« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bluebell {Fairy}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Bluebell {Fairy}   Mar 30 Déc - 1:42



Bluebell

is glowing in the dark



Masque de Rosée ft. Nuage Féérique

La journée était déjà bien entamée lorsque je fis mon entrée dans le camp. Comme à mon habitude, j’avais passé la nuit dehors, à profiter de cette exclusivité sur la nuit dont la solitude me donnait l’illusion, et comme d’habitude je sortais grisée de cette échappée belle. Mais contrairement aux autres fois, je ne profitai pas de l’aube pour me glisser discrètement dans la tanière des guerriers, mais prolongeai encore ma liberté sur toute la matinée. J’étais heureuse de cette indépendance nouvellement acquise, qui me permettait d’arpenter mes terres en toute sérénité ; mais à vrai dire, le nouveau devoir qui m’était incombé récemment ne m’enchantait guère… Et c’était en tant que jeune mentor que je franchissais d’un pas nerveux le tunnel d’ajonc menant à la clairière. Pour tout vous avouer, j’étais mortifiée à l’idée d’avoir une apprentie à former, une apprentie qui serait sans cesse à mes côtés, à m’écouter, m’observer, apprendre de tous mes faits et gestes. J’avais peur d’échouer, tout simplement.

L’agitation qui régnait dans le camp me happa et m’interdit néanmoins toute pensée : le bruit, le mouvement, l’énergie qui se dégageaient de chaque félin présent me heurtèrent et je restai un moment immobile, sans savoir que faire, avant qu’une patrouille sur le départ me fasse comprendre que je la gênais ; aussitôt je me décalai, et avisant Etoile Destinée parmi les guerriers, je lui lançai un regard plein d’espoirs, qu’elle ne croisa pas. J’étais donc condamnée à les regarder partir, l’air affairé mais léger, eux qui s’enfuyaient vers l’horizon tandis que mes devoirs s’imposaient à nouveau à moi avec force, et réduisait tout mon champ de vision. Je n’avais désormais plus d’excuse : rien ne s’opposait plus à ce que je repoussais depuis plusieurs jours déjà, et j’étais forcée de chercher mon apprentie des yeux. Je l’aperçue près de sa tanière peu de temps après, mais pris quand même le temps d’inspirer une grande bouffée d’air pour me donner du courage, puis m’incitai à l’action. Il fallait se jeter à l’eau.  

« Nuage Féérique ! » l’interpellai-je, avec un peu trop de précipitation sembla-t-il, puisque quelques regards interloqués se tournèrent vers moi et me mirent encore plus mal à l’aise. Aussi digne que possible, je m’appliquai cependant à les ignorer et marchai d’un pas beaucoup plus approprié vers mon apprentie. Mais une fois arrivée devant elle, là commençait la véritable épreuve... Tentant d’apparaître la plus admirable possible, je m’assis face à elle, le dos droit, la queue sagement enroulée autour de mes pattes. De cette manière, je la dépassais d’une tête, et étais par conséquent obligée de baisser le regard pour m’adresser à elle, ce qui me gênait encore plus mais était bien involontaire. Pour la première fois, je maudissais ma grande taille, espérant toutefois que Fée ne s’apercevrait pas de mon malaise. Je tentai un sourire. « Mh, euh, bien dormi ? »

Je me maudis aussitôt pour ma maladresse. Pourquoi fallait-il que je ne sois capable d’énoncer que des banalités ? Sentant le regard de mon frère Nuage de Foudre, cette impossible petite teigne qui se trouvait non loin, je m’exhortai à reprendre contenance. Il était hors de question d’être la source de ses moqueries ; j’imaginais assez son air railleur, cette insupportable suffisance qu’il arborait lorsque quelque chose n’était pas à la hauteur de ses espérances et que je ne connaissais que trop bien, pour ne pas le souffrir. Il fallait se rendre à l’évidence : je serais pour Nuage Féerique une bien piètre professeure. C’était, après tout, une toute première pour moi, qui venais à peine d’être nommée guerrière et manquait cruellement d’expérience en la matière. Quant à prendre ma mère pour modèle, comme on aurait pu me conseiller, cela me paraissait insurmontable : comment espérer une seule seconde pouvoir l’égaler, elle qui était la plus valeureuse des vétérans et avait formé bien des apprentis avant moi ? Je n’avais aucune idée de comment m’y prendre. Fuyant le regard de celle que l’on avait liée à moi, je m’adressai pourtant à elle, d’une voix bien incertaine :

« On va commencer ton apprentissage, j’espère que tu es en forme ! » Commencer n’était peut-être pas le terme exact, étant donné que Nuage Féerique avait déjà eu un précédent mentor. Je n’étais que la deuxième, et à nouveau je m’étonnai du choix de notre meneuse : pourquoi m’avait-elle désignée pour parfaire l’éducation d’une apprentie à peine plus jeune que moi ? Pourquoi, alors que j’étais sûrement bien moins expérimentée que celui qui m’avait précédée ? L’ampleur de la tache me parut à ce moment plus immense encore. Il faudrait que je sois à la hauteur des exigences de ma novice, que j’imaginais très élevées. Et si je n’y parvenais pas ? Elle demanderait sûrement à ce qu’on lui attribue un autre professeur, digne de ce nom cette fois-ci, et moi je n’aurais plus qu’à me cacher de honte pour le restant de mes jours. Non, décidément, cette situation était sans issue : il me fallait affronter mes responsabilités une fois pour toute, et que le Clan des Etoiles me vienne en aide. Réussissant finalement à croiser le regard curieux de Nuage Féerique, je me levai et l’incitai à faire de même.

« Bon bah… suis-moi. »

Je n’avais aucune idée de là où je l’emmènerais, mais tout ce que je souhaitais en vérité, c’était de m’éloigner du camp le plus possible. Je mourais d’envie de me remettre en mouvement, de me débarrasser de cette gêne et de cette incertitude qui m’entravaient comme autant de chaines, et cette seule nécessité commandait à tout mon être. Bien vite nous étions sorties du camp, et nous aventurions sur la plaine.
Désormais, impossible de reculer.





_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Reine des Fées
Réservé-e.
Réservé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 219
Age : 21
Date d'inscription : 04/08/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bluebell {Fairy}   Dim 7 Juin - 16:00


 
Bluebell
Nuage Féerique ft. Masque de Rosée

Je sors lentement des mes cauchemars habituels, la bête qui me poursuit continue sans cesse de m'attraper, de me happer et je meurs, je sombre. Une chute sans fin dans une nuit sans fond. Je m'ébroue afin de chasser ces détestables pensées de mon esprit et je sors prendre les premiers rayons du soleil qui baignent sur le camp et qui réchauffe mon pelage, me prouvant que oui, je suis bien vivante. La chaleur, c'est exclusivement ce dont j'ai besoin pour savoir que j'existe, que je suis en vie et que ce n'est pas encore un mauvais rêve car dans mes chimères, il n'y a pas la place pour ce luxe qu'est la lumière. Seule l'obscurité prévaut. J'entreprends de faire ma toilette matinale afin de lustrer ce beau pelage qu'est le mien lorsque je sursaute à l'entente de mon nom. Je relève la tête, curieuse de savoir qui m'appelle à une heure aussi matinale. Certainement pas Foudre puisque ce fainéant de matou est encore en train de dormir... Alors qui ? Je connais cette voix mais j'ai dû mal à assimiler un visage jusqu'à ce que je distingue la haute silhouette élancée de Masque de Rosée et aussitôt, ma surprise disparaît et mes oreilles s'abaissent. Ce n'est pas que je n'aime pas ma mentor mais... J'aurai voulu être formée par une guerrière un peu plus expérimentée, Etoile Destinée par exemple, ça aurait été super ! J'aurai progressé en un rien de temps et Foudre aurait été jaloux... Parfait ! Mais au lieu de ça, je n'ai que Masque de Rosée. On prend ce qu'on a et il semblerait qu'aujourd'hui elle est enfin décidée à me donner une leçon.

Je la laisse s'approcher de moi et me fixer de toute sa hauteur, impressionnante mais je ne me laisse pas intimider.

" Bonjour Masque de Rosée ! "

Elle semble mal à l'aise, vraiment mal à l'aise. C'est moi qui la met dans cet état ? Si elle ne voulait pas être mentor alors il fallait le dire quand il en était encore temps. Je soupire et je chasse ces horribles pensées de mon esprit, Rosée fera sûrement une très bonne instructrice, je n'en doute pas mais il faut qu'elle se secoue les puces ! Allez, hop hop hop, on se bouge, un peu de conviction ! Je ne la laisse pas terminer ces phrases et je bondis sur place à plusieurs reprises.

" Dépêchons, je suis impatiente ! Regarde ! "

Et me jetant à plat ventre sur le sol, je lui montre avec détermination ma position de chasse, ma façon d'esquiver les coups ou de bondir sur ma proie... Je suis une vraie pile électrique ce matin et reprendre mon entraînement ne me fera que du bien car cela me manquait. Et me coupant dans mes démonstrations, elle m'annonce que l'on y va, que l'on va enfin s'entraîner et sans attendre une minute de plus je bondis derrière elle, trottinant sur place comme si cela aurait pour effet de la faire marcher plus vite. Je veux devenir guerrière, vite.



_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bluebell {Fairy}   Ven 28 Aoû - 16:53

Nuage Féerique à mes côtés faisait preuve d'une énergie débordante qui contrastait tant avec ma réserve. Je ne pouvais que l'observer du coin de l’œil, étrangement mal à l'aise face à son comportement. Je ne m'étais pas attendue à tant d'enthousiasme de sa part : ces derniers jours, je m'étais persuadée qu'elle était déçue de m'avoir pour mentor et qu'elle m'en voulait pour cela. Si cependant c'était le cas, elle le dissimulait fort bien. Quoi qu'il en soit, elle paraissait déterminée à s’exercer avec moi aujourd'hui, et j'imaginais sans peine sa hâte de devenir guerrière pour l'avoir éprouvée moi-même. Lors de nos entraînements, ma mère ne m'avait néanmoins jamais vue aussi fébrile que Fée : j'étais au contraire toujours concentrée et attentive... en somme, je ressemblais bien plus à Nuage de Foudre qu'à mon apprentie. Découvrir cela seulement maintenant était étrange, et je ne désirai pas y penser davantage ; je forçai mon attention à revenir sur la femelle qui bondissait derrière moi. Je haussai un sourcil perplexe face à son attitude, qui m'évoquait plus celle d'une chatonne que celle d'une future guerrière, mais décidai de ne pas relever. Je n'étais pas à l'aise avec mon rôle de professeur. Elle risquait certes de faire fuir toutes les proies alentour, mais je ne désirais pas refroidir sa bonne humeur.

Malgré tout, la sentir s'agiter dans mon dos m'agaçait, et je finis par m'arrêter en levant les yeux au ciel. Je priai le Clan des Étoiles pour qu'il m'accorde la patience nécessaire pour tenir toute la journée ainsi... Nous nous étions suffisamment éloignées du camp pour ne pas être dérangées, et désormais nous n'entendions plus que le chant des oiseaux et le bruissement du vent sur les feuillages. Ces sons familiers m'apaisèrent quelque peu, et je recouvrai mon masque impassible. Je dardai mon regard clair sur la petite apprentie. « Tu m'as montré que tu savais adopter des positions de chasse adéquates, mais tu as oublié la première étape. » Je laissai quelques instants de silence, avant de reprendre : « Avant tout, il faut savoir repérer sa proie parmi les centaines d'autres odeurs. Mais tu ne pourras pas y arriver si tu ne te concentres pas un minimum. » Sans le vouloir, ma voix se fit sèche, presque autoritaire. Il me semblait gagner un peu l'assurance qui me manquait : je n'étais pas la meilleure chasseresse, mon domaine de prédilection étant le combat, mais j'avais quand même acquis de solides bases pendant mon apprentissage avec Belle de Nuit. Cette certitude finit de me rassurer.

Après m'être assise, j'enroulai à nouveau ma queue autour de mes pattes comme j'avais l'inconsciente habitude de le faire, geste qui deviendrait sans nul doute familier à Nuage Féerique d'ici quelques temps. Je la considérai d'un regard plus encourageant. « Maintenant, tu vas me dire ce que tu sens. » Je humai moi-même l'air pour lui donner l'exemple. Immédiatement, une foule d'informations parvinrent jusqu'à mon museau. Je percevais tout : le parfum dégagé par l'herbe écrasée sous nos pas, celui, alléchant, d'un mulot non loin, l'odeur écœurante d'un nid de corbeau... mais malgré tout, il y en a une qui m'échappa.


[Je ne sais pas si tu te souviens, on avait prévu que Fée et Rosée tombent sur un ou plusieurs chats errants. Du coup je te propose que ce soit Fée qui en détecte l'odeur, ça fera un coup à l'orgueil de Rosée (a)]

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Reine des Fées
Réservé-e.
Réservé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 219
Age : 21
Date d'inscription : 04/08/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bluebell {Fairy}   Sam 19 Sep - 12:28


 
Bluebell
Nuage Féerique ft. Masque de Rosée

Je la suis à la hâte, collant l'arrière de son dos dans l'espoir de la faire marcher plus vite. C'est une vraie limace, je ne sais pas à quoi elle pense mais si elle ne peut pas courir et songer en même temps alors il faut qu'elle arrête de réfléchir. Je ne vois pas d'autres solution car moi pendant ce temps, je m'enuiiiiiiiiiie. Je suis impatiente, très impatiente. Je slalom de droite à gauche pour rester à son niveau mais je ne tiens plus et lorsqu'elle s'arrête brusquement, je la heurte et tombe assise sur l'arrière de mes pattes. Elle a craqué, ça y est, c'est certain. Tous la même famille avec son frère... Réservés et aucune patience. Quel ennui. Je me redresse et la jauge de bas en haut.

" On arrive bientôt ? Que va-t-on faire aujourd'hui ? Tu vas m'apprendre de nouvelles techniques de combat ? Et de chasse ? Il faut que je batte Foudre au combat alors apprend moi, allez. "

Je frémis d'impatience lorsqu'enfin elle me donne ma première mission. Ce n'est pas exactement ce que j'avais en tête mais je lui laisse à peine le temps de terminer sa phrase et je commence à humer l'air, m'appliquant à ce petit exercice que je trouve cependant ridicule. Ridicule jusqu'à ce qu'une légère brise, en plus des odeurs habituelles comme celle des proies, des arbres et des frontières m'apportent les effluves de chats. De chats qui me sont inconnus. Je ferme les yeux afin de me concentrer sur leurs odeurs plus particulièrement mais elles ne viennent pas d'un clan. Non, se sont des chats errants.

" Des chats, errants. "

Et soudain, l'inquiétude qui m'avait frappée en percevant leurs effluves s'estompent et je bondis sur place. On va se battre, on va les chasser. On va leur mettre la misère, ouais. Et sans même un accord avec ma mentor, je me précipite dans la direction des intrus, afin de leur montrer qui est la future guerrière. J'espère cependant que Rosée n'est pas aussi susceptible que Foudre car elle va me tuer si c'est le cas. C'est certain. Et d'ailleurs de je l'entends me suivre, m'intimant de m'arrêter ce dont je ne fais rien et quand elle me rattrape enfin, trois chats se tiennent devant nous. Je les dévisage, le souffle haletant. Ils sont différents, différents des chats des clans. Ils sont maigres, agressifs et ils ont faim. Leur pelage est miteux, du sang séché imprègne leurs pattes. Ils savent qu'ils sont sur le territoire d'un clan mais... Ils n'ont pas peur, ils ricanent en nous tournant autour. Instinctivement, je gonfle mon pelage pour paraître plus impressionnante ce qui a pour effet de les faire rire un peu plus. Mon radar d'adrénaline m'intime qu'ils sont dangereux.

" Vous êtes sur le territoire du Clan de la Lune. Partez ou je vais vous réduire en miettes. "

Nouvel éclat de rire chez les ennemis. Grrrrr, ils m'énervent. Je ne plaisante pas, Rosée et moi on va en faire de la chaire à souris. Ils ne perdent rien pour attendre.

" Dernier avertissement."

Cette fois ci, pas d'éclats de rire, juste le flash rapide de trois chats agacés, bondissant sur nous.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bluebell {Fairy}   Ven 25 Sep - 20:39

Enfin je vis Nuage Féerique se concentrer et arrêter de trépigner sur place. C'était tellement inespéré que cela me tira un léger soupir de soulagement ; la paix, enfin, pour quelques secondes au moins. Avant aujourd'hui je n'aurais jamais suspecté à quel point elle était bavarde et impatiente, et surtout à quel point j'appréciais mon indépendance. J'étais devenue si accoutumée au silence lors de mes escapades solitaires que tout bavardage inutile devenait vite une nuisance à mon oreille... Ô Clan des Étoiles, pourquoi fallait-il que l'on m'assigne une telle furie pour apprentie ? Former un novice était déjà une tâche difficile pour moi car c'était la première fois, je craignais en plus de manquer de patience... et d'envie. Inutile d'essayer de prétendre que je n'aurais pas préféré être ailleurs et avec quelqu'un d'autre. Cela, je me devais bien de le cacher, pour ne pas froisser Fée autant que pour me protéger. J'essayais tant bien que mal de me concentrer à mon tour, et pourtant malgré tous mes efforts, mon esprit vagabondait toujours sur d'autres terres, poursuivant d'autres parfums, cherchant inlassablement la compagnie d'un autre. L'idée me frappa soudainement qu'avec l'entraînement et la présence presque continuelle de mon élève à mes côtés, il me serait encore plus difficile de m'échapper du camp et retrouver Étoile Sombre, et cela ne fit qu'empirer mon humeur.

Mais soudain, Fée brisa le silence paisible qui s'était installé entre nous et coupa par la même occasion le fil de mes sombres pensées. Je sursautai au son de sa voix, avant de me détendre. Je ne songeais pas un seul instant qu'elle pouvait avoir raison : elle n'était qu'une apprentie inexpérimentée et je n'avais moi-même rien détecté d'anormal en humant l'air précédemment. Sans doute son imagination lui jouait-elle des tours... A force de rêver d'aventure, elle finissait par inventer des histoires de chats errants à dormir debout ! Pourquoi mon apprentie ne parvenait-elle pas à prendre cette leçon au sérieux ? Je levai les yeux au ciel. « Fée, ne sois pas ridicule, il n'y a aucun... » Je m'interrompis au milieu de ma phrase, alertée par mes sens qui venaient confirmer ce que mon élève avait déjà senti : des chats errants étaient bien là, et ils se rapprochaient. Je n'eus que le temps d'ouvrir ma bouche afin d'intimer Fée à la prudence que déjà elle s'élançait aveuglément en direction du danger. « Pas par là ! » m'exclamai-je, puis mon agacement se transforma en horreur lorsque je me rendis compte qu'elle s'était volontairement jetée dans la gueule du loup.

Quel choix me restait-il ? Étouffant un juron, je me précipitai à la suite de la jeune et inconsciente novice. Je la maudis à chacune de mes foulées précipitées tout en priant qu'il ne lui arrive rien. « Reviens, Fée ! » Dans ma voix, colère et inquiétude se mêlaient. Lorsque je la rattrapai enfin, c'était trop tard ; nous avions atterri nez à nez avec les intrus. Instinctivement, je me plaçai devant ma cadette dans une position de combat. L'aspect miteux et décharné des chats en face de nous m'effraya un instant mais je ne laissais rien paraître de mon dégoût et n'affichai qu'une mine déterminée. Ceux-là étaient manifestement affamés et ne disposaient pas de facultés guerrières  aussi entraînées que les miennes. Ils étaient trois contre moi seule – je ne comptais pas Fée comme une combattante à part entière – et si je n'espérais pas les vaincre tous, je me sentais cependant capable de les blesses suffisamment pour les mettre en déroute. Ces vagabonds n'avaient aucun honneur, aucune loyauté. Un feulement s'échappa du fond de ma gorge lorsqu'ils commencèrent leur petit manège pour nous effrayer.

A ma grande surprise, Nuage Féerique près de moi ne montrait aucun signe de peur. A vrai dire, j'aurais presque été impressionnée par son courage si elle ne s'était pas ridiculisée en menaçant nos ennemis du haut de sa taille minuscule. Le reflux de rire moqueur qui en découla me hérissa le pelage et j'intimai mon apprentie au silence d'un mouvement de la queue. Mais elle était bien trop occupée à fixer nos assaillants pour le remarquer et continua à s'adresser à eux d'un ton alarmant. Malgré moi cette attitude alluma une étincelle de fierté pour mon apprentie qui ne se laissait pas intimider. Je n'avais pas prévu de tester ses techniques de combat si tôt, mais le destin en avait décidé autrement... Je me préparai au combat avec une froide détermination. Une part de moi désirait ardemment cette confrontation, car des lunes s'étaient écoulées depuis la dernière et mon corps ne demandait que cela, se jeter dans la bataille, rejeter toutes mes peurs et mes angoisses, ne garder que la conscience de l'instant présent. « Allez, qu'attendez-vous, misérables ? Finissons-en ! » Je criai ces paroles sans m'en rendre compte, et à l'instant d'après le combat s'engagea.

Malgré ma furie guerrière, je gardais toute ma concentration et mon sens des priorités : mon rôle était de protéger Nuage Féerique, de faire en sorte qu'il ne lui arrive rien. Je ne doutais pas un seul instant que ces chats n'hésiteraient pas à s'attaquer à elle, surtout après ses provocations, et qu'ils n'éprouveraient aucun remord à la blesser... voire pire. Mais justement, je rejetai ce « pire » tant il était inconcevable, inimaginable. Non, il ne nous arriverait rien ; j'étais capable de gérer ces trois opposants, d'autant plus qu'ils étaient susceptibles de prendre la fuite rapidement s'ils voyaient leur chance de succès diminuer, ce qui n'était pas mon cas. Que croyaient-ils en violant ainsi mes terres et mes lois ? J'étais prête à me battre jusqu'à mon dernier souffle pour ce clan que je chérissais tant, pour ma famille. Toutes ces préoccupations rythmèrent chacun de mes mouvements ; une feinte, une parade, un coup de griffe, je parvenais à enchaîner mon assaillant à la vitesse de l'éclair, tant et si bien qu'il recula d'un pas afin de se mettre hors d'atteinte de mes longues pattes. Cela me donna l'occasion de jeter un coup d’œil du côté de Nuage Féerique pour voir comment elle s'en sortait, mais ce que je vis me glaça le sang. Mon apprentie était déjà en prise avec un chat errant, mais un deuxième, qui jusque là s'était attaqué à moi, s'approchait désormais d'elle et prévoyait sans aucun doute de la prendre par surprise. A deux contre elle, elle n'avait aucune chance.

Ignorant les coups de mon adversaire revenu au combat, je m'extirpai de ses griffes pour me précipiter aux côtés de la jeune reine et adopter aussitôt une position défensive. Les trois félins s'apprêtaient désormais à unir leurs efforts et seraient sur nous dans un instant. Contre toutes mes attentes, ils paraissaient déterminés à en finir avec nous. L'urgence frappait à mon cœur comme un tambour, si fort qu'il menaçait d'exploser dans ma poitrine. L'idée, effroyable, que nous pouvions perdre ce combat s'imposa à moi pour la première fois. Je tournai la tête vers Nuage Féerique et murmurai d'une voix rauque et essoufflée : « Cours, maintenant ! Rentre au camp ! » Puis, voyant qu'elle ne m'obéissait pas : « Fais ce que je te dis ! » Sur ce dernier mot ma voix s'éleva en un cri et mes yeux écarquillés témoignèrent de mon angoisse. Je n'osais imaginer ce qui se passerait si elle décidait de rester pour se battre avec moi. Tout ce qui était sûr, c'est que la situation échappait à mon contrôle.

Ô Clan des Étoiles, protégez-la puisque j'en suis incapable.


_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Reine des Fées
Réservé-e.
Réservé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 219
Age : 21
Date d'inscription : 04/08/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bluebell {Fairy}   Mer 6 Jan - 22:10


 
Bluebell
Nuage Féerique ft. Masque de Rosée 

Le sang bat contre mes tempes et et le moindre bruit résonne à mon oreille. Je serre les dents, prête à encaisser le choc de mon dos qui heurte violemment le sol, faisant craquer mes os. Je tente de me calmer, de réfléchir, vite car le poids de mon assaillant est de plus en plus lourd, il m'étouffe. Bientôt, je ne parviens plus à respirer, sa patte m'écrase la gorge et redoublant d'efforts, mus par une poussée d'adrénaline, je lacère son ventre de mes griffes, lui arrachant quelques touffes de poils et lui déchirant la chaire. Dans un grognement il s'écarte et j'ai à peine le temps de me redresser avant qu'il ne revienne à la charge. Ma vitesse et mon habileté me permettent aisément d'esquiver sa nouvelle tentative et je sens l'espoir me serrer l'estomac. Je profite de mon avantage pour me glisser derrière lui et le prendre à revers. Je bondis sur son dos et je plante mes crocs dans sa nuque, je m'accroche de toutes mes forces mais ses ruades m'éjectent et je me retrouve projeté contre le sol à nouveau. En glissant, je heurte un autre chat et me retourne, priant pour croiser le regard de ma mentor mais ce que je vois me glace le sang et me fait ravaler le peu d'espoir qui avait trouvé sa place au creux de mon ventre. 

Je me relève d'un bond et je recule, prête à me défendre. Alors que les deux matous s'apprêtent à bondir, Masque de Rosée se précipite pour m'aider et s'interpose, m'ordonnant de fuir. Aussitôt, la peur me tétanise. Je ne peux pas la laisser, impossible. Si je pars, elle mourra. Mes oreilles s'aplatissent et mes pattes tremblent, refusant de bouger. J'entends leur rire sauvage se moquer de nous, fêter leur future victoire si facilement acquise. Des lâches... Ce sont des... 

" Lâches. " 

Je les regarde tour à tour, cherchant le moindre signe de regret mais sur leur visage, je ne distingue que l'indifférence et le dédain. Je redouble de grognements et je me serre contre ma mentor, cherchant un peu de réconfort, d'encouragements car je sais ô combien ils ont l'intention de nous réduire en miettes, de nous tuer, de nous priver de nos vies et c'est ma faute. Tout est de ma faute. Je soupire et en les regardant s'approcher, bien décidé à en finir, je laisse mon esprit vagabonder. Si Foudre était là... Oublie Foudre, oublie le. Il ne viendra pas, il ne sera pas toujours là. Sera-t-il triste si je ne reviens pas ? Cet idiot, si je le laisse seul, il ne fera rien de bien. Il s'attirera des ennuis et il sera seul, si seul. Sans moi, il va se perdre. Pourquoi je pense à ce matou dans un tel moment ? Non, je sais pourquoi... C'est dingue. A quel point je ne peux plus me passer de lui. Et en prenant un peu de recul, je me rends compte combien je suis heureuse avec lui. En particulier avec lui. 

L'attaque me sort de mes songes et je réalise que je ne peux pas partir, pas comme ça. J'esquive en bondissant sur le côté et je ferme les yeux, une fraction de seconde, priant le Clan des Etoiles de venir à notre secours, de nous aider. Et, redoublant de courage, je me jette à nouveau dans la bagarre. Des touffes de poils volent, du sang gicle, des cris et des feulements retentissent. Mon corps est déchiré de brûlures mais je n'y prête pas attention et apercevant Rosée en mauvaise prise avec deux chats, je profite de leur inattention et du retard de mon assaillant pour me jeter sur l'un d'eux. Je l'attrape à la gorge et je serre, écoutant les murmures de mon instinct. Mes crocs s'enfoncent dans sa chaire comme dans du beurre et malgré ses tentatives pour se dégager, malgré les soupirs d'horreur et de colère, je continue à serrer, si fort que je sens quelque chose se briser, se rompre entre mes canines. Quand je le relâche, bousculée par un deuxième félin venu à son aide, son corps retombe inerte sur le sol et je le fixe, hors d'haleine. Il ne respire plus. 

Il est mort. Je cherche du regard un peu d'aide, de réconfort. Je sens la panique m'envahir et la nausée me prend à la gorge. Je l'ai tué, je... J'ai pris sa vie. Je l'ai privé de son futur. Je fixe ses yeux révulsés par la douleur des derniers instants et je tremble, ne prêtant plus aucune attention au combat qui se déroule encore à côté de moi. Je ne peux détourner le regard de la mort qui me fait face, de la mort que j'ai donné. 



_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bluebell {Fairy}   Mar 16 Fév - 1:48

Ils riaient, ils se riaient de nous, vision insupportable qui m'aurait fait rugir un autre jour, mais voilà, la colère avait fait place à la terreur depuis bien longtemps et je ne pouvais que les regarder, la mâchoire serrée, célébrer déjà leur victoire. Tout était fini, la bataille à peine commencée déjà perdue. Nuage Féerique n'avait pas fui comme je le lui avais ordonné, j'aurais du m'en douter après tout, mais quelque part, c'était inavouable, j'étais rassurée par sa présence. Son courage face à la mort qui approchait, sa détermination à l'affronter comme un ennemi de plus, étaient exemplaires. Sans elle j'aurais probablement abandonné dès la première seconde ; à moins que, libérée de la responsabilité d'une vie autre que la mienne, je ne me sois jetée avec rage dans le combat, sacrifiant celle-ci pour l'honneur.
L'honneur, oui … quel sentiment noble, vraiment ! Dommage qu'il ne suffise pas à sauver une vie, dommage qu'il ne fasse qu'entraver ceux qui s'acharnaient à en suivre le code et non pas les mécréants que nous avions en face de nous. J'avais toujours cru, naïvement certes, que l'honneur faisait partie de ces vertus dont il suffisait de faire preuve pour se sortir de n'importe quel mauvais pas. Mais à cet instant, cet instant terrible où tout espoir disparaissait, je me sentis plus vulnérable que jamais.

Heureusement mon apprentie à mes côtés semblait faire preuve d'assez de témérité pour nous deux et sa fougue se traduisit dans un simple mot qu'elle balança au visage de nos assaillants dans ce qui semblait être une ultime provocation, un ultime éclat d'héroïsme. « Traîtres » ; ce mot vibra dans l'air un instant, écrasant, avant de retomber entre eux et nous, à l'endroit même où allaient se jouer nos vies. Et curieusement, une bouffée de fierté pour mon élève m'envahit lorsque nos pelages se rapprochèrent et que je m'aperçut qu'elle ne tremblait pas.

« Tu t'es battue comme une lionne. » lui dis-je dans un murmure sans perdre des yeux nos ennemis.

La seconde d'après le combat reprit et je fus immédiatement happée dans le tourbillon de la bataille, immergée dans le présent, obnubilée seulement par le corps et les mouvements de mon adversaire. Toute peur oubliée, j'avais tout simplement arrêté de penser et de ressentir. Je n'étais plus qu'un semblant d'être, un automate parant les coups, en donnant d'autres, sans jamais perdre le rythme mécanique du combat qui devenait peu à peu le rythme de mon cœur. Nos ennemis se battaient de façon désordonnée, sans aucune discipline, et je parvins rapidement à prédire leurs gestes d'après leur technique plus que grossière. Alors l'espoir, un espoir fou, refit surface et je ne fiai plus qu'à mon instinct poli par tant de lunes d'entraînement exigeant. Un rugissement vainqueur s'échappa de ma gorge alors que je pensais immobiliser l'un de mes assaillants, mais le second profita de ce moment d'inattention pour me sauter sur le dos et nous roulâmes bientôt dans l'herbe dans un corps-à-corps féroce.

Des hurlements étouffés me parvenaient mais je ne pouvais m'y attarder, la menace des griffes du chat errant sur mon ventre étant bien plus réelle et préoccupante. Je parvins enfin à me débarrasser de celui-ci en multipliant les contorsions et l'envoyai bouler un peu plus loin. Mais au lieu de savourer ma maigre victoire, je sentis mon cœur se glacer d'une angoisse inexplicable. Le temps qu'il reprenne ses esprits je me détournai vivement, retenant mon souffle, redoutant ce que je verrais ; car les bruits de lutte avaient cessé dans la clairière, laissant place à un silence terrifiant. Un silence de mort.
Qu'imaginais-je à ce moment-là ? M'attendais-je à voir le corps mutilé de Nuage Féerique reposant aux pattes de son meurtrier ? Sûrement, car lorsque la réalité s'imposa à mes yeux je ne compris pas immédiatement. Et pourtant … C'était bien mon apprentie, c'était bien la petite Fée qui se tenait au-dessus d'un cadavre encore sanglant. Stupidement, je me mis à chercher des yeux le responsable de ce carnage ; mais mon regard ne rencontra que celui, affolé, horrifié, de celle que tout accusait et dont ne je pouvais cependant pas croire la culpabilité.

Il n'y avait pas une minute à perdre cependant ; cela, ma raison me le criait sans que mes pattes puissent effectuer le moindre mouvement. Mais il faut croire que le Destin choisit ce jour de nous venir en aide, car le ciel se couvrit tout à coup d'épais nuages noirs, palpitants comme des cœurs, brisant l'air comme des tambours de guerre, ... vivants. Des corbeaux, des corbeaux par dizaines ou par centaines, innombrables, et dont les cris furieux envahirent soudainement tout l'espace comme si eux aussi trouvaient le silence insupportable. L'un d'eux s'attaqua au dernier chat errant encore debout alors que je reprenais mes esprits et je saisis aussitôt cette opportunité. Bondissant vers Nuage Féerique, je la bousculais d'un coup d'épaule pour la sortir de sa léthargie et la forcer à se mouvoir. « MAINTENANT » hurlai-je avec l'énergie du désespoir. Cette fois, pas question qu'elle me désobéisse.

Alors je me mis à courir, follement, désespérément, sans me soucier de la direction, car seule m'importait la distance grandissante entre cette clairière macabre et moi. Mes pattes martelaient le sol en tremblant, c'était un miracle que j'arrive encore à tenir debout. Essoufflée, la gorge en feu, je parvins quand même à tourner la tête pour m'assurer de la présence de mon apprentie derrière moi sans pour autant interrompre ma course folle. Voyant que ni elle ni moi n'arriverions à tenir le rythme plus longtemps, je ralentis jusqu'à m'arrêter complètement, hors d'haleine.
Alors seulement je pus croiser le regard de Nuage Féerique, mais demeurai incapable du moindre mot.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Reine des Fées
Réservé-e.
Réservé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 219
Age : 21
Date d'inscription : 04/08/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bluebell {Fairy}   Mer 17 Fév - 17:44


 
Bluebell
Nuage Féerique ft. Masque de Rosée 

Il fait froid, il fait si froid. Ce n’est pas moi qui suis morte et pourtant, la gelée me transperce et me glace le sang. Mon regard ne peut quitter le corps désarticulé de vie qui se tient devant moi, les yeux révulsés par la douleur. Il me regarde, il me fixe inlassablement et dans ses prunelles, je peux lire la colère, une colère qui même au delà de la mort se fait plus imposante, plus impressionnante, une colère qui réclame sa vengeance, ma vie. Qu’ai-je donc fait ? Mon corps continue de trembler, agité par des spasmes incontrôlables comme si quelque chose en moi s’était éveillé, un quelque chose que je ne connaissais pas, un quelque chose qui me fait peur. Je sens les larmes monter et me brouiller la vue, inonder mon coeur noyé par le désespoir. Ma mentor, nos deux autres ennemis, le silence... Plus rien n'a d'importance, seule la mort me tourne autour, je n'entends plus qu'elle, je ne vois plus qu'elle. La faucheuse me sourit, elle me parle. Elle me raconte comment c'était, comment j'ai fais, elle me félicite, me chuchote quelques encouragements à l'oreille, elle veut que je recommence, que je réserve le même sort à d'autres. Et moi je l'écoute en pleurant, ne sachant comment réagir à une telle situation, une situation à laquelle la vie ne vous prépare pas... La mort.
 
Je laisse lentement l'angoisse s'emparer de moi, me dévorer, me transformer en un chaton innocent à peine capable de tenir debout ou de rétracter ses griffes lorsque soudain la vie reprend ses droits et me bouscule pour me sortir de ma léthargie, chassant la mort et dénouant les noeuds qu'elle avait fait dans mon estomac. Des doubles noeuds sacrément coriaces. Je lève les yeux et croise le regard déterminé de ma mentor. Me laissant guider par sa volonté et son assurance, je me redresse, un peu chancelante, la douleur des blessures jusqu'ici oubliée se ravive et dévore avec férocité chaque morceau de ma peau. Portée par son ordre et le cri des corbeaux dans mon dos, je me jette à ses trousses, le coeur brulant du peu d'ardeur qu'il me reste. Je fixe ses pattes arrières, mon seul repère à cet instant. Ne pas la perdre, ne pas la perdre... Je me force à me le répéter encore et encore. Peu importe que les blessures déchirent ma peau, que j'étouffe de fatigue ou que du sang suinte de mon pelage, pour rien au monde je ne voudrais la lâcher d'une semelle.   

Enfin la course s'arrête et je m'écroule sur le sol, incapable de croiser son regard. Je cherche mon souffle, la gorge irritée par la bille et la fuite. J'ai honte, j'ai peur, je suis triste, fébrile et angoissée... Comment est-il possible d'exprimer autant de chose à la fois ? De les sentir se bousculer à l'intérieur de mon être ou de ce qu'il en reste après ce que j'ai fait. Je fixe le sol, incapable de faire face à Masque de Rosée. J'attends, suppliant presque pour qu'elle dise quelque chose, qu'elle brise l'interminable silence qui s'est installé entre nous mais rien ne sort, rien ne viens. Pas de parole, pas de contact, seul son regard que je sens peser sur moi. La réalité me frappe un peu plus et les larmes reviennent, plus nombreuses. 

" Je... Je ne sais pas... Ce... Ce que j'ai... Fait. " 

Je ne parviens pas à aligner plus de trois mots entre deux sanglots, quelle gloire. Que doit-elle penser de moi ? Que va penser le clan de moi ? Je lève les yeux au ciel, guettant le moindre signe du Clan des Etoiles. Et vous, comment me jugez-vous maintenant ?

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Bluebell {Fairy}   Mar 8 Mar - 1:17

Je n'ai jamais senti le souffle de la Faucheuse aussi près de mon oreille.
C'est comme si elle s'était penchée au-dessus de mon épaule, avait épié mes gestes désordonnés, s'était ri de mes tentatives futiles, incapables de donner la mort, et avait finalement jeté son dévolu sur Nuage Féerique. Par pour l'emmener avec elle, oh non, mais pour se décharger sur elle d'un peu de culpabilité car c'est ce qu'elle fait à chaque fois qu'un vivant assiste à la chute d'un de ses pairs. Elle veille à ce que leur dos se ploie jusqu'à ce qu'ils soient condamnés à baisser le regard pour l'éternité. Quoi, vous ne pensiez tout de même pas qu'elle portait tout le poids de tous les deuil sur ses épaules à elle ? Voyons, ce serait tout bonnement invivable.
Non voyez-vous, elle préfère partager son fardeau avec de jeunes âmes, de préférence immaculées comme celle-ci. Elle les prend par surprise, comme ça, sans prévenir, et les rend coupable d'un crime dont elles ne voulaient pas, qu'elles ne pouvaient pas avoir commis. Bien sûr qu'elle les encourage à recommencer, ces innocents lui facilitent l'existence vous savez. Et elle se délecte ensuite de leurs prières désespérées :
Par pitié Clan des Etoiles, dites-moi que ce n'est pas vrai, dites-moi que ce n'est pas moi, que je n'ai pas tué.
Eh bien si, Nuage Féerique.

« Tu as fait ce qu'il fallait. »

Si la Mort avait une tête, sûrement l'aurait-elle tourné à ce moment-là, et si elle avait un visage, une expression d'étonnement se serait dessinée sur ses traits séculiers. Oui, même elle aurait été surprise par ces paroles et surtout par la voix qui les prononça – tremblante, et curieusement ferme à la fois. La voix de quelqu'un qui cherchait à se convaincre elle-même. Et, croyez-moi, j'étais la première stupéfaite de trouver ces mots, de trouver même la force de les articuler. N'avais-je pas moi-même contemplé avec horreur le cadavre aux pieds de mon apprentie, n'avais-je pas tremblé en réalisant ce que ce tableau macabre impliquait par tout ce qu'il avait de réel ?
Et puis nous avions couru, couru, couru à en perdre haleine, comme si nos vies en dépendaient, ce qui était probablement le cas. Sans l'arrivée providentielle des corbeaux je n'osais pas imaginer ce qu'il en serait advenu de nous. Pourtant même à présent que nous étions relativement en sécurité à l'abri des arbres je rechignais à qualifier ce qui venait de nous arriver de « miracle ». Si les Étoiles veillaient réellement sur nous, comment auraient-elles pu permettre un tel carnage ? Comment pourraient-elles supporter de regarder Nuage Féerique dans les yeux et lui dire, oui, tu as fait ce que tu as vu, oui tu as ôté une vie et c'est une terrible chose, mais tu l'as fait pour te protéger …
J'en étais pour ma part incapable.

La gorge nouée, il me semblait que je ne pourrais plus jamais produire le moindre son. Mes pattes tremblaient encore alors que la tension refusait de quitter mon corps – corps qui me semblait désormais si fragile, si risible, qu'un souffle de vent suffirait à le briser en deux. Et pourtant il me sembla à cet instant que puisque ma voix me trahissait, mon corps seul me restait, oui, cette maigre enveloppe corporelle encore sanglante et meurtrie de coups, et je projetai ce corps vers mon apprentie. Sans la prévenir je m'élançai vers elle et l'étreignit comme si elle était la dernière chose qui me restait au monde. J'enfouis mon museau dans son pelage souillé trop tôt par le sang d'un autre pour me rassurer moi autant qu'elle. Je m'agrippai à elle avec la force du désespoir, les yeux fermés comme pour m'isoler d'un monde que je ne comprenais plus, et ce contact sembla libérer le flot d'émotions qui s'ébattaient en moi depuis d'interminables minutes. Et un torrent de larmes s'échappa de mon être en même temps qu'un torrent de paroles, incontrôlables. Dans l'état bouleversé dans lequel j'étais je ne me souciais guère de leur portée ni même de savoir si elles avaient le moindre sens.

« Ne recommences plus jamais ça ! Ne nous mets plus jamais en danger comme ça, Fée, plus jamais, j'ai eu si peur ! Plus jamais. » Et puis tout à coup la réalisation de ce qui venait de se passer, ce qui venait vraiment de se passer, me frappa de plein fouet et je m'éloignai d'un pas pour forcer mon apprentie à me regarder en face. « Mais tu m'as sauvé la vie, sans toi je n'aurais pas pu, je n'aurai pas pu ... » Car soyons honnêtes, Faucheuse, rien qu'une fois : avec ou sans Nuage Féerique, ma route aurait fini par croiser celle de ces chats errants lors de l'escapade solitaire que je prévoyais de toute façon de faire, et alors … oui, nous le savons toutes deux, le poids de mon âme aurait reposé au creux de ton épaule. Jamais je n'aurais été de taille seule face à trois ennemis. Et si ma novice nous avait précipité à leurs devants elle m'avait surtout sauvée d'une mort certaine en étant là alors que je souhaitais qu'elle ne le fût pas, en ne fuyant pas alors je le lui demandai, en se battant à mes côtés, tout simplement. Je devais ma vie à son entêtement, son courage et sa loyauté. Il n'y avait aucun Miracle là-dedans, pas de Providence ni rien de Céleste.
Elle avait acheté ma vie par une autre, et cela me remplissait autant d'effroi que de gratitude.

_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Bluebell {Fairy}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vernis bad fairy...
» Des Fairy Tail "bootleg" ?
» Le Fairy Tail d'Imilie
» Pre-order d'Avril 2011 / Story of a Fairy
» Les fairy winkles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan de la Lune :: Territoires :: Rochers aux Corbeaux-
Sauter vers: