« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Paradis Perdus. [OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4032
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Paradis Perdus. [OS]   Mer 30 Sep - 23:21

Poésie des Ours.
One Shot, suit sa nomination et  la mort de Nuage Légendaire
Précède l'Assemblée


J'ai la vue qui se brouille.
Le cœur qui tambourine.
Un cri coincé dans la gorge.

J'ai envie de crier, de hurler toute ma haine au monde, ce monde qui m'a tant fait rêvé autrefois. J'en ai admiré la beauté, toujours, sans chercher à y donner un sens, il me suffisait de fermer les yeux pour voir. Les parfums m'apportaient toujours plus de couleur qu'un arc-en-ciel.
Mais à présent je cherche en vain à donner un sens à ce qui nous arrive. Je titube comme un aveugle, sans toi pour m'accompagner.

Je hais le monde.
Il ne vaut plus rien sans toi, comment vivre sans ton éclat de rire ?
J'ai besoin de toi, ma jumelle, ma sœur. J'ai besoin de toi, t'entends ?! Je te veux près de moi, pas dans les cieux, pas sous la terre, surtout pas sous la terre, ne les laisse pas t'emmener, ne me laisse pas t'oublier. Tu es faite pour voler.

Je hais ce corps qui habitait ton esprit. Il gît là sans vie, ce n'est pas toi, à croire que ce corps n'a jamais été le tien. Parce que tu es bien plus que ça, tu es une étincelle, un zéphyr, tu es un regard brillant, une fourrure ébouriffée, une âme infinie. Quand je t'ai vue ce matin je ne t'ai pas reconnue. Ça ne pouvait pas être toi, étendue là, à même le sol. Ton pelage était déjà sale de poussière. D'abord j'ai pensé que tu étais partie tôt t'entraîner, après tout, avec des rêves aussi grands que les tiens, on n'attend pas le soleil pour se lever. Puis j'ai fini par comprendre que quelque chose n'allait pas, car tu ne bougeais pas, tu étais affreusement immobile. C'est à ce moment-là qu'ils se sont approchés, « Ours, je suis désolé » ils m'ont dit, mais je n'ai pas compris parce que leur regret ne faisait aucun sens. D'un autre côté le silence qui s'est imposé une fois qu'ils se sont tus m'était insupportable car tu ne répondais pas à mes appels, « hey Leg ! » j'ai lancé par-dessus leur épaule mais tu n'as pas bougé. « Qu'est-ce que tu fais ? » Tes yeux étaient clos, mais je n'aurais de toute façon pas supporté de croiser ton regard éteint.
« Qu'est-ce que tu fais Leg ? »

Putain Leg, qu'est-ce que t'as fait ?

Je suis resté toute la journée à te veiller. Ils voulaient t'enlever à moi, tu te rends compte ? Je ne les ai pas laissé faire, je me suis battu, pour la première fois de ma vie, je me suis battu pour quelque chose en quoi je crois. Je n'avais jamais imaginé à quel point c'était fort, ce que la rage insuffle au corps. L'énergie qu'il faut pour se mouvoir, c'est énorme, tu sais. J'ai commencé par me débattre mollement, les repousser d'un coup d'épaule lorsqu'ils ont voulu m'écarter. Je voulais qu'il me laisse seul avec toi, après tout on n'a jamais eu besoin de quiconque, et c'est pas aujourd'hui que ça va changer hein ? J'ai juste besoin de toi, mais ça ils ne le savent pas, et tu sais ce qu'ils m'ont dit ? « C'est trop tard, Ours, elle ne reviendra pas. » Tu te rends compte ? « C'est jamais trop tard ! » j'ai eu envie de leur crier, mais au lieu de ça j'ai gardé le silence et je les ai mordus. Je les ai griffés. Ça ne m'était jamais arrivé, je ne sais pas ce qui m'a pris. Je me souviens juste avoir eu envie qu'ils souffrent comme moi je souffrais. La violence m'a habité tout entier, alors je me suis débattu comme un diable pour échapper à leur étreinte. Lorsque j'ai cessé de lutter, j'ai vu mon reflet dans leurs yeux écarquillés et tu peux me croire, ce n'était pas beau à voir. Peut-être à cet instant m'ont-ils vu tel que j'étais, dévasté, et c'est pour ça qu'ils m'ont laissé tranquille. Peut-être qu'ils ont juste compris qu'ils ne pouvaient plus rien pour moi.

Pourquoi tu m'as laissé ?

Je t'ai entendue cette nuit quand tu t'es levée, tu sais, et maintenant je m'en veux de n'avoir rien fait. J'ai ouvert un œil quand j'ai senti un courant d'air froid contre moi, là où tu étais, là où tu aurais du rester, là où tu ne seras plus jamais. J'ai senti un vide mais je ne me suis pas alarmé, tu sais pourquoi ? Parce que où que tu ailles même au beau milieu de la nuit, j'ai la certitude que tu reviendras. Alors je me suis rendormi, confiant. Je t'ai laissé partir, comme ça, en silence, ta silhouette élancée s'est éclipsée sans un bruit et a été engloutie par la nuit. A présent je regrette, si tu savais comme je regrette, de ne pas t'avoir suivi, de ne pas être parti avec toi, alors tout aurait été différent.

Je n'en peux plus de cette souffrance. Le désespoir m'étreint quand je pense à toi, et se transforme en rage quand je vois les autres. Parce que leur vie poursuit son cours, parce qu'ils continuent sans rien dire, comme si rien ne s'était passé, comme si rien n'avait changé, mais TOUT a changé, pourquoi est-ce qu'ils ne le voient pas ?
C'est fini.
Je le sais maintenant, c'est fini, y'aura pas de deuxième chance.

Je croyais que le bonheur m'était dû, mais tu sais quoi ? J'avais tord, j'avais tord, t'entends ? C'était un leurre, une vulgaire blague que j'aurais préféré ne jamais découvrir, vu le prix à payer j'aurais préféré vivre dans l'erreur toute ma vie comme un imbécile heureux. Tu aurais pu continuer à te moquer de moi et de ma naïveté, et tu aurais eu bien raison. Toi tu l'avais bien compris, non ? Que tout se paye. Tout finit par se payer un jour ou l'autre. Peut-être... Je ne peux pas m'empêcher de penser, si je n'étais pas allé à ce foutu entraînement avec lui comme j'avais pensé le faire, alors rien de tout cela ne se serait passé, n'est-ce pas ? Je veux la vérité. Plus de mensonge. Plus de secret. Si je ne l'avais pas provoqué, s'il ne m'avait pas attaqué, tu n'aurais pas essayé de le retrouver. Si notre mère ne l'avait pas laissé s'échapper il ne t'aurait pas tuée. Putain, Leg. Si j'avais su. Si j'avais su Leg, je t'aurais jamais laissée partir.

Tu le sais ça hein ?
Que je m'en veux.
Que tu me manques.

J'ai encore tellement de choses à te dire. Je ne sais pas par où commencer... Je suis essoufflé d'avoir crié. Mes yeux sont secs à force d'avoir pleuré. J'ai tout gâché, voilà par où commencer. Parce que lorsque tu parlais de vengeance je ne t'ai jamais prise au sérieux. Tu disais que ce n'était pas fini et j’acquiesçais sans y penser car j'avais déjà la tête ailleurs. Tes paroles pleines de hargne ne trouvaient plus qu'un faible écho en moi, ma fureur était déjà oubliée parce que j'avais trouvé quelque chose d'autre, quelque chose de plus intéressant pour m'occuper. Quand tu disais rancœur je n'entendais que le mien qui battait plus fort depuis quelques temps déjà. Et quand la foudre animait ton regard je ne voyais que sa sœur.

Elle s'appelle Nuage d’Éclipse.

Je l'ai rencontrée un jour d'ennui et elle a illuminé mon ciel. J'aurais du t'en parler, je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas fait, peut-être parce que toute cette histoire me semblait trop futile pour être mentionnée, ou trop sérieuse peut-être... Tu sais comme je suis. Je n'aurais pas su en parler de toute façon, et maintenant j'ai juste envie d'oublier. Je voulais juste m'amuser mais tout cela me semble dérisoire aujourd'hui. Toutes les heures passées loin de toi sont un gâchis, si j'avais su je ne serais pas parti ce jour-là, j'aurais attendu que tu rentres de ton entraînement, tu m'aurais raconté tes prouesses et j'aurais fait semblant de ne pas t'admirer. Il y a tellement de choses que je ne t'ai pas dites tant elles me paraissaient évidentes, trop pour que je daigne les prononcer, mais peut-être que toi tu les attendais. Et il est trop tard pour ça, j'ai beau parler, parler, je sais que tu ne m'entends plus.

J'ai mal.
J'ai mal, ma sœur, tellement mal.

Et je suis seul.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Paradis Perdus. [OS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tva en direct`avec monsieur paradis
» Escalier du paradis
» Notre petit coin de Paradis !
» Jersey... Paradis fiscal.
» 12 mois de chrono/13 kgs perdus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan de l'Ombre :: Camp-
Sauter vers: