqu'elle est confrontée à une situation d'impuissance. Elle fait en sorte que sa voix soit douce pour sortir les deux autres félins de leur torpeur. Poussée par une adrénaline plutôt soudaine, elle va même jusqu'à caresser du bout de la queue les épaules d'Ouragan Astral. Elle sait que le félin fait partie de ces chats qui apprécient la douceur et tout ce qui vient avec. Mais la puissance des Etoiles Noires n'a rien à voir avec ça et River ne comprend pas grand-chose à la situation. Elle ne semble pas être soumise à des hallucinations, à part celles liées aux milliers de voix qui hurlent dans sa tête. La guerrière ne pensait pas un jour connaître un tel désordre dans son esprit qui est déjà bien bouleversé la plupart du temps. Elle a envie de crier pour que ça s'arrête, mais elle sait qu'elle ne doit pas céder pour aider ses camarades de clan - et elle veut absolument retrouver son chef, qui ne lui apparaît toujours pas dans son champs de vision.

«
Etoile Sombre, où es-tu ? Fichues Etoiles Noires, laissez-nous tranquilles ! »

_________________




Merci à Asyx, Desty, Ambrou, Mysti, Loup & Melow pour tout ce qui constitue ma signature mes en-têtes de Rps et pour tout ce qui ne rentre pas ici. ♡


Dernière édition par Kyrielle d'Âmes le Ven 19 Mai - 21:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Ven 1 Juil - 1:01

This light in the darkest times
Elle lui fait face. Ses prunelles ambrées tel le feu d’un brasier consumant tout sur son passage, dans les siennes, venin silencieux. Autour de leurs corps cambrés, plus rien que des silhouettes floutées et fantaisistes, que des ombres impalpables et cet écho lointain, indésirable. Plus qu’elle et lui, sans pied d’égalité, elle le domine de ses ténèbres d’où n’émerge plus qu’un sourire cruel. Dans un courage désespéré, Étoile Sombre se redresse, s’arme d’une conviction futile. À sa merci déjà, elle se nourrit de ses plus funestes songes, de ses bassesses inavouées et de ses faiblesses honteuses. Un rictus étire les lèvres de la défunte, triomphante, sa silhouette immatérielle plongeant contre sa victime transie mais non immobile. Encore, le guerrier au pelage sombre s’acharne, combat les effets pervers de l’influence du spectre. Il possède une cause, plus grande que lui-même. Depuis longtemps, ce combat a dépassé ses simples engagements pourtant sincères envers un Clan vulnérable. Non, l’atteinte s’est faite personnelle dès lors qu’on aura menacé la vie de ses enfants, de sa dulcinée. C’est cet amour impossible qui le rattache encore à sa réalité lorsque l’illusion le happe de ses bras maudits, le coupant au reste du monde, à celui des mortels, à ses compagnons qu’il entend vainement tapis dans leur terreur. Il s’apprête à les rejoindre, malgré sa force et ses convictions. Parfois l’ennemi est simplement plus fort, plus fort que nous même. Dans un souffle rauque, Étoile Sombre cède à la panique funeste.

Du sang. Il recouvre la lande d’un matin figé, où une fine brume s’est accrochée. À ses pattes, il devine les premières pousses frêles du printemps glacé. Tout autour de lui, le silence. Ses pas frôlent le givre aux taches rougeâtres clairsemées, en suit les traces farouches jusqu’à trouver une silhouette étendue dans la neige. Brisée. Ouragan Astral, son regard vide rivé vers l’infini. Trop tard. Au-dessus de sa carcasse, un rocher permettant une vue sur la vallée. Étoile Sombre s’y élève. En contre-bas, des entités s’écorchent vives. Il est trop loin. Trop loin pour percevoir les cris, l’agonie des mourants, les supplications des blessés, la violence de chaque coup. Néanmoins il voit. Il voit Étoile Destinée, près d’elle la silhouette calquée à ses mouvements de Belle de Nuit. Près d’eux, l’immensité de Torrent de Foudre, dans son ombre protégée, se battant avec la même fureur, Eclipse Solaire. Leur frère en retrait, pourtant acharné. Et elle. À leurs côtés, encadrée de trois silhouettes fières, robustes. Leurs enfants. Devant eux, Plume Argentée, Nuage Matinal, Nectar de Pomme, Fleur des Vents, Cri Funèbre, Nuit d’Été, Rivière Mélodieuse. Le combat fait rage. Lui comme triste témoin d’un carnage qu’il ne saurait arrêter, forcé à prendre parti entre deux mondes, deux parts de lui-même. Ce gouffre à ses pieds, qui l’appelle.

Tu n’as plus qu’à sauter. Saute. Tu n’as pas à décider, Étoile Sombre, entre les deux pôles de ton cœur. Saute.

Saute. La rivière gronde à ses pattes. Le soleil inonde son corps juché contre son rocher. Familier, rassurant. Un appel maternel, saisissant, plus encore que les mots inspirants de sa cousine ou la recherche de Rivière Mélodieuse. Quelque chose le retient, un faible murmure d’espoir là où dansent encore les silhouettes sous son crâne. Quelque chose qui en lui enfle, quelque chose de surnaturel, ancien. Un rugissement s’échappe de sa gorge alors qu’il se détourne du précipice.

Saute. Tu nous appartiens. Il ne te reste plus rien à vivre que de la peine, Étoile Sombre. Tu es condamné depuis longtemps. Saute.

Mais déjà il leur échappe. La forêt s’éclaircit, dans la brume il perçoit des silhouettes troublées. Sa famille. Étoile Sombre accourt à leurs côtés d’une démarche lente et mesurée. Devant eux, la silhouette formée d’ombres se fane de rigoles venant déformer son image. Et Nuit d’Été aura tout dit. Jamais ils ne plieront. Étoile Sombre sait désormais, sait qu’ils auront réclamé Lierre Automnal, qu’ils l’auront perdu de leur folie sans issue. Sa voix, lorsqu’elle s’élève de nouveau, est mesurée, grave, tendue légèrement de ressentiment.

«Assez. Partez maintenant. Vous n’êtes pas la bienvenue ici.»

Il fait volte-face. Il connaît les cauchemars. Il sait qu’il n’existe qu’une solution à la terreur qu’ils inspirent. De se souvenir de la réalité, de ce qui compte réellement. Le reste importe peu.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flocon de Neige
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1974
Age : 19
Date d'inscription : 13/02/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Mer 3 Aoû - 15:40

NUAGE MATINAL
This Light in the darkest times

L'aube pointe doucement le bout de son nez lorsque je daigne enfin ouvrir les yeux. Lorsque je m'étire doucement, dans ma litière de mousse, une douleur fulgurante m'assaille les côtes et je maudis inlassablement Cœur Gelé dans ma tête, l'entraînement de ce soir était particulièrement coriace et intense, et les séquelles sont bien là. J'observe mon corps couvert de blessures et d'entailles profondes, arg, comment je vais cacher ça cette fois ci ? Personne ne me croira si je dis que c'est encore des épines de ronces, je dois être inventif. Avec un peu de chance, personne ne fera attention. Je me relève, non sans mal, et sors discrètement de la tanières des apprentis où dorment encore tous ces imbéciles incompétents. Ils sont si petits, si niais, si bêtes, toujours à sautiller comme des chatons surexcités, aucun d'entre eux de méritent de devenir guerrier, ils n'ont même pas la taille requise. Alors que moi... Je peste intérieurement, je suis déjà plus grand que certains guerrier, et j'ai dépassé depuis longtemps l'âge de devenir guerrier, c'est injuste, pourquoi mon père refuse-t-il de me gradé au rang supérieur ? Alors que j'avance péniblement à travers le camp, j'observe les quelques chats se tenant ici et là, sur leur visage on peut y lire de la peur, une profonde tristesse et autre chose, de la méfiance peut-être ? Ils sont tous comme des fantômes errants depuis l'Assemblée, craignant à chaque instant qu'une ombre surgisse de derrière chaque petit buisson rabougris, c'est ridicule. Si seulement, seulement ils se laissés guider comme moi par ces chats, ils comprendraient. Nous serions le Clan le plus puissant de la forêt, et moi.. Je pourrais peut-être enfin avoir le pouvoir que je désire tant. De plus, depuis que notre très chère lieutenante à disparu, plus un seul sourire ne s'est esquissés chez aucun membres du Clan, chacun se lamente misérablement sur son sort. Moi, je suis plutôt content, ça fait une adversaire en moins, entre moi et le trône. Enfin, je sais bien qu'il me faudra attendre encore longtemps avant de pouvoir devenir lieutenant et que d'ici là mon père aura désigné quelqu'un d'autre, mais je ne perd pas espoir, qui que ce sera, il n'ai pas difficile de faire disparaître quelqu'un. Le plus dur sera mon père, non pas parce que c'est mon père.. Mais parce qu'il possède plusieurs vies. Bon, peut-être aussi un peu parce que c'est mon père, j'ai beau être pitoyable, la famille ça reste sacré, malgré ce que me radote Miss Coeur Gelée.
Une ombre s'étend soudain sur le camp, et alors que mes yeux cherchent qui est à l'origine de ça, j'aperçois mon père, se tenant fièrement sur le promontoire, l'air déterminé plus que jamais, le regard droit, mais voilé d'une profonde tristesse. Ah, que ce passe-t-il ? Va t-il enfin désigner son nouveau lieutenant, il serait temps. Ça fait quand même deux jours qu'à disparu l'autre, et il ne faut pas laisser les choses trop traîner. Commence alors son long discourt sur la disparition de Lierre Automnale, sur la peur qui alimente l'ennemi et blablabla. Il convie une patrouille à sa recherche et j'en suis. Ah.. C'est une blague ? Au lieu de perdre notre temps à rechercher quelqu'un qui refuse qu'on la trouve où qui est peut-être déjà morte, on devrait élire son remplaçant et s'entraîner dur pour la bataille qui s'annonce. Enfin bon, je l'ai toujours dit ; c'est un Clan de lâches. Que voulez-vous qu'on fasse avec eux ? Ils sont faibles, effrayés et n'ont aucune ambition.
Bon, enfin maintenant que j'en fais parti, je dois me dépêcher de les rejoindre avant que mon absence se fasse ressentir. Alors, que la troupe s'assemble déjà à l'entrée du camp, mon père prend la tête, et moi je me place bien à l'arrière, un peu en retrait. Chacun tente de donner des propositions, cherchant une solution afin de la retrouver le plus vite possible, mais mon père tranche : Pas question de se séparer, on est unis. Il paraît tellement désespéré et les nerfs à vif que je pense ne pas chercher à le provoquer aujourd'hui. La remarque de Nuit d’Été l'a déjà bien sorti de ses gongs comme ça, on ne va pas en rajouter une couche, hein.
Chacun prend alors la route, direction les Rochers du Soleil, je baille à m'en décrocher la mâchoire, l'ennui se fait sentir chez moi. Mes pas s'abat lourdement sur le sol, j'avance avec nonchalance, sans vraiment faire attention à se qui se passe autour de moi. L'air est pesant. Ça va être chouette dis donc.. Alors que je regarde tours à tours les guerriers avec qui je suis, je ne peux m'empêcher de détailler chacun d'entre eux, Murmure Éternel, celui là n'ai pas très bavard et n'aime pas vraiment la compagnie, un en moins qui ne me causera aucun soucis. Ensuite vient Plume Bleue, elle aussi n'a pas l'air très pimpante, toujours remfermée sur elle même. Une femelle quoi, rien d'intéressant. Arrive ensuite Ouragan Astral, celui là, je m'en méfie comme de la peste, toujours collé aux puces de mon père, il l'approche d'un peu trop prêt à mon goût. Et enfin, Nuit d’Été, celle là, sans commentaire, bien que je dois avouer qu'elle n'est vraiment pas mal du tout physiquement, elle a un sale caractère et aime un peu trop la provocation. Je l'observe, dans sa démarche gracieuse, qui elle même lance des petits coup d’œil à mon père de temps en temps. Si elle croit pouvoir le séduire, c'est raté, le cœur d'Etoile Sombre est déjà prit, et pas par n'importe qui en plus ! Je ne peux m'empêcher d'esquisser un sourire sarcastique en me remémorant les regards tendres qu'ils se sont lancés à l'Assemblée, lui et cette chatte de la Lune. En vérité, je n'ai aucune preuves concrètes, mais il faut être aveugle et sourd pour ne pas comprendre leur mascarade. Enfin, je dois avouer aussi que je l'espionne pas mal et guette chacune de ses réactions. Attendant la moindre erreur de sa part.
 
Alors que Nuit d’Été s'éloigne, suivi de mon père et d'Ouragan Astral. Je les laisse prendre de l'avance et reste éloigné du groupe, parfois je suis tenté d'entamer une discussion avec l'un d'entre eux, mais je sais que personne n'ai vraiment d'humeur à papoter, de plus personne ne m'apprécie vraiment, et ce n'ai pas trop mon genre de parler pluie et beau temps. Je suis plutôt du genre à chercher la provocation ou parler tactique de combat.  Surgit soudain, une silhouette étrangement familière qui se dirige vers nous, Rivière Mélodieuse. Elle propose de se joindre à nous et je ne peux m'empêcher de soupirer, sincèrement, c'est ridicule, on devrait tous rentrer, ça ne sert à rien. Je décide de rester encore plus à l'écart, sentant une sensation étrange m'envahir et une odeur étrangement familière me titiller les narines ; Cœur Gelée ? Elle est là quelque part, je commence à suivre sa trace, mais ne la trouve nul part. Je retourne sur mes pas et au même moment des ombres néfastes dansent sous nos yeux. Je souris, cruellement satisfait de cette apparition sordide. Voilà de quoi mettre un peu d'ambiance. Je reconnais les courbes de la guerrière de la nuit, et lui adresse un hochement de tête, je m'éloigne un peu du groupe pour me rapprocher d'elle. Au fur et à mesure que mes pas se dirigent vers elle, je sens qu'on m’oppresse. Sensation désagréable et envoûtante à la fois, les paroles de Cœur Gelé résonnent dans ma tête, et je me sens lourd, tellement lourd,  peu à peu, je n'ai plus le sentiment d'être maître de mes gestes, comme ci, on tentait de me manipuler aisément. Je tente de crier, mais aucun sons ne sort de ma bouche. J'ai l'impression que mes muscles sont de marbres et que chaque pas me demande un effort hors du commun, je peine à avancer et soudain, j'explose, au sens littéral du terme, à l'intérieur de moi des sentiments, émotions funèbres qui m'envahissent et se mélangent, je renais, je dépéris, je ne sais plus.. C'est floue. Où mes pas m’amènent-ils ? Et sans m'en rendre compte me voici en face de mon père, du moins dos à lui, ce grand guerrier au pelage sombre comme la nuit. Je le vois. Je le sens. Une voix caresse mes tympans, vibre dans mes oreilles. Tue-le Nuage Matinal, tue-le et prend son pouvoir, nous t'aideront, nous t'épauleront, tu ne sauras pas seul, tu n'as qu'à le pousser dans la rivière, regarde, nous l'appelons, nous t'aidons, et si il persiste, tu n'auras cas lui trancher la gorge, c'est si facile... Les voix s'intensifient, elles sont plusieurs maintenant, elles se hissent en moi, comme le sifflement venimeux d'un serpent. C'est si facile.. Si facile.. Je peux le faire, et j'aurais tout le pouvoir que je veux.. Tout ce dont j'ai toujours rêvé.. Regarde Matin, ce n'est que ton.. Père. Mon père, c'est mon père. Pourtant je n'ai pas eu le temps de réagir à temps, me voilà, bondissant sauvagement sur son dos, le faisant basculer sur le côté, ce n'est pas moi qui ai fait ça, non c'est eux, ils arrivent à contrôler mes gestes. Et alors que nous roulons sur le sol, pathétiquement, je tente de me défaire de mes démons, lâchez moi ! Lâchez moi ! Je hurle à m'en décrocher la mémoire. Il faut que je fuis. Mes membres sont si douloureux, j'ai encore mal de la veille, mais je persiste, je DOIS persister. Je cours, je m'élance désespérément dans la forêt, chaque pas m'arrache un cris de douleur, aveuglement, je poursuis ma route, les visions me troublent la vue, et je ne vois pas où je mets les pattes, puis arrive ce qui devait arriver. Je dérape violemment sur le sol, une racine me tranche profondément l'épaule, mon crâne se fracasse contre un rocher et s'ouvre brusquement, le sang me brouille la vue et je tombe dans un ravin, l'odeur poisseuse du sang couvre mon odorat, je ne sens plus aucun de mes membres tellement je souffre, ma blessure aux côtes s'est ré-ouverte. Je me sens misérable mais au moins mes démons sont partis. J'ai tellement, tellement mal, il serait tentant de me laisser aller doucement... Doucement.. Les rejoindre. Mais rejoindre qui au juste ? Qui est-ce que je mérite de rejoindre si je me laisse mourir pitoyablement, la Forêt Noire ? Le Clan des Etoiles ? Je l'ignore, mais ce que je sais, c'est que je ne vais pas tarder à le savoir si personne ne me trouve à temps, je suis perdue, je perd mon sang, c'est terrible, j'ai tellement mal.. Oh, mais qu'ai-je fais ?
HRP ::
 

_________________

Merci aux concernés pour ces superbes signatures ** Fou d'amour [/center]
[/spoiler]
Merci Ruru ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouragan Astral
Modo Draconique
Modo Draconique
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1190
Age : 17
Date d'inscription : 21/03/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Jeu 11 Aoû - 19:02




Les ténèbres nous entourent, m'aveuglant encore plus que je ne le suis déjà par la colère. Mes griffes labourent la terre sous mes pattes et ma queue fouette l'air alors que mon regard, si sombre malgré la couleur clair de mes yeux, balaye les environs. Je tremble sous la haine et me demande même si je possède encore le contrôle de mon corps. Tout est sombre, ma vision, les formes que je parviens à distinguer... Je secoue la tête, cligne des yeux mais rien n'y fait, je suis comme aveuglé par ma propre rage. Ce... Ce n'est pas moi. Jamais je n'ai éprouvé tant de colère, est-ce la vision de ma sœur blessée qui me rend ainsi ou bien l'influence des Étoiles Noires ? Je ne peux pas réfléchir correctement sur le moment, bien trop concentré sur la vengeance et l'envie d'arracher la fourrure de ces satanés spectres. Si ma sœur est gravement blessée, si... Si elle ne parvient pas à s'en sortir je ne sais pas ce que je deviendrais. Quel genre de frère serais-je pour ne pas avoir réussi à la protéger ? Comment pourrais-je vivre avec sa mort sur la conscience et sans elle ? Pourtant je sens que quelque chose ne tourne pas rond, tout ça ne ressemble pas à la réalité mais... Mais à un cauchemar. Où sont les autres, pourquoi suis-je seul auprès de ma sœur au milieu de ces ténèbres ? C'est alors que soudain je ressens un contact, quelque chose effleure mon épaule et m’apaise, comme une mère ramenant son enfant près d'elle après qu'il ait roulé hors de la litière. Une voix me parvient, je ne parviens pas bien à la comprendre mais sa douceur m'atteint.

Ma vision s'éclaircit, les ombres s'échappent de ma vue tel les flots de la rivière et bientôt je vois à nouveau clair. Je halète et regarde de tous les côtés, la forêt me semble toujours sombre mais on peut au moins y voir plus clair. Je trouve ma sœur devant moi et souffle de soulagement en me jetant auprès d'elle qui, ô merci Clan des Étoiles, n'a rien. Aucune blessure, tout cela n'était qu'une vision. Tout cela n'était qu'un mauvais, très mauvais cauchemar. Je l’étreins et comme un murmure dans mon oreille, j'entends ses paroles qui ne m'atteignaient pas quelques minutes auparavant, un écho. Je suis là, à côté de toi. Et je te protège. Toujours.

« Loués soient nos ancêtres tu vas bien Nuit d’Été, j'ai eu si peur... J'ai cru t'avoir perdu. »

Je tourne la tête et croise le regard émeraude de Rivière Mélodieuse, dont la queue se retire doucement de mon épaule. Je reste ainsi un moment à la regarder, comprenant que la voix et le contact m'ayant sortie de ma prison obscure étaient les siens. Je ne sais pas quoi lui dire, je ne comprends même pas ce qui s'est passé et pourquoi c'est sa voix et non celle de ma sœur qui m'a aidé à revenir à la réalité. Mes yeux brillent de reconnaissance et je me contente de la regarder intensément quelques secondes puis incline doucement la tête devant elle.

« Merci Rivière Mélodieuse, vraiment. »

Tout est encore un peu flou dans ma tête mais c'est bien grâce à elle que je suis à nouveau bien conscient. Quelques instants plus tard, cette dernière commence à interpeller Étoile Sombre qui, comme elle l'a indiqué, a effectivement disparu. Je frotte une dernière fois ma joue contre celle de Nuit d’Été avant de me mobiliser et d'essayer de comprendre la situation. Étoile Sombre était encore là avant que les spectres embrouillent mon esprit, où a-t-il bien pu passer ? Un autre membre de la patrouille semble aussi avoir disparu.

« Nuage Matinal manque aussi à l'appel, peut-être sont-ils tous les deux ensembles ? » La truffe au sol, je parviens à trouver facilement la trace des deux félins qui étaient là quelques minutes auparavant. « Ils sont partis de ce côté, suivez-moi. »

Sans attendre de réponse ou de contestation, je m'élance en direction du meneur et de son fils. Leur trace est facile à suivre maintenant que les Étoiles Noires ne semblent plus embrouiller mes sens. Je file entre les buissons et les branches ventre à terre, mes coussinets effleurant le sol de la forêt. Je sens que nous sommes tout proche et bientôt je ralentis, la tête levée vers la silhouette sombre de notre chef. Il est là et il va bien. Je fais signe aux autres de s'arrêter alors que le meneur se retourne vers nous l'air déterminé et fort étrangement. Tout autour de nous les ténèbres semblent s'effacer lentement et plus aucun spectre n'est en vue. Je lève une patte, me préparant à avancer vers Étoile Sombre mais remarque que Nuage Matinal n'est pas avec lui. Je n'ai même pas fait attention mais la piste du novice a dû dévier à un moment car je ne la sens pas ici et... Soudain un félin surgit de nul part.

« Étoile Sombre, attention ! »

Je crie cet avertissement à mon cousin avant de me préparer à bondir mais je reconnais l'attaquant. Nuage Matinal. Complètement décontenancé par ce que je vois, je ne sais pas quoi faire mais une seule chose compte sur le moment, la protection d’Étoile Sombre. Je m'élance donc en leur direction alors qu'ils roulent sur le côté mais avant même que j'arrive, le fils du chef se sépare de lui et prend la fuite. Je m'arrête près du félin à la fourrure noir et me penche vers lui.

« Tout va bien, tu n'es pas blessé ? Par le Clan des Étoiles, qu'est-ce qui lui a prit ? »

_________________

Autres signas et cadeaux (merci à vous :3) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valse des Étoiles
Admin Graou
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1783
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Dim 4 Sep - 6:26

Mes côtes se creusent profondément quand je respire. Je ne sais pas pourquoi mais je suis à bout de souffle. Les pattes avant légèrement écartées, les crocs toujours découverts je m’apprête à sauter à la gorge de cette fichue femelle. La voix désespéré d’Ouragan Astral résonne encore dans ma tête et me déchire le cœur à chaque fois. Elle n’a pas le droit de le faire souffrir. Ouragan Astral est puissant, il est fort mais il n’a jamais connu le désespoir, la terreur. A part peut être quand notre mère est parti mais il semble l’avoir plutôt bien vécue. Moi vivante, jamais il ne connaîtra la solitude et la souffrance. Je serai là, devant lui, un flambeau à la main pour éclairer son chemin et décimer tous les adversaires qui se trouvent sur la route, quand bien même je dois me battre pour ça. S’il y a bien une personne pour qui j’accepterai d’abimer mon corps sans hésiter c’est lui. Je jette un coup d’œil à mes camarades. Ils semblent tous intact. Lorsque je reviens à l’endroit où c’était tenue la hargneuse il y a une seconde, elle a disparu. Je pousse un léger soupir de soulagement lorsque tout à coup j’entends la voix désespérée de Rivière Mélodieuse. Elle se dirige vers nous en geignant. Elle pose sa queue sur l’épaule de mon frère et l’effleure d’un peu trop près. Je pousse un grognement sourd et fais semblant de trébucher pour l’écarter de lui. D’une voix froide je lâche : « Je pense au contraire qu’il n’y a pas meilleur moment pour se mettre en colère et affronter ces spectres qui tentent de nous asservir. Si on ne leur montre pas notre force maintenant, nous ne le ferons jamais. » C’est à cet instant qu’Ouragan Astral cligne des paupières et me dévisage intensément. Soudain le soulagement se peint sur son visage et il se rue vers moi. Je me frotte rapidement contre lui en ronronnant, et profite de son étreinte réconfortante tout en écoutant sa respiration rapide. Je sens encore l’odeur de sa peur accrochée à son épais pelage. Un grondement de haine monte dans ma gorge. Lorsque le guerrier parle, sa voix déborde de joie et de peur mêlées : « Loués soient nos ancêtres tu vas bien Nuit d’été, j’ai eu si peur… J’ai cru t’avoir perdu. » Je me force à éclater d’un rire léger et cristallin et lui lance un sourire malicieux qui n’atteint pourtant pas mes yeux. « Il faudra plus que des chats morts pour te débarrasser moi espèce d’idiot. »

Lorsqu’il se tourne vers la guerrière toujours collé à ses basques je me retiens de m’interposer entre eux deux. C’est quoi ce ton doucereux ? Non mais pour qui elle se prend celle-là à faire les yeux doux à mon frère. Et puis merci pour quoi d’abord ? J’ai raté un épisode ou quoi ? Détournant le regard je remarque l’absence d’Etoile Sombre au moment même où Rivière Mélodieuse se met à l’appeler. Qu’est-ce que sa voix peut être désagréable ! Pensant vaguement que ce n’est pas le moment de faire des manières j’ouvre la gueule pour mieux sentir son odeur. « Nuage Matinal manque aussi à l’appel, peut-être sont-ils tous les deux ensembles ? » fais remarquer mon frère. Ah oui je l’avais oublié celui-là. Ouragan Astral en tête, nous nous mettons en route, remontant la piste fraîche du meneur. Ils n’ont pas dû aller bien loin. Nous progressons rapidement dans les sous-bois, aussi simplement que si nous courrions sur une plaine dégagée. Entre nous je préfère le couvert sûr et protecteur des arbres. Avec le temps on se fait aux ronces et aux racines noueuses. Très vite, la silhouette noire d’Etoile Sombre apparaît dans un minuscule trou de végétation. Il semble calme, déterminé. Je redécouvre le meneur assuré que nous avions connu jusque-là. Je souris, étrangement soulagée. Je m’inquiétais pour lui ? Réellement ? Soudain j’entends la voix paniquée de mon frère qui hurle. Je sursaute et aperçois une silhouette rousse juste avant qu’elle ne bondisse vers notre chef. D’un geste commun et moi, nous nous élançons vers notre cousin. Bon sang mais à quoi pense Nuage Matinal ? Est-il encore possédé par cette harpie ? Il ne semble plus y avoir aucune ombre autour de nous pourtant, comme si Etoile Sombre les repoussait. L’idée m’effleure que c’est sans doute le cas.

Avant que nous atteignions le noble chat noir plaqué au sol, l’apprenti se dégage et s’enfuit ventre à terre. Ouragan Astral se stoppe près de lui alors que je continue ma course derrière le novice. La voix tendue je crie : « Je vais essayer de le rattraper ! » Je sais que je suis rapide, sans doute plus rapide que lui. Il n’est pas difficile de deviner par où il est passé, il s’est frayé un chemin au milieu des ronces et des taillis. Je m’y faufile, prenant garde à ne pas m’entailler. Il ne manquerait plus que ça ! J’ai beau courir le plus vite possible, je ne le vois toujours pas devant moi. Il est rapide ce con ! Encore sonnée des visions que je viens de recevoir, le souffle commence à me manquer. Soudain je stoppe ma course dans un dérapage maladroit, soulevant une nuée de feuilles mortes. Juste devant moi, le sol descend brutalement et les buissons deviennent plus denses, plus acérés. Hors de question que j’aille là-dedans. Et j’ai beau chercher du regard je ne le vois nulle part. Pourtant il est là en bas, c’est évident. Reprenant mon souffle quelques secondes, je retourne sur mes pas, me rendant compte que j’ai tout de même parcouru une bonne distance. Ils sont là tous. Etoile Sombre semble ne pas souffrir de blessures dramatiques. Non mais à quoi pensait son fils ! Je m’occuperai bien de son cas moi ! D’une voix désabusée j’explique en secouant la tête de dépit : « Il semblerait qu’il soit tombé dans une descente bourrée de ronces. Je n’avais vraiment pas le cœur de le suivre là-dedans. En tous cas, je ne pense pas qu’il puisse encore courir longtemps après ça. Je pose mon regard bleu sombre, inquisiteur, sur Etoile Sombre et demande, Tu as une idée de pourquoi il a fait ça ? »

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Mer 7 Sep - 0:10

This light in the darkest times
Et les vipères des ténèbres se dissipent dans un sifflement tendu. L’élégante et cruelle menace d’une attaque avortée contre un adversaire encore trop fort devant leurs sombres desseins. Étoile Sombre sait. Combien de lunes devra-t-il encore attendre avant le nouvel assaut? Juché contre son rocher, le regard perdu dans les flots, il se laisse baigner de la lueur ancestrale des astres spirituels. La foi. Il n’est plus que prières et murmures adressés à une entité invisible dont il conserve pourtant la croyance. Et de ses longs poils obscurs émane la même lueur céleste de son dernier passage à la Pierre de Lune. Dans un silence contrit, il goûte à la quiétude de ces quelques instants de paix, protégé un moment par la présence de ceux en qui il a juré une pleine dévotion. On accourt à lui, le phare d’une tribu, le poids d’une responsabilité indélébile. Le cœur et l’épée, le monarque déchu parmi ses semblables en qui on croit toujours. Il entend leurs pas précipités dans l’herbe cassante, devine leurs souffles affolés. À ses pieds, le vide se joue encore de lui. Étoile Sombre y a jeté son ombre. Il esquisse, presque à contrecœur, le mouvement vers ses guerriers. Puis un coup de tonnerre pour le précipiter dans l’abysse, son éclair roux à sa suite disparaissant dans l’horizon avec le poids de son erreur à sa suite. Dans l’éclat bleuté de ses prunelles, le meneur a vu. Malgré la douleur contre son dos disloqué contre la paroi à laquelle il se raccroche avant de hisser avec peine.

«Trouvez-le.»

Son ton n’a plus rien de la fureur acharnée d’un Chef drapé de bravoure, mais le désespoir d’un père trop longtemps absent, d’un père étranger face à une douleur qu’il n’a pu qu’entrevoir et dont le poids lui a tranché la gorge. Malgré le sang qui s’écoule contre les poils d’obsidienne du meneur là où les griffes d’un fils éperdu auront transpercé sa chair, il emboîte le pas à la démarche véloce de Nuit d’Été, forçant l’allure sans commander les autres. Il s’agit de sa mission, son devoir. Lorsque se présente à lui une crevasse parcourue de ronces où même sa brave cousine n’a pas eu le courage de le suivre, Étoile Sombre s’inquiète de ne retrouver qu’une énième victime aux vils complots de leur ennemi sans visage. Une ombre de fureur passe dans ses prunelles troublées. Sans ajouter un mot, il se glisse prudemment entre les branches tranchantes de la descente, accusant chaque nouvelle blessure. Entre les ronces, il discerne une silhouette brisée contre les rochers, le sang partout. Et son père se précipite à ses côtés pour le constater vivant. Vivant encore. À une autre époque peut-être, le guerrier au pelage de nuit aurait marqué une hésitation au souvenir inquiétant d’un jeune être souvent cruel, inaccessible, enclin à l’ambition destructrice des pires tyrans. Mais plus à présent que l’amour les lie, bien malgré eux. Malgré leurs différences et les trop nombreuses déceptions de part d’autres.

«Je suis là mon fils. Je suis là.»

Sa voix, brisée dans un murmure. Il cueille la silhouette costaude du novice, son poids écrasant sous le couvert des ronces qui s’enfoncent dans leurs chairs tendres. Pourtant, Étoile Sombre progresse. De rocher en rocher, il escalade la ravine. Le sang du cadet contre son épaule. Dans un triomphe résigné, ils émergent.

«Hurlement de la Louve. Tout de suite. Cette expédition est terminée.»

Ses pas se calquent au rythme effréné de son cœur battant. Il progresse, son Clan à sa suite. Lierre Automnal habitant ses pensées troubles, elle d’avoir succombé aux traîtrises obscures des défunts refusant le repos éternel. Et pourtant, contre ses épaules alourdies de la carcasse de son fils, un poids soulevé. Celui d’une victoire.

Hors Jeu:
 

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyrielle d'Âmes
Modo Pom Pom Girl
Modo Pom Pom Girl
avatar

Féminin
Nombre de messages : 853
Age : 19
Date d'inscription : 03/10/2015


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Mer 7 Sep - 21:51


This light in the darkest times.
-  We never quite thought we could loose it all..


Le combat faire rage et d'un coup s'arrête. Plus aucune ombre et plus grand-chose, en fait. La lueur qui entoure les félins est étrange et emplie de terreur. Rivière Mélodieuse ne répond pas aux remerciements d'Ouragan Astral, un peu troublée par le geste qu'elle a eu envers le guerrier. Quant aux paroles agressives et défensives de Nuit d’Été, elle se contente de lever les yeux au ciel et de la laisser retrouver son précieux frère. Comme si elle allait lui piquer, franchement, faire une scène dans une situation pareille, c'est ridicule. A son appel de recherche d'Etoile Sombre, Ouragan Astral fait remarquer aux félins que Nuage Matinal est absent, lui aussi. River sent ses sourcils se froncer; elle n'avait que peu aperçu l'apprenti durant la courte balade, elle ne se rappelle même pas l'avoir salué. Allons bon, amener un novice dans une telle expédition - même en compagnie de son père le meneur - ça n'a jamais été une bonne idée, à quoi pensait le groupe en agissant ainsi ? Puis d'un coup, alors que Nuit d’Été s'appliquait à humer l'odeur des deux chats manquant, Etoile Sombre réapparaît devant les trois félins suite à la dissipation des spectres; il revient comme ça, comme un poils sur une litière et ne semble pas blessé, mais assez confiant. Confiance qui disparaît une fois qu'il se rend compte que son fils, lui, n'est toujours pas revenu.

C'est un cri - de qui, River ne saurait le dire - qui oblige le groupe à se déplacer. Apparemment, le chef a été pris d'assaut... les Etoiles Noires qui sont revenues, ne laissant plus aucun répit ? Non, c'est bien la fourrure de feu de Nuage Matinal qui passe tel un éclair, qui percute le chef et tombe dans un ravin. River ne bouge pas, figée, c'est la voix - insupportable décidément - de Nuit d’Été qui la tire de sa torpeur: le novice est immergé dans les ronces incapable de bouger, mais c'est la voix brisée et inquiète du meneur qui force Rivière Mélodieuse à agir. Lorsque ce dernier émerge des ronces avec le corps frêle de son fils, elle n'a pas besoin de la demande d'Etoile Sombre pour filer vers le camp à la recherche de la guérisseuse, accompagnée des rescapés de l'expédition qui vont mettre un peu de temps à se soigner de tout ça et surtout, à accepter le fait que la lieutenante ne reviendra jamais, prisonnière des mauvaises étoiles. Et à ce moment la plus grande question se pose: comment le clan du Tonnerre va-t-il donc se sortir de ce pétrin sans perdre encore plus de ses membres ?

HRP:
 

_________________




Merci à Asyx, Desty, Ambrou, Mysti, Loup & Melow pour tout ce qui constitue ma signature mes en-têtes de Rps et pour tout ce qui ne rentre pas ici. ♡


Dernière édition par Kyrielle d'Âmes le Ven 19 Mai - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valse des Étoiles
Admin Graou
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1783
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: This Light in the darkest times   Mar 1 Nov - 0:46

C’est sans la moindre hésitation qu’Etoile Sombre bondit dans les roncières, les écartant à puissant coup d’épaule. Son cri désespéré résonne encore dans mon crâne dans un écho puissant. J’ai toujours pensé que le père et le fils ne partageaient qu’une froide relation apprenti et mentor. Tous les deux semblent attirés par des pôles opposés, l’un cherchant la prospérité et la paix, l’autre cédant à des pulsions bien plus primaires et dangereuse. Mais il y avait dans cet éclat tant d’émotions trop longtemps contenues que je me retrouve à penser m’être trompée. Car c’est bel et bien du regret déchirant qui nous enveloppe alors que les feuilles s’agitent encore légèrement après le passage du meneur. Silhouettes figées et silencieuses, nous guettons le moindre signe de vie au fond de la ravine. Le silence est si lourd, comme si la forêt entière retenait son souffle. Je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre ni quoi espérer. Nuage Matinal mériterait une bonne raclée pour avoir attaqué notre chef mais il pouvait très bien être encore aux prises des Etoiles Noires. J’ai vu moi-même de quoi elles sont capables… Je pousse un grognement sourd et secoue la tête pour chasser les dernières bribes de tournis que m’ont laissé les visions. Croire en leur pouvoir, c’est leur donner du crédit et une raison d’exister. Je ne leur ferai pas ce cadeau.

Je me blottis contre Ouragan Astral, ne pouvant retenir un frisson. J’ai froid tout d’un coup. Il faut se rendre à l’évidence : cette expédition est un véritable désastre. Nous n’avons même pas eu le temps de longer la frontière sur toute sa longueur que nous avons été déviés de notre quête par ces visions à la noix. Et maintenant nous voilà guetter le retour de notre chef parti à la rescousse d’un apprenti tombé sur la tête. Je secoue la mienne de droite à gauche de dépit, murmurant pour moi-même : « On ne peut pas dire que cette patrouille soit une réussite. » Je n’ai jamais eu espoir de retrouver Lierre Automnale. Je le sentais au fond de moi que c’était vain. Mes pensées de tout à l’heure sur son départ volontaire me reviennent à l’esprit et j’en suis désormais presque sûre. Que ce soit la peur, la lassitude, la pression, elle a choisi de partir. Et je ne pense pas pouvoir lui pardonner cette faiblesse qui nous a mis et continue de nous mettre dans une position si délicate et qui allume des feux de douleur dans le regard du chat noir autrefois si vigoureux. Le temps semble long pour Etoile Sombre et chaque jour lui arrache un peu de sa fougue. Je sais qu’il souffre, cela crève les yeux. Le Clan entier le sait. Mais le Clan entier souffre de cette perte violente car c’est un fait, nous comptions tous sur la fugitive. Un bon lieutenant est à mes yeux une force silencieuse sur laquelle chacun peut se reposer, un félin brillant plus par son absence que sa présence. Quelqu’un qui sait se rendre indispensable. C’est peut-être parce qu’elle a été une bonne lieutenante que nous la cherchons désespérément en cet instant même. C’est quelque chose qu’on ne pourra jamais lui enlever je suppose.

Entendant des pas précipités se dirigeant à nouveau vers nous, je bondis sur mes pattes, les sens à nouveaux en alerte, repoussant cette méditation à plus tard. Penser à tout cela ne m’avancera strictement à rien pour le moment et ce dont on a besoin à cet instant c’est de guerriers en pleine possession de leurs moyens ! Je ne sais pas réellement à quoi m’attendre, mais tous mes muscles sont étrangement tendus, prêts à réagir à tout instant. C’est finalement une mêlée de poils noirs et roux sombres, tâchés de sang qui émerge vaillamment des taillis. Mon souffle se coupe un instant. Il a l’air vraiment dans un sal état. L’espace d’une seconde j’entraperçois les traits tirés d’Etoile Sombre avant que sa voix ne déchire le silence. Mon corps se mets à bouger avant même que les mots ne pénètrent dans mon cerveau et je m’élance à la suite de Rivière Mélodieuse. J’ai déjà réalisé plusieurs foulés quand je les comprends : « Hurlement de la Louve. Tout de suite. Cette expédition est terminée.» Le cœur battant la chamade, je talonne la guerrière, volant au-dessus du sol, nos pas résonnant autour de nous dans un martèlement pesant. L’adrénaline qui coule dans mes veines me fait aller toujours plus vite, sauter toujours plus haut, déraper toujours plus aisément. Mais mon cœur est las. J’en ai assez de cette peur, de cette folie et de cette journée qui semble ne jamais vouloir finir. Et malgré la panique de la situation je ne peux m’empêcher de ressentir un certain soulagement à l’idée que les murs tombent et que le doute et l’interminable attente qui nous planaient autour se dissipent. Nous n’attendrons plus Lierre Automnal désormais. J’avale une grande goulée d’air frais alors que je continue à courir vers, je l’espère, un lendemain meilleur.

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/
 
This Light in the darkest times
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A boire sans soif ! (Shweppes pêche light)
» Rose clair (Light Pink Colour Supplement)
» Qqs recettes light pour Mali et celles que ça intéresse
» Moelleux au chocolat light
» Croissants light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan du Tonnerre :: Camp-
Sauter vers: