« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. »

Masque de Rosée
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Constatation des dégats (Prio Loup)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1887
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Constatation des dégats (Prio Loup)   Ven 7 Sep - 2:00

**RÊVE DE JADE**


Assise bien confortablement sur mes pattes arrières, je reste tranquille, l'oeil observateur. Je me suis levé ce matin avant le soleil. Le silence des environs a le don de raccourcir mes nuits. Un problème que je rencontre de temps en temps lors du passage à la saison des neiges. Ce moment fatidique où la nature même semble retenir son souffle. Le sol gelé et bien enterré sous une couverture enneigée, peu de bêtes se risquent à sortir. Les oiseaux ont disparu. Le territoire de l'Ombre semble déserté. À chaque hiver, je mets un moment à m'habituer au silence tout neuf. Je dors bien mieux quand le brouhaha de la nuit me rassure. Cette fois, par contre, je ne pourrai jamais m'y faire. La vie même nous a quitté alors que cette terrible malédiction s'abat sur nous. Une malédiction qui n'a rien à voir avec le fil des saisons. La nuit, ce silence assourdissant me tire de mes rêves. Ces rêves... Même eux sont vides. Ma mère et les autres m'ont fui, je pense. Ils m'ont laissée seule. Depuis cette terrible Assemblée, je n'en peux plus. Je tombe de fatigue. Je dois trouver une façon d'alléger mon esprit de cette menace qui pèse. Plus facile à dire qu'à faire. Alors que je suis assise au centre du Camp, dans l'attente patiente de voir les premiers membres du Clan se sortir du sommeil et s'activer.

Pendant ce temps, j'essaie de me retenir de rêvasser. Si mes rêves, la nuit, sont dépourvus de mes fantômes du passé, ils hantent désormais chaque moment d'inaction. On me trouve un peu étrange ces derniers temps, fébrile, nerveuse, à pic, même. Ils ont raison. La fatigue accumulée fait son effet, bien sûr. Mais pire encore. Cette première dimension de moi, celle régie par les drames de mon enfance, supplante grandement ma réelle nature alors que les souvenirs affluent plus souvent. Je comble un vide. Mon frère, ma soeur et ma mère. Ils me manquent. Lorsqu'ils me visitent en rêve, la peine s'apaise. Mais maintenant, je dois les faire vivre à toute heure du jour, sans le vouloir. Je n'arrive pas à les voir d'une façon positive, comme la nuit, entourés d'un halo argenté. Non. Ils me paressent comme je les ai vus pour la dernière fois avant leur mort. Faibles, brisés de fièvres et négligés. Alors la douleur me percute de plein fouet. J'ai fait tant d'efforts depuis ma nomination en tant que guerrière pour surmonter les démons de mon passé et voilà qu'ils me reviennent au grand galop. J'ai l'impression d'avoir fait tout ce travail pour rien. Quel gâchis. Si au moins je pouvais dormir convenablement... Même en ce moment, je ne peux m'empêcher de piétiner un brin d'herbe solitaire, impatiente de voir les membres du Clan de l'Ombre se lever.

Bientôt, la patrouille de nuit rentre. Je me propose aussitôt pour les remplacer, mais ils refusent. La déception doit s'afficher sur mon visage car ils m'indiquent que Voile de Vénus et Fleur de Nuit avaient déjà insisté pour en faire partie ce matin. Ils m'indiquent que je pourrai me reprendre ce midi si je le voulais bien. Il restait toujours une place de libre. J'accepte en les remerciant. J'avais au moins trouvé quelque chose pour m'occuper cet après-midi. Mais que faire ce matin? Je décidai d'attendre que d'autres se réveillent. Peut-être que quelqu'un se proposerait d'aller chasser avec moi. En ayant un ami, je penserai certainement moins au morts pour me concentrer sur les vivants et ceux qui ont besoin de moi. Lorsque les deux chattes de la patrouille émergent de la tanière des guerriers, je vais les rejoindre d'un pas enjoué. Je les salue affectueusement et me couche tout près d'elles alors qu'elles effectuent leur toilette. Je m'installe tout près de Voile de Vénus, ma bonne amie, et l'aide dans le décrottage de sa fourrure soyeuse. Sa présence me fait tellement de bien, que je me sens m'assoupir contre son flanc. Malheureusement, elle se lève peu de temps après pour partir en patrouille. Je lui souhaite une bonne ronde, un peu triste. J'étais si près d'un peu de repos! Qu'aurait-on pensé de moi, de toute façon, à m'endormir ainsi en plein milieu du camp? La honte. Je me redresse et me secoue frénétiquement, remettant au passage mes poils tricolores en ordre.

Ressentant les premiers symptômes de la faim, je me dirige vers le tas de gibier, sans enthousiasme. Je sais déjà ce qui va arriver. Dès la première bouchée, je me sentirai sans appétit et devrai refiler le reste à un autre chat. Je dois prendre des forces, mais je me sens pleine si rapidement ces temps-ci... Je n'ai jamais été la plus gourmande, loin de là. Mais à présent, on peut voir mes côtes saillir sous mon pelage calico. Cela m'inquiète. Je me force donc à manger plus de la moitié de la grosse souris que j'ai choisi. Je dois m'arrêter, de peur rendre le reste. Nauséeuse, je laisse les restes près du tas et va saluer quelques chats qui sont sortis du sommeil. Je retourne au point de départ: le centre du Camp. Et je me remets à observer. Je veux me rendre utile, au plus vite. Mais que faire. Je me sens si impuissante sans mes guides privilégiés du Clan des Étoiles. Je n'ose pas redresser la tête, de peur de voir le miroir de mes angoisses: ces horribles nuages lourds de promesses macabres. Je fixe donc au loin, perdue dans des pensées peu avenantes. Puisque que je suis comme ça. J'espère, au fond de moi, que quelqu'un viendra vite me sortir de là.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 


Dernière édition par Sombre Nuit le Lun 17 Sep - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Souffle de Givre
Intéressé-e.
Intéressé-e.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 549
Age : 26
Date d'inscription : 03/05/2011


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Constatation des dégats (Prio Loup)   Sam 8 Sep - 7:11


Fut-ce un manque de foi ? Des paroles déplacées, des blasphèmes ? Qu’avait-il bien pu se passer de si grave à cette Assemblée pour que tombe la lune et gronde le tonnerre ? Comme si cela ne suffisait pas des pluies torrentielles balayaient les terres forestières tandis que des arbres tombaient sous le souffle du vent. Le Clan des Étoiles avaient frappé un grand coup. Les pauvres chats mortels n’avaient plus qu’à trembler et subir jusqu’à ce que leurs ancêtres célestes apaisent leur courroux. Mais combien de temps ? Combien de temps cette noirceur et ce tourment va-t-il durer ? Comment eux, Guerriers, Apprentis, Chefs, Lieutenants, Guérisseurs, allaient-ils survivre dans ce chaos ? Chaos. Oui. C’était cela. Evènements aléatoires et pourtant tous inscrits dans le même schéma parfaitement prévu et pensé par d’autres entités. Allaient-ils mourir ?
Esprit du Loup serra ses mâchoires tellement fort qu’un grincement s’en échappa. Le Clan de l’Ombre allait survivre. De tous les Clan c’était le plus débrouillard, le plus puissant. Les chats en son sein ne font qu’un, uni pour le meilleur comme pour le pire, dans la victoire et dans la défaite. Seulement là, ce n’était pas un combat, il ne s’agissait pas de gagner… simplement de survivre. C’est ce qu’ils allaient faire. Forts. Unis. Ils étaient le Clan. Ils étaient l’Ombre. Les yeux jaunes perçants du Guerrier brillèrent d’une conviction profonde dans la pénombre omniprésente. Les épais nuages cachaient la lumière du soleil si bien que ce qui aurait du être une aube chatoyante de couleurs, était un éternel arc-en-ciel noir et gris. Des nuages menaçants, très bas, rendaient l’atmosphère électrique et étouffante. Pourtant, ce matin, il ne pleuvait pas, le tonnerre ne grondait pas, seul le vent continuait à souffler, s’engouffrant dans les fourrures les plus épaisses et glaçant les os jusqu’à la moelle. Esprit du Loup avait cependant l’impression que c’était le calme avant la tempête. Il fallait cependant en profiter, cela n’allait peut être pas durer bien longtemps.

Le Guerrier vit que la Patrouille de Nuit était rentrée, il y a un certain temps déjà, et que celle de l’Aube devait déjà être à pied d’œuvre. Trouver des chats volontaires pour ce qu’il avait prévu n’allait pas être chose aisée, ces derniers voulant surement profiter d’un peu de repos, bien mérité après ces dernières heures de panique. Esprit du Loup regardait autour de lui, le Camp…. Était dévasté. Bien que solides, les Tanières s’étaient affaissées, l’Antre du Guérisseur quasiment inondé et la Pouponnière…. N’était plus. Les chatons et leurs mères devaient dormir avec les apprentis. Rajoutant à cette situation le fait que Étoile Mouchetée soit toujours portée disparue…. Non, le futur n’était pas rose. Pas rose du tout. Le Guerrier brun se leva de son lit de branchages humides et marcha en direction du Promontoire et du Tas de Gibier. Il fallait qu’il recrute des volontaires, mais avant, il fallait qu’il se restaure, il ne se rappelait même plus de quand datait son dernier repas et la faim lui tiraillait les entrailles. Il s’avance d’un pas lourd et lent, tout courbaturé par les derniers évènements de la nuit. Cependant, si ses muscles fatiguaient et si son corps le ralentissait, il n’avait pas perdu son esprit combattif, cela se voyait dans ses yeux ; toujours étincelants et vifs. Il se penche au dessus de la pile de gibier… qui baignait dans de l’eau de pluie. Les proies sur le dessus de la flaque avaient toutes été prises, si bien que celles qui restaient étaient probablement dévorées par les vers, même si elles semblaient mangeables. Il remarque qu’une chatte dépose la moitié d’une souris à côté du tas de gibier et s’en va dire quelques mots à d’autres chats puis va s’asseoir au centre du Camp. Sans hésiter Esprit du Loup saisit la moitié de souris et la dévore goulument. Puis il signale à deux Apprentis que le gibier qui a touché l’eau est surement pourri et qu’il faut s’en débarrasser rapidement. Les deux chats rechignent, mais s’exécutent. Le Guerrier comprend qu’ils n’ont pas envie de le faire, pourtant toutes les tâches d’un Guerrier ne sont pas nobles. Il l’aurait d’ailleurs fait lui même si il n’avait pas eu d’abord l’intention de partir en expédition.

Il se demande cependant si ce n’est pas plus préférable d’aller en chasse compte tenu qu’ils n’ont plus rien à manger. Aussitôt cette pensée avait traversé son esprit, aussitôt un Guerrier et deux Apprentis ramenèrent trois mulots. Hochant la tête Esprit du Loup marque un temps de pause, puis lève la tête pour observer le ciel. Pas encore de gouttes… c’est leur chance. Il se lève et va se débarrasser rapidement des restes de son maigre repas. Il cherche du regard qui il pourrait embarquer pour sa mission. Son regard flamboyant se pose sur une Guerrière au pelage colorée. Il plissa les yeux et reconnut ensuite rapidement la silhouette. C’était Rêve de Jade, une guerrière plus jeune que lui mais néanmoins une combattante confirmée. Étant donné qu’il n’était que peu bavard, il n’avait jamais tissé tellement de liens avec elle. A part avoir effectué quelques patrouilles ensemble, leurs conversations s’arrêtaient rapidement aux usages classiques. Il s’avance donc vers elle, le pas décidé, faisant abstraction de ses douleurs musculaires. Lorsqu’il arrive derrière elle, il marmonne un « salut » peu convainquant. La chatte aux trois couleurs n’a visiblement d’ailleurs pas entendu son salut. Le mâle fait alors le tour, se place en face d’elle et s’assit, lui souriant jusqu’à ce que son regard croise le sien.

« Bonjour Rêve de Jade. Fais-tu ou attends-tu quelque chose de particulier actuellement ? Car je pensais, vu que le camp à subit quelques dommages, qu’il serait bien qu’on aille chercher quelques branchages solides pour restaurer les Tanières et peut être faire un barrage devant l’Antre du Guérisseur pour ne pas que de futures inondations ne détruisent les plantes médicinales. Je cherche actuellement des volontaires, tu veux venir ? »

Il ponctua son discours d’un petit et court sourire pour ensuite redevenir de marbre. Autour de lui plusieurs chats se réveillaient à peine. Comme il les comprenait. Il était difficile de déterminer quel moment de la journée il était, aussi, certains chats avaient l’habitude de se lever avec le soleil… ce qui en ce moment était assez difficile. Il se demandait si deux chats était assez pour aller cherche des branchages. Mais ensuite il réalisa qu’il fallait quand même des chasseurs et des patrouilleurs, sans compter quelque uns qui resteraient au Camp. Il chercha du regard son Lieutenant, mais il ne la trouva pas. Probablement sortie du camp elle aussi. Il fit un rapide calcule avec sa connaissance des effectifs. Normalement le nombre suffirait pour que seulement deux chats aillent chercher des branchages. En espérant que Rêve de Jade accepte, car transporter des branches seul n’allait pas être chose aisée.


_________________


Spoiler:
 

Spoiler:
 


Merci Nuage de Braise !!!
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile Sombre
Modo Patatoïde Affectueuse.
Modo Patatoïde Affectueuse.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1887
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2012


Mes personnages
Description:

MessageSujet: Re: Constatation des dégats (Prio Loup)   Lun 17 Sep - 23:37

**RÊVE DE JADE**


Je ferme les yeux afin de mieux vivre cette vision d'horreur. Peut-être qu'en la vivant pleinement, en me lançant entre ses crocs de loup, elle s'éteindra plus rapidement. Je tressaillis intérieurement alors que les images défilent dans mon esprit. D'abord, douces, caressantes presque. La vision de trois chatons dépareillés, frère et soeurs, blottis les uns sur les autres tard dans une nuit fraîche d'août. Ils forment une masse disparate de poils épais et duveteux. Leurs miaulement pathétiques sont à peine audible dans l'air nocturne. La lune est haute dans le ciel piqué d'étoiles étincelantes. Les petits l'observent, solennels, ravis et impressionnés par la beauté de l'astre dont la lueur argentée inonde le Camp de l'Ombre. À voix basse, ils échangent des pensées dont ils ne jugent pas des conséquences. Ils font remarquer la grandeur du ciel et des ancêtres, ne s'en rendant pas compte de la portée philosophique de leurs dires. Ensemble, ils se promettent de grandes choses, convaincus dans leurs coeurs que l'avenir leur appartient. Leurs petites pattes s'agitent à l'idée de se tailler une place de choix au sein du Clan, de devenir des héros aux yeux des leurs. Ils souhaitent voir leurs ennemis trembler devant leur grandeur, pas encore atteinte, et habiter leurs pires cauchemars. Je me laisse attendrir par cette vision pour l'une des premières fois. Je ne m'autorise que peu souvent de me remémorer mes moments heureux en compagnie de Corbeau et Argent. Ces souvenirs provoquent habituellement une douleur si vive que je dois aussitôt les écarter. Pourtant, pas cette fois. Serais-je donc en train de guérir? Ou le Clan des Étoiles souhaite-t-il ainsi me transmettre un message? Je n'en sais rien. Le coeur battant, je regarde ces trois chatons rire et se chamailler dans mon esprit, un léger sourire aux lèvres. J'en suis toute émue, toute remuée. L'espoir naît en moi, je peux la sentir au creux de mon estomac.

Je m'attends à tout moment qu'un rapace fonce sur les petits et les dévore sous mes yeux, mais il n'en est rien. Je continue à me souvenir de ces nuits où le sommeil nous fuyaient et que nous passions tous les trois blottis contre les autres. J'ai envie de rire, transportée par leurs jeux et leur innocence. La pensée que d'autres puissent me voir me ramène à la réalité et c'est tout doucement que disparaît cette vision, laissant un sentiment de béatitude m'habiter. Mes pattes ont cessé de trembler. Je me sens sereine comme jamais je ne l'ai été, je crois, depuis ma nomination de guerrière. Mes yeux d'un vert émeraude parcourent le camp autour de moi telle une illuminée. Personne ne semble avoir remarqué mon émotion. Un poids immense vient de disparaître de mes épaules. J'ai l'impression qu'elles se redressent d'elles-même. Quelle sensation de fraîcheur! Heureuse, je retiens un ronronnement au fond de ma gorge. La réalité me revient vite en mémoire. Le camp a tout de même besoin de moi. Je suis là pour le servir. Alors que j'envisage d'aller chasser un peu lorsqu'un éclair marron traverse mon champ de vision. Je n'y porte pas grande attention jusqu'à ce qu'une voix s'en échappe, trop près pour ne pas m'être adressée. Je suis la forme d'un chat qui vient se planter devant moi. L'esprit encore embrumé de mes souvenir, je dois cligner des yeux deux fois avant de le reconnaître. Il s'agit d'un vaillant guerrier, de peu mon aîné, Esprit du Loup. Je reste silencieuse un moment, surprise qu'il m'adresse la parole.

J'écoute sa proposition, touchée, un peu, qu'il m'ai choisi. Cela n'a rien de surprenant pourtant, vu l'état du camp. La plupart l'ont déserté, pressés de se soustraire à la vision des dégâts, alors que les autres dorment encore. Pourtant, je suis bien heureuse de le voir s'approcher de moi et de me tendre la patte. J'aime bien que les autres s'ouvrent à moi, qu'ils fassent ce pas que j'ai de la difficulté à franchir, par timidité. Je connais peu Esprit du Loup. Nous n'avons jamais partagé la tanière des apprentis, puisqu'il a été nommé guerrier peu de temps avant que je devienne novice. De nature taciturne, le matou est un peu difficile d'approche et c'est souvent dans le silence que nous effectuons nos tâches ensemble, les patrouilles, par exemple. Cela nous convient bien, à tous les deux qui sont un peu refermés sur nous-mêmes. Je ne prend pas mal son incursion dans mes rêveries cependant. Si je peux me rapprocher d'un frère de Clan, alors tant mieux. Son idée me plaît aussitôt. Les chats du Clan, en fuyant le campement, se ferment souvent les yeux sur les brèches, bien trop nombreuses de nos remparts. Avec ces nuages gorgés de pluie, il ne sera pas très long avant qu'aucun chat de l'Ombre ne puisse dormir au sec. J'exécute un tour sur moi-même pour mieux constater les dégâts. En effet, le Camp est dans un état pitoyable. Mon coeur se serre aussitôt. Mon compatriote et moi de peuvent rester ainsi à rien faire devant une telle situation.

-Bonjour, Esprit du Loup. Non je suis tout à fait disponible et je dois avouer que ton offre tombe à point. Je t'accompagnerai volontiers.

Je lui fais signe de la queue de me suivre tandis que je fais le tour du Camp, à la recherche de ces trous à réparer. Ils sont nombreux, et tous les remplir représente une tâche colossale qui durera probablement des heures. Je m'arrête devant l'entrée du camp et adresse un sourire au guerrier à la figure de loup.

-Je te suis, Esprit du Loup. Nous avons tout un travail à accomplir.

_________________
Étoile Sombre:
 

Torrent de Foudre:
 

Songe de Brume:
 

Nuage d'Oiseaux:
 

Foi:
 

Nuage de Ronces:
 

Petite Étincelle:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Constatation des dégats (Prio Loup)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le loup
» Patte de loup
» Entre chien et loup ( PV Tchézaré Nyx)
» Ti problème avec St-Hubert de Rivière-du-Loup
» Chantier naval Vankerkoven de Pont de Loup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« Il n'y a que toi, il n'y a toujours eu que toi. » :: JEU. :: Clan de l'Ombre :: Camp-
Sauter vers: