« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wake me Up

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1946
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Wake me Up   Dim 23 Mar - 2:51

Wake me UpSOMBRE NUIT
Dans une forêt dense, dansent des arbres silencieux, balancés par le vent du doute. Ils tiennent, malgré tout, leurs feuillages cosmiques immobiles, figés dans l’intemporalité de cette nuit unique où les Étoiles règnent. Dans le ciel d’un noir d’encre, elles brillent d’une lueur argentée diffuse, qui embrase les ténèbres. Se tient dans leur lumière une ombre, là où la végétation s’est écartée dans une bute qui s’élève en direction du ciel. D’ici, cet inconnu peut presque lever une patte pour toucher les astres, mais le vent le pèse, figeant ses mouvements. Dans le silence de la forêt, la voix des Étoiles s’élève dans un appel, mais toujours, il se tient droit sans bouger, levant un regard suppliant vers le ciel. Le chat au pelage de nuit prie pour qu’on le laisse tranquille, prie pour qu’on lui rende sa liberté. Et le vent, maître de ses actions, le balaie sans ménagement. À ce moment, habituellement, le matou quitte cette lande pour poser une patte dans la réalité, mais cette fois est différente. En son cœur, il le sent. Un éclat céleste se détache du ciel et sous ses yeux ébahis, fonce tout droit vers lui. L’étoile se fiche dans la poitrine et son pelage s’illumine d’un éclat spectral. Le chat, affolé, se penche au-dessus d’une flaque d’eau miroitante pour y consulter son reflet. Le reflet qu’on lui renvoie est celui d’un matou très familier et qui, malgré les nombreuses ressemblances, n’est pas lui. Dans un feulement terrorisé, le guerrier fuit en direction de la forêt, propulsé par le vent.

So wake me up when it’s all over
When I’m wiser and I’m older
All this time I was finding my self
And I didn’t know I was lost
Encore ce rêve. Encore ce songe. Tenter de le repousser ne sert qu’à repousse l’échéance et quelque part, je dois le savoir. Mais dans tous ces doutes, dans cette inquiétude croissante tous les jours, je décide une nouvelle fois d’ignorer ce qui se présente pourtant à moi de façon on ne peut plus évidente. Je me lève dans un feulement fatigué. Je ne souhaite qu’on me laisse tranquille. Désigné par mes pairs, désigné par les maîtres de mon destin, je continue pourtant de refuser l’inévitable. L’après-midi est bien entamé et même cette petite sieste n’a su chasser la fatigue de mes paupières qui s’alourdissent de jour en jour. Du répit, je ne demande qu’un peu de répit. Du temps pour moi, pour penser à ce à quoi on tente de me préparer et ce j’ignore dans la certitude que tous se trompent. Silencieux et soucieux, je fais mine de ne pas remarquer mes compagnons qui me saluent d’un geste de la queue, dédaigne le tas de gibier pourtant invitant pour m’enfoncer dans la forêt qui a revêtu son manteau blanc. Mon souffle chaud forme des ellipses de vapeur qui s’élèvent vers un ciel ombrageux qui laisse s’échapper quelques flocons immaculés qui se pressent à envahir mes longs poils hérissés dans l’espoir de me protéger du froid, encore timide à cette époque de l’année.

Pas hésitants prennent de l’assurance. Cadence silencieuse dans l’immensité des arbres me surplombant sans aucune considération. Une ombre dans un paradis givré, tache intruse laissant derrière elles quelques traces vaines. Où je vais, on ne me trouvera pas. On ne me cherchera pas. Mes amis savent que j’ai besoin de moi. De moi-même. D’un moment face à ma personne, pour penser et réfléchir. Progressant lentement, je me retrouve aux Rochers du Soleil après de nombreuses hésitations, qui aboutissent en ce choix pourtant évident. Arrivé à destination, mes pas se font plus rapides, avides de chaleur. Si les pierres près de la rivière sont dénudées de neige, le couvert de nuages présents dans le ciel empêche tout soleil de les frapper. Je me couche donc sur un rocher près du courant d’eau, me penchant doucement à sa surface que l’hiver n’a pas encore su figer. M’apparaît mon reflet, l’image d’un chat aux traits tirés de fatigue, une lueur incertaine dansant dans son regard bleuté. Je soupire et hoche la tête. Je ne ferai pas ce qu’on me demande. Je ne suis pas prêt. Je ne suis pas fait pour ces responsabilités. Peu importe ce qu’ils diront tous.

They tell me I'm too young to understand
They say I'm caught up in a dream
Well life will pass me by if I don't open up my eyes
Well that's fine by me
D’une patte déterminée, je brouille mon reflet dans la rivière. On ne me dictera pas mes gestes. La vérité? Je suis terrorisé. Je n’ai jamais même envisagé de prendre cette place au sein du Clan. Pourquoi s’obstinent-ils tous à croire que je serai le meilleur choix pour eux, pour nous tous? Nouveau soupir, plainte d’exaspération et de fatigue. Mon reflet se raffine, reprend sa forme ou me semble-t-il. Mais bientôt, d’autres yeux que les miens me scrutent dans l’eau de la rivière. Comme dans mon rêve. Ce sont les siens, ceux que je reconnaitrais entre mille. Ceux qui m’ont souri, ceux qui ont ensoleillé mes jours, ceux que je désespère de retrouver. Deux éclats d’un vert saisissant, prunelles rassurantes qui me couvent une fois de plus d’un amour qui me manque chaque jour. Vingt lunes ne peuvent effacer le poids de cette perte. Pourtant, il est là. Je peux sentir son odeur, la candeur de sa fourrure contre mes poils d’ébène. Le cœur battant dans toutes les fibres de mon être, je lève le museau vers lui qui se tient tout près, le regard perdu dans les flots, un sourire enfantin suspendu aux lèvres. Il n’a pas changé. Pas d’un seul poil. Mis à part cet aura argenté qui le baigne.

«Bonsoir, Sombre Nuit.»

Je sursaute. Il a parlé. N’est-ce pas un signe suffisant pour me convaincre qu’il ne s’agit pas d’un tour cruel de mon imagination? Interdit, je n’ose pas bouger de peur de le voir disparaître. À nouveau.

«Je comprends ta stupeur. Mais ne fais pas cette tête trop longtemps ou tu vas rester figé ainsi!»

Je referme ma gueule et me remet sur pattes, le scrutant au passage. Douleur et soulagement passent tour à tour dans le gris-bleu de mes yeux.

«Griffe de Lierre.»

Nom trop précieux, trop lourd. Un simple murmure rauque à moitié emporté par le vent. J’ai douze lunes à nouveau. Douze lunes d’assurance et de rêves, douze lunes d’espoir. Douze lunes d’admiration. Celui qui se tient devant moi, souriant toujours avec ce même malice amusé, n’est nul autre que celui que j’appelle toujours lors des plus sombres nuits, celui que j’espère. D’un bon, je suis près de lui, enfonçant mon visage ruisselant de larmes dans ses longs poils gris, fauves et noirs. Appelant son nom encore et encore pour me convaincre de sa présence. Une langue passe sur mon épaule secouée de sanglots, tentative de chasser une peine trop longtemps refoulée.

«Griffe de Lierre… Où étais-tu? Où étais-tu? Pourquoi n’es-tu jamais venu? Pourquoi es-tu parti?»

Brisé, perdu sans mon héros, sans mon guide. Son museau me repousse doucement et son regard bienveillant se fixe au mien.

«J’étais toujours présent. Près de toi. Tous les jours.»

«C’est trop difficile sans toi, Griffe de Lierre.»

«Tu te débrouilles très bien. Tu n’as besoin de personne, Sombre Nuit.»


Je secoue la tête. Mes pensées se mêlent, mes pattes tremblent.

«Alors pourquoi es-tu venu?»

«Parce que tu es aussi obstinée que ta mère, voilà pourquoi. Parce que tu as peur alors que tu devrais triompher. Car tu as laissé le doute figer tes pattes.»


Je recule. Il est donc venu à leur demande. Je lui lance un regard où perce colère et incompréhension. Je me sens trahi.

«Tu es venu pour me faire porter ce fardeau plutôt!»

«Non. De devenir Chef n’est pas un fardeau Sombre Nuit. Tu as toujours rêvé de t’illustrer pour ton Clan, de tous les sauver. Aujourd’hui se présente à toi cette chance. Écoute-moi, je t’en prie.»


Je reste silencieux. Son ton est si apaisant que la colère se dissipe comme elle est venue. Le regard rivé sur la pierre à mes pattes, j’adhère à sa demande. Mes oreilles sont toutes dressées.

Wish that I could stay forever this young
Not afraid to close my eyes
Life's a game made for everyone
And love is the prize
«Le Clan du Tonnerre a vécu bien des misères. Fragments Étoilés et Prêle des Champs sont parties. Ces chats ont besoin d’une Voix, du courage d’un être déjà tout désigné. Je sais que tu as peur Sombre Nuit. Je sais que tu doutes de toi, que tu crains ces responsabilités. Il n’existe pas de chemin facile, cependant je sais ceci. Tu es le chat le plus brave, le plus attentionné que je connaisse. Tu feras un merveilleux Chef si tu te souviens toujours de ces paroles que je t’ai maintes fois répétées. Tu es maître de ta destinée, tant et aussi longtemps que tu croiras que tu peux faire mieux.»

Je reste silencieux. Je repense à ces dernières semaines, à mon implication, à cette place que, malgré moi, j’ai prise pour les miens. Le Tonnerre a désespérément besoin d’un Chef.

«Je suis terrorisé, Griffe de Lierre. J’ai l’impression que tous se trompent.»

«Remettrais-tu en doute la sagesse des Étoiles? De tes propres compagnons? Le seul en qui tu doutes ici, c’est de toi-même. Je ne t’ai pas connu ainsi. Je t’ai connu droit et fier. Prêt à tout pour aider les siens. Mais surtout en paix avec tes capacités et tes faiblesses. Regarde-moi dans les yeux et dis-moi que tu ne saurais pas le faire.»


Je ne dis rien. Les secondes s’égrainent, indifférentes, dans un silence lourd de sens. Un sourire illumine de nouveau son visage.

«Je serai présent, toujours. À chaque pas vers la Pierre de Lune. À chaque pas vers l’obtention de ton nouveau nom. N’aie pas peur. Laisse tes pattes te guider.»

«La peur a mené ma vie depuis plusieurs lunes. J’ai craint l’Apocalypse, j’ai craint Fragments Étoilés. Je suis fatigué, Griffe de Lierre.»

«Alors laisse derrière toi tes doutes.»


Je lève un regard humide vers son visage confiant. Comment peut-il croire en moi alors que je me suis montré si lâche? Alors que j’ai refusé ma destinée pendant si longtemps? La honte m’étreint à présent, mais la peur menaçante accumulée pendant tout ce temps plongé dans les ténèbres s’évapore.

«Merci Griffe de Lierre.»

Son corps se fait vaporeux, immatériel. Il a rempli sa mission en ce monde et s’apprête à s’en retourner près des siens. Son regard se voile de tristesse un moment et il soupire.

«Je dois partir maintenant, mais souviens-toi que les pattes connaissent la raison du cœur. Fais-leur confiance.»

«Je n’oublierai pas. Je t’aime Griffe de Lierre. Tu me manques tous les jours. Je t’honorerai, promis.»

«Je t’aime aussi, Étoile Sombre.»


Ai-je cligné des yeux? Il n’y est plus. Son reflet dans la rivière a disparu, tout comme le corps pourtant bien charnel, emportant avec lui les dernières traces de ce nom qui résonne toujours sous mon crâne. Mon nom.

Feeling my way through the darkness
Guided by a beating heart
I can't tell where the journey will end
But I know where to start
Explications:
 

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 

Gardien des Flammes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Wake me Up
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» i wish that i could wake up with amnesia ? mael.
» Wake me up - Avicii & Aloe Blacc COVER
» AARON&LISA - Wake up !
» Wake me up before you go ~ [Kaidan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan du Tonnerre :: Territoires :: Rochers du Soleil-
Sauter vers: