« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le temps d'un souffle coupé par un soir tardif d'été. || Perle d'Or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Petit Magnolia
P'tit nouveau.
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18
Age : 20
Date d'inscription : 18/10/2014


MessageSujet: Le temps d'un souffle coupé par un soir tardif d'été. || Perle d'Or   Mar 21 Oct - 21:48



Il faisait frais et sombre. L'astre nocturne était levé depuis longtemps déjà, et le camp du Vent était calme, le silence seulement brisé par la montée du mistral. Frissonnante, Petit Magnolia dormait encore contre le poil chaud de sa mère. Voilà trois lunes qu'elle était là, à découvrir peu à peu le monde, pas à pas. Si les autres reines devaient définir la chatonne, elles seraient toutes du même avis : La gaîté incarnée. Elle avait l'habitude d’égayer la pouponnière, outre les moment où elle mettait la pagaille. La tanière ne redevenait paisible que le soir venu, jusqu'au premiers chants des oiseaux à l'aube. Pourtant, la nuit ne présageait rien de bon cette fois là. 
Ouvrant doucement un oeil, la petite tabby était réveillée. Étrangement, elle avait plus froid que d'habitude. Le poil gonflé pour se réchauffer, elle se mit à bailler sans se retenir. Clignant des yeux pour s'accoutumer à la pénombre, elle observa autour d'elle d'un air endormi. Tous les occupants de la pouponnière semblaient dormir paisiblement. Ne s'attardant pas sur eux, et ne voulant pas trop déranger à cette heure tardive, Petit Magnolia se mit à s'étirer, et tente un bref coup de toilette. Elle commençait à bien maîtriser l'art de se toiletter, et en était fière. Encore un geste acquis, elle avançait bien dans la vie. Désormais habituée à cette faible lumière, elle fut surprise par un flash intense, une ligne lumineuse dans le ciel, éclairant le ciel obscur. Les yeux grands ouverts, globuleux, elle resta un instant interdite. Jusqu'à ce qu'elle sursauta en entendant un bruit sourd. Cette résonance fit bouger les autres chatons de la pouponnière, et les plus jeunes se mirent à chouiner de peur. Ne bougeant toujours pas, Petit Magnolia observa le mères réconforter leurs petits. Puis, un nouveau flash suivit d'une intonation. Plus intriguée qu'apeurée, la petite femelle finit par se lever pour voir par elle même ce qu'était ce vacarme. Doucement, elle rampa vers l'entrée de la tanière, jusqu'à la franchir de peu. Mais elle rentra vite son museau lorsqu'elle sentit de l'eau lui tomber dessus. Le ciel était recouvert de nuages , cachant totalement la lune et le Clan des Etoiles. Dis moi Petit Papillon, pourquoi le Clan des Etoiles pleure-t-il ? se demanda alors la chatonne. Elle savait que sa soeur vivait là-haut, et que c'était la première fois que les étoiles lâchait de l'eau. Tous ses ancêtres devaient pleurer en même temps, et la raison devait être attristante. Désireuse d'en savoir plus, Petit Magnolia s'adressa à sa mère sans se retourner, continuant d'observer la scène étrange.

« Maman, c'est quoi ces lumières dehors ? Et l'eau qui tombe du ciel ? Il est triste le ciel maman ? Pourquoi il est triste ? C'est le Clan des Etoiles qui est malheureux ? »

Peut être était-il "en deuil" comme disait les grands. Quelque part dans le Clan du Tonnerre, ou peut être l'ombre, un chat important n'allait pas bien ? Ou était-ce seulement un mauvais présage sur ce qui ce passait entre les Clans ? Petit Magnolia ne savait pas quoi penser de tout ceci. Sa mère ne lui répondant pas, elle se tourna vers elle. Peut être ne l'avait-elle pas entendu. Mais Symphonie Astrale n'avait pas bougé depuis tout à l'heure. Pourtant, toutes les reines et chatons étaient désormais réveillés en entendant le cri qui accompagnait les pleurs du ciel. S'approchant de la belle chatte blanche allongée de tout son long, la chatonne tigrée miaula plus fort pour réveiller sa mère.

« Maman ?»

Toujours aucune réaction. Ne comprenant pas, Petit Magnolia se mit à la secouer doucement pour la réveiller. Mais elle ne bronchait pas. Alors elle y mit plus de force. Son poil était très humide, comme si elle avait transpiré. Et pourtant, il était froid. La chatonne vit le ventre de sa mère se soulever très légèrement, doucement. Se mettant à paniquer, la petite chatte miaulait plus fort, presque criant. Sa mère devait l'entendre, alors elle crierait de toutes ses forces si elle le pouvait. Qu'elle ne se réveille pas n'était pas normal, elle le savait.

« Maman ! Réveilles-toi maman ! Pourquoi tu n'ouvres pas les yeux ?! Maman !! »

La femelle tabby pleurait si fort que tout le Clan devait l'entendre, mais qu'importe. Pourquoi ne répondait-elle pas ? Derrière elle, le ciel grondait encore plus, comme pour lui dire de se taire. Mais elle ne le voulait pas, la situation était anormal, et Petit Magnolia n'aimait pas ça. Au lieu de sentir le bon lait, une puanteur commençait à émaner de sa mère, ce qui déplu fortement à la petite. Affolée, La chatonne se mit à hurler. Pourquoi tu fais ça Maman ?!

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Le temps d'un souffle coupé par un soir tardif d'été. || Perle d'Or   Sam 25 Oct - 21:50

Soufflé coupéPERLE D'OR
Un souffle. Glacial. Elle s'éveille pourtant couverte de sueur, sa longue fourrure dorée flaquée contre ses flancs dans un désordre affolé. Dans les ténèbres de la tanière, ses yeux lisent tels deux ellipses foudroyantes. À la recherche désespérée de ce qui a causé son trouble, son coeur encore emballé d'une course effrénée dans un monde où les ombres se sont jouées d'elle. Un simple cauchemar, dont l'arrière-goût funeste ne semble pas prêt à la quitter. La peur s'est insinuée dans chaque fibre musculaire, rendant la moindre tâche pénible et difficile. Respirer, par exemple. On l'entend, sifflante, ponctuée de gémissements qui lui échappent dans sa confusion. Quelque chose, elle cherche désespérément quelque chose auquel se raccrocher. Elle n'arrive plus à discerner les odeurs autour d'elle. Ces corps endormis, secoués de temps à autre ne sont plus que de sombres démons. Terrifiée, Perle d'Or referme les paupières, dans l'espoir vain de chasser son angoisse. Lentement, elle repose la tête contre la mousse, se concentre sur ses cinq sens en alerte. Elle en reprend le contrôle, un à un. Tout d'abord, l'effluve de Morsure du Froid vient lui caresser les narines, rassurante. Elle s'autorise à rouvrir un oeil, discernant finalement sa silhouette puissante lorsqu'un éclair vient éclairer la tanière. Il est là. Il est là. Elle est toujours dans le camp. Tout va bien. Rien ne sert de s'abandonner à ses peurs futiles. Alors pourquoi est-elle si énervée? Pourquoi la terreur lui secoue-t-elle toujours les tripes?

Perle d'Or se relève alors que le malaise enfle dans son estomac douloureux. Ses pattes tremblent. Et ce cri, dans la nuit, vient tout déchirer en elle. Elle le reconnaît. Celui de la peur. De la misère. Le cri douloureux d'un chaton appelant sa mère. Un cri qui prend écho en elle, se résorbant dans tout son être. Un appel. Un appel auquel elle répond sans la moindre hésitation, suivie de son trouble toujours aussi grand, déployé en elle de façon à rendre chaque mouvement insupportable. Nourrie, cette angoisse, par ce cri insistant et désespéré. La guerrière avance, comme à contre-courant, dans la pluie occasionnée par ce orage qui ne semble pas déterminé à la laisser passer. Pourtant elle y parvient, là où elle mit au monde deux jeunes chats du Clan du Vent, Nuage Sauvage et Nuage d'Améthyste. Là où elle se senti si bien, pendant quelques lunes. Là où elle fut mère. L'entrée est sombre, gueule béante d'où s'échappe l'effluve de la mort. Son coeur s'agite. Symphonie Astrale, à l'intérieur, s'était plainte de fièvre. Mais trop fière, comme d'habitude, avait refusé de voir la guérisseuse. Et si? Et si? Non ce n'est pas possible. Pas possible.

Même une fois devant le corps sans vie sa soeur, Perle d'Or refuse d'y croire. Près d'elle, une petite boule de poils s'époumone, cherchant à la réveiller. Mais rien n'y fait. Elle n'est plus là. Laissant derrière deux âges en peine. Les pattes de la guerrière cèdent sous son poids et elle s'écroule contre le flanc de sa soeur, son museau enfoncé dans ses poils autrefois animés et soyeux. Pour n'y trouver qu'une plaine sèche. Morte. Elle est morte. Un cri s'étouffe dans sa gorge. Elle ne peut pas y croire. Elle ne veut pas. Pas elle, pas sa soeur. Pas sa jumelle, qui fut toujours sa protectrice. Comment faire sans elle? Comment faire quand sa mort est si rapide, si fulgurante? Comment alors qu'elle n'a jamais pu s'y préparer.

«Sympho' parle moi... J'ai besoin de toi... Et Magnolia aussi... S'il te plaît reviens...»

Elle est en train de s'effondrer. Sa soeur est tout ce qui lui reste. Ou du moins... Ce n'est pas tout à fait vrai. Car près d'elle, une petite vie ne comprend pas ce qui se passe.

«Magnolia?»

Comment a-t-elle la force de se relever? Elle ne saura probablement jamais. Mais voilà que Perle d'Or est de retour sur ses pattes, s'avançant près de la petite chatonne.

«Viens avec moi. Viens...»

Sa voix se brise d'un sanglot. Elle a tellement... tellement mal.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Petit Magnolia
P'tit nouveau.
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18
Age : 20
Date d'inscription : 18/10/2014


MessageSujet: Re: Le temps d'un souffle coupé par un soir tardif d'été. || Perle d'Or   Lun 17 Nov - 21:40


De grands yeux ronds submergés par la peur, le pelage hirsute et la voix tremblante, Petit Magnolia voulait crier à l'aide. Mais maintenant qu'elle commençait à comprendre, sa gorge se noua. Elle voyait bien ce qu'il se passait, mais elle ne pouvait y croire. Autour d'elle, ces cris avaient commencés à attirer l'attention, mais la chatonne ignorait tous les félins qui la regardaient, les rênes désolées et les chatons horrifiés. C'était probablement un simple cauchemar, après tout elle en avait déjà fait des effrayants, alors elle n'avait qu'à attendre son réveil. Pourtant tout cela semblait bien réel. Et comme pour renforcer la dure vérité, Petit Magnolia senti soudainement que derrière elle, un autre chat était aussi peiné qu'elle. Refusant d'abord de se retourner vers le dit félin, car elle ne voulait pas admettre qu'un autre pouvait être triste au même niveau, elle finit par lever les yeux vers la femelle qui se mit à gémir près de la reine défunte. Perle d'Or, sa tante. Elle avait autant de raison de pleurer la perte que la petite chatte.

« Sympho' parle moi... J'ai besoin de toi... Et Magnolia aussi... S'il te plaît reviens... »

Se taisant, Petit Magnolia évita le regard de sa tante. Elle ne l'avait que peu croisée, et pourtant elles étaient de la même famille, partageant l'amour que leur portait Symphonie Astrale. Tremblant à la fois de tristesse et de peur, elle fixait le corps défunt de sa mère, sans émettre le moindre son. Qu'allait-il se passer maintenant ? Le guérisseur pouvait-il réveiller la femelle ?

« Magnolia ? »

Doucement et timidement, la chatonne tigrée croisa le regard de la guerrière, aussi embrumé que le sien.

« Viens avec moi. Viens... »

La voix brisée par l'émotion, la chatonne comprit que Perle d'Or souffrait. Peut être même plus qu'elle. Ne voulant pas lui montrer sa jalousie, la chatonne rampa doucement vers elle, avant de se coller contre le corps chaud de sa tante. N'étant pas certaine de vraiment comprendre la situation, elle préféra demander à la guerrière. Alors, de son petit miaulement triste, elle s'adressa à la combattante.

« Est-ce que... Maman est partie pour toujours ? »

HRP:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1891
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Le temps d'un souffle coupé par un soir tardif d'été. || Perle d'Or   Lun 22 Déc - 19:52

Soufflé coupéPERLE D'OR
Si vous doutiez de la peine que peut ressentir Perle d'Or à un moment pareil, ne vous interrogez plus. Sa soeur est tout pour elle, à un point où il lui est impossible de penser que tout ce qui se produit en ce moment appartient à la réalité. Sa jumelle a été présente pour elle toute sa vie. Elle l'a protégé des sarcasmes, de la dérision de ses pairs. Elle lui a redonné espoir, plus souvent qu'autrement. Elle s'est appliquée avec un soin maternel à la couvrir de bonheur. La guerrière du Vent au pelage roux caractéristique l'aurait suivie jusqu'au bout du monde, même si leurs personnalités les ont toujours séparées quelque peu. Elles s'entendaient sur peu de choses, arborant une vision fort différente de ce monde qui les entourait et pourtant. Pourtant elles se soutenaient, encore et toujours, dans l'adversité. Cette perte est d'autant plus brutale qu'elle est inattendue, prenant de court la belle femelle qui passe tout près, en ce moment, de passer par delà les frontières qu'elle s'est elle-même imposée il y a fort longtemps. De se glisser dans les bras ténébreux, fantomatiques, d'une folie pourtant inscrite dans ses gènes, qui ne se manifeste habituellement que par une naïveté presque maladive et un lunatisme flagrant. Cette fois, ce qui la guette est plus important, bien plus violent que ses quelques écarts d'humeur. Ce qui se tend vers elle, s'insinue dans son coeur d'or est dangereux et froid. Menaçant de tout casser en elle. Tout briser. Véritable ouragan silencieux dont elle doit porter le fardeau. Elle se sent ballotée, déchirée, alors que mille voix sinistres l'appellent.

Des messages de mort. Elle les entend à peine, tout en ressentant le message dans chaque fibre de son corps. Aujourd'hui, devant la dépouille inanimée de sa bien aimée jumelle dont elle a de la difficulté à détacher son regard, elle se dit que ce ne serait pas si mal de la rejoindre. De se coucher à ses côtés, d'attendre que la faucheuse passe et l'abatte à son tour. Elle n'a plus envie. Elle ne peut plus. Son corps refuse de lui obéir. Malgré ses appels à la petite chatonne qui se glisse près d'elle, dont la chaleur l'envahit. Elle n'y parviens plus. Peut-être que la petite ferait mieux de s'endormir, elle aussi. Pour ne plus jamais se réveiller. Combien ce serait facile. Combien ce serait doux. Sa tante n'aurait qu'à poser une patte décisive sur son cou pour abréger ses souffrances. Ce serait si simple, si simple... Une voix retentit dans les ténèbres. Petite, fragile, mais empreinte de vie. Petit Magnolia. Une question légitime, pour elle qui ne comprend rien de ce qui se produit autour d'elle et qui pourtant influencera le reste de sa vie.

Cette voix lui redonne une certaine force. Celle d'avancer. De se détacher de la dépouille. Ses pattes se remettent en marche, faisant volte-face pour se diriger vers l'entrée de la pouponnière, entraînant la petite dans son mouvement. D'un geste presque agressif, elle pousse le chaton hors de cet endroit qui l'a vu vivre jusqu'à présent. Une fois à l'extérieur, elle commande à un guerrier valeureux d'aller chercher quelqu'un, lui confiant ce qui s'est passé. Puis elle se retourne vers la petite.

«Ta mère est morte, Magnolia. Elle ne reviendra pas.»

Sa voix est dure, empreinte de douleur.

«N'ai pas peur, je vais m'occuper de toi.»

Elle ignore comment. Elle ignore pourquoi. Mais une part d'elle-même encore non affectée par le nuage grisâtre qui entoure son coeur reste fidèle à qui elle est, à cette mère profondément aimante qui aura toujours de la place pour aider les autres.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Le temps d'un souffle coupé par un soir tardif d'été. || Perle d'Or
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conserver les pivoines coupées
» Vous souvenez-vous de vos quarts à la coupée ?
» Echelle du temps
» C'est le temps des Fêtes...On décore!
» Le temps qui passe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan du Vent :: Camp du Vent :: Pouponnière-
Sauter vers: