« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rabbit & Cie - PV Nuage Agité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Envol D'Icare
Modo Satanique.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 476
Age : 19
Date d'inscription : 18/06/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Rabbit & Cie - PV Nuage Agité   Sam 18 Avr - 21:39



    Rouge: rouge gorge. Rouge sang. Rouge sève. Rouge ciel matinal. Rouge yeux larmoyants. Il y a tellement de chose que l'on peut faire avec du rouge. Pourtant, je n'en vois pas une once, autour de moi. Pas un soupçon. Rien. Certaines couleurs me sont à jamais voilée. Elles se sont arrachées de mes yeux, se sont enfuis, ne sont jamais revenu. Elles ont brulé au soleil. L'avoir trop regardé m'aura au moins coûté cela. Mais je vois le noir, je vois le jaune, le vert, le bleu, et tant d'autres couleurs naturelles. Mais le rouge me boude. Le rouge s'en moque. Le rouge ne s'affiche qu'au fond de mon corps, dans mes veines, là où il m'est impossible de le voir. Agaçant. Frustrant. Je lève ma patte, le filet coule. Il est gris. Je me souviens de sa tendre apparence vermeille d'antan, autre que cet aspect triste et décolorée. Je m'en souviens. Je lèche la blessure. Elle est amère, un mélange de cuivre et de terre. Moi, je veux juste voir ce beau rouge miroitant, vivant. C'est l'une des caractéristiques de mon handicap que je déteste. M'empêcher d'admirer la plus belle des couleurs. Vous savez, l'on peut l'associer à beaucoup de chose. Le désir, la vie et la mort, la sensualité, la douleur, la chaleur... tout ce qui apporte un temps soit peu de sensation dans notre existence. Et l'on m'en a privé. Quand j'admire cette blessure, cette petite écorchure, je ne vois rien. Je ne sens rien. Je suis muette, immobile, et froide. Rien ne définie plus cette triste condition : froide. J'essuie ma patte sur la pierre. Une tache noire sur le gris de la roche. Je souris. Mais Ce n'est pas amusant.

    Ennuyant, non? C'est ce que vous êtes surement en train de vous dire. Qu'a telle donc à nous parler de sa vie, de ses problèmes, de choses dont nous n'avons strictement rien à faire? et bien... vous venez de trouver votre réponse tout seul. Je me plains. Oui. J'adore de me plaindre c'est dans ma nature. Depuis l'installation de la démocratie au campement, je ne m'en prive plus. Et vous embêtez est mon plaisir. Aussi, vous venez tout juste de perdre une minute de votre temps à entendre parler d'un sujet qui n'aura, évidemment, aucun rapport avec notre histoire actuelle. Laquelle n'a même pas commencé. Certes, j'ai bel et bien ce que l'on appelle une coupure à la patte. Certes, le rouge est une couleur dont je suis privée depuis mon accident. Certes, j'ai peut-être un peu trop exagérer et ai peut-être tourné cela dans quelque chose de trop poétique, mais là n'est pas le sujet. En fait... il n'y a pas de sujet. Je suis simplement là, le cul posé sur les hautes pierres, à admirer le paysage et sentir le vent me gifler le visage comme pour me dire de foutre le camp. Ce qu'évidemment je ne ferai pas. Qui écoute le vent, ici, à par les guérisseurs? Ils espèrent y trouver un signe, un message des étoiles et du ciel. Cela reste entre nous bien sur... mais je les trouve un petit peu dérangé ces chats.

    En tout cas, qu'ils soit fêlés ou pas, cela reste leur problème. Le mien est plus particulier. Car oui, d'accord, il y a bel et bien une raison pour laquelle je reste prostrée ici, sur ce caillou, depuis le début de la matinée. En fait... non. stop. je sais ce à quoi vous pensez. Je ne chasse pas. Je ne guette pas le gibier. Que l'ont soit bien clair. En fait...je viens ici dans un but parfaitement contraire à mes principes : admirez. Contraire en quoi, me direz-vous. Et bien, il n'est pas dans mes habitudes de m'attarder sur les bienfaits de mère nature. En fait, je n'en ai pas grand chose à faire habituellement; et pour le dire franchement, je déteste cet endroit. Ces vieux arbres qui tiennent à peine debout, qui grincent quand le vent les frôle... tout ici est signe d'abandon. Et de sérénité, aussi, je dois l'admettre. Me ressourcer? Je ne le fais jamais. je me l'interdis. Aucun besoin de ressourcement si l'on sait ce que l'on veut. Et si l'on ne sait pas, c'est souvent signe de faiblesse et de confusion. Je n'étais pas confus. Je me refusais à l'être. Pourtant, aujourd'hui, j'avais juste besoin de calme, et de tranquillité. Tout ce qui me manque en ce moment, à vrai dire. Le camps est en effervescence. Tout le monde s'attend au pire, frôlant la paranoïa. Alors imaginez pour les matous comme moi qui le sont déjà perpétuellement. Un calvaire. Aussi, aujourd'hui, je ne veux rien de plus que me reposer une bonne fois pour toute. J'inspire l'air frais. Sauf qu'il sent mauvais. Une grimace déforme mon visage. Un matou. Haa.. oui, j'oubliais que je n'étais pas loin du clan de la lune. Je tourne mon visage vers la source, et vois une forme sautiller non loin. Je ricane, et parle assez fort pour que la dîtes silhouette m'entende:

    -Hé ! Le lapin ! Va donc t'exhiber ailleurs !

    Moi? une peau de vache? Absurde, absurde...

_________________




too beautiful for this world <3 (je t'aime mystou !):
 

Cadow:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile de Mystère
Modo dieuse du dessin.
Modo dieuse du dessin.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1527
Age : 18
Date d'inscription : 22/08/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Rabbit & Cie - PV Nuage Agité   Dim 3 Mai - 23:09


Me revoilà parti pour m’engrainer. Beaucoup d'apprenti donneraient tout pour avoir une journée de repos, mais quand on est comme moi, qu'on a plus de mentor, qu'on a un problème à la patte gauche qui nous ralenti, les entraînements étaient des moments indispensables. J'adorais m'entraîner, surtout seul. Si quelqu'un me voyait, j'aurais tellement peur de rater quelque chose, que je le raterais sans aucun doute. Donc j'ai mon coin près des Hautes Pierres, il était parfait. Imaginez, plusieurs plateformes de pierre, de toutes tailles, certaines proches, d'autres éloignées, elles m'offraient un parcours génial pour forger mon endurance et la force de mes pattes. Je sautais de plateforme en plateforme, ou bien courrais entre elles un étage plus bas, sur les plus grandes, je pouvais apprendre à combattre sans trop craindre une chute, et puis, je parie que les buissons regorgeront de proies lorsque la saison des feuilles nouvelles arrivera. Cet endroit, c'est ma deuxième maison, le second endroit que je préférais le plus au monde, après le Grand Cerisier. Ce dernier est plus porteur de souvenirs et de promesses, que d'endroits stratégiques.

Bref, j'étais reparti pour mon jardin secret, et tout cela par les moyens de procédure habituels. Grand sourire et yeux pétillants pour obtenir l'autorisation d'un guerrier dans le but de sortir, fait. Traverser le territoire en frôlant les frontières avec les Hautes Pierres, fait. Rester vigilant et vérifier si personne ne m'a suivi, fait. Tomber plusieurs fois sur la route à cause de ma patte, fait.. Rien qu'arriver ici était déjà une initiation à la discrétion et à la prudence, parfait pour la chasse et l'espionnage. Et une fois arriver, je pouvais commencer mon parcours ! Départ dans trois, deux, un... Non, minute papillon. Une odeur flottait dans l'air. Très proche, je sentais une odeur salée, et bien connue, celle du sang. Il y en avait sur un rocher, mais ni une flaque -ce n'est pas une proie qui a été tuée- ni un filet -le chat ne s'est pas coupé sur le rocher-. C'était une faible mais longue ligne, épaisse comme ma patte. Quelqu'un avait frotté une patte blessée ici délibérément ? Qui a bien pu faire ça ? La curiosité l'emporte, la seconde qui suit, j'avais bondi dans un buisson.

Je sautai d'endroit à endroit, suivant la trace du chat passé récemment, très récemment. Je tombi une fois, me relevai par habitude sans grogner par contre, trop concentré sur l'odeur que je suivais. Et tout ça ? Tout ça pour quoi ? Pour finalement entendre :

" Hé ! Le lapin ! Va donc t'exhiber ailleurs ! "

Pour me faire critiquer, génial, par quelque que je ne connais pas, encore plus génial, et d'un camp ennemi, totalement méga génial. Je stoppai mes bonds et terminai ma course près de quelques arbres plus de la première fraicheur. C'était une reine du clan du vent, et ses yeux, brrrrr, plus que glaciales : ils étaient blanc, mais blanc blanc ! Avec son air peu commode, elle me donnait pas envie de continuer la conversation. Les oreilles penchées en arrière et la patte tremblante plus que jamais, je répondis d'une légère voix.

" Oh, excusez moi, je .. ne voulais pas déranger. J'ai juste vu du sang et voulait voir si quelqu'un à besoin d'aide.. "

Agité, Agité ! Trop de bla bla ! Le but, c'était de partir !

" Bon ben.. au revoir. "

Bon, je passai sûrement pour un peureux, mais c'était la vérité. Seul contre une ennemie, je suis foutu, je ne peux que retourner d'où je viens, ventre à terre, mais très vite.

[Ça n'engage pas trop de conversation, mais .. agité est comme ça, fuyard :V]

_________________
La team:
 


Étoile de Mystère : [#ccff99] - Pâleur du Soir : [CornflowerBlue] - Plume Agitée : [LightYellow]
Caresse de l'Aile : [#000033] - Coeur de Roc :  [SandyBrown] - Ivoire : [#330000] - Nuage de Flèche : [#999999]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/cataries.art/
 
Rabbit & Cie - PV Nuage Agité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuage de Pommes flambées
» Un nuage de cendre et le monde s'affole.
» Tétées agitées
» sommeil méga agité - les gazs qui embêtent
» Johan, 5 mois et demi, devient très agité au sein

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Terres Libres :: Hautes Pierres-
Sauter vers: