« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance,

la fin de ma chute. » Valse des Étoiles
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fade Away [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Présage des Rats
MacModo.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1482
Age : 21
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Fade Away [LIBRE]   Ven 9 Jan - 10:56

Did we create a modern myth ?
feat. Runes Antiques
«Don't forget to breathe tonight».

 
Elle avait voulu revoir la Rivière, sa Rivière. Elle était là depuis longtemps, bien avant eux, bien avant ces enfants qui courraient de nouveau le long des rives sablonneuses. Elle souriait en les regardant, apaisée comme pour la première fois. Elle pensait, de loin, à son petit-fils, il ferait un merveilleux guérisseur. Enfin c'est ce qu'ils disaient tous, elle ne pouvait pas leur en vouloir, elle aussi aurait dû l'encourager. Mais elle ne pouvait s'y résoudre. Quelque chose, au creux de son âme, lui hurlait de l'en empêcher. Elle n'avait jamais voulu d'un tel destin pour lui, pas une vie comme la sienne, vide et triste et dédiée à ceux qui, au fond, ne l'intéressaient pas. Elle se sentait souvent égoïste, elle revoyait la novice ingrate et capricieuse qu'elle avait été, celle qui avait livré son propre frère à l'abattoir, juste parce qu'elle en avait assez de ses visions. Elle n'avait pas eu besoin de vision pour la sentir. Sa vieille amie, la mort, qui lui avait tourné autour quelques fois, sans jamais venir la prendre pour de bon. Alors, enroulée dans son manteau aussi noir que les corbeaux qu'elle détestait tant, la mort s'était contenté de lui prendre tous ceux qui avaient pu avoir de l'importance pour elle. Et telle une valseuse diabolique, accompagnée du temps, son éternel second, elle n'avait cessé de danser et de danser encore, elle s'était rapprochée, silencieuse et presque belle, n'aspirant qu'à une chose. Comme toujours elle avait réussi, elle l'avait si bien dépouillée qu'au final Runes avait préféré ne plus se lier d'affection avec quiconque. Dans l'obscurité, lorsqu'elle était seule pour pleurer, elle se demandait avec un désespoir certain, pourquoi elle ? Oui, pourquoi les éléments l'avaient-ils épargné tel le phare perdu au milieu des flots déchaînés ? Pourquoi les aléas de la vie l'avaient-ils si souvent évité, elle la vieille carne inutile ? La rage et l'incompréhension la dévastaient et elle s'endormait, épuisée de ne savoir pas répondre à ses propres questions.


Ce matin là, comme quelques anciens qu'elle avait vu faire, la peur au ventre et les regrets au cœur, elle s'était éloignée du camp. Attachant son regard partout, sur la moindre chose qui lui semblait familière, jusqu'à ce que les visages de ses camarades disparaissent, ils lui avaient sourit, convaincus qu'elle partait pour une de ses longues balades, elle serait revenue à la nuit tombée, râlant pour qu'on la nourrisse, et le lendemain les petits seraient venus la voir et elle aurait conté la fameuse histoire des Quatre, la Famine, la Guerre, la Maladie et la Mort ou celle d’Été et Brise, leur romance, leur fin heureuse pour une fois. Elle jalousait ces deux personnages, ce n'était qu'une légende évidemment, mais elle lui rappelait tellement sa propre histoire. Seule la fin avait été différente. Elle avait peur de la mort, elle ne s'en était jamais cachée, mais cela devrait bien arriver un jour, et puis elle était si fatiguée...


Le soleil faisait briller le givre qui tapissait les bois, on aurait dit qu'un million de pierre précieuses étaient tombées du ciel dans la nuit et elle contemplait cette magnificence avec des yeux plus jeunes qu'elle ne l'avait jamais été. Une larme lui roula sur la joue lorsqu'elle voulut courir à toute allure mais que ses membres endoloris lui refusèrent ce dernier plaisir. Le temps était venu, il n'y avait plus de doutes, voilà quelques jours elle pouvait encore se lancer dans une course effrénée, pas longtemps bien sûr mais au moins le temps de savourer le vent dans son pelage jauni et la saveur de la vitesse dans ses veines. Même cela lui échappait lentement. Tout son corps la faisait souffrir, respirer lui coûtait tant qu'elle craignait de ne jamais atteindre sa destination.


Pourtant, par un genre de miracle qui n'était sûrement pas dû aux étoiles, elle parvint à rejoindre les Chutes. Elle se tint, chancelante, haletante et lasse au dessus du vide un moment.
La rivière était plus profonde ici, puissante, destructrice et magnifique à la fois. Un sourire béat apparu sur le visage émacié et déjà trop vieux de Runes Antiques. Tous ses noms lui traversèrent l'esprit mais disparurent aussitôt. L'eau qui grondait en bas, voilà tout ce à quoi elle parvenait à penser. Alors comme dans un rêve,  un battement de coeur, un souffle envolé plus tard, ses yeux se fermèrent et son corps, à présent aussi léger qu'une plume, dégringola. Elle était déjà morte au moment d'atteindre le fond, la chute l'ayant emportée. Elle n'avait pas souffert. Et c'était peut être le meilleur moment de sa vie. On la retrouverait après sa dérive, trempée, glacée le pelage plaqué sur ses côtes saillantes,  étendue sur le rivage, un rictus ravi sur le visage.


Ainsi s'éteignait Runes Antiques, la mémoire et la douleur.




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valse des Étoiles
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1765
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Fade Away [LIBRE]   Jeu 29 Jan - 22:19

Rien n'a changé.
Le territoire, l'herbe, la rivière, les galets tout est identique que la dernière fois. Malgré nos nombreuses lunes d’absences, notre terre nous a patiemment attendu alors que nous logions sur les terres ennemies. La seule modification notable est la disparition des chemins que nos nombreuses allées et venues avaient autrefois marquées sur le sol. Cependant bien qu'autour de moi la nature se soit figée, je vois tout d'un autre oeil. La situation n'est plus du tout d'un comme elle l'était : avant je parcourais ces terres en tant que simple guerrière avide de liberté. Aujourd'hui je les foule comme cheffe qui porte tout le destin d'un Clan sur ses épaules. Rien n'a changé et pourtant plus rien n'est pareil.

Mon corps s'est habitué à la lande. Son sol durci par le givre, ses buissons d'ajoncs, ses larges pierres, et ses minces ruisseaux. Et pourtant, à la seconde même où j'ai posé une patte sur ces terres, une sorte de décharge m'a traversée et l'Enfant de l'Eau qui sommeille à moi a refait surface. Je sais que ma place est ici, que nul part ailleurs je ne suis chez moi. Je prends, au fur et à mesure des jours, conscience que ces terres sont miennes désormais et que, faute d'être leur reine, je fais désormais partie de la royauté. C'est étrange, vaniteux aussi un peu peut-être, mais c'est un fait que je ne peux pas nier. Moi qui aie toujours voulu être normale, me fondre dans la masse, je suis désormais un des quatre chats les plus puissants de la forêt. Bientôt je serai une Etoile.

Je me rapproche de la rivière cet endroit qui m'a tant manqué. J'aime ce lieu il est, pour moi, pour nous, chargé de souvenirs. Ma rencontre avec Perle de Neige, mon apprentissage à la pêche, mes escapades d'apprentis, j'ai passé une grande partie de ma vie dans ces eaux profondes, noires et froides. Pourtant je ne peux m'empêcher de la trouver belle. Grossie par la neige fondue, elle gronde, folle furieuse, entraînant avec elle branche et débris. Se pourrait-il qu'une nouvelle crue se déclenche dans les prochains jours ? Non, c'est des choses auxquelles je ne veux pas penser. Mais c'est ton rôles maintenant. Peinée, comme à chaque fois que je pense à cela, je relève la tête et regarde autour de moi. Je reste immobile un long moment, le regard perdu dans le flot fou de la rivière et je suis tellement submergée par mes pensées que je mets quelques secondes avant de réagir quand je vois une boule de poils trempés passés. Je sursaute brusquement et tourne la tête vers l'aval et me mets à courir instinctivement sur les galets glissants. Un corps frêle dévale la rivière sans bouger, sans se débattre. Je crois reconnaître le pelage de Runes Antiques. Paniquée je l'appelle d'une voix rauque et j’accélère pour tenter de la rattraper. L'eau est tellement froide qu'elle pourrait en mourir. En puisant dans mes forces les plus enfouies je la dépasse et m'envole vers le passage à gué. Je bondis sur la première pierre et glisse pitoyablement, tombant sur l'épaule. Je me redresse en grimaçant, et saute sur la seconde pierre. J'y atterris juste au moment où l'ancienne s'écrase contre cette pierre. Je l'attrape par la peau du cou et la hisse en sureté, le corps tremblant sous l'effort. Je la laisse tomber sur la pierre mouillée et lui lèche vigoureusement le torse comme j'ai souvent vu les guérisseurs le faire. Mais rien ne vient. Elle n'écarquille par les yeux en vomissant de l'eau, elle ne remue pas, ne frissonne pas. Rien.

Un frisson d'horreur me parcourt l'échine pendant que la nausée me secoue. Son corps est froid, raide. Elle est morte. Dès que cette pensée se formule dans mon crâne je ne peux me retenir de vomir dans l'eau sombre du torrent. Je reste plusieurs minutes recroquevillée sur moi même. Perdue, terrorisée. Et si c'était un signe du Clan des Etoiles pour que je ne devienne pas meneuse ? Je dois en parler à Naïade. Attrapant la chatte par la peau du coup je la tire jusqu'à la rive et là, la charge du sur mon dos en pensant, amère, que j'avais l'habitude maintenant. Le contact glacial et l'odeur de la mort me revulse mais je lutte contre ma faiblesse.

Quand j'arrive au Camp je m'écroule au sol. Autour de moi, un cercle muet se forme, grave, silencieux. Puis quand ils comprennent, des cris surpris, terrifiés résonnent dans la clairière. Une fois me souffle de les calmer mais je ne sais comment faire. « Je l'ai trouvée dans la Rivière... je n'ai rien pu faire pour la sauver elle était... elle était déjà morte. Elle chasse désormais avec le Clan des Etoiles. Je marque une pause et reprends d'une voix cassée : Nous allons la veiller cette nuit et nous l'enterrerons à l'aube. Me retournant vers la défunte je lui effleure tendrement le museau comme si elle était l'une des nôtres. Repose en paix Runes Antiques, tu nous manqueras à tous. Merci de m'avoir soutenue contre le Clan du Vent. Nous ne t'oublierons jamais toi et ton sale caractère. » La clairière est silencieuse. Seul résonne le chant froid et morne de la mort fredonnée silencieusement par notre Clan en deuil.

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/ En ligne
 
Fade Away [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» eau libre
» nouvelle poudre libre HD
» presse libre, l'appel de la colline
» les 6 mois de complement de libre choix de garde (la paje)
» Lecture libre et gratuite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance, :: JEU. :: Clan de la Rivière :: Territoires :: Chutes d'eau-
Sauter vers: