« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   Lun 13 Mai - 18:39

Plume de Rossignol.
C'était juste un petit pas de trop !◄




Le soleil se leva dans un ciel bleu et dégagé, en me réveillant par la même occasion. J'émergeais du trou qui me servait de tanière en bâillant, la truffe en l'air. C'était un beau matin de printemps, frais et pâle comme un pétale de fleur.
En plissant les yeux, je distinguais mon chef en pleine conversation avec un groupe de félins. Je devinais qu'il s'agissait d'une patrouille de chasse, et me hâtais de les rejoindre.
« Je vais chasser, Destinée Mystique ! » miaulais-je, dès que je fus à portée de voix.
Mieux valait se désigner et partir seule, libre de chasser où et comme je le voulait, que de devoir obéir aux indications du chef de patrouille.
J'attendis l'approbation de la meneuse avant de filer, sans même prendre le temps de manger.

Dès que j'eus atteint l'orée d'une petite forêt non loin, je ralentis l'allure. Comme toujours, la paix et la beauté qui m'entouraient m'apaisèrent.
Je m'arrêtais au pied d'un chêne, et m'assis entre ses racines noueuses. Du bout d'une patte, je tapotais la mousse qui jonchait le sol pour la rendre plus douce.
Je n'avais pas choisi cet emplacement pour rien - un rayon de soleil tombait presque verticalement sur le tronc et le parsemait de points lumineux. Dans un soupir satisfait, je tendis le cou pour lisser mon poil tigré de quelques coups de langue vigoureux.
Confortablement installée, réchauffée par le soleil, bercée par les bruits de la nature, je sentis mes yeux se fermer lentement. Une douce torpeur m'envahit, et je me roulais en boule dans la mousse, prête à m'endormir.
Dormir ?
Un sursaut de conscience me saisit. Les pattes tremblantes, je me relevais péniblement en m'ébrouant, à la fois pour débarrasser mon pelage des brins de mousse qui s'y étaient accrochés et pour me réveiller.
Chasse. Je dois chasser.
Cette pensée vrilla ma tête. Titubante, je me remis en chemin.

La première proie que je vis était un écureuil, perché sur la branche basse d'un arbre. Le corps lourd comme la pierre, je pris la position du chasseur et rampais dans sa direction. Mais je marchais sur une brindille, qui se brisa dans un bruit sec. Je me figeais, mais il était trop tard : déjà, l'écureuil détalait.
Dans un feulement irrité, je courus à sa suite. Sous mes coussinets, le sol devenait de plus en plus glissant. On aurait presque dit qu'il était... vaseux.
Je baissais la tête, fus déséquilibrée par le mouvement, dérapais dans le bourbier qu'était devenu la terre, essayais de me retenir... échouais.
Dans un bruit à effrayer un blaireau, je trébuchais et tombais. Mon élan me propulsa sur quelques mètres encore. Quand je me relevais, j'avais le pelage complètement boueux, le nez froncé par l'odeur répugnante qui régnaient sur les lieux, et la gueule pleine d'eau croupie que je recrachais avec dégoût.
Mais il y avait pire, je m'en aperçus lorsque le vent tourna, en apportant avec lui un parfum repoussant.

Le Clan de l'Ombre !
Pas d'inquiétude. Il me suffit de revenir sur mes pas, doucement. L'odeur des marécages dissimulera la mienne. Personne ne saura que je suis venue ici...
Un miaulement outré interrompit le fil de mes pensées. Dans un gémissement, je pivotais sur moi-même pour faire face à la guerrière qui venait de me surprendre sur son territoire.


Dernière édition par Plume de Rossignol le Mar 14 Mai - 18:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Forêt de Plumes
P'tit nouveau.
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Age : 23
Date d'inscription : 27/04/2013


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   Lun 13 Mai - 20:32

· On peut savoir ce que vous foutez ici ? feula Forêt de Plumes, fièrement dressées sur les berges du marais, connaissant assez les lieux pour ne pas se laisser embourber. Le poil hérissé, la queue doublée de volume, les yeux d'apparence froide, les crocs et les griffes sortis, elle paraissait vraiment énervée, agressive, comme si elle s'apprêtait à livrer combat. Son poil tricolore semblait le reflet d'un orage qui se hâtait de gronder. En réalité, au fond d'elle, elle s'amusait de la situation : non pas qu'elle s'énervait réellement de voir une adverse marcher sur ses Terres, elle avait elle-même rendu assez souvent visite à des Clans adverses pour se permettre de le reprocher aux autres. Mais elle s'amusait réellement de voir cette guerrière, dont l'odeur s'apparentait à celle du Clan de la Lune, le pelage tâché de boue gluante, la gueule emplie de cette odeur putride caractéristique de l'Ombre, les pattes totalement embourbées, le regard déjà blasé de se retrouver dans cette situation peu confortable, et surtout pour l'orgueil. Sans renier pour autant la guerrière, Forêt de Plumes se sentait incroyablement supérieure en ce moment précis, propre comme nouveau-né, soyeuse comme l'herbe fraiche, soignée comme un chat sortant de toilette et surtout, l'orgueil sauf.
Un sourire s'afficha sur ses babines tandis qu'elle laissait son poil s’aplatir contre ses flancs, sentant sa queue redevenir fine, laissant son regard s'emplir d'une expression plus neutre. Mais l'espièglerie, et la moquerie, brillaient toujours dans ses prunelles d'ambre.

Après cette entrée fracassante, qui allait sûrement déplaire à l'inconnue, Forêt de Plumes laissa un rire franc et amusé éclater tandis qu'elle détendait ses muscles, se mettant dans une position de détente totale, comme si elle avait soudainement oublié quel félin était en face d'elle. Mais elle savait en fait parfaitement ce qu'elle faisait.

· Non je rigole ! Je voulais juste te reproduire l'accueil que tu aurais eu si ça n'avait pas été moi, dit-elle finalement, un amusement significatif éclairant ses prunelles, qui se firent plus claires. La tricolore finit par s'asseoir, laissant sa queue enrober ses pattes avant tandis que le bout s'agitait impatiemment, attentant une réaction de la part de l'intruse. Ce ne serait sûrement pas à Forêt de Plumes de se présenter en premier. Ce n'était pas elle qui était en tord, après tout.

_________________

Cette merveille est signée Sangria *-* Merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newhopelgdc.forumactif.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   Mar 14 Mai - 17:53

« On peut savoir ce que vous foutez ici ? »
Je réprimais un grognement en dévisageant l’intruse… non, pas l’intruse, c’était moi. L’étrangère.
Elle n’avait pas l’air amicale. Son poil écaille était hérissé, sa queue gonflée, et ses griffes dégainées luisaient. Et puis, brusquement, sans raison apparente, elle éclata de rire. Ses muscles se relâchèrent tandis qu’une lueur espiègle illuminait tout à coup ses prunelles ambrées.
« Non je rigole ! Je voulais juste te reproduire l'accueil que tu aurais eu si ça n'avait pas été moi. »
Tiens, elle passait au tutoiement, maintenant ? Et avec un aplomb déconcertant. Je décidais que j’aimais bien cette chatte.
« Ah », répliquais-je. « Qu’est-ce que ça aurait été alors ! »
Je laissais volontairement ma voix traîner sur les derniers mots, légèrement sarcastique.

J’étais en réalité plus honteuse qu’autre chose. Je venais de franchir la frontière en me vautrant dans la gadoue comme un apprenti maladroit. Il n’y avait pas vraiment de quoi être fière. Je coulais un regard en coin vers le pelage lustré de la guerrière du Clan de l’Ombre, et préférais ne pas penser à l’état du mien. À l’idée de devoir passer ma langue sur la vase dégoûtante qui recouvrait ma fourrure, je frissonnais.
« Attends une seconde, veux-tu bien ? »
Sans attendre de réponse, je regagnais à toute allure mon territoire, en faisant attention à l’endroit où je posais mes pattes, puis plongeais tête la première dans un petit ruisseau qui irriguait les marécages. L’eau glacée me fit hoqueter, et j’en émergeais presque aussi vite que j’y étais entrée.

Je me tordis le cou pour voir mon pelage, et gémissais en voyant que ma baignade n’avait rien arrangé. Des débris de végétation s’étaient accrochés à mes poils mi-longs, et ma fourrure habituellement brune et crème était recouverte d’une épaisse couche de boue.
« Ce n’est pas possible ! » m’exclamais-je à voix haute, ulcérée.
Je rejoignis la guerrière en m’ébrouant à chaque pas, avec pour seul résultat de me donner le tournis.
« Eh, toi ! Tu vis ici, non ? Comment fais-tu pour te débarrasser de ce truc ? Vous devez avoir les pattes palmées, à force ! »
Face à un guerrier hostile et dangereux, je ne me serais sûrement pas montrée aussi arrogante. Mais cette chatte ennemie n’avait pas l’air de vouloir m’attaquer. Et puis, question fierté, elle ne se gênait pas pour se pavaner.
« On va me surnommer Pelage Boueux, maintenant », grommelais-je à voix basse, plus pour moi-même que pour la guerrière. « Un bien bel exemple ! Et dire que je veux devenir lieutenante… »
Puis, parce que j’étais tout de même polie, je dis un ton plus haut :
« Je suis désolée d’avoir franchis la frontière, je poursuivais un stupide écureuil et… bref, je m’appelle Plume de Rossignol. Heu… tu n’as vraiment rien contre cette boue ? »
Revenir en haut Aller en bas
Forêt de Plumes
P'tit nouveau.
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Age : 23
Date d'inscription : 27/04/2013


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   Mar 14 Mai - 20:09

Forêt de Plumes s'était à peine demandé quelle serait la réaction de la guerrière ennemie, et ce ne fut que lorsque celle-ci s'apprêta à parler qu'elle se posa la question. Peut-être serait-elle prête à engager le combat, trop piquée par les moqueries de la tricolore. Frissonnant à cette idée, à la fois d'appréhension et d'excitation, la jeune guerrière se raisonna en se disant qu'après tout, elle n'aurait jamais tord, et si elle devait en mourir, elle serait dans son rôle. Et c'était tout.
Mais l'inconnue n'avait pas l'air agressive non plus. Elle ne prit pas si mal les remarques et la drôle de situation, préférant rebondir sur elle dans un esprit de dérision. Forêt de Plumes appréciait cela chez les autres. Avec elle, beaucoup se sentaient piqués, vexés. Alors elle se mettait à aimer immédiatement ceux qui préféraient rire d'eux-même.

L'intruse avait décidé de se jeter dans un ruisseau dans l'espoir de nettoyer son pelage autrement qu'en le léchant. Mais, évidemment, ça ne fonctionna pas -la guerrière de l'Ombre l'aurait deviné, connaissant cette horrible matière. Elle sourit en voyant pester la guerrière de la Lune, et fut quelque peu étonnée en la voyant revenir en terres adverses : ainsi elle n'avait vraiment plus rien à faire d'être en droit ou non ! À nouveau, un sourire intéressé éclaira les babines de Forêt de Plumes, alors qu'elle s'apprêtait à le lui faire remarquer. Mais l'intruse fut plus rapide. Elle se plaignit plusieurs fois encore de la matière qui lui recouvrait le corps, et qui ne tarderait pas à l'oppresser et à la gratter. Elle finit par lui demander comment faire pour s'en débarrasser.

· Nous autres du Clan de l'Ombre savons surtout comment ne pas tomber dans ces trous boueux, lança-t-elle d'un ton moqueur, et à la fois gentil. Mais lorsque ça arrive, on attend que ça sèche, et il n'y a plus qu'à gratter ! Elle sourit, et comme si elle voulait illustrer ses paroles, elle se passa un coup de patte sur l'oreille, délogeant ainsi une mouche qui l'enquiquinait.
Puis l'inconnue, qui se présenta comme Plume de Rossignol, s'excusa, présentant une raison pour laquelle elle avait traversé la frontière. Forêt de Plumes haussa les épaules. Cela l'importait peu, même si elle savait que c'était obligatoire dans ce genre de situation. Elle s'intéressait bien plus à la personnalité de la jeune femelle, qui semblait étonnamment sympathique, pas du tout imbue d'elle-même. C'était agréable de se reposer sur cela pour une femelle dont l'orgueil semblait une prison. Forêt de Plumes appréciait déjà la jeune chatte, même si elle ignorait l'issue de leur rencontre.

· Disons que nous y sommes habitués, continua-t-elle, parlant bien sûr des terres souvent nauséabondes de son Clan. Et puis, ce sont nos terres, c'est comme ça, on n'a pas le choix. Elle dit cela sur un ton de dépit, mais elle ne se plaignait pas réellement de ses terres, qu'elle aimait malgré tout, même si elle en avait vu d'autres plus belles et agréables, même si elle savait qu'aucun chat d'autre Clan ne lui enviait son territoire. Ils n'y étaient pas nés, c'était là la différence. Quant à moi, je m'appelle Forêt de Plumes, et je suis une guerrière de l'Ombre, dit-elle finalement, pensant en même temps qu'elle parlait que préciser son rang et son Clan n'était peut-être pas nécessaire. Ma sœur est lieutenante. Moi, j'ai trouvé où m'épanouir autrement. Elle conclut cela avec un sourire, un seul mot en tête : liberté.

_________________

Cette merveille est signée Sangria *-* Merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newhopelgdc.forumactif.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   Mer 15 Mai - 15:09

Attendre que la boue sèche ? Beurk. Je n’osais même pas penser à la réaction de mes camarades si je me présentais à eux couverte de vase, « parce qu’il faut attendre que ça sèche et gratter ensuite ». Enfin, au moins, j’avais ma réponse.
Je fixais attentivement Forêt de Plumes – elle avait un bien joli nom, pour une guerrière du Clan de l’Ombre. Il lui allait vraiment bien, les tâches blanches de son pelage ressemblaient effectivement à une pluie de plumes.

« Ta sœur est lieutenante ? » répétais-je avec curiosité.
J’essayais de me rappeler la hiérarchie du Clan de l’Ombre, sans y parvenir. N’y avait-il pas une histoire de trahison ? Je ne me rappelais plus très bien. La situation de mon propre Clan était déjà bien assez compliquée.
« Ah si, je m’en souviens ! » m’exclamais-je tout à coup à haute voix. « C’est Moustaches Vanille, c’est ça ? »
Je dévisageais Forêt de Plumes avec un intérêt nouveau, en me demandant si elle ressemblait à sa sœur. J’avais déjà rencontré celle-ci à une Assemblée – le seul souvenir que j’en gardais, c’était celui d’une chatte écaille plutôt sympathique.
« Tu en as, de la chance… Enfin, surtout ta sœur… »
J’avais pris un ton rêveur, essayant de m’imaginer ce que c’était que d’être lieutenante. Des responsabilités, sans aucun doute, mais aussi beaucoup de gloire, de respect et d’admiration… Et puis plus tard, être chef, et avoir un Clan entier sous ses ordres !

Je cillais en revenant au présent. Les mots de Forêt de Plumes me revinrent en mémoire. Elle avait trouvé un moyen de s’épanouir ? Que voulait-elle dire ? Était-ce si dur, d’être la sœur de la lieutenante ? Ou peut-être n’était-elle pas à l’aise, au sein de son Clan ? Elle ne réagissait pas comme les autres guerriers du Clan de l’Ombre que j’avais déjà pu rencontrer. Elle était… différente, et cette distinction m’intriguait. C’était comme si elle était au-dessus du code, au-dessus des ordres… Libre. Oui, c’était ça, elle était libre.
« Tu aimes ton indépendance, n’est-ce pas ? C’est quand tu es seule que tu t’épanouis. »
Je voulais en avoir le cœur net. Et puis, si elle me répondait, je pourrais peut-être lui parler de moi. Mais je voulais d’abord entendre sa réponse. Il ne fallait pas oublier que c’était une ennemie.
Revenir en haut Aller en bas
Forêt de Plumes
P'tit nouveau.
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Age : 23
Date d'inscription : 27/04/2013


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   Mer 15 Mai - 17:47

La réponse ne parût pas convenir à la jeune chatte, dont la mimique exprimait le dégoût. Il était vrai que rester plusieurs heures -et de longues heures, vu le temps humide qu'il faisait- avec cette boue nous couvrant le corps n'était pas agréable. D'autant plus que plus elle séchait et plus elle restreignait nos mouvements, ce qui devenait insupportable. C'était à en devenir fou pour qui n'était pas patient. Cependant, c'était la seule façon de se débarrasser de cette matière qui, en plus, n'avait pas une odeur des plus enchanteresses. D'ailleurs, celle qui couvrait maintenant la chatte du Clan de la Lune ferait deviner sans problème à ses compagnons de Clan qu'elle avait fait une excursion en terres ennemies : elle aurait alors des soucis. Mais peut-être ne s'en souciait-elle que peu : Forêt de Plumes ne la connaissait pas pour pouvoir s'en douter.
La discussion se porta un instant sur Moustaches Vanille, sa sœur. Parler d'elle n'était pas une partie de plaisir, vu les antécédents qui les liaient. Mais après tout, Plume de Rossignol ne faisait que répondre à ce qu'elle avait annoncé un peu plus tôt : la guerrière tricolore ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même sur ce coup. Elle décida d'écourter simplement la discussion.

· Oui, c'est elle, Moustaches Vanilles, déclara-t-elle d'un ton désintéressé, les yeux détachés, comme si cela l'ennuyait profondément de parler de sa tricolore de frangine. Plume de Rossignol parla de chance, néanmoins. Et Forêt de Plumes ne put s'empêcher de réagir. Chance, je ne sais pas... Chacun trouve sa voie dans des chemins différents. Une phrase bien abstraite, quasiment philosophique, qui illustrait cependant bien la façon de penser de la jeune guerrière. Elle planta à nouveau ses prunelles ambrées sur la femelle de la Lune et constata avec délice que la discussion s'éloignait du sujet duquel elle ne souhaitait pas parler. Parfait. Elle sourit et émit un petit rire lorsque Plume de Rossignol prit à nouveau la parole : « Tu aimes ton indépendance, n’est-ce pas ? C’est quand tu es seule que tu t’épanouis. » Elle laissa sa queue fouetter l'air sans la contrôler, l'excitation la prenant à la pensée de parler de liberté. C'est dans l'indépendance que je m'épanouis, finit-elle par avouer, gonflant son poitrail blanc d'orgueil. C'était vrai. Évidemment, ce serait faux de prétendre ne pas supporter son Clan, vivre très bien sans lui, vouloir s'en passer définitivement. Mais il était effectivement vrai que Forêt de Plumes rêvait de liberté, et que c'était le seul mot qui hantait son âme jours et nuits depuis la nomination de Moustaches Vanille comme lieutenante.

_________________

Cette merveille est signée Sangria *-* Merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newhopelgdc.forumactif.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   Mar 21 Mai - 17:49

Le mot « indépendance » sembla avoir un effet presque magique sur Forêt de Plumes. Son poitrail blanc se gonfla, et ses yeux se mirent à briller comme deux étoiles. Toutefois, je ne pouvais me défaire de l’impression étrange qu’elle cherchait à détourner mon attention.
J’avais l’habitude d’observer mes camarades de loin avant de leur parler ; lorsqu’ils étaient soucieux, attristés ou effrayés, je le savais.
Or, je sentais chez Forêt de Plumes une gêne, un malaise. Lorsqu’elle avait prononcé le nom de sa sœur, Moustaches Vanille, ses yeux s’étaient étrécis et le bout de sa queue avait remué. Ces signes étaient quasiment indécelables, mais mon regard aiguisé les avait surprit aussitôt.
J’ouvris la gueule, prête à lui poser directement ma question. Au dernier moment cependant, je me ravisais. Je venais tout juste de la rencontrer ; pour quelle raison me confierait-elle son secret, quel qu’il soit ?
Mais la perspective de ce mystère m’avait ragaillardie. J’étais intriguée, et tout à fait prête à en chercher la solution. Au vu de la quantité de boue qui recouvrait mon corps, j’avais de longues heures devant moi avant de rentrer au camp. Je me mis à lui parler de tout et de rien, du beau temps et du gibier qui réapparaissait, attendant qu’elle craque et qu’elle finisse par me parler d’elle et de sa sœur.





Revenir en haut Aller en bas
Forêt de Plumes
P'tit nouveau.
P'tit nouveau.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 46
Age : 23
Date d'inscription : 27/04/2013


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   Sam 25 Mai - 12:52

Forêt de Plumes se sentit un instant observée par la guerrière de la Lune, et elle fut déconcertée par la sensation de se voir de l'extérieur, d'observer ses actes comme si elle était autrui : elle aussi, avait pris l'habitude d'observer ses camarades de Clan, elle aussi avait pris l'habitude de les analyser, afin de deviner leurs pensées, leurs intentions, leur tempérament du jour. Elle passait plus de temps à observer et à deviner qu'à parler et interagir avec les chats de son Clan. Et pourtant, elle paraissait mieux cerner ceux qu'elles ne connaissaient pas, après des années d'observation. Comme si observer quelqu'un menait plus rapidement à sa connaissance que devenir ami avec lui. Et cette dernière phrase illustrait parfaitement le cas de la tricolore, qui ne se liait pas vraiment; elle était discrète, évasive, presque distante. Mais on avait appris à faire avec, et elle en était contente : elle se sentait à part, elle ne se sentait pas mouton, elle se sentait le fruit de l'indépendance, et elle en tirait une fierté extrême.
Plume du Rossignol semblait avoir élu domicile sur les terres de l'Ombre en attendant que la boue sèche. Une façon pour elle se passer le temps, avant de pouvoir finalement retirer l'affreuse matière et de pouvoir rentrer chez elle sans lever les soupçons sur elle. Forêt de Plumes pensait que dans tous les cas, il lui resterait l'odeur des marais, ou encore l'odeur si caractéristique et détestée de l'Ombre sur la jeune chatte : mais celle-ci trouverait sûrement à expliquer cela. Elle serait passée sur les frontières, ou bien elle aurait croisé un guerrier de l'Ombre sur les Terres Libres. Après tout, peut-être qu'on ne s'intéresserait même pas à elle ! La tricolore de l'Ombre haussa les épaules. Elle s'en fichait, finalement. Une fois repartie, Plume du Rossignol serait sûrement casée dans la partie ''Connaissances''. Ou peut-être que la situation changerait d'ici-là. Elle n'avait pas de pouvoir sur le temps, et ne pouvait voir l'avenir. Elle attendait de voir, alors. Voir ce que le destin lui avait prévu de vivre.

En attendant, et pendant que la guerrière adverse parlait, Forêt de Plumes se demandait ce qu'elle pourrait redire à ça. Le beau temps, le gibier, le tout et le rien, elle n'était pas douée pour argumenter sur ces sujets inutiles. Elle se contentait d'acquiescer, de sourire, ne cessant de remuer, signe de sa gêne. À l'instant présent, elle semblait être de retour au camp, coincée dans les discussions sans but ni intérêt dans lesquelles les membres du Clan l'enfermaient assez souvent, malgré ses tentatives pour y échapper.
Il fallait que la tricolore y mette un terme. Et vite. Sinon, la sympathie qu'elle avait éprouvé pour cette guerrière à priori ennemie se remplacerait par un ennui qui ne la ferait que fuir. Mais elle n'avait vraiment aucune idée de la manière dont elle pouvait tourner court à la discussion. Demander des informations privées sur la guerrière de l'intéressait pas. Seul raccompagner la femelle à la frontière lui vint à l'esprit.

· La boue est presque sèche, commença-t-elle, ayant profité d'un blanc dans la discussion. Tu vas pouvoir la retirer et repartir comme si de rien n'était. Pour cela, il suffit d'abord de t'ébrouer, quelques particules vont déjà partir comme ça. Et ensuite, il faudra gratter. Et finir sur une toilette comme d'habitude. Elle disait cela comme si elle parlait à un apprenti qui aurait fait une bêtise. Les sujets évoqués dernièrement n'avaient pas particulièrement participé à sa bonne humeur. Mais elle espérait que la femelle saurait regagner sa sympathie; pour une fois, il serait dommage de perdre cela. Ensuite je te raccompagnerai à la frontière. Histoire de faire ne serait-ce qu'un peu mon boulot ! finit-elle par dire avec un petit rire. C'était fou le paradoxe qu'elle logeait en elle : à la fois attachée à son Clan, à le défendre si besoin, et en même temps, si avide de liberté et d'indépendance, si irrespectueuses des règles ! C'était elle, c'était Forêt de Plumes, telle qu'elle s'était construite au fur et à mesure.

_________________

Cette merveille est signée Sangria *-* Merciiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newhopelgdc.forumactif.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   Mar 28 Mai - 17:55

Forêt de Plumes semblait agacée par la tournure que prenait la conversation. Elle labourait le sol de ses griffes, agitait la queue : autant de signes qui traduisaient son ennui et sa gêne. Je continuais toutefois de parler, dans l’espoir d’en apprendre davantage, mais la guerrière écaille profita d’un blanc pour miauler :

« La boue est presque sèche. Tu vas pouvoir la retirer et repartir comme si de rien n’était. Pour cela, il suffit d’abord de t’ébrouer, quelques particules vont déjà partir comme ça. Et ensuite, il faudra gratter. Et finir sur une toilette comme d’habitude. »

Son ton était vaguement réprobateur, et j’eus la désagréable impression d’être une apprentie en faute.

« Ensuite je te raccompagnerai à la frontière. Histoire de faire ne serait-ce qu’un peu mon boulot ! »

Oui, c’est vrai… j’avais dépassé la frontière. Je l’avais oublié, tant la situation était extraordinaire.

Irritée de ne pas avoir percé son secret, gênée par la boue putride qui entravait mon corps, et honteuse de mon erreur, je m’ébrouais vigoureusement, en projetant de la vase partout autour de moi. J’éprouvais une intense satisfaction à en voir une partie retomber sur Forêt de Plumes.

« Excuse-moi… », miaulais-je, pas du tout désolée.

Je me mis à gratter le reste de boue qui recouvrait ma fourrure. Ce faisant, je m’interrogeais sur la conduite à tenir, puis décidais que la réaction de la chasseuse écaille importait peu. Je ne la connaissais même pas, pourquoi me soucierais-je de ses sentiments ? Alors je fonçais tête baissée.

« Tu n’aimes pas ta sœur. Pourquoi ? »

Cette question m’intriguait réellement. Je n’avais ni frères ni sœurs, mais quand je les imaginais, je voyais toujours des félins unis par les liens du sang et du cœur, prêts à risquer leur vie pour aider l’autre. Forêt de Plumes ne connaissait tout simplement pas sa chance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'était juste un petit pas de trop ! [PV Forêt de Plumes]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Juste un petit coucou.
» Juste un petit coucou
» coque trop petite...siege auto trop grand !!
» L'histoire de mon petit ange partit trop tôt à 21SA + 5 jours
» Nouvelle arrivée, Mon petit amour parti trop tôt, (anoxie foetale)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan de l'Ombre :: Territoires :: Marais-
Sauter vers: