« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance,

la fin de ma chute. » Valse des Étoiles
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Évent - Partie II.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Menthe
Admin (attention ; bombe)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1439
Age : 19
Date d'inscription : 12/03/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Évent - Partie II.    Jeu 14 Mar - 19:29

« Until the end,
We are one. »
« S’il – vous – plaît ! Suivez – moi ! Venez ! » Le temps s’arrête. Tu as entendu la course effrénée, ce galop rapide et fou qui l’ont ramenée jusqu’à vous. Le temps s’étire, infini. Elle apparaît, détrempée, son pelage blanc et brun collé aux flancs. Elle est plus maigre que jamais. Ses grands yeux bleus sont emplis d’une détresse sans nom. Son souffle est rauque et rapide, son cœur bat tellement fort que tu peux presque en deviner les battements. Le temps continue de s’allonger. Dans ta tête, l’alarme est déclenchée. Que fait – elle là ? Pourquoi est – elle revenue ? Que s’est – il passé ? Les questions, les mots, les phrases restent bloqués dans ta gorge, te brûlent les lèvres. Ta gueule s’entrouvre, et c’est alors comme si tu venais de mordre la poussière. Comme si elle était remplie de sable. Un sable détrempé par la pluie qui bat la terre au dehors. Tu essayes de déglutir, mais cela a pour seul résultat de te donner l’impression que tu t’étouffe. L’air s’échappe de tes poumons, et l’oxygène se refuse à toi. Tu sens que tu brûle. La peur s’enroule autour de toi, pénètre ta peau, bouche le moindre de tes pores, glace ton sang jusqu’à la dernière goutte. Tu suffoques. Au fond de toi, tu prie les Étoiles que tout aille bien, que rien ne se sois produit, que ce ne sois qu’un mauvais rêve ! Mais tu sais que ça ne sers à rien, l’horreur est déjà commise. Tu le vois dans le regard azuré de Nuée d’Hirondelles. Combien de temps s’est écoulé depuis qu’elle est revenue ? Quelques secondes. Et tu as l’impression que cela fait des heures que tu restes là, à la fixer, sans vraiment la voir, perdue dans ton désespoir, perdue dans ta terreur.

« Je reviens pour lancer un appel au secours ! La rivière a débordé, les eaux engloutissent tout ! Je vous en supplie, venez avec moi, venez les aider ! Les anciens sont épuisés, les chatons sont emportés, les guerriers se portent les uns les autres pour échapper au courant ! Leurs terres sont submergées ! Venez les aider, s’il – vous – plaît ! Ils se battent seuls contre un orage inépuisable ! » Et le temps repart. En un battement de cœur. Ton cœur, déchiré, lacéré. Au creux de ta cage thoracique, c’est l’incendie. Comme une plaie ouverte sur laquelle on déposerait du sel. Une torture inouïe. Une seule fraction de seconde suffit. Tes pupilles se dilatent, ton cœur s’emballe, ton souffle se fait rauque, et c’est comme si on t’assénait le coup fatal. Tes pattes se dérobent sous toi, le choc est rude. L’orage gronde toujours plus fort au dehors. Tu trembles, tu étouffes. De l’air ! C’est le vide, dans ta tête. Tout en toi te fait souffrir, mais la pire de ces douleurs est sans doute ta culpabilité. Le sang cogne à tes tempes, comme si tu te prenais des coups, des coups et encore des coups. Tu deviens folle. Et tu restes immobile, surtout. Tu essayes de trouver, de lutter, vainement. Dans ta tête retentissent et résonnent des milliers de voix qui t’assomment, t’accablent de reproches. Comme si tu en avais besoin ! Des griffes labourent la roche dure de la grotte dans un crissement insupportable. Mais tu ne l’entends pas. Ta gueule entrouverte laisse deviner un souffle rapide et apeuré. Remue toi ! Non, tu n’y parviens pas.

Ils ont besoin de toi ! Chacun d’entre eux. Et tu n’es pas là. Et tu n’y vas pas. Tu entends leurs cris de terreur, leurs gémissements, leurs pleurs, tu sens la douleur qu’ils ressentent, la peur .. Tu sens même l’eau qui t’emporte, à ton tour, tes pattes qui ne touchent plus le fond. Tu perds pied. Tu perds pied dans ton propre inconscient, tu es perdue, accablée ! Tes yeux. Perdus dans le vague, empli de désespoir et pourtant si vides .. Une bourrasque de vent s’engouffre dans la Tanière et te fait frissonner. Tu meures de froid. L’impuissance est en train de prendre le dessus. Lentement, tu sors, avec le visage de quelqu’un qui as tout perdu. De quelqu’un qui n’a plus la force de se battre. Alors que ce n’est que le début ! Mais tu es trop abasourdie, trop choquée pour savoir quoi faire. Tu sors, et tu entends Pluie d’Étoiles lancer des ordres. Tu vois les guerriers s’activer, courir dans leurs tanières. Et puis un petit groupe se former à l’entrée du Camp. Tu ne comprends pas tout de suite.


« Faites de la place dans les tanières ! Autant que vous pouvez ! Ils viendront s'abriter ici. » Et là c’est le déclic. Tu coules un regard vers Pluie d’Étoiles. Il y a quelques instants, vous ne vous connaissiez même pas. Et elle t’offre, les yeux fermés, asile et protection. Si seulement tu trouvais les mots pour la remercier, lui exprimer ta gratitude, ta reconnaissance. Mais rien ne vient. Tu te contente de la regarder, la gueule béante. Un simple merci s’en échappe. Mais ton regard parle à ta place.

La belle femelle tigrée s’approche alors de toi, et se glisse au plus près de toi. Vos fourrures se touchent, et tu trouve dans cet effleurement tout le réconfort dont tu as besoin. Toute la chaleur et le soutien que tu cherches. Et alors, elle te murmure d’une voix à peine audible sous le vacarme du tonnerre ;
« Fragments Étoilés lors de l'Assemblée, rappelle – toi. » Ces mots retentissent dans tout ton crâne, se heurtent aux parois. C’est le coup de fouet. Ton regard se teinte d’une colère démesurée. Une de ces colères froides, logée dans ce regard assassin. Tout est de sa faute. Depuis le début. Une bouffée d’air glacée, et tu dérapes dans la boue, courant vers ton Clan, courant vers cette famille immense. Courant vers les enfants de la Rivière. Tes enfants.

Figurine vivante, sculpture de boue et d’argile, elle court jusqu’à l’épuisement, le souffle court, accompagnée par les Étoiles. Elle bondit, avec l’énergie du désespoir, et la force de la colère. Elle est méconnaissable. Recouverte entièrement de boue, d’herbe et d’eau, seuls ses yeux demeurent les même. Mais comment les décrire ? Ils brillent de panique et de haine. Elle glisse, et se heurte à un rocher. Mais ce n’est pas grave. Aussitôt, elle se relève. Elle ne sent plus la douleur, tant les ailes de l’amour, tant le désir de les protéger contre le monde la portent. Elle accélère encore. Elle n’en peut plus, elle est à bout de force. Mais elle puise au plus profond d’elle. Elle va chercher jusqu’au bout de ses griffes, de son museau, de sa queue la force nécessaire pour continuer. Quel étonnant spectacle ! Touche d’ironie à ce monde dévasté. Elle court encore. Elle, Étoile de Menthe, meneuse de la Rivière, à la tête de guerriers du Vent, pour une mission de secours à son Clan.

Enfin, ils y parviennent.
Elle s’arrête, épuisée, et n’a d’autres choix que de regarder. Sans vraiment s’en rendre compte, telle une mère retrouvant ses petits après une escapade secrète, folle d’inquiétude, elle se surprend à tous les dévisager, les compter, et s’assurer qu’ils n’ont rien de visible. Ils ont l’air épuisés. Épuisés, mais saufs. Une larme roule sur sa joue. La tension a atteint son point culminant, et elle ne peut plus.

Cependant, ce bonheur mêlé de soulagement est de courte durée. Ils sont au moins quatre à manquer à l’appel .. Souffle de Givre, Source de Lune, Chant des Nuages, et Nuage de Fleur. Son cœur se serre. Ils ne peuvent pas y être restés, c’est impossible ! Pourtant, les mines des sinistrés sont bien sombres. Le regard de la meneuse papillonne de l’un à l’autre, lorsqu’elle voit enfin Souffle de Givre, et les deux apprentis. Tous trois couchés sur le flanc, elle voit la petite silhouette roux et blanc et Naïade, la guérisseuse. Ils sont entre de bonnes pattes pour le moment .. Alors, elle essaye de se concentrer, et surtout d’empêcher sa voix de trembler, lorsqu’elle prend la parole. Elle doit être là, forte pour tous ses camarades, tous ses guerriers, elle doit les soutenir, leur offrir son épaule. Quitte à souffrir un peu au passage. Pour eux, elle se sacrifierait, et elle se devait de se montrer courageuse, malgré ses puissants sentiments.

« Clan de la Rivière ! Guerriers, Reines, Anciens, Petits, enfant du courant ! Pluie d’Étoiles, meneuse du Clan du Vent, chez qui je suis partie de si bon matin nous ouvre son Clan, nous offre l’hospitalité ! Avec moi, elle, et les plus valeureux de ses guerriers. Ils sont venus à mes côtés pour vous aider, nous aider à nous sortir de là. Nous leur devront énormément. Nous leur devons déjà beaucoup. A présent, j’aimerais que tous ceux à qui il reste encore assez de force pour rallier le Vent aident avec les guerriers venus nous porter secours, les plus faibles. Ne perdez pas de temps, nous partons bientôt, il devient urgent de mettre tout le monde à l’abri ! »

Elle jette alors un œil à Pluie d’Étoiles, et lui offre alors un sourire plein de reconnaissance et de respect. S’approchant doucement d’elle, et lui murmure ;

« Merci. Merci du fond du cœur, je te revaudrais ça. »

Sans attendre de réponses, elle se précipite vers son Lieutenant, le cœur battant. Du sang macule son beau pelage blanc, mais elle remarque le bandage effectué par Naïade. Elle lui lance un coup d’œil reconnaissant, et donne un léger coup de museau à Souffle de Givre. Les deux apprentis respirent correctement, et semblent simplement endormis. Pourtant .. Pourtant, alors qu’elle devrait être la plus heureuse de Cerfblanc d’avoir retrouvé son Clan en si bon état, il manque quelqu’un. Une personne chère à son cœur. Sa sœur adoptive, la belle Source de Lune .. Son cœur se pince et sa gorge se noue, et elle sent les larmes lui monter aux yeux, les lui brûlant. Mais l’heure n’est pas aux larmes, elle aurait tout le temps de pleurer la disparue, pour l’instant, elle devait éviter d’autres pertes. A tout prix.

_________________




-

Chant des Nuages:
 


♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souffle de Givre
Intéressé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 549
Age : 26
Date d'inscription : 03/05/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Évent - Partie II.    Ven 15 Mar - 0:50

Inconsciente, Souffle de Givre ne ressentait plus rien. Elle était dans le noir, invisible, insensible à ce qui l’entourait. Elle ne touchait pas le sol, elle avait l’impression de ne plus être physique. Soudain un petit point lumineux apparut dans la noirceur de son univers. La rayonnante lueur fit petit à petit disparaître l’effrayante obscurité la laissant baigner dans la lumière éblouissante du soleil. Elle sentit à nouveau son être, sa réalité qui peu à peu revenait la submerger. Elle avait mal, elle aurait voulu rester dans le noir, rester en paix, mais les rayons de lumière qui l’entouraient à présent ne refluaient pas. La Rivière… Source de Lune… La douleur afflua comme une vague léchant la côte inlassablement. Quelques ombres vinrent teinter l’éblouissant environnement. Elle ressenti le sol sous elle, elle repris conscience de son corps, allongé sur l’herbe mouillée. La lumière faiblissait rapidement et soudain, la laissa seule dans le noir de son propre corps.

C’est alors qu’elle ouvrit les yeux. L’azur de ses prunelles absorba la lumière du jour avec avidité tandis que ses poumons s’emplissaient goulument d’air. Souffle de Givre déglutie difficilement, cherchant de l’air. Essoufflée elle regardait, mais ne voyait pas. Affolée, elle fut prise de quelques spasmes. L’inondation, la Clan ? Elle s’était donc évanouie, laissant le Clan seul. Elle reposa sa tête sur le sol détrempé, en fermant doucement les yeux. Il fallait qu’elle se calme, Perle de Neige était là, elle savait qu’elle prendrait des choses en main. La Lieutenant inspira un grand coup et rouvrit les yeux. Étoile de Menthe. Elle était là, penchée au dessus d’elle, son visage tourmenté par l’inquiétude et la tristesse. Son odeur parfumée l’entourait, elle sentait qu’on s’occuper d’elle. Son regard se posa alors sur Naïade, qui s’affairait sur son flanc. Ah oui, elle se souvenait maintenant. La pression sur la plaie avait surement arrêté le saignement. Elle ne savait comment remercier cette chatte, définitivement membre intégrante du Clan. Sans essayer de se lever, Souffle de Givre se redressa quelque peu, dodelinant un peu de la tête. Il fallait qu’elle fasse son devoir. Il fallait qu’elle explique ce qu’il s’était passé. Source de Lune. Des frissons parcouraient son échine, lui faisant presque mal. Elle releva la tête, pour rencontrer le regard de son amie.

« Étoile de Menthe… je... je suis désolée. Source de Lune… n’a pas eu la force… Elle a désormais rejoint le Clan des Étoiles. Nuage de la Biche a tenté de la secourir… elle était dévastée de ne pouvoir l’avoir sauvé… Parle lui, elle te racontera mieux que moi …

Un râle l’empêcha de continuer de parler. Elle toussa pendant quelque secondes puis releva la tête vers la Chef qui semblait porter un lourd poids sur ses épaules. Ses yeux pâles magnifiques portaient le deuil d’une mère. Elle sentait la douleur qui montait en elle. Ignorant sa blessure, Souffle de Givre se leva et appuya son front contre celui d’Étoile de Menthe, ses yeux dans les siens.

« Tous les chats de la Rivière ont aujourd’hui bravement relevé les épreuves. Chants des Nuages, Nuage de la Biche, Nuage de Fleurs… ont été héroïques. Source de Lune veillera sur toi depuis la Toison Argentée, et moi je serais avec toi dans cette vie et les autres. Car pour moi, tu es comme ma sœur.

Elle enfouie son museau dans la fourrure de la meneuse pendant des secondes qu’elle apprécia comme des minutes. Considérant ce qu’il s’était passé ce matin, le Vent et la Rivière allaient devoir prendre une décision importante dans les jours qui allaient venir. Quand le moment fatidique arriverait et où Étoile de Menthe devrait se prononcer, elle ne sera pas seule. Si le doute l’envahissait, elle serait aussi là pour le dissiper. Appréciant ce moment de tout son cœur, il lui fallait néanmoins le rompre pour retourner à la réalité. Il fallait partir des terres de la Rivière pour un moment au moins.
Elle se tourna doucement vers Perle de Neige. Elle voulait se précipiter sur elle, l’embrasser et lui dire combien elle les remerciait pour ce qu’elles avaient fait. Souffle de Givre avec les larmes aux yeux, ne parvint qu’à lui dire un simple « Merci. », mais le mot était emprunt de tant de sentiments qu’il remplaçait aisément en longue phrase. Perle de Neige avait été son Mentor, elle devait très bien savoir ce qu’elle pensait, elle l’avait toujours su.

Elle remercia également Naïade. Jeune et fougueuse nouvelle Guérisseuse de la Rivière. Souffle de Givre était très fière d’elle. En fait, elle était fière de tout le Clan. Chaque chat présent brûlait dans son cœur comme une flamme passionnelle. Ils étaient plus qu’un Clan et ce qu’il s’était passé aujourd’hui le prouvait. Ils étaient une grande famille. Peut importait leurs origines, leur passé, ils étaient tous lié par un lien bien plus fort que le Clan. Et elle était au milieu d’eux. Elle savait que Source de Lune les regardait. La mort de la douce Reine était une tragédie, mais ils lui rendraient hommage. C’était certain. L’Héroïsme de la prochaine génération de Guerriers et la détermination de la génération actuelle ne pouvait que promettre un bel avenir au Clan de la Rivière.

Soudain un nom apparut dans son esprit. Nuée d’Hirondelles. Elle ne la voyait plus. Pourtant, elle se souvenait être arrivée sur la terre ferme avec elle. C’est là qu’elle remarque l’odeur qui se mêle à celle de la Rivière. Le Vent… le Vent était là ! Étoile de Menthe avait ramené de l’aide. Hébétée, Souffle de Givre regardait les Guerriers des deux Clans se mélanger, s’entraidant. Elle regarda Étoile de Menthe. Ne disant mot.
Elle ne savait pas ce qu’il se passait, elle ne savait pas ce qu’il c’était passé non plus ni ce qui se passerait par la suite.

_________________


Spoiler:
 

Spoiler:
 


Merci Nuage de Braise !!!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruse du Renard
Admin.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1574
Age : 21
Date d'inscription : 24/08/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Évent - Partie II.    Dim 17 Mar - 13:26

Courir. Courir à en perdre haleine. Sauver. Aider. Voilà les mots que se répètait le guerrier bicolore pour braver le vent, la pluie, la nature. Des êtres comme lui les attendaient à l'autre bout de la forêt. Des chats en détresse, il peut entendre d'ici leur complainte, leur cris déchirant les cieux. Il semble détaché, oui, comme toujours. Mais le froncement de ses sourcils, la lueur de détermination au fond de son regard montrent qu'il est concentré et bien présent. L'heure n'était pas à la rêverie. Il n'est cependant pas inquiet. Non pas qu'il ne soit pas préoccupé. Non. Il sait que tous feront de leur mieux pour apporter une aide précieuse. Ses coussinets le font souffrir alors que les branches craquent sous chacune de ses foulées. Le chemin aurait été plus court en passant par les gorges mais de nuit, et aussi nombreux, ce n'était pas sur. Certains, dans l'empressement commun, risquaient de tomber dans les abîmes tumultueuses et ravageuses, qui étaient plus déchaînées que jamais. Haletant, il sentait les broussailles le fouetter le visage. Il se trouvait en bordure de forêt, longeant les arbres. Dans sa folie, le vent semblait leur donner des ailes, les portant à la rescousse de la Rivière. L'adrénaline, la pitié le poussait à avancer. Ils n'étaient plus très loin, il pouvait le sentir, l'entendre. L'eau se répercutait contre les rochers, sur les terres. Elle s'était répandue partout. Un frisson de terreur parcourut le dos du félin malgré lui. Peu de chats, voir aucun du Vent n'avait appris à nager. Du moins, pas dans de telles conditions. S'ils se retrouvaient encerclés, c'en était fini d'eux. Mais féline grise savait où elle allait. Elle les guidait vers son clan et ce qu'il restait de leur camp, ravagé.

Arrivé. Enfin. Esprit Nébuleux balaya les environs du regard. Les dommages étaient énormes mais ne semblaient que matériels. Il voyait des masses allongées contre le sol, le pelage collé par l'humidité contre leur flanc, les pattes tremblantes et les yeux dans le vague. Certains étaient à deux doigts de s'évanouir. Il fallait maintenant faire le chemin inverse. Le matou se rendait bien compte que leur venue était un soulagement pour ces chats, bien qu'ils ne leur montrèrent pas, trop épuisé et éprouvé par ce qu'ils venaient de subir. Être chassé de son camp devait être une des pires choses qui soit. Esprit Nébuleux n'était pas encore né quand des lunes auparavant, le Vent avait été chassé par l'Ombre de ses terres. Il avait cependant entendu les récits des anciens qui n'étaient pour la plupart que des apprentis à l'époque, et ils gardaient une profonde amertume et rancune à cause de ces évènement. Conscient de l'effort qu'il lui faudrait encore fournir, Esprit Nébuleux ne perdit pas de temps, et comme tous les autres chats du Vent, se dispersa parmi la Rivière pour aider les plus affaiblis. Il se dirigea vers un petit groupe et sans dire un mot, les aida à se relever. Même s'il était en hauteur et en sureté, cela n'allait pas durer. La Rivière pouvait encore gonfler et recouvrir toutes les terres. Il fallait partir au plus vite. Offrant son épaule, il sentit ses muscles se crisper et se tendre lorsque le félin prit appuie sur lui. Il se releva, et marcha lentement vers Nuées d'Hirondelles, attendant la suite. Mieux valait ne pas traîner, même si tous étaient sur le choc et avait besoin de repos, ils le trouveraient une fois de retour dans le camp du Vent. L'idée d'abriter des chats adverses ne lui plaisait guère, mais dans l'état où ils étaient, ils n'étaient pas une menace. Au fond de lui, le guerrier se demanda si tous parviendraient à faire le voyage. Il cligna des yeux pour chasser les gouttelettes de pluie qui lui obscurcissait la vue, puis attendit la suite des opérations, que tous soit regroupé pour repartir.

_________________

Plume de Cardinal

Esprit Ensanglanté

Patte d'Epice

Nuage du Renard

Esprit Nébuleux

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage de l'Oiseau
Curieux-se.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 426
Age : 18
Date d'inscription : 12/05/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Évent - Partie II.    Dim 24 Mar - 15:14

Nuage de Fleur

Le soleil n'était pas très présent quand Nuage de Fleur se réveilla plus ou moins durement. Cette sensation de peur et de froid n'était plus la depuis quelque temps. La terre était revenue sous ses pattes. Elle ne voyait pas très bien. Elle avait mal partout. La lumière poudrée du soleil et le calme qu'elle entendait lui fit peur. Elle n'avait plus de force. Plus aucune. Elle releva la tête. Qui était à côté d'elle ? Chant des Nuages ? Pourquoi était il si fatigué lui aussi? Il avait du aidé son clan bien mieux quelle pour se trouvé dans un tel état pensait elle. Si elle savait la vérité, elle aurait envie de disparaître au plus profond sous terre et ne plus en sortir. La réalité la rattrapa vite et elle entendit comme à travers un rêve les paroles de la meneuse et de la lieutenant de son clan.


« Clan de la Rivière ! Guerriers, Reines, Anciens, Petits, enfant du courant ! Pluie d’Étoiles, meneuse du Clan du Vent, chez qui je suis partie de si bon matin nous ouvre son Clan, nous offre l’hospitalité ! Avec moi, elle, et les plus valeureux de ses guerriers. Ils sont venus à mes côtés pour vous aider, nous aider à nous sortir de là. Nous leur devront énormément. Nous leur devons déjà beaucoup. A présent, j’aimerais que tous ceux à qui il reste encore assez de force pour rallier le Vent aident avec les guerriers venus nous porter secours, les plus faibles. Ne perdez pas de temps, nous partons bientôt, il devient urgent de mettre tout le monde à l’abri ! »

Le camp était -il donc bel et bien perdu ? Restait -il des chats las bas qui seraient bloqués? Y avait -il des blessés? Voir, des morts? Toutes ses questions firent tourné la tète de notre apprentie et un loin soupir plus ou moins maîtriser sortit de sa bouche. A se moment elle entendit Souffle de Givre dire ses paroles.

« Étoile de Menthe… je... je suis désolée. Source de Lune… n’a pas eu la force… Elle a désormais rejoint le Clan des Étoiles. Nuage de la Biche a tenté de la secourir… elle était dévastée de ne pouvoir l’avoir sauvé… Parle lui, elle te racontera mieux que moi …"

Alors ses craintes étaient devenues réalité?

« Tous les chats de la Rivière ont aujourd’hui bravement relevé les épreuves. Chants des Nuages, Nuage de la Biche, Nuage de Fleurs… ont été héroïques. Source de Lune veillera sur toi depuis la Toison Argentée, et moi je serais avec toi dans cette vie et les autres. Car pour moi, tu es comme ma sœur."

Nuage de Fleur voulut protesté mais n'en eut pas la force. Elle retomba dans un coma léger et plein de peur.

_________________



Titi❤:
 
Petit Oiseau[*/color]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-warriors.forums-actifs.com/t9000-petit-oiseau-liens#
Flocon de Neige
Fidèle.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1970
Age : 19
Date d'inscription : 13/02/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Évent - Partie II.    Lun 1 Avr - 14:52

Ce que j'ai fait,
je l'ai fait pour toi.


La terre s'arrêta. Pendant un long moment, il y eu ce silence complet. Personne ne bougea. Seul, le bruit de la tempête assourdissante régnait sur la colline. Chacun retenait son souffle, puis une lumière d'espoir baigna la clairière de sa faible lumière. On sentit des long soupirs de soulagement, et toi, le visage mouillé de larmes, tu releva la tête et croisa son regard, vert absinthe.

Jamais je n'aurais cru que voir Étoile de Menthe m'aurait autant soulagée. Jamais je n'aurais cru que croiser son regard m'aurait fait cet effet là. Comme si tout danger avait disparu a jamais. Je la regardais, avec mes yeux mouillés par les larmes. Je fixais tous ces chats, qui peu à peu envahissaient la colline. J'avais cru que tout était perdu, mais tout était sauvé, ou presque. Je les observais un à un, prendre place sur notre territoire, ces chats que j'avais cru être nos ennemis. Étaient là. Tous, imposant leurs puissantes présences, presque rassurantes à mes yeux. Ma queue quitta le corps de Souffle de Givre, et dans un mouvement las, je me levais, et rejoignit notre chef, si cher à notre cœur. Mon pelage blanc était maculé de boue, lui donnant un éclat terne. Mes muscles me faisaient affreusement souffrir et c'était à peine si je sentais mes pattes au dessous de mon corps. Je me traînai vers les autres. Le visage décomposé par la fatigue. Moi qui pourtant prenais toujours soin de ma belle fourrure, j'avais perdu de ma beauté, de mon éclat, de mon sourire. Plus rien ne m'importait maintenant si ce n'est que je voulais retrouver mon Clan en bonne santé.

« Clan de la Rivière ! Guerriers, Reines, Anciens, Petits, enfant du courant ! Pluie d’Étoiles, meneuse du Clan du Vent, chez qui je suis partie de si bon matin nous ouvre son Clan, nous offre l’hospitalité ! Avec moi, elle, et les plus valeureux de ses guerriers. Ils sont venus à mes côtés pour vous aider, nous aider à nous sortir de là. Nous leur devront énormément. Nous leur devons déjà beaucoup. A présent, j’aimerais que tous ceux à qui il reste encore assez de force pour rallier le Vent aident avec les guerriers venus nous porter secours, les plus faibles. Ne perdez pas de temps, nous partons bientôt, il devient urgent de mettre tout le monde à l’abri ! »


Elle se retourna vers Pluie d'Etoiles et lui dit quelque chose que je n'entendis malheureusement pas. Puis elle se retourna dans notre direction.

Je trébuchai. Me retrouvant la truffe dans la terre, mes yeux passèrent du bleu apatite au noir sombre. Mes poils se hérissèrent et je sentis des frissons me parcourir le corps. Je n'en pouvais plus. J'en avais assez de tout ça, j'avais juste envie de m'allonger confortablement dans ma litière et de me laisser bercer par le clapotis de la rivière. Baignée par les rayons de la lune aux teintes argentée. Etoile de Menthe s'avança, elle cherchait quelqu'un du regard, inquiète. Puis enfin. Ses yeux s'arrêtèrent sur une masse blanche au sol. Elle s'élança vers la lieutenante et se pencha sur son corps immobile. Elle remercia Naïade du regard devant son travail acharné pour soigner la belle lieutenante inconsciente. J'étais toujours près d'elle, même si mon cœur était gros. Je gardais ma fierté face aux autres chats. Chacun d'eux pouvaient trouver prétexte pour nous humilier devant notre état pitoyable et pourtant, aucun d'entre eux ne nous regardait avec supériorité. Je voyais même de l'inquiétude chez certains. Je me sentais si vulnérable face à eux. Mon estomac se contracta. Je sentis un mouvement près de moi, ma tête se retourna brusquement. Fixant le corps qui commençait à s'animer de Souffle de Givre. Elle murmura des mots à l'oreille de notre chef, un rapport.

Puis son regard se tourna vers moi, un regard mouillé de larmes, de reconnaissance. Qu’avais-je donc fais ? J'avais juste été là pour elle. Souffle de Givre avait été comme une fille pour moi, mon ancienne apprentie, ma plus grande fierté. Elle me murmura un simple "merci". Mais il venait du fond de son cœur. J'en eu les larmes aux yeux. Je l'aimais cette brave guerrière. Je me relevai doucement, évitant tout geste pouvant provoquer une douleur chez moi. Mes yeux scrutèrent longuement le paysage qui s'offrait à moi. Je les observai tous, un à un. Que pouvais-je faire ? Que pouvais-je dire ? Rien. Juste me taire. Source de Lune avait était une brave guerrière, mais sa maladie l'avait bien trop affaiblie, et c'est dans un dernier soupir, qu'elle avait rendu l'âme. Je fixai un moment Étoile de Menthe. Souffle de Givre était affaiblie et elle avait besoin de quelqu'un pour l'aider. Timidement je m'approchai de la belle chatte, et doucement, lui murmurai.

" Si je peux t'aider en quoi que ce soit, je suis prête, je serais là - bas si tu me cherches. "


Lui dis-je en pointant du museau un endroit ou se trouvait Nuage de la Biche. Puis, péniblement je m'avançai vers ce lieu. La jeune chatte avait l'air totalement traumatisée. Ses yeux mélancoliques fixaient quelque chose de lointain .. Que regardait-elle de si pénible ? Je m'approchai de la chatte fragile, l'enroulant de ma queue chauffante. Puis tendrement lui léchai la tête. Mes yeux brillaient d'un éclat pur.

" Ça va aller ma petite ? Tout va bien ? Tu as l'air si perdue .. "


Le ciel n'était plus qu'un ramassis de nuages gris terne. Le vent soufflait. La rivière hurlait.

_________________

il était une fois ... ♥:
 

Merci Ruru ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse Pirate
Habitué-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 610
Age : 19
Date d'inscription : 03/12/2010


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Évent - Partie II.    Sam 13 Avr - 19:21

« Ô désastre ! Ô désespoir ! Quelle souffrance a – t – elle été infligée là ? Tous déchirés, froissés, brisés. Quelle est l’émotion, dans cette palpitation d’agonie, vous puissiez lire dans leurs iris éteints ? Qu’avaient – ils fait pour se faire balayer ainsi, chassés, poursuivis par leur propre histoire ? Hélas, nulle ombre d’un crime n’est là pour justifier ce scandale, cette horreur, cette injustice. Au loin, ce cri. L’hurlement du tonnerre. Il semble si fier, que, de sa prétention, il t’écoeure, il te dégoûte. Mais vous êtes là. Présents, et vous devez vous relever. Faire face à cet orgueilleux personnage. Ce qui ne tue pas nous rend plus fort, paraît – il. Alors relevez la tête, cette farce est terminée. Vous n’êtes plus jamais seuls. Deux bras valent mieux qu’un. Ensemble, vous soulèverez les montagnes, vous traverserez les déserts, braverez les océans. Cette haine qui peint vos visages doit devenir rage. Rage de vaincre. Cette eau doit devenir votre soif. Soif de vengeance. Trop ont perdu, aujourd’hui, trop ont périt. Mais ce temps là est révolu. Oui, il le doit ! Tout doit cesser, tout doit être mis au clair. Montrez qui vous êtes. Vous êtes la Rivière et le Vent. Et vous n’êtes pas dignes de tant d’acharnement. »

La boue sillonne les pelages. Ebouriffés, trempés, l’on voit bien que l’épreuve était de taille. Leurs pattes en tremblent encore, et c’est à peine si la femelle pourrait même déceler les battements des cœurs qui frappent, qui battent les poitrines, comme des tambours fous.
Autour, la nature semble morte tant elle est anthracite. Quel effroi ne la ronge pas devant ce spectacle, qui est comme tiré des pires scénarios. Elle reste là, sans broncher, immobile. Ses prunelles parcourent cette assemblée dépitée. Mais elle n’a pas le droit de rester ainsi, effondrée. Non, ils sont là comme un souffle d’espoir, une lumière dans cette nébuleuse atmosphère. Ils représentent une nouvelle force, pas un poids supplémentaire. Il leur est interdit de les toiser avec des yeux injurieux. Non, mais les contempler avec un regard égalitaire. Ce sont des êtres vivants, ils ne sont pas différents d’eux.
Au loin semble résonner la complainte de l’eau tumultueuse. Ici s’élèvent les gémissements. Mais que fait – elle là ? A ne rien faire ? A rester simple public ? Elle est épuisée, mais elle ne doit pas succomber à cette fatigue. Elle puise alors dans la force de la colère qui l’a rongée il y a de cela quelques minutes, à peine. Elle s’avance, dans son impuissance, vers ces intrus, qu’elle admire, mais qu’en même temps, elle n’envie pas. C’est l’étrange mariage de deux émotions.

Couchés, terrassés par la violence, par la peur. La féline en reste transie. Jamais, au grand jamais, ils ne s’y sont entendus. C’est un vulgaire jeu de cartes, dans lequel on tient la partie qu’avec de frêles idées abstraites.
Subtile désillusion, dans laquelle s’immisce la déraison. Ils semblent être tombés dans l’oubli. Le ciel aurait – il, dans sa peine et sa haine, oublié le prix d’une vie ? L’on pourrait croire.

- « Clan de la Rivière ! Guerriers, Reines, Anciens, Petits, enfant du courant ! Pluie d’Étoiles, meneuse du Clan du Vent, chez qui je suis partie de si bon matin nous ouvre son Clan, nous offre l’hospitalité ! Avec moi, elle, et les plus valeureux de ses guerriers. Ils sont venus à mes côtés pour vous aider, nous aider à nous sortir de là. Nous leur devrons énormément. Nous leur devons déjà beaucoup. A présent, j’aimerais que tous ceux à qui il reste encore assez de force pour rallier le Vent aident avec les guerriers venus nous porter secours, les plus faibles. Ne perdez pas de temps, nous partons bientôt, il devient urgent de mettre tout le monde à l’abri ! »

Lance alors Étoile de Menthe. Elle est là, ici, dans son élément, devant les siens. La meneuse du Vent songe que la jeune femelle a trouvé la bonne voie. Rien ne lui correspond mieux, elle en est certaine. Ce rôle, elle le tient avec une merveille sans pareille. Elle esquisse un fin sourire. La chef « adverse », si l’on puit dire, se glisse doucement à ses côtés.

« Merci. Merci du fond du cœur, je te revaudrais ça. »

La gracie – t – elle avec une profonde sincérité. Puis, à peine ses paroles sont énoncées qu’elle courre déjà, affrontant les caprices du mistral.
Pluie d’Étoiles recule de quelques pas légers, et lève le menton, humant cet air de panique. Enfin, elle se décide.

- « Que les plus forts s’en viennent, et épaulent les cas les plus graves ! La Rivière continuera de monter, il faut faire vite ! Je rentre aider au Camp. »

S’époumone – t – elle, afin que ses mots ne se perdent pas. Puis, comme un mustang fou, elle part dans un galop effréné. Ses pattes martèlent le sol en rythme, elle clos une paupières pour éviter que les éclaboussures ne viennent à obstruer sa vision. Elle bondit, avec l’élan de la détresse. La végétation autrefois luxuriante, lui claque membres, griffe ses flancs. Mais elle continue, déterminée.
Elle dérape au milieu des chats, la face voilée par l’exténuation. Elle halète dans sa panique.

« Félins du Clan du Vent ! Faites vite, ils arrivent, toute la Rivière arrive ici ! Ils sont en bien mauvais état. En trop mauvais état pour qu’ils prennent un nouveau risque. Nous cohabiterons, nous nous allierons ! Ensemble, nous vaincrons cette apocalypse ! Il est l'heure qu'un règne s'achève. »

Elle ne peut pas monter sur le promontoire, il n’y a pas le temps. Seule, elle affronte ses iris, quelque soit la lueur qui les anime.


_________________



Plouf :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile de Mystère
Modo dieuse du dessin.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1521
Age : 18
Date d'inscription : 22/08/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Évent - Partie II.    Mer 17 Avr - 22:17

Petit Soir


    Lorsque l'eau envahit le camp, Nuage du Soir était sûr qu'il allait mourir. Il avait la tête sous l'eau, n'arrivait pas a remonter, mais une mâchoire l'attrapa. Quand il fut à la surface, il vu Source de Lune, il était content qu'elle fut là, il était sûr de ne pas perdre vie avec elle à ses côtés. Or ce moment de réconfort fut vite fini. Un puissant courant les emporta dans des directions différentes. Le revoilà en train de battre des pattes dans tous les sens pour tenter de survivre. Ces minutes furent les plus longues et les plus éprouvantes de sa vie. Cette peur de la mort, jamais il ne l'avait sentie autant.

    De nouveau, il sentit quelqu'un l'attraper par la peau du cou. Une fois sortit de l'eau, c'est avec plein d'espoir qu'il regarda le chat l'ayant sauver. Mais ce n'était pas sa mère. Il reconnu le pelage blanc de Nuage de Fleur, qui replongea immédiatement dans l'eau. Lui, il se contenta de vomir toute l'eau qu'il avait avaler. L'apprenti savoura la bouchée d'air fraiche qu'il pris ensuite. Il s’avança avec tant bien que mal vers le premier groupe de chat qu'il y avait. Il reconnu l'odeur de son clan, mais il yen avait une deuxième, une odeur de plaines, lapins, le clan du Vent peut - être ? Apparemment, ils étaient pour aider aussi vu qu'ils tentaient de sauver les chats pris dans le torrent.

    Il fallu attendre un moment avant que tous les chats - ou presque - furent là. Avec ses quelques forces rassemblées, il chercha sa mère parmi la foule, répétant son nom avec sa faible voix. Soudain, Étoile de Menthe prit parole.

    " Clan de la Rivière ! Guerriers, Reines, Anciens, Petits, enfant du courant ! Pluie d’Étoiles, meneuse du Clan du Vent, chez qui je suis partie de si bon matin nous ouvre son Clan, nous offre l’hospitalité ! Avec moi, elle, et les plus valeureux de ses guerriers. Ils sont venus à mes côtés pour vous aider, nous aider à nous sortir de là. Nous leur devrons énormément. Nous leur devons déjà beaucoup. A présent, j’aimerais que tous ceux à qui il reste encore assez de force pour rallier le Vent aident avec les guerriers venus nous porter secours, les plus faibles. Ne perdez pas de temps, nous partons bientôt, il devient urgent de mettre tout le monde à l’abri ! "

    Alors comme ça, ils partaient pour le Clan du Vent ? Leur camp était si dévasté que ça ? Tandis que tout le monde partait vers les plaines, Nuage du Soir continua ses recherches. Jusqu'à qu'il arrive près de Souffle de Givre et d'Étoile de Menthe, assez près pour les entendre en tout cas.

    " Étoile de Menthe… je... je suis désolée. Source de Lune… n’a pas eu la force… Elle a désormais rejoint le Clan des Étoiles.... .... ... "

    À peine avait - il entendit cela qu'il fut comme emporté ailleurs. Source de Lune, partie ? Non, il ne pouvait y croire. Malgré qu'il soit également très fatigué, il courut vers la berge pour hurler le nom de sa mère, puis le fit aussi une nouvelle fois dans la foule, même si on devait le prendre pour un fou, ou un pauvre chaton sans défense. Et pour finir, il se trouva devant Souffle de Givre, avec les yeux emplis de larmes.

    " S'il - te- plait, dis moi, que ce n'est pas vrai .., il renifla, Dis moi que ma mère n'est pas morte ! "

    Non, s'il - vous - plait clan des Étoiles, pas Source de Lune. Vous m'avez déjà pris Petit Cristal, Torrent Agité avant que je le connaisse, et maintenant ma mère ? Non, je ne veux pas être seul !!!

_________________
La team:
 


Étoile de Mystère : [#ccff99] - Pâleur du Soir : [CornflowerBlue] - Plume Agitée : [LightYellow]
Caresse de l'Aile : [#000033] - Coeur de Roc :  [SandyBrown] - Ivoire : [#330000] - Nuage de Flèche : [#999999]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/cataries.art/
Étoile Destinée
Admin Sherlucky.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3934
Age : 20
Date d'inscription : 20/04/2009


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Évent - Partie II.    Sam 20 Avr - 16:23


icone by Myruso on dA
    CONTEUR

    « All lives end
    All hearts are broken.
    Caring is not an advantage. »
    Wind & River





Il s’était élancé.
Répondant à l’appel, il avait couru lui aussi, à travers la tempête. La pluie s’était acharnée sur son pelage, l’aveuglant, le coupant du monde extérieur, ce monde qui était en proie au chaos ; ce monde dont il avait conté les merveilles … mais ce monde n’était plus le sien. Il se sentait étranger, comme jamais auparavant. Il savait au fond de lui que le cours des événements lui échappait, tout comme lui échappaient les raisons de cette déchéance. Il voyait, il entendait, mais ne comprenait pas. Comme ses pairs, il était devenu victime du temps, marionnette manipulée par le ciel, pourtant enraciné au sol. Son nom-même n’avait plus rien de céleste. Il subissait, comme tant d’autres, l’orage qui grondait et le vent qui mugissait. Le cataclysme les touchait tous, qu’ils soient enfants de la Lune, du Tonnerre, de l’Ombre, ou de la Nuit, de la Rivière ou du Vent. L’orage les touchait tous et ne laissait que la désolation derrière lui ; cette même désolation qu’il s’était promis de combattre jusqu’à la fin.
Alors, quand avait résonné l’appel, il s’était élancé.

Son périple lui parut interminable. A l’arrivée, il ne se souvenait plus que d’avoir galopé à une allure folle, à travers la pluie, à travers le temps. Il revoyait les silhouettes floues d’Esprit Nébuleux, d’Étoile de Menthe et de Pluie d’Étoiles à ses côtés, disparaissant par moment, mais toujours présentes. Ils étaient arrivés au sommet de la colline du Lynx alors qu’un éclair zébrait les cieux, révélant par sa lumière un rassemblement de félins. Aussitôt, Conteur s’était fondu parmi les rangs et les avait parcourus du regard. Il lui avait alors semblé qu’il redécouvrait le peuple de la Rivière ; brisé, meurtri, noyé par celle qui l’avait porté en son sein. Il avait vu la détresse dans leur regard, eux qui, maculés de boue, méconnaissables, n’étaient finalement pas si différents des fils du Vent. Après tout, les rôles auraient très bien pu être inversés …
Cette pensée l’avait ébranlé.

Un instant, il était resté immobile, interdit, et avait laissé la pluie marteler son visage. Témoin de la violence des éléments, il était resté sans rien dire, avait laissé le temps s’écouler sans lui, comme absent, coupé du monde, insensible à sa fureur. Et puis il était allé vers les félins de la Rivière, proposant son aide, se présentant comme un allié. Il se s’était naturellement porté à l’aide de ceux qui un jour avaient été ses ennemis, tout simplement parce qu’ils en avaient besoin. Sans se poser plus de questions, il était venu épauler un ancien, réconforter un apprenti, avait séché les larmes d’un chaton. Tout cela sans aucune émotion apparente, juste un calme apaisant. Lui, féroce vétéran des champs de bataille, pouvait aussi faire preuve d’une compassion sans égale. Il croisa le regard d’Esprit Nébuleux, et y trouva le même sérieux, la même empathie. Il lui adressa un signe de tête, et s’en fut vers un groupe de félins affaiblis, leur offrant son secours. Il s’imaginait déjà les portant à travers la lande dévastée, à travers le royaume des félins du Vent, leur montrant les blessures qu’eux-mêmes portaient déjà, leur avouant leur propre détresse.
Et puis il finirait par leur dire qu’ils étaient en sécurité, parmi eux, chez eux. Avec eux.
Car le malheur effaçait les frontières.

_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valse des Étoiles
Admin Graou
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1780
Age : 18
Date d'inscription : 14/06/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Évent - Partie II.    Mer 24 Juil - 14:43

Rien il n'y a plus rien. Tout est enseveli par l'eau tumultueuse saturée de boue noire. Notre camp, notre maison, notre foyer, notre chez nous n'est plus. Nous nous retrouvons abandonnés, livré à nous même sans aucun repère dans notre territoire qui nous semble hostile. La rivière, source de notre vie nous a trahie, détruisant tout ce qui nous était cher, emportant les âmes des membres de notre famille. Nous sommes désormais comme des oisillons à qui on aurait dérobé le nid. Comme des âmes esseulées, incapable de trouver le repos éternel, nous errons. Comme un navire devenu épave suite à une tempête, nous sommes échoués sur cette colline, trop abasourdis pour nous relever. Mais nous devons relever la tête, nous devons la maintenir hors de l'eau et prouver que nous sommes les plus fort. Nous devons montrer que nous sommes capable de survivre à cette terrible catastrophe. Nous avons le devoir que leur montrer que nous surmonterons cette épreuve. Nous devons leur montrer que la Rivière est la plus forte.

L'eau est partout. Collant à nos pattes, léchant avidement nos corps paniqués, elle recouvre toute la clairière. On ne voit plus le sol, tant l'eau est noire. Je lutte pour ne pas être emportée par le courant. Je dois faire le tour des tanières c'est mon devoir. M'arcboutant pour trainer mon corps alourdi par l'eau vers la tanière des anciens. Elle est vide. Vite, nous devons quitter le camp avant d'être coincé ici définitivement. Battant des pattes, je nage vers le promontoire, le seul échappatoire possible. Il représente notre chemin vers la survie. Je dois y arriver. Peu à peu je sens mes forces s'amenuiser. Un courant plus fort me plaque contre un arbre avec violence et je ne peux retenir un cri de douleur. Mon épaule me lance affreusement et une décharge électrique me parcourt le corps de part en part. Je me remets à agiter les pattes avec détermination, le visage déformé par la douleur. Je ne veux pas mourir, pas ici. Pas maintenant. Le regard fixé sur le promontoire j'avance les mâchoires serrées. Ballotée comme une poupée de chiffon, tout tourne autour de moi. Bon sang qu'est ce que nous avons fait pour mériter ça ?


Allongée sur le flanc, face contre terre, la truffe enfouie dans la boue je peinais à ouvrir les yeux. Mes paupières étaient trop lourdes pour être soulevées. Écrabouillée sous le poids de l'horrible fatalité je ne voulais pas me relever. Je voulais rester là, endormie dans l'herbe pour toujours jusqu'à je prenne corps avec la terre. Lutant contre cette douleur qui m'oppressait la poitrine, ce découragement aussi vaste que l'horizon qui me gagnait, je rassemblai mes pattes sous moi et pris appui dessus pour me relever. Chancelante, les mâchoires serrées par la souffrance qui émanait de mon épaule, je peinai à maintenir mon corps aussi lourd que le plomb debout. Relevant la tête j'aperçus autour de moi mes camarades allongés ou assis par groupe. Tous étaient plus misérable les un que les autres. Une bouffée d'affection pour eux me traversa. Ils étaient ma famille et il était de mon devoir de les aider. Parcourant la foule de mon regard émeraude voilé par la souffrance je repérai mon apprenti, Nuage de Biche, son pelage soyeux maculé de boue. Je cherchai quelconque blessure ou trace pourpre sur son corps mais n'apercevant rien, je sentis l'étau qui m'oppressait le coeur se relâcher un peu. Perle de Neige ! Cette pensée me frappa comme une nouvelle vague d'eau trouble. Paniquée, je regardai autour de moi sans l'apercevoir. Retrouvant un peu de force, je me fis quelques pas, les oreilles dressées et les yeux écarquillés. C'est ainsi que je l'aperçus. Dressée sur la colline, comme une déesse sur son trône elle nous observe. Sur son pelage devenu brun la trace d'une larme se dessine et peu à peu elle attire à elle tous les regards. Une vague de chaleur m'enveloppa chargée de soulagement. Enfin elle était de retour. Elle saurait nous aider, elle saurait remettre à l'endroit notre monde qui avait basculé, elle saurait nous sécher nos larmes. Elle nous sauverait. Etoile de Menthe.

« Clan de la Rivière ! Guerriers, Reines, Anciens, Petits, enfant du courant ! Pluie d’Étoiles, meneuse du Clan du Vent, chez qui je suis partie de si bon matin nous ouvre son Clan, nous offre l’hospitalité ! Avec moi, elle, et les plus valeureux de ses guerriers. Ils sont venus à mes côtés pour vous aider, nous aider à nous sortir de là. Nous leur devront énormément. Nous leur devons déjà beaucoup. A présent, j’aimerais que tous ceux à qui il reste encore assez de force pour rallier le Vent aident avec les guerriers venus nous porter secours, les plus faibles. Ne perdez pas de temps, nous partons bientôt, il devient urgent de mettre tout le monde à l’abri ! »

En temps normal j'aurai été dégouté de cohabiter avec les mangeurs de lapins. Mais là j'étais tellement heureuse d'avoir un refuge, de savoir que les miens auraient un endroit où dormir ce soir que j'aurai pu en pleurer. D'ailleurs, ma vue se brouillait de larmes. Trop de sentiments aussi puissants se battaient en duel en moi. Me détournant pour partir à la recherche de ma précieuse amie. L'idée qu'elle se soit noyée m'était insupportable, et la panique me gagnait au fur et à mesure que le temps passait. Sans vraiment le vouloir, je rejoignis le groupe formé par Souffle de Givre, allongée au sol Étoile de Menthe et Naïade. Les mots que j'entendis me glacèrent le sang.

« Étoile de Menthe… je... je suis désolée. Source de Lune… n’a pas eu la force… Elle a désormais rejoint le Clan des Étoiles. Nuage de la Biche a tenté de la secourir… elle était dévastée de ne pouvoir l’avoir sauvé… Parle lui, elle te racontera mieux que moi … Tous les chats de la Rivière ont aujourd’hui bravement relevé les épreuves. Chants des Nuages, Nuage de la Biche, Nuage de Fleurs… ont été héroïques. Source de Lune veillera sur toi depuis la Toison Argentée, et moi je serais avec toi dans cette vie et les autres. Car pour moi, tu es comme ma sœur. »

Je n'eus même pas le loisir d'être fière de ma novice. Un poignard me déchira le coeur. Source de Lune oh non pourquoi elle. La reine malade ne méritait pas cette mort atroce. Je fermais les yeux quelques secondes pour chasser les larmes. Pourtant un sillon humide se traça sur mon visage. Pendant que les guerriers du clan du vent aidait les félins de la Rivière à se relever, l'âme de la chatte grise montait au ciel pour rejoindre nos ancêtres. Je suivis le regard de la lieutenante blanche et finis enfin par apercevoir Perle de Neige auprès de ma propre apprenti. Quelle mentor indigne j'étais. C'était à moi de la rassurer pas à elle. Je m’apprêtai à les rejoindre quand le cri du douleur de Nuage du Soir la fit se retourner. Ses larmes qui s'étaient à peu près taries menacèrent de reprendre. Pauvre chaton. Elle n'avait jamais connu sa mère et en avait toujours souffert, alors elle comprenait au moins un peu la douleur qu'il ressentait. Il alla supplier Souffle de Givre. M'avançant doucement, je me plaçai derrière lui et murmurai dans son oreille de sorte à ce que lui seul m'entende :

« - Je sais que c'est dur, mais il faut l'accepter. Désormais elle chasse avec le Clan des Etoiles et elle est enfin libérée de sa maladie. Elle viendra te voir en rêve je te le promets. Allez viens, nous devons partir à présent. »

Les larmes reprirent en pensant que ma mère étant une solitaire, je ne la verrais sans doute jamais. Poussant doucement l'apprenti endeuillé vers les guerriers du clan du vent qui se mettaient en marche, me collant à Perle de Neige mêlant ma fourrure à la sienne dans un vain geste de réconfort. La douleur causée par mon épaule était atroce et je devais me retenir de crier. Elle devait s'être déboitée en tapant contre la roche. Mi marchant mi boitant, m'appuyant contre mon amie et le regard fixé sur les deux novices qui marchaient devant nous. Comme un convois tous se mirent en route. Tête batte boitant ou titubant, tel un cortège funèbre les deux clans réunis prenait la direction de la lande qui semblait loin très loin. Aussi loin que l'étaient les étoiles.

| Je sais je sais je suis en retard. Mais j'avais trop envie de répondre et j'ai vraiment pas eu le temps ni la motivation pour le faire avant. Pardonnez moi. D8 |

_________________















Merci à tous pour vos si belles créations, je n'oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-guerredesclans.forumactif.com/
 
Évent - Partie II.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'achat du "Billet" (1ère partie)
» Vent de sable
» La pointe Saint Mathieu - Partie 2 et... Fin !!!
» Oui-Oui aux pays des bisounours ou le débat en partie MF
» Grande-Bretagne : des "boules de neige" formées par le vent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Aujourd’hui sera mon dernier jour d’errance, :: JEU. :: Clan de la Rivière :: Territoires :: Colline du Lynx-
Sauter vers: