« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance,

la fin de ma chute. » Valse des Étoiles
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Violentes Retrouvailles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile de Mystère
Modo dieuse du dessin.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1521
Age : 18
Date d'inscription : 22/08/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Violentes Retrouvailles.    Jeu 22 Oct - 17:58


Poussé à aller chasser sur d'autres territoires. Tel était ce que le destin obligeait les chats de l'Astre à faire. Nous vivions dans les grottes au pied des Hautes Pierres. Au moins nous avions un abri, mais les côtes rocheuses n'offraient que très peu de gibier. Notre groupe était trop faible pour se livrer à des expéditions, surtout trop peu nombreux. Avec de la chance, une portée arrivera ou des solitaires nous joindront, cela fera de nouveaux novices et je pourrais prouver ma valeur à mes camarades, qui voient encore mon père à travers mon pelage. Mais j'y arriverais, Ivoire se démarquera par ses faits et gestes actuels, et non les horribles du passé.

Un autre maître avait la tutelle de Rouge Sureau ce jour - ci n'empêche. Je n'avais donc rien à faire. Je ne pouvais évidemment pas rester dans les grottes à ne rien faire, cela n'aidera en rien ma situation. J'e vis Onde d'Espoir, notre Guide depuis que Laiyeen aie disparu, à la recherche de nouveau membres pour ce clan qu'elle a fondé pour les survivants des meutes. Je lui indiquai que j'allais sortir chasser avant de m’exécuter. Directement, je partis sur les plaines herbeuses les plus proches, celle de la Rivière. Enfin, je devais hésiter de mettre une patte dedans ou les Cinq clans allaient nous chasser. Donc une fois là - bas, je longeais désespérément la frontière du Clan de la Rivière pour trouver une proie qui aurait décidé de sortir. Près de ces terres, leurs odeurs me fit rappeler le court temps que je fus là - bas. Je me rappelai de Tâche de Sang également, la gorge un peu serrée. Je pensai aussi à tous ses descendants, donc mes frères et soeurs. Je n'avais contact avec aucun d'entre eux. Certains sont morts, d'autres disparus. Je balayai le paysage des nageurs, j'y avais une soeur, Patte Mortelle. Elle doit avoir bien grandi depuis, enfin, si elle était toujours en vie. Elle était restée dans ce clan à mon souvenir, elle ne voulait aucunement de la barbarie de la Meute de Sang. Pile quand j'essayais de l'imaginer dorénavant, une silhouette se dressa devant moi, portant les effluves de la Rivière, comme pour répondre à mes pensées. Mais ce chat n'avait pas la douceur d'une soeur, tout le contraire même.

Un guerrier gris me bondit dessus, avant que je puisse dire quoique ce soit. Ma proximité avec leur frontière était un assez bon argument pour lui. Il faisait ma taille, ses pattes et sa queue avait un gris plus foncé que le reste de son corps, et ses yeux brillaient de vengeance. Il n'avait pas l'air trop vieux, il devait être un chaton ou un apprenti lors de notre arrivée dans son clan. Mais, j'étais un guerrier à ce moment là, donc, j'avais plus de lunes d'apprentissage que lui. On roula à terre, on se mordit les épaules, surtout moi. Je cherchais à mordre pour me libérer de son emprise, et mettre mon avantage dentaire à mon service. Mais le bougre ne se laissait pas faire. Physiquement, il devrait être épuisé or il était toujours debout. Quelque chose devait le maintenir mentalement. La perte d'un proche peut être ? De la souffrance ? Pendant une seconde, je n'avais pas réfléchis à où mettre ma patte, mais plutôt à "et si c'était moi qui lui avait causé ce tort ?" Avais - je blessé d'autres chats de clans ? Combien avait une mauvaise image de moi ? A quel point allais - je devoir me battre pour prouver ma différence et mon détachement par rapport à mon père ? Ce fut la seconde philosophique de trop. Un violent coup dans mon flan, me voilà terre, une patte ancrée dans mon cou. Je savais de moins en moins respirer. Je serais sûrement mort si une voix, bizarrement familière, n'avait pas arrêté ce guerrier belliqueux de la Rivière.

_________________
La team:
 


Étoile de Mystère : [#ccff99] - Pâleur du Soir : [CornflowerBlue] - Plume Agitée : [LightYellow]
Caresse de l'Aile : [#000033] - Coeur de Roc :  [SandyBrown] - Ivoire : [#330000] - Nuage de Flèche : [#999999]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/cataries.art/
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3934
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Violentes Retrouvailles.    Dim 1 Nov - 14:17

Naïade
ft. Ivoire & Pâleur du Soir



Parfois la solitude m'étreint. Elle commence par s'avancer sans bruit, comme ça, furtive et dangereuse comme la nuit, puis fond sur moi et me dévore. Dans ces moments-là je me sens plonger dans des ténèbres sans fin dont la noirceur m'effraie car elles sont peuplés d'êtres sans noms. Je ne suis pas certaine de pouvoir les repousser un jour, ces monstres qui m'assaillent. Je pensais y être parvenue pour toujours lorsque j'ai été acceptée au sein du Clan de la Rivière en tant que guérisseuse ; ces responsabilités que l'on m'octroyait était pour moi la preuve d'une confiance accordée, la promesse d'une vie heureuse. J'ai dédié la mienne à Valse des Étoiles et à ses guerriers, et je pensais que cela me suffirait. Alors pourquoi ce sentiment d'insatisfaction qui me hante ? Il me manque quelque chose, et sans que je puisse le nommer, j'en ressens la nécessité au plus profond de mon être. Aujourd'hui, ce mal-être est plus fort encore que d'habitude. J'observe le camp depuis le retrait de ma tanière, immobile alors que tous s'activent dans un tourbillon de mouvements, de bruits, de couleurs. Je connais chacun de ces chats par leur nom mais les observe comme des étrangers. Les rires et éclats de voix parviennent jusqu'à moi de façon étouffée comme s'ils venaient de très loin, et c'est vrai, je me sens lointaine, tellement lointaine... Je prends conscience de la distance qui me sépare des autres membres de mon clan, de mes amis, de Valse des Étoiles même, alors que j'ai juré de ne jamais l'abandonner. J'ai parfois l'impression d'évoluer en parallèle, de l'autre côté de la berge, et qu'il m'est impossible de les rejoindre un jour, impossible de traverser ce grand flot qui gronde et rugit. Alors j'ai envie de crier pour les appeler, les supplier, mais je reste toujours muette. Impassible.

Je me détourne, prise d'un soudain élan d'énergie. Il faut que je sorte, que je m'évade, il me faut de l'air, respire, respire. Je me mets à courir sans m'en apercevoir, mes foulées sont saccadées et précipitées comme si je fuyais quelque chose, et peut-être est-ce le cas. J'ai la vue brouillée, je ne sais pas vers quoi je cours, simplement que je me rapproche de la rivière, car l'air est plus humide sur mon visage. Je ne pense pas à ce que je viens de faire, pas encore, mon esprit est encore embrouillé et mes pattes continuent à me guider, à m'éloigner du camp. Peu à peu mes sens reviennent et je prends conscience de l'herbe grasse sous mes pattes, des bruissements des roseaux et la fraîcheur matinale. Le soleil réchauffe doucement mon pelage comme s'il cherchait à me consoler et je parviens enfin à respirer normalement. Le poids sur ma poitrine s'est quelque peu allégé, je continue de marcher, d'un pas apaisé désormais. Je commence à me sentir ridicule de m'être enfuie ainsi, c'est bon signe je crois, je reviens à la raison ; pour autant, je ne souhaite pas faire demi-tour. Rentrer au camp, oui, mais pour quoi faire ? J'ai l'intime certitude que cela ne ferait que me condamner davantage. Maintenant que je suis dehors, autant profiter de ces quelques heures de liberté dérobées.

Alors même que je songeais que personne ne viendrait troubler cette nouvelle quiétude, des bruits de lutte parviennent jusqu'à moi et me font lever la tête. Je discerne immédiatement le pelage gris de Pâleur du Soir que je connais depuis son enfance, en prise avec un autre félin au parfum inconnu. Cette vision me fige tout d'abord, puis la peur me pousse enfin à agir. Je me précipite vers le guerrier, tout envie d'isolement disparue. Il a besoin de moi, cette urgence seule suffit à me sortir de ma léthargie. Mais alors que je m'approche, il semble que mon ami ne soit pas celui qui ait le plus besoin d'aide, car il a clairement le dessus sur son adversaire. Mon regard est rivé sur le pelage brun de ce dernier alors qu'un atroce sentiment de déjà-vu m'emplit toute entière. Se pourrait-il que... non, impossible ! Tâche de Sang est mort. Mort ! Alors, qui ? « Pâleur du Soir, arrête ! » C'est autant pour son salut que pour celui du blessé que je veux l'arrêter. Car en voyant le guerrier immobilisant son ennemi, la patte posée sur sa gorge, je suis parfaitement consciente du fait qu'il l'a à sa merci. D'un geste, il peut lui ôter la vie. D'un geste... je frémis d'horreur à cette seule pensée. Je ne pourrais supporter que le petit apprenti que j'ai connu et que j'apprécie tant devienne un meurtrier. Peut-être ne l'aurait-il de toute façon pas fait, peut-être est-ce simplement mon imagination qui me joue des tours, mais j'ai eu l'impression en le voyant combattre qu'une fougue inhabituelle et presque inquiétante l'habitait ; quoi qu'il en soit, je bondis vers eux jusqu'à être tout près et force Pâleur du Soir à croiser mon regard implorant. « S'il te plaît, ne fais pas quelque chose que tu pourrais regretter ensuite. » l'incité-je d'une voix douce que je veux rassurante.

C'est à ce moment que je peux enfin détourner le regard pour le poser sur le matou brun. Mon cœur rate un battement lorsque je le reconnais, presque immédiatement malgré le temps qui a passé depuis notre dernière rencontre. Mon frère – ce mot sonne étrangement, je ne l'ai pas utilisé depuis bien longtemps, et même, il n'a jamais eu de véritable signification pour moi. J'ai été adoptée par la Rivière et j'ai renié ma famille, j'ai renié ce père qui avait sur la conscience la mort de tant de chats et de rêves brisés, j'ai renié cette mère qui ne m'avait jamais aimée, ce jumeau qui ne me ressemblait en rien et ces frères qui me terrifiaient. Celui qui se tient maintenant en face de moi était souvent absent d'après mon souvenir, toujours en guerre ou à l'entraînement, il me semblait à l'époque qu'il était né pour cela et pour rien d'autre. Je me souviens encore avec une netteté impressionnante de l'éclat de ses dents qui déchiraient le voile de mon sommeil pour peupler mes cauchemars lorsque j'étais enfant, et qui m'inspirent aujourd'hui son nom dans un souffle. « Croc Fatal ? » Ma voix sonne comme une question alors que je suis persuadée de l'avoir reconnu, mes yeux gris-bleu plongés dans le jaune des siens, sans pouvoir tout à fait y croire cependant.

_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile de Mystère
Modo dieuse du dessin.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1521
Age : 18
Date d'inscription : 22/08/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Violentes Retrouvailles.    Dim 17 Jan - 15:59


Une boule de poil rousse et blanche dévalait la colline. Enfin, pour le moment, le manque d'oxygène me faisait tout voir assez flou. Mais heureusement je ne sentis toujours pas les griffes plonger dans ma gorge. Il y eut des mouvements au dessus de moi, et ils échangèrent quelques paroles que je n'entendis pas vu que j'étais trop concentré à survivre. La pression partit et je pris automatiquement une énorme respiration, content de pouvoir respirer à nouveau. Doux air, tu m'as manqué. Ma vision s’éclaircissait, et je pouvais plus faire attention à ce que les deux membres de la Rivière se disaient. Le mâle gris, qui me défigurait toujours avec méchanceté, se plaça près de la petite chatte, mais juste entre nous deux, comme pour la protéger de moi. Mais bon, ce n'était pas comme si voir son visage m'intéressait. J'avais une seule idée, présenter des quelconques excuses tant que ça passe et filer vite.

" Ne t'inquiètes pas Naïade, je ne l'aurais pas tué. Je ne suis pas comme ces chats de la meute après tout. "

Il marqua bien le fait qu'il me plaçait dans cette catégorie en se retournant vers moi avec un regard transperçant. Tous mes poils se hérissèrent. Je ne suis plus un meuteux ! J'ai rejoins l'Astre qui n'avait plus aucun plan mauvais envers les Clans ! Je me relevai d'un coup, bien préparé à corriger ce qu'il pensait de moi. Je devais agir moi - même pour effacer cette image de tueur qui me colle au pelage comme de la boue séchée, et cela même si je dois en informer chaque chat de cette forêt personnellement ! Je m'approchai des deux chats, mais quand cette "Naïade" a posé son regard sur moi, le temps s'arrêta. Je reconnais ce pelage roux et blanc, et ces yeux bleu métallique entre mille.. Mais également la pensée que j'ai eu la première fois que j'ai vu ce physique. En voilà une qui ne porte pas les traits maudits de notre père Tache de Sang.. Patte Mortelle ? Elle avait été acceptée au sein de la Rivière ? Puis, Musique Déchue n'avait pas essayé de la tuer ? Comment chaton elle a pu y survivre ? Retrouver un membre de ma famille que je pensais décimée m'a fait un de ces chocs. Elle non plus, ne semblait pas croire à ce qu'elle voyait. D'une voix interrogatrice, elle prit la parole.

"Croc Fatal ? "

Entendre de nouveau ce nom me fit froncer des yeux. Je bombai mon torse, ce qui fit mettre le matou de cendre en position de défense au cas où.

" Non, Croc Fatal n'est plus. Ce chat est resté enterré avec les horribles souvenirs de la Meute. "

Mon ton était sec, il fallait qu'ils comprennent, cette époque est finie et à oublier. Je fermai les yeux et détendis mes muscles, en espérant que l'autre chat se détendrait lui aussi. Je fis une sorte de petite révérence.

" Je me nomme Ivoire, et je suis un chat de l'Astre, un groupe neutre. Je ne voulais pas transgresser votre territoire avant de me faire attaquer par surprise. Voyez vous, nous avons également des chatons à nourrir. "

Je plantai mon regard jaune dans les yeux de mes interlocuteurs. Elle m'avait reconnu, je n'allais pas faire comme si ce n'était pas mon cas. Ma queue se balançant doucement, je posai un question à la jeune reine.

" Je vois que tu es intégralement devenue une chatte clanique. Je fis un geste vers le guerrier. " C'est ton compagnon ? "

Le chat gris replia ses oreilles en arrière avant de répondre limite en feulant.

" Non mais en quoi ça te regarde ? Et puis, vous vous connaissez ? Si oui, tu serais que c'est une guérisseuse. "

Ah oui, cette stupide règle clanique qu'un guérisseur ne peut pas avoir de compagnon car il doit vouer corps et âme pour le Clan des Etoiles. C'est triste de priver un chat de l'amour qui pimente une vie pour des chats morts. Je ne délogeais pas mon regard de ma sœur perdue par contre. Je n'en avais que faire de la réponse du guerrier, c'était à elle que je parlais.

_________________
La team:
 


Étoile de Mystère : [#ccff99] - Pâleur du Soir : [CornflowerBlue] - Plume Agitée : [LightYellow]
Caresse de l'Aile : [#000033] - Coeur de Roc :  [SandyBrown] - Ivoire : [#330000] - Nuage de Flèche : [#999999]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/cataries.art/
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3934
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Violentes Retrouvailles.    Jeu 31 Mar - 22:25

Oui je l'ai reconnu, j'ai reconnu ce frère que je n'ai jamais eu, aussi absent lorsque nous vivions ensemble qu'il l'a été ces dernières années ; j'ai reconnu ce guerrier féroce aux crocs terribles qui le trahissent malgré ses dires. Si ces paroles m'ont d'abord fait douter, tant j'étais prête à entendre que Croc Fatal était en effet mort, je ne peux plus nier l'évidence que m'offrent mes yeux cruels. Ce que je n'ai pas prévu pour autant c'est la civilité dont il fait preuve, et l'attaque à laquelle je m'attendais ne vient pas. Pour autant, je ne baisse pas ma garde et demeure extrêmement tendue et prête à fuir, d'ailleurs je sursaute presque lorsqu'il se dresse debout devant moi. Cette situation est insupportable, car sa simple vue, son odeur, son pelage, tout en lui me rappelle ce jour terrible où la Meute a fui et que l'on a tenté de me tuer parce que j'avais décidé de rester ; parce que, pour une fois, j'avais osé dire non. Ce jour-là, j'avais aussi découvert qu'un foyer ne correspondait pas toujours à l'endroit où l'on était né, et que les membres d'une famille n'étaient pas toujours liés par les liens du sang.
Ce jour-là, j'avais suivi le cours de la Rivière.

« Je l'ai connu, murmuré-je dans un souffle à mon ami, mais c'était il y a longtemps, dans une autre vie. »

Ma course m'a essoufflée, et c'est haletante que je contemple en silence celui qui se dévoile peu à peu sous mes yeux incrédules. J'ai l'impression d'étouffer, comme si l'air peinait à trouver son chemin vers mes poumons. Je n'arrive pas à me concentrer sur ses paroles, je n'en comprends pas un traître mot mais tout ce que je sais c'est qu'il ment. Il ment, oui, j'en ai la certitude : il ressemble trop à son père, à notre père, pour que je puisse lui accorder la moindre confiance. Je n'ai jamais entendu parler de l'Astre mais la seule pensée que la Meute ait pu se réincarner alors que je la croyais détruite suffit à me faire frissonner d'horreur. Et c'est comme un animal blessé que je le surveille, certaine qu'il va se jeter sur moi à la prochaine occasion qu'il trouvera, car n'est-ce pas ce que font les chasseurs de la Meute ? Ils blessent, tuent, font couler le sang, ils sont sans loi ni pitié. Et malgré moi je songe que mon frère a une raison de m'en vouloir, car je suis une traîtresse à ses yeux, n'est-ce pas ? J'ai renié ma famille, je l'ai donc renié lui aussi.

« Tu as peut-être changé mais je t'ai immédiatement reconnu, dis-je d'une voix ferme. Tu affirmes que celui que tu étais n'est plus, mais peux-tu le prouver ? Il en est de même pour la Meute : elle aura beau changer de nom, cela ne suffira pas à nous faire oublier ses crimes. Je ne crois pas à ce que tu affirmes, non, je crois plutôt que tu as été surpris alors que chassais nos proies sur notre territoire et violait ainsi nos lois. »

Je détourne les yeux lorsque Pâleur du Soir dévoile mon nouveau statut. Je suis gênée qu'Ivoire l'apprenne de cette façon, comme s'il s'agissait d'un secret honteux – puis je secoue la tête en me rabrouant mentalement, car de quoi devrais-je avoir honte ? Devenir guérisseuse est sans doute la meilleure chose qui me soit arrivée. Je devrais porter ce titre avec fierté ! Résolue, je supporte désormais le regard de mon frère sans me dérober. Je décide d'ignorer ses allusions à une possible relation entre moi et Pâleur du Soir et me contente de darder sur lui un regard sévère. Signifiant d'un geste de la queue au guerrier que je prends la situation en main, je fais un pas en direction d'Ivoire et nos regards s'affrontent.

« Pâleur du Soir est mon ami. Mon camarade de clan ... Mais la solidarité qui unit les chats d'une même tribu doit t'être étrangère elle aussi. »

Et j'ai l'inexplicable envie d'être cruelle avec ce frère que je retrouve, peut-être parce qu'il me rappelle tant celui qu'était mon père, peut-être parce qu'il me rappelle celle que j'aurais pu être.

_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile de Mystère
Modo dieuse du dessin.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1521
Age : 18
Date d'inscription : 22/08/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Violentes Retrouvailles.    Sam 14 Mai - 18:28


Elle ne m'écoutait pas, elle ne voulait rien savoir. Elle et Pâleur du Soir, si j'avais bien entendu son nom, me regardaient de la façon que je craignais. Ils me jugeaient, je n'étais qu'un rat porteur de maladie et de mort. Même si ce rongeur là n'était pas aussi agressif que ses congénères, ni malade, c'était un rat. Point barre. Serais - je à tout jamais vu pour mon physique ? Et non mes pensées, mon envie de renouvellement ? Je savais que laver les impuretés qui collaient à ma fourrure n'allait pas être facile, mais j'ai commencé avec le mauvais clan et les mauvais chats pour cela. Je sentis une vague de démotivation m'envahir. Plus ma soeur anciennement disparue me parlait, plus je me demandais si cela servait à quelque chose que je rejoigne l'Astre. Je ne vais que ternir leur image et neutralité. ..Oublier ses crimes, non, non l'Astre n'est pas comme la meute, elle n'a rien à voir ! Je grinçai un peu de dents, on nous stéréotypait déjà. .. Tu  chassais nos proies sur notre territoire et violait ainsi nos lois. Faux faux archi faux je ne veux rien de mal ! L'odeur était ténue et ce foutu guerrier qui se tenait derrière la féline rousse et blanche m'est tombé dessus, ce qui m'a fait basculer de ce côté. Je détournais le regard, fronçait les sourcils. Âneries, âneries, âneries !!

Elle réagit de manière un peu gênée quand son statut de guérisseuse fut révélé, cependant il lui fallut peu de temps pour reprendre sa fougue d'avant. Et là sortit les paroles de trop. Mais la solidarité qui unit les chats d'une même tribu doit t'être étrangère elle aussi. Mes griffes se figèrent dans le sol encore plus que lorsque j'ai ré entendu mon précédent nom. La bataille, la maladie, mes camarades, mon ami blessé, qu'on m'a demandé de tuer.. Juste parce que justement je n'ai pas voulu tuer ce chat par solidarité, par amitié, j'ai tout perdu ! Je me suis retrouvé solitaire et rejeté de tous ! Les chats qui me voient comme un meurtrier ou comme un traître.Des larmes me piquèrent les yeux, elles jaillirent comme les souvenirs en moi.

" TAIS TOI !! "

Silence. Ma tête était penchée vers le sol, je respirais rapidement, soulevant mon corps de haut en bas. On sentait le voile de la tristesse dans ma voix. Ce voile m'étreignait une nouvelle fois, j'avais l'impression qui m'étranglait quand je voulais parler. Je repris une inspiration avant de reparler d'une voix claire et mélancolique.

" Qu'est - ce que tu sais de moi, hein ? D'accord mon passé n'est pas lumineux je le sais très bien, tu le sais très bien, TOUTE LA FORÊT le sait très bien. Et si ce n'est pas moi, c'est Tache de Sang qui viendra se charger de détruire mes chances grâce à mon physique. Je ne connais rien de la solidarité ? J'au été seul et abandonné car j'étais sans doute le seul de la meute qui en ressentait. Tu sais ce que l'on ressent lorsqu'on t'oblige à tuer un ami d'enfance ? Ou être banni et ne trouver nulle part où aller, car personne ne t'aime ? "

Je cherchais des réponses dans leurs yeux.

" Tout ce que je voulais étant petit, c'était de la reconnaissance, mais bon. Mauvais lieu, mauvaise famille, si je voulais de l'amour je devais tuer, et cela n'a même pas marché. Seul pour l'éternité. Tu as de la chance dans ton clan, tu as pris la bonne initiative, tu as été plus intelligente, plus que moi. Mais alors, s'il te plait, continue à être intelligente, et ne juge pas l'Astre aveuglement. Certes, il y a des chats des anciennes meutes, mais si peu. Nous devons être 5 en tout ? Et on vient de celles de Sang et de Fantôme, sans aucune tension, car nous voulons abandonner cette colère et cette haine. On fera tout pour l'Astre, pour ces chats lassés d'une vie en solitaire et chassés par les Clans. Je ferais tout, même si je dois les quitter pour que ma présence de tâche pas leur réputation qui se développe à peine. "

Mes yeux jaunes ne les lachaient pas, ils voulaient partager leur peine avec eux, prouver que nous sommes pas méchant, de nous laisser une chance.

" Je suis désolé, même si je sais que de simples paroles n'effaceront pas toutes les atrocités des Meutes. Mais personnellement, j'irais m'excuser et m'expliquer auprès de chaque de la forêt s'il le faut ! Ne mettez pas l'Astre chez les méchants ! On cherche juste à vivre en compagnie d'autres. On a beaucoup de vieux solitaires qui peinent à chasser, ou des femelles et leurs chatons qui ont besoin d'aide. Nous sommes juste des chats qui s'entraident sans rien vouloir aux clans. "

Enfin bref, ce sont des chats claniques, ils resteront sur leurs idées fixes et ne croiront que leurs chats étoilés, pas un matou aux longues canines.

" Bon, je suis de trop sur ce territoire. Je ne vais pas vous embêter plus longtemps avec ma morale à la con. "

Et je les quittai comme ça, après un mouvement de tête et de l'auto-dénigrance. J'espère au moins les avoir fait changé d'avis.    

_________________
La team:
 


Étoile de Mystère : [#ccff99] - Pâleur du Soir : [CornflowerBlue] - Plume Agitée : [LightYellow]
Caresse de l'Aile : [#000033] - Coeur de Roc :  [SandyBrown] - Ivoire : [#330000] - Nuage de Flèche : [#999999]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/cataries.art/
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3934
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Violentes Retrouvailles.    Lun 25 Juil - 17:34

Trop accaparée par ma propre fougue je n'ai pas prêté attention aux signes avant-coureur de celle de mon frère. Trop tard ai-je remarqué ses griffes profondément enfoncées dans le sol, trop tard ai-je croisé son regard seulement réduit à deux fentes. Mais lorsqu'il explose tout à coup j'ai un mouvement de recul, et l'idée me vient pour la première fois qu'il pourrait effectivement constituer un danger. Le pousser à bout n'était peut-être pas la meilleure idée que j'aie eue … Quoi qu'il en soit je suis trop tétanisée pour m'éloigner, trop fascinée aussi. C'est lorsqu'il s'énerve que la ressemblance avec notre père est la plus frappante, lui que j'ai vu sortir les crocs bien trop souvent pour pouvoir l'oublier. Même maintenant, la colère de mon père est un souvenir qui me fait frémir et il m'arrive encore de me réveiller la nuit suite à des cauchemars dans lequel il apparaît. Je me demande si c'est aussi le cas d'Ivoire …

Mais bientôt quelque chose d'autre me frappe, quelque chose que je n'ai jamais connu chez Tache de Sang. Un sentiment qui voile la voix de mon frère et semble peser également sur ses épaules. Il est toujours hors de lui comme en témoigne sa respiration saccadée, mais je ne crains plus qu'il m'attaque. Non, il paraît simplement … triste ? Surprise, je fais un pas vers lui sans m'en rendre compte. J'ai curieusement oublié la présence de Pâleur du Soir à mes côtés et me concentre uniquement sur la parole de mon frère. C'est alors que je réalise combien j'ai eu tord, car les souffrances qu'il me dévoile sont réelles, sa peine et sa désillusion sont réelles. On ne peut douter de sa sincérité, pas maintenant, même moi qui le traitais de menteur cinq minutes auparavant suis désormais persuadée qu'il dit vrai. Il nous ouvre son cœur avec une honnêteté qui me bouscule.

Plus je l'écoute et plus je songe à quel point nous sommes semblables. Ou plutôt, à quel point j'aurais pu être comme lui … si la Rivière ne m'avait pas adoptée, si Étoile de Menthe ne m'avait pas fait confiance, où serais-je aujourd'hui ? Probablement comme lui, à me défendre des préjugés de ceux qui ne verraient en moi que ma famille, à me débattre contre cette ombre du passé pesant sur chacun de mes faits et gestes. C'est pourtant ce qu'il a dû vivre pendant toutes ces années, ce qu'il vit encore aujourd'hui … Oui, je me retrouve dans sa rage de prouver au monde qu'il est un autre, qu'il est bon, que l'on peut lui faire confiance. Je ferme les yeux, accablée par les sentiments qu'expriment sa voix et qui résonnent si fortement en moi. Puis viennent les remords de l'avoir traité ainsi, exactement de la manière que je n'aurais pas pu supporter ; au fond, je ne vaux pas mieux que quiconque, pas mieux que ceux qui nous ont fait du mal à tous les deux alors que nous n'essayions que de faire nos preuves … Honteuse, je baisse la tête.

Il se détourne et s'en va, comme ça, brutalement. Il me faut un moment pour le réaliser, suffisamment long pour qu'il ait fait quelques pas. « Ivoire, attends ! » m’exclame-je sans réfléchir tout en m'élançant pour le rattraper. Une fois à sa hauteur je reste silencieuse le temps de reprendre ma respiration et de songer à ce que je vais, à ce que je peux encore lui dire. J'ai honte de mon comportement de tout à l'heure … Comment me faire pardonner ? « Je suis désolée. Je ne savais pas que … enfin, j'ai été bête. » Assise en face de lui, je l'oblige à m'écouter en lui bloquant le passage. J'adresse un signe à mon ami resté en retrait pour lui signifier que tout va bien … puis, après un instant de réflexion : « Tu peux rentrer au camp, Pâleur du Soir, je te rejoindrai plus tard. Il me manque des pavots pour ma réserve … tu pourras dire ça à Valse des Étoiles, s'il te plaît ? » Préférant ignorer le fait que je viens de demander à mon ami de mentir à notre chef, je détourne le regard et le reporte sur Ivoire. J'ai encore du mal à lire ses émotions mais cela ne me décourage pas. « Et si nous marchions un moment ? » Ma voix est étonnement douce. C'est celle que j'utilise avec mes patients, lorsqu'il faut calmer leurs peurs en même temps que leurs douleurs.

Sans attendre sa réponse je me mets en mouvement, la tête tournée vers lui pour voir son visage. « Je … je suis contente que tu aies pu trouver des compagnons à l'Astre, des chats que tu sois prêt à défendre avec autant de conviction. Personne ne devrait avoir à vivre seul, ni à agir contre sa nature pour un peu d'amour ou même de reconnaissance. Tu as raison. Tu as raison sur toute la ligne … » Je secoue la tête, la situation me paraît extraordinaire, jamais je n'aurais imaginé ce matin pouvoir paisiblement cheminer aux côtés de mon frère ainsi. Mon frère. Encore une fois, la pensée est étrange, mais cette fois-ci je ne ressens plus d'effroi mais une curieuse tendresse. « Et au sein de l'Astre, as-tu … une compagne, des enfants ? Je veux dire, une famille ? » Je détourne aussitôt le regard, gênée par ma maladresse.

_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile de Mystère
Modo dieuse du dessin.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1521
Age : 18
Date d'inscription : 22/08/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Violentes Retrouvailles.    Sam 10 Sep - 12:10


Je rentrais donc chez moi, là où je pourrais oublier mon ancien moi que les clans s'amusaient à faire resurgir. Sans doute vais - je plonger mon museau dans la fourrure de Kyrielle d'Âmes pendant qu'elle me rassure, elle seule me comprend à ce niveau et est assez proche de moi pour que je me laisse faire. Mais, changement de plan soudain. Ma sœur me courut après et sembla avoir retourné sa veste. Je la toisai du regard pendant qu'elle haletait à cause de sa course. Étais - je allé si loin en quelques pas ? Mon corps était d'accord avec mes pensées alors, je voulais partir d'ici vite. Quand elle me présenta ses excuses, je levai un sourcil, circonspect. Aurais - je réussi à leur faire la morale ? Mon côté de Maitre se fit flatter, j'enseignais même aux adultes. Elle s'assit, déterminée à rester. Elle regarda son ami resté derrière, méfiant mais confus du geste de la guérisseuse. Naïade lui parla de rentrer et de dire à leur meneuse qu'elle cherchait du pavot. Vu à quel point les yeux du matou se sont levés au ciel, cela devait être faux. Il lâcha un " Oui, ne t'inquiètes pas, je le lui dirais ". Un dernier geste d'oreille et regard qui me prévint que si je lui faisais du mal, je perdrais mes crocs, et il se retourna pour cavaler vers la rivière. Ma soeur me proposa de continuer de marcher. Je n'allais pas la rejeter, mais ma queue continuait de fouetter l'air, encore un peu embêté de la scène précédente.

On marcha d'abord en silence, timide, moi en tout cas. Retrouver ma famille qui ne l'a jamais vraiment été pour moi, c'était bizarre. Avec une voix beaucoup plus douce qu'auparavant, une voix qui vous brosse dans le sens du poil comme lorsqu'une mère vous fait la toilette pour vous rassurer, elle me reparla. Elle comprenait l'Astre, elle comprenait ma souffrance passée. J'écarquillai les yeux et senti une vague de chaleur en moi. Le changement de l'ancienne Naïade à la nouvelle fut rapide mais apprécié. Je me détendis, ma queue aussi ondulait plus gentiment qu'auparavant. Finalement, quelques chats de Clan savaient changer d'avis, mais bon, il ne fallait pas croire que cela allait être facile. Je me souviendrais toujours de leur première réaction plus violente pour ne pas être choqué aux prochaines rencontres claniques. Mais je n'oublierais pas non plus le regard et la voix douce que m'offrait la guérisseuse actuellement. C'était le but. Je me battrais pour ça, pour que chaque chat de l'Astre obtiennent cette réaction quand un chat des Clans les apercevront. Car ils le méritent, et sans doute plus que moi. La nouvelle question de ma compagnie m'arrêta dans mes pensées stratégiques. Au mot compagne, je pensais quasiment de suite à notre Guide mais cette curieuse pensée me fit rougir et agiter les oreilles. Il était sûr que je l'appréciais mais.. Non, je n'allais pas m'embrouiller à ce moment, pas devant ma sœur nouvellement retrouvée. Je bondis plutôt sur le mot famille qui me parlait plus. Je ris légèrement, détendu.

" Bien sûr que j'ai une famille, c'est l'Astre. Elle m'a recueilli, et offert toute l'affection que j'ai espéré ma jeunesse. Je me sens à ma place, et récompensé, et je panse mes blessures. Nous pansons nos blessures, tous ensemble. On s'entraide, et ça fait du bien après cette ancienne vie. "

Je regardai Naïade, elle devait sûrement penser la même chose du clan de la Rivière. Il n'était pas compliqué d'être mieux que la meute, et avant l'Astre, les Clans étaient les groupes les plus basés sur l'entraide. Pourquoi avant l'Astre ? Car les Clans aideront que leurs membres respectifs, alors que nous, nous aideront chaque chat de la forêt tant qu'il nous veut aucun mal. Tout le monde pouvait  aimer qui il veut, venir et aller comme il le voulait.. Autant moi, membre de l'Astre, que la féline blanche et rousse, nouvelle invitée dont chaque visite sera la bienvenue à l'Astre.

" Nous sommes un peu plus flegmes sur les frontières que les clans. Donc si un jour tu as besoin d'un certain.. remède ? Ou voudrais discuter avec notre Soigneuse, ou même simplement rendre visite, n'hésite pas. "

Je le fis un sourire. Les prochaines retrouvailles seront plus chaleureuses, plus calmes, et je serais ravi de lui présenter les chats de mon groupe. Elle verra à quelle point nous ne sommes pas un danger, et elle pourra transmettre ce message aux autres membres des Clans. Voir à l'Assemblée ? Elle est guérisseuse non ? C'était un poste plutôt respecté dans mes souvenirs flous du passé. Et puis, même si l'Astre était une très bonne famille, renouer avec quelqu'un de son sang était vraiment chouette. Comme si, après ses années à courir perdu, on se retrouvait un peu..

_________________
La team:
 


Étoile de Mystère : [#ccff99] - Pâleur du Soir : [CornflowerBlue] - Plume Agitée : [LightYellow]
Caresse de l'Aile : [#000033] - Coeur de Roc :  [SandyBrown] - Ivoire : [#330000] - Nuage de Flèche : [#999999]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/cataries.art/
 
Violentes Retrouvailles.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dîner retrouvailles à Dalhem le 23/06/2013
» retrouvailles
» [10*22] Retrouvailles 08/11/2015
» Des retrouvailles entre cousines - ft. Brooke
» Retrouvailles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance, :: JEU. :: Clan de la Rivière :: Territoires-
Sauter vers: