Welcome to the New Age


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aurevoir Maman PV Jeu Macabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Coeur de Braise
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 18
Date d'inscription : 10/04/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Aurevoir Maman PV Jeu Macabre   Ven 11 Avr - 21:41






Aurevoir Maman !
Jeu Macabre ▼ Petite Nuit ▼



Je suis née sans problème, A peine sortie du ventre de ma maman elle me pris par la peau du cou pour me mettre près de son ventre pour que je tète le lait qu'il y as dans ses mamelles pendant qu'elle me lécher. Je ne lui ai jamais demander comment elle s'appelait mais je l’appeler «  Maman » sa ne la dérangeait pas et j'aimais l’appeler comme ça. J'aime ma mère et je l'aimerais toujours ! Même si nous passions nos journées entières à jouer ensemble. Je ne m'en lassais pas. Au contraire j'adorais jouer avec elle, elle était marrante et si gentille. Nous nous promenons un peu à la limite entre les chemins qui mènent à la forêt et au route. Ma maman me disait toujours qu'il ne fallait jamais que j'aille dans la forêt car il y avait des chats dangereux . Je grandissais jours après jours. J'étais un nouveau née et me voilà un chaton. J'étais quand même assez petite je jouer parfois avec d'autres chats du quartiers ils étaient assez gentil avec moi. Un soir où je dormais paisiblement dans un nid fait avec des brindilles et quelques feuilles ma maman me réveillais en sursaut. Je ne savais pas pourquoi... J'entendais des hurlements de chats en détresse ou des cri rugissants de toute leurs voix. Je ne comprenais pas ce qu'il arriver autour de moi. Ma maman me dit de courir j'essayais mais mes pattes étaient trop petites du coup je trébuchais tout les 2 mètres la peur au ventre. Je fessais de mon mieux j’essayais de faire honneur à ma mère ! Elle voyait que je n'arriver pas à courir elle me pris par la peau du cou. Nous nous dirigions vers la forêt dès que j'ai compris où nous allons je lui dit en gémissant malgré ma peur au ventre : «  Maman, nous nous dirigions vers la forêt tu ma dis que c'était interdit d'y aller pourquoi y allons nous ? » Elle ne me répondit pas sûrement trop occuper sur le chemin à prendre. J'avais peur et froid je trembler de tout mes membres. J'étais effrayer la forêt était si sombre, il y avait quelques cris d'oiseaux et autres bruits inconnues. Ma maman ralentis le pas je compris que nous étions arriver. Elle s’arrêtait et me posais doucement sur le sol.  Elle me fit un nid avec quelques mousses et feuilles qui traînent à droit à gauche . Elle me prit et mis déposa dedans. Je lui posais milles questions sans aucune réponses. Je la regardais peut être pour la dernière fois dans son regards je vis de la tristesse. Je lui posais un dernière question dans l’espérance d'une réponse : «  Maman, ne m'abandonne pas pourquoi nous allons dans la forêt et que ce passe t'il ?  » Je la regarda dans le fond de ses yeux en but d'avoir une réponse j'étais à présent triste moi aussi comprenant ce qui aller ce passer elle me répondit je l'écouter attentivement : « Ne tant fait pas ma petite reste ici et ne fait pas de bruit. » J'obeisais elle me regarda une dernière fois et je la regardais une dernière fois elle partie en courant . « Au revoir Maman » pense-je. Je m'endormis un bruit de pas me réveilla je me fis toute petite comme ma Maman hier me l'avait dit je ne fis pas de bruit cachée dans un  si petit ni facile de ne pas ce faire apercevoir. Les bruits de pas se rapprochait j'avais de plus en plus mal au ventre et mon cœur battait de plus en plus vite.




©Etyncelle2014

_________________

RP : 0/1 | Dispo. Etant en internat la semaine je réponds au RP en week-end.
Merci de votre patience et compréhension.  :hearty:  

Spoiler:
 

Merci Jeu Macabre pour l'avatar il es magnifique ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mac
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1873
Age : 22
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Aurevoir Maman PV Jeu Macabre   Sam 12 Avr - 13:59

"Renaître."
 

Le jour se lève lentement à l'horizon, bien au dessus des arbres. 
Et bien au dessus de l'ombre qui déambulait sans but apparent dans les bois. Les patrouilles venaient de se terminer mais il n'avait pas eu envie de rentrer, quelque chose en lui le poussait à s'enfoncer dans la forêt, à se perdre sous les frondaisons entremêlées qui semblaient chercher à lui dérober la lumière. La terre était humide sous ses pas et les épines des conifères qui peuplaient ces lieux lui collaient aux pattes, il avait beau s'arrêter, les agiter vivement, rien à faire, elles étaient comme incrustées dans ses coussinets et cela n'était pas la plus agréable des sensations. Il avait plu durant la nuit, une légère bruine très douce, revigorante après les chaleurs de ces derniers jours. Mais à présent son pelage rafraichis était trempé et l'ombre tombant dans les bois, il commença à avoir froid et tremblait par moment. Avec l'odeur de terre et de pluie qu'il dégageait impossible de chasser de plus il prenait la direction du vent, poussé par la brise, et tous les animaux susceptibles d'être chassés devaient le voir arriver à une lieue à la ronde. C'est grimaçant qu'il continuait à avancer, il venait de rater une proie, un mulot qui s'était terré dans son trou aussitôt qu'il s'en était approché. Autant abandonner. Et il allait faire demi-tour, il ne voulait pas gâcher sa journée, certes son devoir était accompli, la patrouille avait marqué la frontière et ramené quelques proies mais il stoppa sa marche d'un coup. Ses griffes s'enfoncèrent dans le sol, retenant à elles seules un corps qui tentait de s'enfuir, de se soustraire à l'emprise de l'instinct. Jeu Macabre était trop soumis à cet instinct qui était sensé le garder en vie, pas lui faire faire des rencontres fortuites dès qu'il posait une patte en dehors du camp, et il avait envie de changer cela. Mais encore une fois une force étrangère et pourtant bien présente en lui lui dictait de continuer encore un peu. C'était comme une tension, tension dans ses entrailles, tension attachée à une corde qui le tirait en avant et avait une destination précise en tête, comme si elle était dotée d'une volonté propre. Et il n'y pouvait rien. 

Il se remit en marche, humant l'air le plus souvent possible, doutant des intentions profondes de cette chose qui le guidait comme un chaton aveugle. Son pelage rayé glissait contre les troncs noirs lorsqu'il avisa une petite forme blanchâtre sur l'un d'eux. Il s'approcha de la chrysalide éventrée et l'observa un moment. Le petit insecte était reparti depuis longtemps, livrant ses nouvelles ailes au vent et au ciel. Il avait eu de la chance, il avait échappé de peu à la pluie et sa renaissance était arrivée à point nommé. Jeu Macabre soupira. Renaître... Comme il aurait voulu être à la place du papillon, s'enfermer dans un cocon quelques temps puis l'ouvrir et s'élancer, neuf et sans souvenirs, voler sans se soucier du lendemain et avoir une vie si courte que chaque instant serait une petite merveille en soi. Expier et renaître. Le lieutenant se détacha de l'enveloppe désertée et repris son chemin, s'arrachant à des rêves bien inutiles car irréalisables.  Ses responsabilités reviendraient toujours à la charge et il serait toujours là pour les assumer. Soudain une fragrance amère le prit à la gorge et une lumière terrible lui fit perdre ses repères. Il ferma les yeux un instant, sous ses paupières l'ombre était rouge et il avait l'impression qu'on lui avait brûlé le visage. Les fines membranes de peau se relevèrent tout doucement, dévoilant par étapes les iris verts du guerrier. Enfin il pu se redresser et observer son environnement. Il se trouvait dans une immense clairière et l'éclat solaire l'avait réduit à la cécité, trop habitué qu'il était à la noirceur matinale. Sa vue d'abord brouillée, se remit peu à peu du "choc" lumineux et il constata qu'il était revenu à la Colline Macabre. Il repensa à Requiem, à sa folie passagère, à tout le sang qu'il avait versé et frissonna. *C'est passé* se dit-il intérieurement, feignant la présence invisible de quelqu'un qui veillerait sur lui. Et aussi bizarre que cela puisse paraître il fut aussitôt rassuré. La Colline était à la fois son enfer et son asile de paix, un lieu où il pouvait méditer à loisir, peu de chats s'aventuraient jusque là, personne n'était assez fou pour venir se recueillir perché sur un tas d'ossements. Mais l'averse nocturne avait changé l'endroit en bourbier. Les os saillaient çà et là et pointaient des doigts accusateurs vers le ciel. La terre se mêlait à l'eau et c'est seulement en pataugeant dans la boue qu'il pourrait se rendre de l'autre côté, il n'avait pas envie de retourner sous les arbres, la soudaine apparition du soleil lui avait fait du bien, il comptait en profiter un peu. 
Quelques minutes plus tard il se tenait enfin debout, droit comme une pierre tombale, couvert de boue tel un spectre d'argile, mais immense et fier, à la lisière des bois. De nouveau il allait devoir s'y enfoncer, il avait entendu un bruit étrange et quelque chose l'avait surpris, lui qui se croyait totalement seul... L'odeur de la peur, répugnante et contagieuse qui lui fit froncer le nez. Il baissa la tête et avança doucement se livrant aux profondeurs. Alors qu'il glissait lentement parmi les buissons bas, il lui semblait que les arbres dardaient sur lui des yeux emplis d'angoisse. Une sueur froide parcourut son dos, il préférait cent fois sa colline et il y serait retourné s'il ne l'avait pas sentie. Un bruissement dans les feuilles, le craquement caractéristique d'une aiguille de pin. Il approcha encore et se figea, soudain changé en statue de fer blanc. 

C'était une boule de poils noirs, grelottante et humide qui s'agitait dans un nid de mousse fait à la va vite. Elle exhalait une terreur sans nom, soudain ses immenses yeux verts de posèrent sur lui, et il put réaliser à quel point elle était perdue. Il n'osait bouger de peur qu'elle s'enfuie mais elle tremblait tellement qu'il était pratiquement sûr qu'elle n'irait pas bien loin, ses pattes étaient encore courtaudes et son pelage de jais tout ébouriffé, autant par l'inquiétude que par l'humidité. Jeu Macabre ne savait trop que faire. Il détestait les chats "impurs", elle ne devait pas venir d'un Clan. Pour s'en assurer il tenta une approche et se pencha doucement au dessus du nid. On sentait encore l'odeur de sa mère sur elle, il n'y avait pas longtemps qu'elle était partie mais aucune trace de la femelle dans les environs. Il s'agissait tout bonnement d'un abandon. Ignoble façon de se débarrasser de ses petits selon lui... Que devait-il en faire à présent, la tuer pour abréger sa courte vie et lui éviter de mourir de froid et de faim ? La garder... Il secoua la tête, comment se résoudre à garder une petite d'origine inconnue ? Comment l'expliquerait-il aux membres du Clan ? Lui le lieutenant à cheval sur le code du guerrier et les règles qui exigeaient que le sang de ce même Clan ne soit pas souillé. Il ferma les yeux, décidé et prit une longue inspiration. Il se pencha de nouveau, prêt à accomplir sa terrible besogne mais se ravisa soudain. Il avait quasiment plongé la truffe dans son pelage hirsute et la tension qui l'avait mené jusqu'ici refit surface. Elle lui soufflait de faire une entorse aux règles, de vivre pour une fois, sans se poser de questions et il comprit. 
Il se tenait là, debout et impur, comme sortis des enfers, face à cette petite créature, encore pure et innocente. Lui qui demandait son absolution, voilà qu'il avait peut être trouvé un moyen de laver ses pêchés... Il regarda le ciel, le royaume du Clan des Etoiles et souffla : 

"Renaître."

Il reporta son attention sur la petite, fixant ses prunelles vertes sur elle et demanda de sa voix la plus douce, sachant pertinemment qu'il devait être effrayant: 

"D'où viens tu petite ?"

Elle devait savoir parler vu son âge qui approchait sûrement les trois lunes...  


_________________

La perfection Naru.

Spoiler:
 
Spoiler:
 



Dernière édition par Jeu Macabre le Sam 12 Avr - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coeur de Braise
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 18
Date d'inscription : 10/04/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Aurevoir Maman PV Jeu Macabre   Sam 12 Avr - 15:43



Aurevoir Maman !

Jeu Macabre & Peite Nuit


Le chat avais dû me sentir... "Zutt" pensais-je. Il s'approchait de moi. Chaque pas qu'il faisait me résonner le bruit de ses coussinets qui frappaient le sol, ces bruits me résonnaient dans la tête pendant plusieurs secondes. Il était à présent devant moi. J'avais peur qu'est-ce qu'il allait faire de moi j'étais terrifiée à l'idée qu'il me tue. Il n'avait pas l'air si agressif au point de me tuer. C'était un grand chat avec un peu de toutes les couleurs, du noir au fauve avec du blanc ce qui devait trahir son âge il était assez grand. Il sentit le nid que ma Maman m'avait fait avant quelle sois partie. Je l'aimais je n'ai pas compris pourquoi elle m'avais laisser ici seule et surtout dans la forêt. Peut être pour que je me face trouver par un autre chat... "Je t'aime Maman" une voix me fit sortir de mes pensées. C'était ce mâle qui me regarder toujours il me posait donc une question. "D'où viens tu petite ?" Comment pouvais-je le savoir ? J'habite juste à coter de maison avec d'autres chats qui vivaient ici je lui répondis timidement : " Je ne sais pas trop... bafouillais-je avant de reprendre   nous avions l'habitude de dormir près des maisons a coter 'espèce d'animaux à deux pattes' " " Et toi d'où viens tu ? Tu as un nom ? " il me pose une question je lui en pose une après tout c'est pas de ma faute si je suis curieuse j'aime bien connaitre le nom des personnes.
Spoiler:
 
Code by Reira.

_________________

RP : 0/1 | Dispo. Etant en internat la semaine je réponds au RP en week-end.
Merci de votre patience et compréhension.  :hearty:  

Spoiler:
 

Merci Jeu Macabre pour l'avatar il es magnifique ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mac
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1873
Age : 22
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Aurevoir Maman PV Jeu Macabre   Dim 13 Avr - 0:17

"Chaos."
 


"Je ne sais pas trop...Nous avions l'habitude de dormir près des maisons à côté d'espèce d'animaux à deux pattes"

La petite voix aigue le surprit un peu mais il ne broncha pas attendant patiemment qu'elle s'explique. Elle parlait des bipèdes aucun doute là dessus, ce qui confirma également ses soupçons. Il hésita, il semblait que sa mère l'ait quitté quelques heures plus tôt... Et si elle revenait ? Elle accourrait, et prise de panique, ne retrouverait pas sa fille, seul le nid vide l'accueillerait et lui aurait pris le risque de la prendre sous son aile pour rien. Mais il y avait autre chose dans l'odeur qui se dégageait de la petite, quelque chose qui le confortait dans l'idée que la chatte ne reviendrait plus. Une légère senteur métallique, si fugace qu'il avait d'abord douté de son existence mais à présent il en était sûr : du sang. Ce n'était pas celui de la petite, sa mère avait dû en laissé sur son pelage alors qu'elle l'installait là, lui souhaitait bonne nuit une dernière fois peut être. Elle avait dû se faire attaquer en pleine nuit, ces choses là n'étaient pas rares dans les rues de la ville et les chats qui y vivaient ne se faisaient pas de cadeaux. Alors elle avait choisi de fuir, abandonnant sa petite à la forêt, espérant peut être qu'un guerrier comme lui tomberait sur elle et ferait preuve de pitié. Bizarrement, sans la connaître, il espérait qu'elle avait pu se sauver mais il en doutait fortement. Il était presque déçu pour cette petite qui n'aurait pas de mère, pas biologique en tous les cas et en garderait pourtant des souvenirs qui se révéleraient douloureux par la suite. Elle lui manquerait terriblement et jamais personne ne la remplacerait. Cependant l'heure n'était pas au bilan, sa vie commençait à peine et il se devait de l'aider à entrer dans le monde qui était désormais le sien. Elle parlait plutôt bien pour son âge et il s'en réjouit, la communication n'en serait que plus facile. Il n'avait jamais été très doué avec les chatons, préférant les éviter autant qu'il le pouvait. Soit il leur faisait peur sans le vouloir soit ils voulaient jouer avec lui ce que Jeu Macabre ne supportait pas. A présent il allait devoir mettre ses réticences de côté. 

" Et toi d'où viens tu ? Tu as un nom ?"

Il lâcha un sourire, elle était curieuse et sa peur semblait s'être légèrement estompée, comme si elle ne réalisait pas encore que sa vie venait de changer du tout au tout. Il l'imaginait déjà dans le Clan, complètement perdue lorsque le seul chat qu'elle connaissait serait en patrouille... Il la confierait à une reine en espérant que la cohabitation serait concluante, ce qui n'était pas toujours évident. Les reines pouvaient refuser, elles privilégieraient leurs chatons et il ne pourrait pas les blâmer pour cela. Mais c'était un gros risque à prendre et il comptait sur la tendresse de leur coeur de jeunes mères pour prendre la petite en pitié. Il hésita de nouveau, devait-il lui dire son nom ? Il n'avait rien de rassurant et il craignait de l'effrayer davantage, mais il savait qu'on ne doit pas mentir aux jeunes si l'on veut garder leur confiance et perdre la sienne était la dernière chose qu'il voulait, il aurait assez de mal à s'en occuper sans en rajouter avec des faux pas idiots. Il tenta le tout pour le tout. 

"Je m'appelle Jeu Macabre" dit-il avec un sourire quelque peu forcé mais qu'il espérait naturel aux yeux d'un chaton naïf. 

Le lieutenant devina qu'elle ne devait pas encore avoir de nom et un mot l'avait frappé dès qu'il l'avait vue. La nuit. Son pelage sombre rappelait tout à fait ce moment où le soleil se noyait de nouveau dans la masse sylvestre, emportant la lumière dans sa chute, plongeant les vivants dans l'obscurité qui pour lui avait toujours appartenu aux morts. Et la nuit était le domaine de leurs ancêtres, les étoiles sortaient de leur tanière à cet instant et la petite était forcément un signe. L'espoir dont il avait le plus besoin, une sorte de raison de continuer. Alors Petite Nuit lui irait à ravir, il lui soumettrait l'idée plus tard lorsqu'elle serait enfin à l'abri. 

"Je suis du Clan de l'Ombre, un groupe de chats unis qui veillent les uns sur les autres, nous vivons dans la forêt..."

Il était malaisé de lui expliquer le fonctionnement des Clans, les rivalités et la hiérarchie parfois très complexe, il y avait tant de noms, tant de concepts à retenir, sans parler de sa foi pour le Clan des Etoiles, il aurait été impossible de lui faire comprendre en quelques minutes ce qu'un chaton de Clan apprenait en six lunes. Il craignit soudain qu'il ne s'agisse que d'un rêve, il se réveillerait seul et aussi désespéré qu'autrefois... Le guerrier prit une longue inspiration et imprima en lui le parfum caractéristique de la petite. Elle était tout ce qu'il y a de plus réel et même si tout ça allait certainement lui attirer des problèmes il en fut soulagé. Et pendant qu'il songeait aux conséquences de ses actes il jetait de petits regards anxieux aux profondeurs, inquiet à l'idée que les assaillants de la mère puissent revenir pour elle. Et comme pour appuyer ses pensées le ciel se voila, il leva la tête, étonné par la grisaille qui s'était abattue sur eux telle une masse de vapeur. De gros nuages noirs s'amoncelaient à l'horizon et ce qui ressemblait fort à un orage d'été semblait se préciser plus loin. Il ne fallut pas bien longtemps pour qu'une pluie fine se mette à tomber. Bientôt elle se transformerait en averse et la Colline Macabre serait impraticable. Il fallait se hâter, pas question de faire un détour c'était trop risqué. Sans un mot il saisit la petite par la peau du cou et leva la tête le plus haut possible afin qu'elle ne touchât pas le sol déjà boueux. Sa grande taille lui serait d'un grand secours et il se félicita d'avoir choisis la bonne portion de peau à attraper, il avait craint de lui faire mal. Sans se soucier de son avis il décampa le plus vite possible et atteignit de nouveau la Colline. Il fallait refaire le chemin en sens inverse et sous une pluie désormais battante, on ne voyait pas très loin devant soi et Jeu Macabre dû prendre toutes les précautions du monde pour s'élever au dessus de la terre gorgée d'eau et de pas y laisser le chaton. Il parvint de l'autre côté sans encombres et la déposa entre ses pattes, tâchant de reprendre son souffle avant de repartir vers le camp. 

"Ca va ? " demanda-t-il, inquiet. 


_________________

La perfection Naru.

Spoiler:
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coeur de Braise
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 18
Date d'inscription : 10/04/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Aurevoir Maman PV Jeu Macabre   Mer 16 Avr - 18:15



Aurevoir Maman !

Jeu Macabre & Petite Nuit


Je regardais Jeu Macabre c'était comme ça qu'il s'appelait. Il semblait inquiet d'une menace au qu'on nous repère. Je ne sais pas si il avait le droit de me parler, ni même de me voir. Peut être que c'était tout simplement interdit de parler à un chat inconnue. Ma maman m'avais dit ça ne jamais parler au inconnue mais cette fois ci je ne l'avais pas écouter. Pourquoi ? Car Jeu Macabre m'inspirait confiance il était gentil et beau ^^
Sa voix me fit sortir de mes pensée : " Je suis du Clan de l'Ombre, un groupe de chats unis qui veillent les uns sur les autres, nous vivons dans la forêt... "
Dans un clan génial !! C'est pour sa que maman m'avais dit qu'ils y avaient des chats dangereux dans la forêt. Elle parlais surement des chats de clan. Sans préciser pour autant les noms ni leurs clan. C'était bien ils veillaient les uns sur les autres comme nous fessions avec maman. Elle veillait sur moi et moi je veillais sur elle. J'étais bourrée d’excitation et de peur. Jeu Macabre regardait le ciel il y avait des nuages gris quelques minutes plus tard il avaient changer de couleur ils étaient devenus noirs puis de la pluie elles étaient fine mais maintenant assez épaisse et elle mouiller très vite. Jeu Macabres me saisit par la peau du coup. J'allais protester de ne pas me tuer mais il me prit gentillment par la peau du coup sinon il m'aurait déjà écraser par son poids. L'eau commençait à monter la peur me montait au ventre j'avais maintenant peur que nous noyons. Mais Jeu Macabre leva la tête le plus haut possible pour éviter que je me mouille. Il était si gentil. Il m'emmenait vers une colline là où il n'y avait peu d'eau. Il me déposa avant de me parler d'un air très inquiet : [color=#0066ff]"Ca va ?" Je me regarder cherchant si je n'avais pas perdue quelque chose pendant que nous marchions mais non je n'avais rien. Je répondit donc "Oui je pense.. j'enchainais trop curieuse où allons nous ? Nous étions trempés de la tête a la queue. J’essayais de me réchauffer en me léchant le pelage en attendant la réponse de Jeu de Macabre.

_________________

RP : 0/1 | Dispo. Etant en internat la semaine je réponds au RP en week-end.
Merci de votre patience et compréhension.  :hearty:  

Spoiler:
 

Merci Jeu Macabre pour l'avatar il es magnifique ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mac
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1873
Age : 22
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Aurevoir Maman PV Jeu Macabre   Jeu 17 Avr - 23:29

"Sweet nothing."
 

"Où allons nous ?"

Sa curiosité l'étonnait, il s'était figuré qu'elle aurait gardé le silence, morte de peur, transie de froid, mais il n'en fut rien. Elle posait des questions comme si la situation était tout à fait normale, comme si sa mère l'avait confiée à un ami avant de revenir la chercher plus tard. Mais elle ne reviendrait pas et maintenant qu'il l'avait recueillie jamais elle n'aurait idée de visiter les Clans en demandant où se trouvait sa fille. Il s'en voulait un peu, la culpabilité qui l'accompagnait depuis de nombreuses lunes refit surface et même si les raisons étaient différentes le sentiment restait le même, il venait peut être de gâcher sa vie... Mais il était trop tard, et c'est les tempes oppressées par le poids du monde qui s'écroule autour de soi qu'il répondit dans un souffle :

"Nous allons au camp de mon Clan, tu verras tu y seras comme chez toi.. "

Il ne savait pas s'il utilisait les bons mots, s'il se faisait comprendre mais la pluie drue qui plaquait son pelage contre son corps l'empêchait de réfléchir. La petite se mit à lécher sa propre fourrure, clairsemée par endroits, certainement en vue de se réchauffer, il se félicita de ne pas être tombé sur une écervelée, c'était déjà ça...  Le lieutenant se pencha, peu disposé à converser par un temps pareil et saisit de nouveau la pauvre créature par la peau du cou. Elle paraissait si fragile sous ses crocs effilés, il aurait pu la briser, la tuer d'un coup sec et vif, aussi rapidement qu'il l'aurait fait d'une proie, il suffisait d'appuyer un peu plus. Il aurait peut être dû le faire, c'est vrai, mais il ne pouvait s'y résoudre, il avait vu en elle un signe. Un signe de vie, la dette qu'il pourrait enfin payer, une existence contre une autre et la sienne au service des Étoiles. Alors il se devait de la ramener chez lui saine et sauve. Il relâcha un peu la prise qu'il avait resserré inconsciemment et se remit en route. 
Le chemin était bien plus escarpé qu'à l'arrivée, l'eau avait transformé la forêt en un champ de bataille difforme dans lequel Jeu Macabre avait du mal à se repérer. Il buttait parfois sur une racine qui affleurait du sol, se meurtrissait les pattes au contact de pierres coupantes qu'il n'avait pas remarqué, dissimulées qu'elles étaient par la boue, il faillit tomber à de nombreuses reprises mais se reprenait juste à temps. Au bout de ce qui lui parut une éternité il hésita à déposer son fardeau et courir vers le camp mais il s'astreignit à continuer, pas question d'abandonner si près du but, il aurait été un monstre de la laisser ainsi. Il se promit silencieusement de ne plus jamais porter de chaton, c'était un réel cauchemar, elle bougeait beaucoup et il ne pouvait pas lui en vouloir mais cela ne lui facilitait pas les choses et il peinait à la garder en place dans sa gueule. Malgré les remords immédiats que cela lui inspira, il dû enfoncer ses crocs un peu plus loin dans la chair tendre afin de ne pas la lâcher car leur périple gagnait en difficulté à mesure que ses longues pattes avalaient la distance qui les séparait d'un nid douillet. Il ne reconnaissait plus grand chose, l'obscurité des bois ajoutait au fait qu'on n'y voyait goutte, si l'on peu parler ainsi, et il avançait tête baissée, les yeux plissés et les oreilles rabattues contre le crâne, se fiant à l'odeur de plus en plus ténue du Clan de l'Ombre qui se rapprochait pourtant. Il avait rarement vu averse aussi terrible, à croire qu'il était maudit.

Enfin l'espoir se profila à l'horizon, sous la forme, bien particulière certes, d'une légère pente qui tenait plus de la cascade de fange que de l'entrée d'un camp. Les conifères se faisaient plus rares, moins denses et même s'il l'avait parfois déploré, inquiété pour la sécurité, il était à présent rassuré. Les fumets familiers de la terre battue qui l'avait vu naître vinrent titiller ses narines malgré la pluie, le Clan était installé ici depuis si longtemps qu'il paraissait impossible de déloger l'odeur, elle était comme imprégnée dans les troncs et la roche si bien que personne ne pourrait jamais les oublier s'ils venaient à disparaître. C'est du moins l'idée qu'il en avait. Mais si les arbres le laissaient enfin en paix, la pluie n'avait que plus de prise sur lui et il se pressa de remonter cette pente qui le mènerait au salut. Le guerrier glissa, s'y reprit à plusieurs fois, empli d'une ténacité jusque là inconnue de lui et gravit enfin la montée, harponnant le sol meuble de ses griffes douloureuses. Un dédale de buissons l'accueillit, mais cela ne représentait plus la moindre difficulté, il connaissait le terrain par coeur, il aurait pu s'y orienter les yeux fermés, rien qu'au toucher des feuilles qui l'effleuraient doucement, à la manière d'une mère qui cajole son petit. Puis vint le corridor de fougères qui marquait le commencement de la plupart des camps, il s'y précipita, martelé par les eaux qui venaient s'écraser sur le plat des plantes, si vite qu'il risquait de faire tomber sa précieuse trouvaille. Mais encore une fois il parvint à tenir bon. Le matou arriva enfin en vue de la place commune, victorieux, souillé jusqu'à l'os mais la mission accomplie et l'honneur presque sauf. Le camp était désert à une exception près. La sentinelle de garde se hâta vers lui, ombre quittant les ombres, avant de s'arrêter net lorsqu'elle distingua la forme gesticulante qui pendait de sa gueule. Jeu Macabre ne pouvait, ni ne voulait prononcer un mot aussi il poursuivit son chemin comme s'il ne l'avait pas vue, le regard dur, fixé sur un point lointain que lui seul pouvait voir. Le guerrier qu'il venait de croiser était trempé lui aussi mais rien de comparable à ce que le lieutenant venait de vivre. On aurait dit qu'il avait traversé un océan à la nage, mais son air misérable était compensé par sa démarche assurée et sa carrure qui n'avait rien perdu de son allure malgré le pelage réduit à néant. Le Clan au complet avait dû chercher à se préserver et tous avaient préféré regagner leur tanières au plus vite. Ainsi il était presque sûr qu'il trouverait celle qui cherchait. La sentinelle, remise du choc, lui couru après et lança d'un air inquisiteur, loin du respect qui lui était dû :

"Qu'est ce donc que cela ? "

Jeu Macabre hocha la tête de droite à gauche en signe d'agacement, lui intimant ainsi le silence. Il s'expliquerait plus tard, pour l'heure il n'avait qu'une envie, soulager sa mâchoire et dormir quelques heures. Il commençait à mesurer l'ampleur de son action, aussi bonne soit-elle, à penser à tous les problèmes, les contre-temps auxquels il allait devoir faire face. Enfin il atteignit la pouponnière, bastion de lumière parmi les ténèbres, les ronces enchevêtrées qui la constituaient offraient un abri sûr aux reines du Clan et une douce chaleur en émanait. Il entra sans plus de cérémonie et lâcha la petite sur le sol mousseux qui tapissait l'ensemble. Il s'étira lentement, conscient qu'il en faudrait bien plus pour délier ses muscles chauffés à blanc. Il ouvrit et ferma la gueule plusieurs fois, histoire de la détendre et enfin elle arriva. Une reine au pelage crème et aux yeux bleus, aussi doux qu'un ciel d'été, la mère idéale selon lui. Elle parut surprise mais ne posa pas trop de questions, plus préoccupée par l'état du chaton que par ses origines, ce qui rassura Jeu Macabre qui n'avait aucun certitudes quant à sa réaction. Elle s'avéra bonne. Ils discutèrent longtemps alors qu'elle installait la petite dans un nid de bien chaud, contre sa propre portée déjà endormie. Elle lui assura qu'elle en prendrait soin, qu'elle veillerait sur elle comme s'il s'était agit de ses enfants. Le lieutenant qui se contentait d'hocher la tête depuis un moment, sortit de son mutisme et demanda : 

"J'ai pensé que Petite Nuit lui irait bien..."

Il était hésitant, il n'avait jamais choisis de nom pour qui que se soit, il y avait quelque chose d'officiel là dedans, de définitif, quelque chose de sérieux qui la suivrait toute sa vie. Mais la reine, coupant court à son angoisse, approuva du chef en souriant. Elle lui conseilla d'aller se reposer, il pourrait rendre visite à la petite le lendemain lorsque la pluie se serait arrêtée. Il l'approuva d'un bâillement gigantesque et s'approcha du nid. Il fourra un son museau dans le pelage noir en soufflant : 

"Tu t'appelles Petite Nuit à présent, dors et ne t'inquiètes de rien... Je suis là maintenant" 

Il venait de comprendre ce que voulait dire paternité et c'est souriant qu'il quitta la tanière, serein pour la première fois depuis des lunes. 

(je m'arrête ici tu peux répondre une dernière fois ;) ) 




_________________

La perfection Naru.

Spoiler:
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coeur de Braise
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 18
Date d'inscription : 10/04/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Aurevoir Maman PV Jeu Macabre   Ven 18 Avr - 21:19

Pourquoi ?
Feat Jeu Macabre & Petite Nuit



J'étais excité est angoissée à l'idée de savoir on nous y allions. Il m'emmenait peut être chez moi et je pourrais retrouver ma maman !! Jouais avec elle faire notre toilette ensemble. Jouer avec une bouboulle de terre. Se faire de doux câlins. Je lui raconterais que j'ai rencontrée Jeu de Macabre un grand chat qui vis dans un clan je lui raconterais aussi qu'il ne sont pas si méchant ils sont plutôt gentil et grand. Le temps qui la fait la marche que nous avons fait et qu'il m'avait même porter je lui DIRAIS TOUT ! La voix de Jeu de Macabre me raisonnais dans la tête :

"Nous allons au camp de mon Clan, tu verras tu y seras comme chez toi.. "

Comme chez moi ? Mais je ne connaîtrais personne ! Et qui va me parler ? Avec qui je jouerais ? Et Maman est-ce qu'elle serait où je suis ? Elle va s'inquiétait non ? Jeu de Macabre me reprit par la peau du coup toujours sur cette pluie. STOP LA PLUIE C'EST PAS LE MOMENT ! J'aurais bien hurlée pour lâcher ma colère et ma tristesse à la fois. La pluie ne m'aider pas vraiment. Je me motivais dans ma tête pour être la plus heureuse possible. Après tout ça devait pas être si dramatique leur clan ?
Ma colère disparue. Nous marchions toujours sous la pluie froide et mouiller, j'espérais que l'on n'ai pas la pluie tous les jours parce que là je commence à avoir trop froid. J'allais répliquer et gesticulait parce que Jeu de Macabre était en train de m'étrangler mais, il me relâchais un peu c'était déjà mieux. Le temps changeait rapidement on voyais à plus de trois mètres devant sois que maintenant on ne vois qu'à un mètre  et Jeu Macabre n'arrêtait pas de trébucher tout le temps j'ai bien cru que nous allions tomber dans l'eau. Et que je me noyais ! Tout le long du chemin Jeu Macabre était penseur, un gros penseur, je ne sais pas à quoi il penser mais, il ne fessait pas semblant. J'en avais un peu marre surtout j'avais peur de tomber alors je bougeais beaucoup.


Nous étions bientôt arrivés enfin je pensais car, Jeu Macabre commencer à se dépêchait, peut être la pluie ou la motivation de se mettre au chaud ? Je ne le serais jamais j'avais trop froid pour lui demander. Une colline ce dessinait devant nous. Somme nous donc bien arriver ? Est-ce une illusion ? Sommes-nous morts ? Je ne pense pas vu qu'il y avait pleins d'odeurs de chats ! La même odeur de Jeu de Macabre, alors nous ne sommes donc pas morts, sommes nous donc arrivés ? La pluie continuer de tomber. Une montée gigantesque se dresser devant nous. Nous n'allons pas là monter quand même. Je voulais descendre à tout pris peur de tomber tout en bas ! Jeu de Macabre fit un pas. Troop tard nous ne pouvions plus faire marche arrière. Il glissait sur la roche. S'accrochant de toute c'est griffes Jeu de Macabre avait réussis à la gravir je voulais le féliciter de ça belle monter mais je me tuais.
Nous sommes arrivés le chemin au sol était marteler par la pluie mais on voyait bien les traces lasser par d'autre chat et l'odeur. Ça puait un peu trop. Jeu Macabre me coupait mes pensée lorsque qu'il accélérait le pas. Des buissons de partout en forme de cercle. Ça dois être les rempares ou des protections contre d'autre chats non ?
Il y avait personne dans la cours juste un autre chat assez massif j'avais du mal à voir où j'étais à cause de la plus. Le chat s'approchait de nous j'avais peur il était groooos.

"Qu'est ce donc que cela ? "

Cela ? Non mais ça va là ? La pluie ta un peu chambouler la tête ou quoi ? Je suis un chaton pas un bâton ou cailloux. Pff ce chat alors on devrait t'appeler "Chose" toi ! Ça tirait bien tiens ! Jeu de Macabre hochais la tête de droite à gauche. Que voulait t-il dire ? Non ? Ou bien Oui ? Il continuait d'avancer un gros buissons de ronces boucher le passage. Nous allions pas le traverser ça va me piquer et m'abîmais ma fourrure. Nous étions arrivés dans un endroit inconnu pour moi. Il fessait chaud et sa sentait bon ! Je de Macabre me posait par terre. Il y avait de la mousse c'était doux et mou. Je regardais Jeu de Macabre qui était en train de s'étirait et faire des grimaces avec sa bouche c'était marrant de voir ces grimaces. Une chatte au pelage aux yeux bleue venait  vers moi. Elle était belle !! Elle m'installa près d'elle à coter d'autre chaton comme moi en train de dormir pendant que Jeu de Macabre et elle discutaient à voix basse je ne compris rien de ce qu'ils parlent.
Jeu de Macabre miaulait quelques mots que je ne compris rieen.
Trop fatiguer pour dire quoi que se sois. Ma fatigue grandissait. Non je ne veux pas dormir je voudrai poster des questions. En train de m'endormir. Je sentis quelqu'un en train de se frotter contre mon pelage, c'était si doux si gentille il me murmurait quelques chose :
"Tu t'appelles Petite Nuit à présent, dors et ne t'inquiètes de rien... Je suis là maintenant"
Petite Nuit ? C'est joli. Tu es là ? Que voulait t-il dire par je suis là ? Oui il était sympa comme chat je pourrais parler à ma Maman de Jeu de Macabre. Ah peine j'avais dit le mot "Maman" que je m'endormis trop fatiguée de cette longue journée.






_________________

RP : 0/1 | Dispo. Etant en internat la semaine je réponds au RP en week-end.
Merci de votre patience et compréhension.  :hearty:  

Spoiler:
 

Merci Jeu Macabre pour l'avatar il es magnifique ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mac
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1873
Age : 22
Date d'inscription : 28/02/2014


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Aurevoir Maman PV Jeu Macabre   Mar 29 Avr - 0:11

Terminé le rp peut être archivé :3
Tu t'es vraiment améliorée au fil du temps bravo. On s'en refera plein :D ♥

_________________

La perfection Naru.

Spoiler:
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aurevoir Maman PV Jeu Macabre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aurevoir Maman PV Jeu Macabre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je me présente: Tilouw, maman de Damien, né en 09/2007
» Ce que la maman ne peut manger pendant l'allaitement
» un atelier pour maman ;)
» Regarde moi, Maman de Yanni Kin (2005) (Livre)
» maman a dit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome to the New Age :: ARCHIVES :: Cerfblanc :: Clan de l'Ombre :: Territoires :: Colline Macabre-
Sauter vers: