« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I let you go.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3968
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: I let you go.   Lun 26 Mai - 22:58



I let you go

If you love me Let me go



And truth be told, Nuage de Rosée never was yours.
ft. Petite Crécerelle & Rose Sauvage ♥

Eveil.
Lentement, elle sort du sommeil ; s’étire, ouvre les yeux. Le jour s’offre à elle mais elle reste plongée dans les ténèbres, peinant à s’éveiller totalement. Des bribes de son rêve s’accrochent encore à elle, à l’instar de souvenirs dérangeants. Il la tiraille, sans qu’elle puisse se remémorer la moindre image ; peut-être seule la sensation qu’il lui laisse est importante, juste cette sensation de manque et d’abandon. C’est pourquoi elle se sent triste sans en connaître les raisons, c’est pourquoi elle met tant de temps à se lever ce matin-là. Parce que l’envie n’y est pas, parce que quoiqu’il en soit elle a l’intime conviction que cette journée ne lui apportera pas ce dont elle a besoin.

Les quatre chênes se dressent devant elle, toujours aussi droits, toujours aussi fiers. Son regard les parcourt de haut en bas sans leur trouver rien de remarquable ; aujourd’hui, tout est fade. Elle n’a pas dit un mot en sortant du camp, sachant de toute façon que sa mère et mentor ne s’inquiétera pas. A son âge, la plupart sont déjà des guerriers … mais l’apprentie médiocre qu’elle est s’en fiche. Cette déception ne la touche même plus, lui paraît bien lointaine ; bien lointain est le temps des désillusions puisqu’elle n’a plus aucune aspiration. L’avenir lui-même lui est indifférent, et c’est avec nonchalance qu’elle traverse la clairière sacrée sans un regard vers le rocher des chefs. Qui est-elle maintenant que l’ambition l’a quittée ? Les rêves, qui la constituaient, se sont évanouis comme la rosée au soleil. Là seulement elle se rend compte à quel point elle est éphémère.

A vrai dire, elle traverse la frontière sans s’en rendre compte. Le paysage change autour d’elle, de plaine il devient forêt, mais ses yeux ne le voient pas. Ce n’est que lorsqu’elle effleure du bout des pattes un tapis d’aiguilles, piquantes même à travers la couche de givre, qu’elle s’aperçoit de son environnement. Lentement elle lève la tête, son regard rencontre la cime des conifères tout autour d’elle, et c’est alors qu’une odeur vient lui chatouiller le museau : le Clan du Tonnerre. Ses pattes l’ont-elles vraiment portée si loin de chez elle ? Bizarrement, cela l’étonne plus que cela l’inquiète. L’idée du danger ne l’effleure même pas et elle se contente d’observer, soudain attentive, les oreilles dressées, redressée de toute sa hauteur. Simple silhouette effilochée dans les profondeurs mystérieuses de la forêt ; minuscule à côté des géants d’écorces.

Et puis un bruit attire son attention, craquement ou chuchotement, elle ne saurait dire – les bois lui semblent tout à coup reprendre vie. Le vent siffle, glacé, et la fait frissonner. Annonciateur d’une tempête à venir ? Elle en doute. Néanmoins, l’inquiétude finit par poindre au creux de ses prunelles noires comme son pelage. Et si on la trouvait là, quelle justification pourrait-elle donner ? Les bruits de pas se rapprochent, elle se dissimule derrière une souche. Une patrouille … ? Elle ose jeter un coup d’œil furtif et l’incrédulité la cloue sur place l’espace d’un moment, le temps de se faire repérer … par un chaton. Un simple chaton, seul et inoffensif ; si elle en avait le cœur, elle rirait de sa bêtise. Une future guerrière incapable de décoder la plus simple des odeurs … Se sachant repérée, elle s’avance vers la chatonne, car c’est en réalité une femelle, sans plus chercher à se cacher. Ce serait ridicule de toute façon, non ? Arrivée à une distance raisonnable, elle s’arrête et enroule calmement sa queue autour de son corps.

« Tu es perdue ? » miaule-t-elle en direction de la chatonne. Son pelage de couleur crème est d’un aspect particulièrement duveteux ; plutôt attendrissant, en fait. Ses yeux surtout, d’un bleu pur, semblent dire toute la bonté du monde. Alors elle-même s’attendrit, et considère avec douceur ce petit être que le destin a mis sur son chemin, sur ce chemin qu’une fois de plus elle n’aurait pas du emprunter. Je ne te ferai pas de mal, semblent dire ses yeux opalescents. Mais même cela, elle ne se sent pas la volonté de l’articuler.

Ironie qu’une étrangère s’adresse ainsi à l’une des maîtresses des lieux.




_________________



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
I let you go.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan du Tonnerre :: Territoires :: Grands Pins-
Sauter vers: