« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Flocon de Neige
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1970
Age : 19
Date d'inscription : 13/02/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]   Ven 2 Jan - 8:04

NUAGE MATINAL.
Père et fils, jour et nuit, lumière et ténèbres.
« Tu dois toujours être attentif aux moindres gestes de ton adversaire, il suffit que tu te déconcentres juste quelques secondes, et lui ça le suffit largement pour te mettre à terre tu m’as compris ? »
Je commençais sérieusement à fatiguer de tous ces entraînements la nuit jusqu’à mon réveil, j’avais l’impression de n’avoir jamais aucun repos, pas étonnant que je me déconcentrais aux moindres bruits. Cœur Gelé, elle ne semblait jamais épuisé. Peut-être que dans le Clan des Etoiles les chats n’ont jamais sommeil. Elle me regardait avec toujours cette même expression glacial et transparente, son regard bleu nuit se fondait presque avec le reste de sa fourrure couleur ébène. J’hochais la tête pour lui signifier que j’avais compris mais j’étais bien trop fatigué pour réellement comprendre. Elle avait l’air de l’avoir compris puisqu’elle ajouta. « Bon, je te montre une dernière position puis je te laisse tranquille, je ne veux pas que tu sois ainsi toute les nuits, ce soir je ne te rendrais pas visite, j’ai quelque chose d’important à faire. » Une lueur étrange se mit à luire dans ses yeux de cristal sombre, et je plissais les yeux, qu’est-ce qu’elle mijotait ? Et sans moi en plus ? Et puis ce n’était pas son genre de me laisser des heures de répits. Soudain l’idée qu’elle entraîne un autre que moi me serra le cœur.
« Tu m’as remplacé avec un autre apprenti du clan ? Je veux savoir qui ! »
Mes yeux semblait déterminé et de glace comme les siens. Elle fit un petit sourire moqueur.
« Non je ne t’ai pas remplacé, mais il y a des choses qui se passent là-haut, bientôt tout va changer tu verras. »
Quelque chose se tramait et j’ignorais complètement ce que ça pouvait être. J’étais bien trop fatigué pour réfléchir d’avantage, alors je n’insistai pas. Elle me montra une technique pour faire volte-face et attaquer lorsqu’on vient tout juste de perdre notre équilibre. Je fis un effort considérable pour la réussir. Et à la fin de cet exercice, elle me félicitait assez satisfaite de la nuit, puis disparut aussitôt. Je me réveillais doucement dans la tanière des apprentis, il faisait encore nuit dehors, une brise froide vint secouer ma fourrure de feu. Il me semblait que la nuit en était à sa moitié. J’avais encore le temps de dormir un peu. Alors sans attendre, je tombais dans un profond sommeil.
C’est seulement lorsque le soleil vint caresser ma fourrure de ses doux rayons chauds que je m’éveillais. L’air semblait plus doux que cette nuit, dehors une très fine couche de neige recouvrait le sol. Il avait dû neiger un peu cette nuit. Je m’extirpais de ma litière humide, avec des frissons glacés, et m’étirais de tout mon long. Ca faisait longtemps que je n’avais pas dormis comme ça ! Je sortais du domaine des apprentis, mes coussinets semblaient plus durs que jamais depuis le début de l’hiver, à force de toucher le sol glacé. Je fis une toilette rapide, scrutant les alentours à la recherche d’une fourrure sombre. J’allais me diriger vers la tanière des guerriers, jusqu’à me souvenir que mon mentor n’était pas l’un des leurs, c’était le chef. Fier, je levais la tête en direction du promontoire, c’était en dessous que se trouvait le lieu de repos de mon père, dissimulé derrière un rideau de lierre. Un jour, ce sera ma place ici. Je serais plus puissant et plus fort que tous les autres, je me remémorais les leçons de Cœur Gelé. Pas de sentiments, pas de pitié, pas de peur sauf pour la transmettre aux autres. Seulement cruauté et puissance. Chaque fois que je pensais ces mots, j’avais le sentiment de sentir la fourrure noir de la guerrière contre mes flancs. Elle semblait veiller sur moi à chaque instant, bien que ça ne m’avait pas déplu jusqu’au jour où j’avais rencontré une apprentie de la Lune, et qu’elle avait commençait à me faire la morale. Je l’avais demandé de disparaître. J’avais était faible ce jour-là, mais plus jamais je ne me laisserais prendre pas mes sentiments. Je marchais donc, vers la tanière de mon père, et lorsque j’arrivais enfin à sa hauteur, je glissais ma tête à travers le rideau, et le cherchant du regard, jusqu’à voir une masse sombre étalé sur le sol.
« Etoile Sombre on s’entraîne aujourd’hui ? »

Je n’osais jamais l’appelé père, ça lui enlevé toute dignité de chef selon moi, puis c’était les enfants qui appelé leurs parents par « père, mère, papa ou maman » J’étais grand moi, je n’étais plus un chaton ridicule, trop longtemps on m’avait traité comme tel, mais un jour, ils verront, ils verront quand ils ramperont sous mes pattes. Je sortais ma tête de sa tanière et me posa tranquillement devant. Ca me faisait toujours bizarre d’avoir deux mentors au pelage sombre et aux yeux bleus. Ce qui les différencier le plus, c’était déjà leurs courbes, Cœur Gelé était une femelle, donc elle était plus fine et plus petite, puis son pelage était court et ses yeux très sombres. Tandis que mon père lui était grand et imposant, sa fourrure fourni comme la mienne, et ses yeux bleu tirant plus vers le gris. Mais lorsque l’un ou l’autre bougeait vite, je pouvais les confondre. Je m’attendais toujours à une réplique acerbe de la part de mon père le matin tôt, peu après mon entraînement la nuit avec Cœur Gelé. C’était assez perturbant je devais le dire.

_________________

il était une fois ... ♥:
 

Merci Ruru ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1888
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]   Sam 3 Jan - 21:01

DAY AND NIGHT, FATHER AND SON.ÉTOILE SOMBRE
Étoile Sombre aimerait se dire Nuage Matinal n'est qu'un pauvre gamin sans cervelle qui ne vaut pas un instant toute l'attention qu'il doit lui porter. Il aimerait le voir échouer, s'effondrer dans des murs de honte. Combien il se délecterait de ses échecs, de toutes ses petites misères. Il se plairait à écraser contre lui le poids de ses mauvais pas, chercherait constamment à les lui souligner histoire qu'il ne les oublie jamais. Or, le jeune chat présente un potentiel impeccable. Doué dans plusieurs domaines, mais surtout dans l'art du combat où il excelle, dépassant ses camarades de beaucoup. Le Chef ne manque pas un instant la progression des apprentis de son Clan et il sait sans l'ombre d'un doute qu'il a le plus talentueux, le plus prometteur. Pourtant, son coeur s'assombrit à sa vue plutôt que de se laisser envahir par cette même fierté qu'il ressentait à l'égard de Nuage d'Érable, aujourd'hui une guerrière accomplie. Quelque chose de non dit flotte entre eux, et cette décision de prendre le petit sous son aile le pèse un peu plus chaque jour même s'il ne regrette toujours rien. Comment un chat aussi droit, positif et optimiste peut-il même espérer que son fils échouera? Quel genre d'être peut-il bien être de lui souhaiter autant de misères et de ne trouver aucun réconfort dans ses réussites pourtant nombreuses? En entendant la voix du jeunot dans l'entrebâillement de son antre, il se crispe quelque peu en lâchant un grognement à peine audible.

En réalité, ce petit l'effraie. Malgré toutes ses qualités de novice, il manque de plusieurs autres caractéristiques qui sont, à ses yeux, essentielles à tout guerrier: le respect, la compassion, la loyauté. Non pas que le matou au pelage noir doute des allégeances du petit, bien au contraire. Il se doute simplement que Nuage Matinal ne voit d'autres intérêts que les siens, ceux qui peuvent lui profiter. En d'autres mots, potentiellement un peu extrêmes, Étoile Sombre ne le juge nullement digne de confiance. Même qu'il ne l'aime pas beaucoup. Ses sentiments envers le petits sont empreints de dureté et de froideur. Il lui faudra du temps pour l'apprivoiser. De toute façon, il s'est promis. Il n'abandonnera pas celui-ci aux démons qui le guettent. Quelque part, le Chef se doute que le petit lui cache des choses, même s'il est loin de se douter de leur portée. Il veut lui apprendre à aimer, à aimer ce monde qui l'entoure, à aimer les siens. Or, il a beaucoup de mal à y parvenir sans lui montrer la tendresse dont il a inconsciemment besoin. Un éternel cercle vicieux. Avec un soupir, le guerrier se redresse et sort à la lueur du soleil. Il est plutôt surpris d'avoir veillé autant, mais ces dernières nuits furent courtes. Quelque chose se trame du côté du Vent et de la Rivière, il le sent. Il a passé beaucoup de temps à patrouiller le territoire du Tonnerre dans l'espoir de percevoir quelque chose aux frontières.

«Oui. Viens avec moi.»

Étoile Sombre prend son temps. Il salue tous les guerriers, apprentis et même chatons qui croisent son chemin, s'arrête pour parler avec respect aux Anciens qui déjeunent dans un coin tranquille du camp. Il sait que ce manège impatientera le petit, mais il se fiche bien de sa réaction. Il va piger une souris bien grasse dans le tas de gibier, constatant qu'il sera temps de retourner chasser. Il déguste l'animal avant de passer à sa toilette avec toujours le même soin méticuleux. Pendant ce temps, il écoute les babillages incessants de Fleur de Coquelicot avec une grande considération. Au bout d'interminables minutes, il finit par se lever et se diriger sans le moindre mot vers la forêt. Ses pas le mènent au coeur de ses terres, non loin de la combe sablonneuse. Cette part est plus boisée. Les oiseaux font un vacarme monstre dans les arbres, malgré l'hiver. Sans prévenir, Étoile Sombre se retourne vers Nuage Matinal:

«Qu'est-ce que tu vois?»

Sa voix est calme, rassurante, chaude comme un ténor. Il se sent paisible, sa fourrure parsemée de flocons qui viennent éclaircir ses poils sombres. D'un mouvement de queue, l'aîné désigne la forêt qui les entoure, sans préciser sa pensée. Il a hâte d'entendre ce que son apprenti lui dira.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Flocon de Neige
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1970
Age : 19
Date d'inscription : 13/02/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]   Sam 3 Jan - 21:35

NUAGE MATINAL.

« Vois au-delà de ce que tu vois. »
Lorsque mon père daigna enfin se montrer à mes yeux, il n’avait aucun enthousiasme. Mon père ne m’avait jamais apprécié. Pourquoi ne m’aimait-il pas ? Un jour je serais plus puissant que tous les chats de la forêt. Il devrait être fier, mais bon tant pis pour lui, de toute façon un jour ce sera moi à sa place. Il se servit un campagnol bien grassouillet, prenait son temps, quel chef pathétique, lent et fatigué, tout pour me faire sortir de mes gongs. Mais je gardais mon calme. Je ne voulais pas me dégonfler devant lui. Il n’y avait jamais eu d’amour entre nous, jamais eu de « bravo, je suis fier de toi. » Jamais de geste tendre. Non, il n’y avait que vide et froid, il faisait son rôle de mentor et je faisais mon rôle d’apprenti. La vérité, je le savais, je le lisais dans son regard, il avait peur de moi, peur de son fils. Et je remerciais chaque soir Cœur Gelé pour ses leçons. Reste froid et distant, montre que tu n’as peur de rien, montre que tous ce qui t’importe est la puissance, n’a aucune pitié. Lorsque je tué une proie, je ne remerciais même pas le Clan des Etoiles, je trouvais ça inutile. A quoi bon leur remercier ? C’était moi qui l’avait tué, elle ne méritait aucun remerciement cette proie et encore moins le Clan des Etoiles. Le félin sombre sortit de la forêt sans aucun mot. Je le suivais comme à nos habitudes, regardant droit devant moi, droit et fier. Je n’avais pas de respect pour mon chef, le respect disait Cœur Gelé, est une faiblesse. C’est faible que de se soumettre à l’autre. Si j’écoutais ses ordres c’était par obligation et non par respect. Je priais vite pour devenir guerrier et prendre sa place. J’avais déjà quelques plans pour me débarrasser de Lierre Automnal. Mais ce qu’il me manquait c’était la confiance d’Etoile Sombre, comment faire pour qu’il y est confiance en moi ? Ca, Cœur Gelé me l’apprendra bien plus tard.
Lorsqu’on arrivait au beau milieu de la forêt, Etoile Sombre s’arrêta, fit volte-face, et d’un ton calme me demandait.
« Qu’est-ce que tu vois ? »
Je souriais moqueur, quel leçon absurde ! Il n’allait quand même pas m’apprendre le nom des arbres et des plantes, si ? Il était devenu guérisseur ? Mais il semblait sérieux. Je tournais mon regard glacial vers la forêt, et la première impression qui me vint à l’esprit fut : mon futur territoire, mon domaine, mon royaume. Mais si je sortais pareille phrase il se douterait de quelque chose, alors je me concentrais un moment, mais quel était le but de cet exercice bon sang ? C’était quoi ? Un test ? Je regardais l’environnement autour de moi en soupirant. Il n’y avait qu’une seule fois que j’avais vraiment appréciais regarder un paysage, et c’était avec elle, avec Nuage Féerique. Lorsqu’elle m’avait fait rouler dans la neige, c’était là que j’avais remarqué à quel point la neige était quelque chose de sublime. Je secouais la tête, pas question de repensais à cette chatte, ce serait redevenir faible à nouveau. Ce que je voyais ? Des arbres, des fougères prisonnières du givre, de la mousse. Mais à quoi jouer mon père ? Je jetais vers lui un regard interrogateur.
«  Heu.. des arbres ? »

J’avais vraiment l’air bête et enfantin avec ma mine perdu, mais je ne comprenais pas l’enjeu de cet exercice.

_________________

il était une fois ... ♥:
 

Merci Ruru ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1888
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]   Jeu 8 Jan - 1:23

DAY AND NIGHT, FATHER AND SON.ÉTOILE SOMBRE
Étoile Sombre a fermé les yeux. Il se laisse bercer par ces sons qui ont envahi son territoire qui pourraient faire office de cacophonie agressive pour quelque oreille inattentive. Il fait un bon moment que le vétéran a abandonné cette idée préconçue et faussée. Tout ce bruit lui est telle une musique empreinte de vie. Là où les oiseaux chantent, la vie. La vie ne signifie qu'une chose aux yeux d'un chat expérimenté tel que lui: un festin. Ce festin qu'il se plaît à rapporter tous les jours aux êtres aimés, ce festin qu'il partage avec les siens contre le sol gelé du camp. Tant que le silence ne s'abattra pas contre ses contrées, le Chef se nourrira toujours d'espoir. Le silence est synonyme de mort, d'une lente agonie dans un faim interminable. Il a vécu beaucoup d'hivers ainsi, à contempler le ciel d'un air vide à se demander quand son calvaire prendra faim. Comme tout grand guerrier qui se respecte, Étoile Sombre craint le silence mortel qui plane toujours au-dessus de la forêt. Un sourire serein éclaire désormais son visage. Il émane de lui une puissance tranquille, une grande paix qu'il a rarement ressenti ces derniers temps. Cette menace de guerre au nord de son territoire l'ont laissé fatigué et vieilli, mais aussi plus mûr, plus sage et plus attentif. Il prend désormais beaucoup de plaisir dans les choses simples. Si seulement Nuage Matinal pouvait en être ainsi, lui aussi.

Un soupire lui échappe devant la réponse de l'apprenti. Oh, il n'est pas surpris, seulement un peu déçu qu'une réponse aussi fade lui soit parvenu de la part du jeune chat. Ces jeunes manquent terriblement d'imagination. Il se souvient encore de la réponse qu'il a fourni à son propre père, lorsqu'il lui a posé. «La vie.» avait-il répondu. Nuage Sombre ne connaissait pas encore la signification exacte de ces paroles à l'époque. Il savait juste reconnaître, à l'instar de son novice actuel, que la forêt grouillait d'une vie qui lui était propre et qu'eux, Griffe de Lierre et lui, étaient en quelque sorte des intrus en son sein. Étoile Sombre secoue la tête, ne retenant même pas une étincelle découragée d'envahir son regard. Après tout, si le petit ne fait pas d'effort, il n'en fera pas non plus. Avec une grâce étonnante pour un chat de sa carrure, il se lève et se met à tourner autour de Nuage Matinal.

«Tu sais, Matin, tu es le meilleur apprenti que nous avons. Tu es agile, très doué au combat et futé. Nul doute que tu feras un grand guerrier plus tard et pourtant...»

Le Chef s'arrête. Si son ton est désinvolte, presque moqueur, il n'a jamais été aussi sérieux. Son regard parle pour lui, tout comme sa démarche déterminée, semblable à celle du chasseur. Il ne fait aucun bruit en décrivant un cercle autour du jeunot.

«Pourtant tu ne seras jamais à la hauteur de tes talents. Pas si tu continues ainsi. Tes ambitions t'aveuglent, mon petit. Ces arbres ne sont pas seulement des arbres, tu le sais tout autant que moi. Fermes tes yeux et respire profondément. Écoute, ressens. Laisse la voix de la forêt couler en toi.»

Sa voix est si douce qu'elle s'envole dans un murmure. Il s'arrête près de l'apprenti, tout en gardant une certaine distance entre eux. Il n'a pas l'intention de l'envahir. Si son discours était empreint de reproches à moitié dissimulé, il reste un mentor avant tout, et son but est de l'éduquer et non de laisser le petit s'enfoncer dans ses ténèbres. Son fils. Il faut qu'il se le rappelle, parfois.

«Maintenant, dis-moi. Que vois-tu?»

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Flocon de Neige
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1970
Age : 19
Date d'inscription : 13/02/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]   Dim 18 Jan - 9:06

NUAGE MATINAL.

« Vois au-delà de ce que tu vois. »

Mon père se met à tourner autour de moi, comme un animal guettant sa proie, il y avait une légère onde de défis dans son regard glacé. C’était moi la proie. Je bandais mes muscles en avant près à sauter si il m’attaquer par surprise. Un entraînement de combat ? Une lueur de soulagement s’allumait dans mon regard. Ouf, ce n’était pas une séance pour regarder des arbres. J’eu à nouveau un peu de respect pour lui, surtout lorsqu’il prononça ces mots…
«Tu sais, Matin, tu es le meilleur apprenti que nous avons. Tu es agile, très doué au combat et futé. Nul doute que tu feras un grand guerrier plus tard et pourtant...»
Je bombais ma poitrine fièrement, j’étais le meilleur et il le reconnaissait. 
«Pourtant tu ne seras jamais à la hauteur de tes talents. Pas si tu continues ainsi. Tes ambitions t'aveuglent, mon petit. Ces arbres ne sont pas seulement des arbres, tu le sais tout autant que moi. Fermes tes yeux et respire profondément. Écoute, ressens. Laisse la voix de la forêt couler en toi.»
Tout le respect que j’avais alors pour lui s’effaça, je feulais de déception. J’eu envie de lui hurler que lui était un faible. La colère bouillonnait en moi, il ne savait pas ce que j’étais comment pouvait-il dire tout ceci ? Il ne s’était jamais intéressé à moi, jamais il ne m’avait parlé de ses plans de patrouilles, de ses plans de guerre contre le clan de la rivière qui nous menaçait. Il ne m’avait jamais aidé à réaliser mon rêve de devenir le plus puissant des guerriers. Je ressentais une présence tout contre moi et le murmure menaçant de Cœur Gelé résonnait dans ma tête. « Ne l’écoute pas, c’est un faible, il te manipule car il sait que tu vas devenir plus fort que lui. » Je fronçais des sourcils, elle avait raison, Etoile Sombre avait peur de moi, c’était tout.
«Maintenant, dis-moi. Que vois-tu?»
Je soutenais le regard plein de défis de mon père, étrangement autre chose brûlait à l’intérieur. Quelque chose d’inexplicable, et ce regard me plongea dans des souvenirs. Son regard me rappelait celui de Nuage Féerique. Et je me laissais adoucir par ces doux souvenirs. Lorsque la neige avait foulé mes pattes et que pour la première fois j’avais vraiment apprécié le paysage froid de l’hiver. Tout avait était si merveilleux. La douce voix de Nuage Féerique revint m’attendrir. Et je fermais les yeux sur les délices de nos jeux. J’étais redevenu un chaton, l’espace d’un instant. Je rouvrais brusquement les yeux et soudain tout devenait clair. Ce que voulais me dire mon père, c’était la simplicité de la beauté de la nature. Tout était merveilleux, du plus petit des cailloux au plus grand des arbres. Ce qu’il voulait m’enseigner c’était la vie. Mais ce que je recherchais moi, c’était le pouvoir. Toutes les émotions s’insinuaient en moi en même temps, j’entendais le cri menaçant de la guerrière noire. Mais j’étais déjà parti, j’étais ailleurs, je me sentais étrangement bien. J’étais surtout complètement perdu. J’avais l’impression que tout ce don en quoi j’avais crus pendant tout ce temps revenait en moi. Nuage Féerique ne m’avait pas laissé indifférent, elle me rendait… faible. Je plantais mes griffes dans le sol. Me retournait brusquement vers mon père, perdu, dans l’incompréhension de ce que je ressentais. J’étais impuissant. Et j’hurlais en feulant. « Je ne vois RIEN ! Je ne suis pas faible. » Puis je m’élançais dans une course effrénée. Je courrais de toutes mes forces ignorant tout, même la voix de Cœur Gelé. Même elle m’insupportait à ce moment. Qu’est-ce qu’ils en ont tous après moi ? Foutez-moi la paix bordel. Je me demandais ce que mon père allait faire. J’ignorais tout, et je ne voulais rien. Au bout d’un moment après avoir couru longuement je m’arrêtais essouffler et respiré pleinement l’air autour de moi. J’étais perdu. Je me sentais si petit au milieu de tout ça, alors que je m’étais toujours senti plus grand que tout. Que m’arrivait-il ? Je devais être seul un moment. La haine m’englobait le cœur le temps d’un moment, ce manque de connaissance, tout ça. J’étais vraiment un idiot. Si je voulais être fort, je devais d’abord commençait par comprendre. Mais autre chose vibrait en moi, un sentiment inconnu et tellement confortable. Une odeur familière me parvint jusqu’aux narines et je reconnus le parfum de mon père. Il devait être encore plus déçu de moi. 

_________________

il était une fois ... ♥:
 

Merci Ruru ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1888
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]   Sam 31 Jan - 23:39

Day and Night, Father and Son
Malgré la douceur contagieuse de la voix du matou au pelage noir, rien ne semble susceptible d'apaiser la haine qui brûle telles des braises ardentes à l'intérieur du jeune chat. Étoile Sombre, malgré toute sa naïveté et sa bonne foi, ne peut surmonter cette vague haineuse qu'il perçoit de la part du novice. Elle l'atteint de plein fouet, tel une vague destructrice, glaciale, qui n'a de considération pour ce qu'il est, ce qu'il tente de faire aujourd'hui, ce qu'il ressent. Nuage Matinal vient non seulement de repousser toute tentative pour lui de le pousser vers un chemin de droite, de gloire et d'honneur, il s'est aussi réfugié derrière une barrière épaisse et infranchissable en se parant pour la guerre. Contre l'autorité qu'il représente? Contre le bien qu'il incarne? Contre sa paternité qu'il refuse lui-même d'admettre? Étoile Sombre ne comprend pas pourquoi cette haine attise son fils, son apprenti. Ce que le monde entier a fait contre lui pour le porter aussi loin dans un méandres de ténèbres qui menacent de l'engloutir. Encore une fois, il a peur, peur de cet enfant qu'il ne reconnaît pas, duquel il ne peut s'associer. Comment? Ce jeune si plein de rancoeur devra nécessairement le remettre en question et le Chef n'en a pas envie. Il ne se sent pas prêt, encore, de douter de ce qu'il est au contact de cet apprenti. La réaction du petit le laisse inquiet. Un pressentiment sordide le prend aux trippes. Et si Matin en arrivait au point où il devenait une menace pour les siens? Étoile Sombre saurait-il poser le geste pour l'en empêcher, sa propre chair?

Pendant un moment qui s'éternisa, il reste ainsi, à simplement le scruter du regard, à appréhender la suite. Le silence agit entre eux, se fait de plus en plus insistant. Pourtant, le guerrier au pelage noir distingue bientôt des mots. Des mots dans la brise, sans signification particulière. Des émotions, vives, colorées, empreintes de merveilles. Ils proviennent du novice, dont le regard a changé. Pour la première fois de sa vie, Nuage Matinal a abandonné son masque d'indifférence haineuse. Pour la première fois, il semble détendu, aimant. Pour la première fois, il est empreint d'une jeunesse frivole. Son pelage roux brille d'un éclat enflammé à la lueur du pâle soleil qui filtre entre les arbres. Étoile Sombre, à ses côtés, se rengorge d'espoir. Il considère son fils d'un oeil nouveau, humide, attentif. Son coeur bat a la chamade. Parce que le petit qui se trouve devant lui et qu'il croyait détaché de tout... Il a compris. Il a compris son message. Le Chef, patient, attend la réponse de son apprenti. Peut-être les deux mâles parviendront enfin à connecter, quelque part...?

Or, un cri retentit. Celui de Nuage Matinal. Il s'est cambré, a rejeté ses enseignements. À présent, il s'enfuit sans demander son reste vers une destination inconnue. Estomaqué, déçu, son mentor reste un long moment seul sous le couvert des arbres avant qu'un soupir lui monte à la gorge. Alors il suit la foulée de son fils. Il sent partout où il a passé l'odeur de sa peur et de sa rage, autant d'émotions que son père ne parvient pas à comprendre. Qu'est-ce qui a pu les provoquer? Lui-même n'a rien dit, il a simplement attendu les révélations de l'apprenti. Il hoche la tête, incertain, triste et plus angoissé que jamais. Que fera-t-il de cette petite tête brûlée? Il lui semble pour la première fois que l'apprenti souffre. Mais de quoi? Le guerrier retrouve rapidement le chaton au pelage de feu. Il le contourne pour se placer juste devant lui, toujours aussi paisible même si une part d'inquiétude perce dans ses prunelles d'un bleu-gris avenant.

«Pourquoi es-tu parti, Nuage Matinal?»

Une question fort légitime, dépourvue de reproches. Cette fois, Étoile Sombre cherche à comprendre et non à réprimander son apprenti.

«Veux-tu arrêter l'entraînement d'aujourd'hui?»

Encore une fois, le Chef ne tient pas à punir son fils, seulement à lui demander s'il est toujours apte de continuer. Une part de lui serait déçue si le jeunot se décidait à tout arrêter maintenant. Lui qui était si près d'obtenir un fragment de vérité, de chaleur aussi de la part du petit! Étoile Sombre observe le petit, toujours aussi calme, presque détaché, un léger sourire sympathique aux lèvres. Je ne suis pas ton ennemi, Nuage Matinal. Le sais-tu?

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Flocon de Neige
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1970
Age : 19
Date d'inscription : 13/02/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]   Sam 9 Mai - 11:29

NUAGE MATINAL.
« Un nouvelle air sombre va bientôt commencer. »
«Pourquoi es-tu parti, Nuage Matinal?»
Oh papa, j'aimerais tellement te dire ce qui me ronge de l’intérieur, cette haine intense, je ne sais d'où elle vient, mais ce que je sais c'est que quelqu'un me guide, elle elle le sait où je dois aller, un grand destin m'attend papa, et là où je vais, il n'y a pas de place pour les faibles, pour l'amour et la pitié. Mes pas sont guidé par un mystère bien trop sombre que tout le monde ignore, mais bientôt, tout va être plus clair tu verras papa... Tu veux savoir ce que je vois quand je regarde la forêt ? Je vois un territoire potentiel, une ère de guerre, des gibiers frais qui attendent qu'on leur pisse le sang.
Je regardais mon père de mes yeux bleus gris translucide, aucune émotions s'émanait de moi. Je devais arrêter de penser à elle, à Nuage Féerique, elle me rendait fou, faible. Le murmure glacial de Cœur Gelé me soufflait de ne plus jamais la revoir. Je ne répondais pas à sa question alors il me demanda si je voulais arrêter l’entraînement. La proposition était tentante, mais si je voulais devenir un vrai guerrier je devais m'entraîner sans relâche, même si j'avais déjà des leçons la nuit, que je dormais à peine et que lorsque je m'éveillais je me sentais si épuisé que j'avais le sentiment de n'avoir jamais dormi, je persistais. Le pouvoir était à porté de pattes, je devais seulement continuer, persévérer. Ce qu'il ignore c'est que c'est déjà trop tard, je suis déjà déposséder de toute forme d'amour, Cœur Gelé me tient entre ses griffes mortels. Je relevais la tête en direction de mon père, soutenant son regard un moment et fit non de la tête, je voulais continuer.
Je devais lui dire, entre deux mots douteux et empli de sous-entendu.
" Ecoute, Etoile Sombre, je sais ce que tu essais de faire, mais tu sais qu'au fond de toi que c'est peine perdu, c'est déjà trop tard, elle me tient. Contente toi de m'apprendre ce que tu dois m'apprendre, et je te promets de devenir le plus fort et puissant des guerriers."
Je retournais, la queue traînante, de l'endroit d'où on venait. Y avait-il un espoir derrière cette barrière épineuse de haine ?

_________________

il était une fois ... ♥:
 

Merci Ruru ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1888
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]   Jeu 13 Aoû - 22:18

Day and Night, Father and Son
Étoile Sombre se sent totalement dépassé par le comportement de son fils, et loin il est de se douter des sombres secrets qui entourent son jeune apprenti dont l’assurance démesurée provoque sa perte. Au final, le meneur a vu clair dans une part de son jeu, ne se laisse nullement berner par les efforts soutenus du petit, par son acharnement et tous ses talents dans les domaines qui intéressent le Clan. Aux yeux du matou, vieux jeu peut-être, il ne suffit nullement de former le parfait guerrier. La fonction de mentor ne s’arrête jamais à ces quelques insignifiances. Ce qui reste, ce qui marque un chat pour toujours ne se mesure nullement en réussites mesurables. Les leçons les plus marquantes de Griffe de Lierre à ses yeux sont celles où il a appris à vivre, à devenir un adulte responsable et aimant. Ces leçons qui l’ont changé à jamais. C’est ce à quoi il aspire avec ce jeune chat. Il a le sentiment qu’il sera toujours un peu trop plein d’assurance, probablement qu’il conservera ce côté rebelle et ambitieux, mais au final, le meneur souhaite toujours lui inculquer une part de sa sagesse, de sa vision du monde, un respect inconditionnel d’autrui. Nuage Matinal n’a pas compris, il refuse de comprendre ce que son père tente désespérément de lui inculquer. Probablement que leurs différences dressera toujours des différences entre ces deux chats.

Les paroles de l’apprenti le déroutent. Il se demande si le petit n’a pas senti son impuissance, et il sait que c’est le cas. Car Nuage Matinal a beau être bloqué à plusieurs niveaux, il n’en demeure pas moins d’une grande intelligence, et d’une perspicacité à toute épreuve. Le matou à ses côtés se sent coupable, mais son inquiétude surpasse ses remords, car dans son discours quelques mots ont attiré son attention. «Elle me tient». Le meneur sait bien que s’il réclame des explications, alors le petit se braquera probablement contre lui, qu’il l’éloignera d’autant plus. Mais il semblerait qu’il ne soit pas l’unique source d’influence dans la vie du petit. Le guerrier au pelage sombre n’y comprend rien, tente de deviner ce qui se cache sous cet aveu en scrutant le visage de l’apprenti, sans grand succès. Avec un soupir presque amusé, il se dit qu’avec Nuage d’Érable, tout était bien plus simple. Il aimerait tellement déceler chez lui… quelque chose. Quelque chose qui lui redonne confiance en lui, en leur relation. Il sait pertinemment qu’il ne se trouvera jamais aussi proche de lui que lui-même et son propre père, qui fut aussi son mentor. Mais il aimerait se sentir connecté avec lui d’une façon ou d’une autre. Il a l’impression qu’il s’agit d’un cas désespéré. Que Nuage Matinal ne viendra jamais à lui.

«Je n’abandonnerai pas, Nuage Matinal. Tu n’es pas une peine perdue, tu es un apprenti de ce Clan et mon fils.»

Il se tait, un peu gêné d’avoir prononcé ces dernières paroles, comme décontenancé par leur sens. Il n’avait pas réalisé avant aujourd’hui… Même si Nuage Matinal lui résiste, il devra continuer à avancer, à tenter le coup avec lui. Il est sa famille, son sang.

«Je ne veux pas faire de toi un guerrier puissant, je veux faire de toi le meilleur. Mais tu dois me laisser faire, Matin, tu dois saisir la patte que je te tends. Sans ta contribution je ne peux rien pour toi. J’aimerais que tu vois que… Je ne suis pas un ennemi, mais un allié.»

Il soupire, avant de lui offrir un nouveau sourire.

«Je crois que tu as besoin de réfléchir. Je te donne la permission de passer l’après-midi comme bon te semble, mais je t’en prie, penses bien à ce que je viens de te dire. Je t’attends à la tombée de la nuit.»

Sur ce, le matou quitte, laissant le jeunot décider pour lui-même, laissant derrière une porte ouverte qu’il espère qu’il franchira.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Père et fils, jour et nuit. [pv Nounours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crème de jour/de nuit
» Il a été jeté, l’accusateur de nos frères, qui les accuse jour et nuit devant notre Dieu. — Rév. 12:10.
» Jour de Nuit à Sainte-Sévère-sur-Indre
» 1 blague par jour du Père Noël ^^
» etre parent le jour, la nuit aussi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan du Tonnerre :: Territoires :: Combe Sablonneuse-
Sauter vers: